FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 12 février 2017

Bobigny : Violents incidents lors d'une manifestation "Justice pour Théo" !

Des incidents ont éclaté à la fin du rassemblement qui réunissait des centaines de manifestants, ce samedi, en soutien au jeune homme victime d’un viol présumé lors d’une interpellation brutale.


Vitres cassées, gaz lacrymogènes et un camion-régie RTL incendié: de violents incidents ont éclaté samedi à Bobigny en marge d’un rassemblement de quelque 2.000 personnes réclamant "justice pour Théo", victime d’un viol présumé lors d’une interpellation.

"je ne suis pas un bamboula"

"La police viole", "je ne suis pas un bamboula", "la police tue des innocents", pouvait-on lire sur des pancartes. Encadrés par un impressionnant déploiement policier, les manifestants, dont de nombreux jeunes, s’étaient réunis devant le tribunal de Bobigny. La préfecture de Seine-Saint-Denis n’est qu’à une dizaine de kilomètres d’Aulnay-sous-Bois, où le jeune homme de 22 ans a été interpellé le 2 février dans la cité des 3.000.

"On nous dit – Ferme ta gueule, mets-toi là -. On nous met des petites claques"

L’affaire, devenue hautement politique, a ravivé la délicate question des rapports entre jeunes et forces de l’ordre en banlieue. "Tout le temps, on se fait contrôler, agresser. On nous parle mal. On nous dit – Ferme ta gueule, mets-toi là -. On nous met des petites claques", a raconté un jeune homme d’une vingtaine d’années, Kenzo.

Après plus d’une heure de manifestation, des policiers postés sur une passerelle ont reçu des projectiles. Des cris, des bruits de pétards et des mouvements de foule ont suivi. Des casseurs s’en sont pris à des vitres d’immeubles, à des abribus et au mobilier urbain.  "Plusieurs centaines d’individus violents et très mobiles" ont commis diverses "exactions et dégradations", a affirmé la préfecture de police de Paris, qui chiffre le nombre des manifestants à "près de 2.000 personnes".

Le fourgon RTL incendié, équipe "choquée"

Dans un communiqué, elle liste notamment: projectiles lancés contre "des bâtiments publics, des établissements commerciaux", quatre véhicules incendiés, deux commerces et la gare routière "dégradés", plusieurs poubelles incendiées. En début de soirée, aucun blessé n’était à déplorer, selon la Préfecture de Police. Ces "débordements violents" ont été "fermement" condamnés par le président de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel (PS), précisant que "certains bâtiments du Conseil départemental" ont aussi été "visés".

Une camionnette aux couleurs de RTL a été incendiée. Dans une déclaration, la radio indique que son équipe sur place a été "choquée mais pas blessée" et "condamne cet acte de violence", assurant "qu’elle ne cédera à aucune forme d’intimidation". Sous les gaz lacrymogènes, la manifestation a pris fin en début de soirée.

Manifestations à Rouen, Toulouse…

D’autres rassemblements ont eu lieu en France. A Rouen, quelque 200 personnes ont manifesté dans un climat tendu. Deux abribus ont été dégradés, plusieurs poubelles incendiées et une caserne de gendarmerie dégradée, selon la préfecture, évoquant "deux interpellations pour attroupement". En revanche, c’est dans le calme que 250 personnes se sont réunies à Toulouse derrière une banderole "Nous ne sommes pas du gibier à flics. Nos quartiers ne sont pas des stands de tirs".  Aucun incident à Nantes, où plus de 300 personnes ont défilé aux cris de "Tout le monde déteste la police". Tout comme à Caen (90 manifestants).

Les manifestations se sont succédé en France cette semaine et des violences urbaines ont éclaté ces dernières nuits dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis. Dans ce département, le plus pauvre du pays, huit personnes ont été interpellées dans la nuit de vendredi à samedi, et 25 la nuit précédente.

Source : SudOuest.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

samedi 19 novembre 2016

Justice : A Nice, une famille peut-elle prénommer son fils Mohamed Merah ?

Le parquet de Nice a engagé aujourd'hui une procédure pour modifier le prénom d'un petit garçon déclaré à l'état civil sous le nom de "Mohamed, Nizar Merah" évoquant celui du tueur djihadiste de Toulouse et Montauban en 2012.

"Il est évident, et c'est en tout cas le point de vue du parquet de Nice, que donner un prénom à un enfant qui a déjà le nom d'un terroriste très notoirement connu en France est quelque chose qui peut porter préjudice à l'enfant", a exposé lors d'un point de presse le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre. "Le parquet a donc saisi le juge aux affaires familiales comme le lui permet le code civil", a-t-il ajouté. La décision sera prise "dans les prochains jours" et "s'appliquera immédiatement quelle que soit ensuite la décision des parents". Ces derniers auront une possibilité de recours.

"C'est le tribunal qui va décider si oui ou non, il faut retirer le nom de Mohamed de l'état-civil pour cet enfant et si oui ou non, il est nécessaire de lui donner un autre prénom", a ajouté M. Prêtre, alerté le 14 novembre par la mairie de Nice. "C'est vraiment par rapport à l'intérêt pur de l'enfant, et non par rapport à un contexte, ou une religion ou un radicalisme violent supposé que les choses sont prises en compte", a-t-il déclaré, en réponse à la question d'une journaliste qui demandait si les parents avaient agi par "provocation, inconscience ou imbécilité".

"Bien sûr, il y aura une enquête sur le contexte familial car il y a là quelque chose d'alertant pour le parquet pour comprendre le contexte dans lequel cet enfant serait amené à grandir", a ajouté le procureur. Il n'a pas pu dire si ce bébé de 15 jours était un premier né ou issue d'une fratrie de plusieurs enfants, vivant à Nice ou ses environs.

En France, depuis 1993, les officiers d'état civil ne peuvent plus décider d'interdire un prénom. La municipalité a cependant estimé que le choix des parents "pouvait être contraire à l'intérêt de l'enfant" et l'a assimilé à une apologie du terrorisme. Elle a aussi choisi de rendre l'affaire publique: "C'est de la responsabilité propre de la mairie d'avoir communiqué sur ce dossier particulier, ce n'est pas de mon fait, ni semble-t-il du fait de la famille non plus", a souligné le procureur.

Mohamed Merah avait tué sept personnes en mars 2012: un militaire à Toulouse, puis deux parachutistes à Montauban, et trois enfants et un adulte dans une école juive toulousaine. Il a été tué le 22 mars par la police dans l'appartement toulousain où il s'était retranché. Ces crimes, en pleine campagne présidentielle, avaient plongé dans la stupeur le pays qui fait depuis face à une menace djihadiste sans précédent.

Source : LeFigaro.fr


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 23 octobre 2016

Justice : Le général Piquemal radié des cadres de l'Armée...

«Silence dans les rangs !»

La justice a reproché à l'ancien parachutiste d'avoir organisé une manifestation non autorisée contre la politique migratoire à Calais le 6 février 2016. Le port de son uniforme lui est désormais interdit.

Le général de corps d'armée Christian Piquemal, qui avait participé à une manifestation non autorisée contre la politique migratoire à Calais le 6 février dernier, est, selon nos informations, radié des cadres. Cette mesure disciplinaire très forte intervient comme une surprise, cinq mois après sa comparution devant le tribunal de Boulogne-sur-mer, d'autant que l'institution judiciaire l'avait finalement relaxé le 26 mai.

Le général de 2e section, à la retraite depuis seize ans, ancien parachutiste et commandant de la Légion étrangère (de 1994 à 1999), était poursuivi pour «organisation d'une manifestation non autorisée» et «participation à un attroupement qui ne s'est pas dissous après sommation». Depuis sa relaxe, le général Piquemal s'estimait «totalement blanchi», le Parquet n'ayant pas fait appel de ce jugement. Mais sur le plan administratif, une procédure disciplinaire, lancée en mars par le ministre de la Défense, vient d'aboutir à sa radiation des cadres, le devoir de réserve du militaire étant au cœur du dossier.

Le général, qui l'a seulement appris mi-septembre par un courrier recommandé, avait été entendu le 14 juin par le Conseil Supérieur de l'Armée de Terre (CSAT), siégeant disciplinairement à l'Hôtel des Invalides à Paris. L'instance avait transmis son avis consultatif - non communiqué au général ni à ses deux avocats - au ministère de la Défense, et la radiation avait ensuite été prise par un décret du 23 août signé par le président de la République, le premier ministre et le ministre de la Défense.

«Le plus inacceptable pour moi, c'est d'être mis au ban de cette manière»

«Profondément indigné par cette décision injuste et injustifiée, excessive et disproportionnée», réagit-il. Le général quatre étoiles entreprend aujourd'hui une procédure de recours devant le Conseil d'État, confie-t-il au Figaro, «avant d'aller devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), si besoin». «Cette sanction est un hiatus, une anomalie grave, en totale contradiction avec ma relaxe, se scandalise-t-il. C'est le désaveu du pouvoir judiciaire par le pouvoir administratif, cela bouleverse la hiérarchie des normes juridictionnelles, c'est tout simplement du jamais-vu!». Pour ce «serviteur de l'État respecté», «patriote et combattant d'élite», admiré par son entourage, la sanction a des conséquences particulièrement «humiliantes» et «vexatoires», admet le général d'une voix blanche.

Si son grade ne peut lui être retiré, le port de son uniforme lui est en revanche interdit, tout comme sa carte d'identité militaire d'officier général - en principe accordée à vie. C'est l'atteinte à ces symboles forts et ce retour forcé au statut civil qui lui «font le plus mal», plus que les autres attributs, notamment financiers, liés à son statut. «Le plus inacceptable pour moi, c'est d'être mis au ban de cette manière après avoir donné quarante années au service de la France, d'être rayé comme ça et traité comme un paria».

Le 6 février, à Calais, l'arrestation et la garde à vue d'une quarantaine d'heures de cet homme de 75 ans avait créé l'émoi. Aujourd'hui, une ligue de défense se constitue. Un comité de soutien et de réhabilitation du général Piquemal est en train de se monter, composé de civils et de militaires, selon nos informations, et présidé par le général (2e section) Antoine Martinez.

Pour beaucoup de ses soutiens, cette sanction disciplinaire n'est rien d'autre qu'«un règlement de compte politique», dit l'un d'eux. «Si l'administration estime que j'ai transgressé mon devoir de réserve (valable pour tout militaire, même à la retraite, NDLR) en usant de ma liberté d'expression, analyse le général, cela veut dire une chose: c'est que ma liberté d'expression ne peut être que celle de la pensée dominante. Et si elle n'est pas conforme à la bien-pensance politique, alors elle est sanctionnée.

La vérité, c'est que mon cas sert d'instrument pour faire taire la Grande Muette, car les officiers généraux s'expriment aujourd'hui beaucoup plus qu'avant. Ils veulent faire de moi un exemple pour imposer le silence dans les rangs».   

Source : Delphine de Mallevoüe

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 23 mai 2016

Marine nationale : La frégate Germinal intercepte 700 KG de drogue dans les eaux antillaises

La frégate de surveillance « Germinal » intercepte 700 kg de drogue

Les frégates de surveillance « Ventôse » et « Germinal » interviennent régulièrement contre les trafiquants de drogue qui sévissent dans les eaux antillaises. Mais, cette année2016, il aura fallu attendre la nuit du 19 au 20 avril pour assister à la première prise importante mise au crédit des Forces armées aux Antilles (FAA).

En effet, cette nuit-là, suite à un renseignement obtenu par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), la frégate « Germinal » est intervenue à une cinquantaine de kilomètres des côtes martiniquaises pour intercepter une embarcation de type go fast, suspectée de servir à transporter de la drogue.

Selon le mode opératoire habituel, la frégate de la Marine nationale a pris en chasse l’embarcation avec le concours de son hélicoptère Panther. Peu avant leur arrestation, les quatre occupants du go fast ont jeté leur cargaison à la mer. Le coup classique…

Seulement, les recherches menées par les embarcations du Germinal avec l’appui des douanes ont permis de récupérer 48 ballots de drogue. Au total, près de 700 kg de marijuana ont ainsi pu être saisis. Cette marchandise a été confiée à l’OCRTIS, qui a procédé à sa destruction.

Quant aux narcotrafiquants, ils ont été placé en garde en vue dans le cadre de l’enquête judiciare menée sous l’autorité du procureur de la République de la Juridiction Interrégionale Spécialisée (JIRS) de Fort-de-France.

« Cette opération est un nouveau coup porté aux organisations criminelles étrangères qui expédient de manière régulière d’importantes quantités de drogue à destination de nos territoires français d'outre-mer. Cette prise est la première de l’année 2016 pour les forces armées aux Antilles. Elle porte le bilan de cette année 2016 à près de 2,7 tonnes de drogue interceptées en mer par l’action conjointe de l’ensemble des services français dans la zone maritime Antilles », a fait valoir la préfecture de la Martinique.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mercredi 30 mars 2016

Politique : Le président Hollande renonce à la déchéance de nationalité...

Tout le monde est français... et le restera !!!

François Hollande a annoncé mercredi qu'il renonçait à intégrer la déchéance de nationalité dans la Constitution. Retour en six dates sur le parcours de ce texte controversé, véritable serpent de mer de l'exécutif.

«Échec», «abandon», «recul»... Les adjectifs affluent ce mercredi de la part des hommes et femmes politiques français pour qualifier la décision du président de la République, François Hollande, de renoncer à convoquer le Parlement en Congrès à Versailles et, par conséquent, d'enterrer sa révision constitutionnelle. Celle-ci, initiée par le chef de l'État lui-même au lendemain des attentats du 13 novembre, prévoyait notamment d'inscrire dans le texte constitutionnel l'état d'urgence mais, surtout, la déchéance de nationalité. Après quatre mois de débats acharnés, le président a constaté que «l'Assemblée nationale et le Sénat ne sont pas parvenus à se mettre d'accord et qu'un compromis paraît même hors d'atteinte sur la définition de la déchéance de nationalité pour les terroristes».

Depuis la divulgation de cette révision constitutionnelle souhaitée par le chef de l'État, les parlementaires, et notamment la majorité socialiste au Palais Bourbon, se sont déchirés sur la question de la déchéance de nationalité. Une réforme qui avait entraîné la démission de l'ancienne Garde des Sceaux, Christiane Taubira, à la fin du mois de janvier. Désormais abandonné, ce projet, déjà marqué par plusieurs reculs de l'Élysée durant les débats parlementaires, notamment concernant la question des binationaux, semblait destiné à finir aux oubliettes depuis plusieurs jours. Retour en six dates clés sur les volte-face de l'exécutif sur cette réforme qui ont finalement conduit à son abandon.

Chronologie : Déchéance de nationalité - un abandon en six actes...

16 novembre : François Hollande annonce son projet

Porté par le drame qui vient de secouer la capitale trois jours auparavant, François Hollande surprend en annonçant vouloir modifier la Constitution. Face aux parlementaires réunis en Congrès à Versailles le 16 novembre dernier, le chef de l'État entend marquer les esprits dans sa lutte contre le terrorisme. Il avance l'idée de l'inscription dans le texte constitutionnel de la déchéance de nationalité pour les binationaux «nés Français» condamnés pour terrorisme. «Nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou un acte de terrorisme, même s'il est né Français». Le débat est lancé.

15 décembre : les réserves de Manuel Valls

Face à un parterre de journalistes, le 15 décembre dernier, le premier ministre Manuel Valls dissimule mal son embarras face à ce projet de révision constitutionnelle. S'il appelle à «être très prudent», le chef du gouvernement s'interroge ouvertement face aux micros tendus: «Pour trois ou quatre terroristes, est-ce que ça vaut la peine? Ça ne dissuade aucun terroriste de se faire sauter au Bataclan. Il faut regarder, il faut regarder...». Quelques semaines auparavant, le 20 novembre, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, avait déjà critiqué la mesure en arguant qu'elle risquait de créer «deux catégories de citoyens».

Dans la foulée de ces premiers doutes publiquement énoncés, d'autres caciques du Parti socialiste commencent à élever la voix. Bruno Le Roux, le patron des députés PS, estimait que la disposition «soulève trop de débats annexes à la lutte contre le terrorisme». Pour Jean-Christophe Cambadélis, le secrétaire général du PS, l'élargissement de la déchéance de nationalité n'était «pas une bonne idée de gauche». Moins d'un mois après son lancement, la réforme bat déjà de l'aile dans le camp de la majorité socialiste.

17 décembre : le Conseil d'État favorable

Alors que la réforme commence à faire grincer des dents, notamment à l'aile gauche du Parti socialiste, le Conseil d'État, saisi par le gouvernement sur sa compatibilité avec les engagements internationaux de la France, émet un «avis favorable». Toutefois, la plus haute autorité administrative émet des réserves si le gouvernement décidait finalement de passer pas une loi. Ce principe «devrait être inscrit dans la Constitution, eu égard au risque d'inconstitutionnalité qui pèserait sur une loi ordinaire», souligne le Conseil d'État.

Le 23 décembre, la mesure sera finalement présentée en Conseil des ministres. Manuel Valls précise que «seule une condamnation définitive rendra possible» la déchéance de nationalité pour les seuls binationaux. Le premier ministre s'est finalement rangé derrière la «parole présidentielle engagée» à Versailles.

27 janvier : Manuel Valls rétropédale

Auditionné devant la commission des lois de l'Assemblée nationale, Manuel Valls annonce l'absence de référence aux personnes binationales dans l'article 2 du projet de loi constitutionnelle. Avec cette volte-face, le premier ministre entend ne pas «stigmatiser» les seuls binationaux, même si, en pratique, ils resteront les seuls exposés à cette mesure. Concrètement, tous les condamnés pour terrorisme pourront perdre certains droits civiques, comme le droit de vote ou d'éligibilité. Mais les conventions internationales signées par la France interdisent de créer des apatrides.

Le premier ministre donne ainsi raison à des responsables socialistes qui faisaient pression en ce sens depuis le début du mois, notamment Bruno Le Roux ou Jean-Marie Le Guen. Dans la foulée, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, démissionne en invoquant «un désaccord politique majeur» sur ce dossier.

10 février : les députés votent le texte

L'issue du vote des députés concernant ce texte est incertaine jusqu'au dernier moment, tant les élus socialistes, et pas seulement les frondeurs, critiquent ouvertement cette réforme. «La Constitution a la vocation de rassembler et non pas d'exclure», s'esclaffera le député du Nord, Bernard Roman. Au cœur des débats, l'alternative de la déchéance de citoyenneté revient dans la bouche de certains élus, à l'instar d'Olivier Faure, député et porte-parole du PS: «On naît avec un nom, une histoire et une nationalité, et on meurt avec. La France met au monde des héros mais aussi des salauds». Face aux élus socialistes échaudés, Manuel Valls tente dès l'ouverture des débats, le 5 février, de calmer le jeu. «La déchéance de nationalité n'est pas une idée de droite, les choses ont changé. C'est une idée ancrée dans l'histoire de la République», lance-t-il.

Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, s'est quant à lui engagé en faveur de l'adoption du texte, notamment s'il concerne également les mononationaux. Finalement, l'Assemblée nationale vote par 317 voix contre 199 le projet de révision constitutionnelle le 10 février sans faire mention des binationaux pour éviter toute «discrimination». L'article 2 prévoit qu'une «personne peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu'elle est condamnée pour un crime ou un délit constituant une atteinte grave à la vie de la Nation».

22 mars : le Sénat condamne la réforme

Le Palais du Luxembourg, à majorité de droite, adopte également le 22 mars, par 178 voix contre 159, et 11 abstentions, le projet de révision constitutionnelle. Toutefois, les sénateurs ont réservé la déchéance de nationalité aux seuls binationaux pour éviter la création d'apatrides. Le Sénat a donc voté un texte différent de celui adopté par les députés quelques semaines auparavant. Ce vote des sénateurs scelle la fin de la déchéance de nationalité, puisque pour aller au Congrès, le texte doit avoir été voté dans les mêmes termes par les deux chambres.

Ce mercredi, François Hollande a donc enterré la révision constitutionnelle qu'il avait lui-même lancée. Un désaveu supplémentaire pour le chef de l'État, qui n'a pas su faire la synthèse entre la majorité socialiste de l'Assemblée opposée à la notion de binationalité, et celle du Sénat, très attaché à son indépendance et à son texte qu'il juge plus proche du discours de François Hollande fait devant le Congrès le 16 novembre dernier.

Source : LeFigaro.fr


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 26 novembre 2015

Terrorisme : Menace d'attentat islamiste en France pour au moins dix ans !

Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste : "Là, on est mal pendant dix ans"

Invité de BFM Politique dimanche soir, l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic l'a souligné : "L'urgence, cela n'a qu'un temps."

Mais que faire face à la menace ?

Depuis septembre dernier, il est vice-président au tribunal de grande instance de Lille, aux antipodes des dossiers antiterroristes. Une décision légale, la législation française interdisant aux juges spécialisés d'occuper les mêmes fonctions plus de dix ans, mais aberrante aux yeux du grand public dans le contexte d'attentats actuel. Au micro d'Apolline de Malherbe, dimanche soir, le magistrat ne l'a pas caché :

"Si l'on veut que je revienne faire de l'antiterrorisme, je reviendrai. Bien sûr que je le ferai, vous avez vu la situation ? Il y en a même d'autres, des policiers, des anciens de la DST, la DCRI, DGSI, très compétents, qui, pour des raisons diverses, ont dû partir. Ce n'est pas à moi de décider, voilà, point. Si on a besoin de moi, je suis magistrat, je suis payé par les Français, il n'y a pas de problème."

Faire l'état des lieux

Que pense-t-il des trois mois d'état d'urgence votés par le Parlement ? "C'est une grande première : je n'ai pas de boule de cristal. Il va falloir que le gouvernement, au bout des trois mois, explique ce que cela a donné. Nous n'avons pas de référence. Le problème de fond, c'est que l'urgence, cela n'a qu'un temps. On va faire l'état des lieux : est-ce que cela a donné quelque chose en termes d'antiterrorisme ?" Et, au lendemain de ces attentats meurtriers, faut-il reprendre sa vie comme si de rien n'était ?

"C'est aux Français de prendre leur responsabilité, répond Marc Trévidic, qui lui-même prend le métro. Il faut vivre normalement, le risque est là. La France ne va pas s'arrêter de tourner, on ne sait pas quand ça va arriver." Mais comment expliquer qu'un terroriste recherché puisse revenir ainsi en Europe, et en France, commettre des attentats ? "J'ai été le premier surpris quand j'ai appris que c'était lui. Je me suis dit quelqu'un dont la tête est aussi connue, pourquoi prend-il le risque de venir lui-même sur le terrain, d'être reconnu ? C'est peut-être parce que nous ne sommes pas dans leur psychologie, ou bien il n'a peut-être pas, aux yeux de l'État islamique, l'importance que nous lui donnons, nous, aujourd'hui ?"

"On est mal pendant dix ans"

La France est-elle en guerre ? Pour le magistrat, "on ne va pas faire de cours de droit. Ce n'est pas une guerre au sens juridique, mais ce sont des gens entraînés militairement et qui font des actes de guerre". Du coup, faut-il fermer les mosquées salafistes ? "Oui, tout à fait. Le plus important est de lutter contre les causes de radicalisation, Internet et les mosquées, car ça, c'est notre avenir dans dix ans. Là, on est mal pendant dix ans. Cela fait trente ans que l'islamisme, la menace terroriste montent dans le monde. Cela a monté en flèche ; pour que cela redescende, il faudra bien dix ans. Et, pour que cela baisse, il faut s'y prendre tout de suite. On doit lutter contre une idéologie radicale violente, et j'ajoute que cette idéologie est aussi véhiculée par nos amis. Le salafisme et le wahhabisme, ce sont des frères jumeaux."

Une attaque chimique ?

Le juge Trévidic n'est, en revanche, pas convaincu de l'imminence d'une attaque chimique, même s'il estime que le Premier ministre était dans son rôle en en parlant à l'Assemblée. "Après le 11 septembre 2001, il y a eu l'anthrax. Après, il y a eu des menaces d'attentats chimiques à La Courneuve et à Romainville. (…) Mais il y a des problèmes de diffusion dans l'atmosphère de ces produits qui font que c'est beaucoup moins efficace qu'une kalachnikov, même si cela fait plus peur dans l'absolu. Ils ont du gaz moutarde, ils ont tout ce qu'ils ont pris à Bachar el-assad, qui est un grand spécialiste, souligne l'ancien juge antiterroriste. Maintenant, en termes d'impact sur l'opinion, cela ne ferait pas plus de morts. Cela peut arriver, mais ce n'est pas pire."

#‎VendrediNoirParis‬  |  #‎Vendredi13Paris‬  |  #‎ParisNovember13  |  

* * *

Source : LePoint.fr / BFMTV

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 8 novembre 2015

Sécurité : La police pourra-t-elle tirer à vue sans être en état de légitime défense ?

Bernard Cazeneuve s'est dit prêt à ce que les policiers puissent
ouvrir le feu sur un criminel sans attendre d'être en légitime défense.

Bernard Cazeneuve s'exprimait un mois après la grave blessure à la tête et au cou d'un policier lors d'une course-poursuite à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) avec deux braqueurs qui venaient d'attaquer un entrepôt de bijoux. 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est dit prêt, jeudi lors d'un déplacement à Troyes, à ce que les policiers puissent, dans des "cas très particuliers", ouvrir le feu sur un criminel sans attendre d'être en légitime défense. "Dans des cas très particuliers, il faut une possibilité pour les policiers comme pour les gendarmes d'assurer leur protection", a déclaré le ministre devant 400 policiers réunis à Troyes à l'occasion du 8e congrès national du syndicat Alliance Police nationale.

Parmi ces cas "très particuliers", Bernard Cazeneuve a cité l'exemple de "quelqu'un qui commet des meurtres en série et qui va continuer à tuer". Il y a "une violence montante qui conduit des acteurs à tuer de façon froide et mécanique", a-t-il dénoncé, ajoutant qu'on "ne peut pas attendre que des policiers soient confrontés à des drames à répétition pour réagir". Le ministre a cependant rappelé ne pas vouloir "remettre en cause les principes de droits constitutionnels et européens", selon lesquels un policier ne peut ouvrir le feu qu'en cas de légitime défense, c'est-à-dire quand sa vie est menacée directement.

Bernard Cazeneuve s'exprimait un mois après la grave blessure à la tête et au cou, le 5 octobre 2015, d'un policier lors d'une course-poursuite à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) avec deux braqueurs qui venaient d'attaquer un entrepôt de bijoux. Selon le ministre, qui a dit lui avoir rendu visite au centre de rééducation où il a été admis lundi après être sorti de l'hôpital, le policier "retrouve des forces et revient à la vie". "Les violences à l'égard des policiers, une politique pénale inadaptée, la suspicion qui pèse souvent sur le travail quotidien du policier engendrent un profond malaise qui risque de se transformer en colère extériorisée", a affirmé pour sa part à la tribune Jean-Claude Delage, secrétaire national du syndicat Alliance, acclamé par l'assistance.

"Les héros du mois de janvier ont le sentiment d'être abandonnés, d'être devenus les oubliés de la République", a ajouté le responsable de la première organisation représentative des gradés et des gardiens de la paix, revendiquant plus de 30 000 adhérents. Le 14 octobre, 7 500 policiers selon la préfecture de police, 10 000 selon les syndicats, s'étaient rassemblés sous les fenêtres du ministère de la Justice pour manifester leur colère, pour la première fois depuis 1983. Mardi, lors de la présentation d'une batterie de mesures pour "renforcer la sécurité des Français", Nicolas Sarkozy a proposé que gendarmes et policiers "bénéficient de la présomption de légitime défense". 

Source : Le Point.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mercredi 7 octobre 2015

Terrorisme : Menace d'attentat islamiste de grande ampleur en France !

Marc Trévidic, juge antiterroriste : Le 11 septembre c'est pour demain

Le pire serait à venir. A en croire les déclarations faites cette semaine dans "Paris Match" par l'acien juge antiterroriste Marc Trévidic, la France doit s'attendre à subir un attentat d'une envergure semblable à ceux du 11 septembre 2001 à New York.

Selon de nombreux responsables de la lutte antiterroriste, seules la maladresse et la malchance des auteurs d'attaques ou de tentatives d'attaques sur le territoire français auraient pour l'instant empêché que la France ne soit touchée par des attentats d'une ampleur inégalée jusqu'ici. 

La France, cible n°1 de l'Etat islamique

"La menace est à un niveau maximal, jamais atteint jusqu'alors. D'abord, nous sommes devenus pour l'Etat islamique [EI] l'ennemi numéro un. La France est la cible principale d'une armée de terroristes aux moyens illimités [...] Ils sont en train de penser à quelque chose de bien plus large, visant en tout premier lieu l'Hexagone", croit savoir l'ancien magistrat Marc Trévidic.
Il faut le dire : devant l'ampleur de la menace et la diversité des formes qu'elle peut prendre, notre dispositif de lutte antiterroriste est devenu perméable, faillible, et n'a plus l'efficacité qu'il avait auparavant."

"Et puis, il reste 'le prix ­Goncourt du terrorisme' à atteindre, et je fais là référence aux attentats du 11 septembre 2001 [...]. Je n'imagine pas un instant qu'un homme tel qu'Abou Bakr ­al-Baghdadi et son armée vont se satisfaire longtemps d'opérations extérieures de peu d'envergure. Ils sont en train de penser à quelque chose de bien plus large, visant en tout premier lieu l'Hexagone."

D'après lui, "si l'on prend l'exemple des frères Kouachi, [...] ils étaient, au vu de ce que l'on sait, 'en route' pour une campagne d'attentats. On y a échappé parce que, dans un accident de voiture, l'un des frères a perdu sa carte d'identité. C'est cela qui a permis de les identifier et de lancer la chasse à l'homme qui s'est soldée par la mort des deux terroristes, tués par le GIGN. Les Kouachi n'étaient pas partis pour une opération suicide ! S'ils avaient pu, ils auraient continué à frapper."

Marc Trévidic raconte enfin qu'il a démantelé une filière menaçante l'an dernier :

J'ai fait neutraliser un réseau de djihadistes très dangereux qui voulait créer un commando de dix 'Merah' autonomes, opérant simultanément sur l'ensemble du territoire."
"Pour l'instant, nous avons eu des attentats de cour de récréation"

Pas très rassurant, d'autant que le tableau présenté par les responsables de la lutte antiterroriste n'est pas plus optimiste :

"Le thermomètre grimpe. Pour l'instant, nous avons eu des attentats de cour de récréation", confie à l'AFP, sous le sceau de l'anonymat, un responsable de la lutte antiterroriste. "Si l'attaque dans le Thalys avait fonctionné, on était très mal. Le gars avait mal engagé le chargeur de sa kalachnikov. Nous pensons que Sid Ahmed Ghlam (auteur de l'attaque avortée contre une église à Villejuif) s'est dégonflé au dernier moment et s'est tiré dans la jambe".

La mode est désormais celle des attaques à la kalachnikov, qui vont durer".

"Les modes opératoires ont changé : avant on mettait des bombes. Aujourd'hui il faut tenir dans le temps, pour que les médias puissent s'accrocher à l'événement, le diffuser en direct pour un maximum de publicité", ajoute-t-il.
Jusqu'à aujourd'hui, on a eu les peintres en bâtiment. Ce qu'on craint vraiment, ce sont les professionnels qui vont suivre", énonce un autre responsable antiterroriste.

Les centres commerciaux visés ?

Selon les services antiterroristes, les centres commerciaux seraient particulièrement menacés et pourraient être la cible d'une attaque par un commando armé.  La hantise des responsables de la lutte antiterroriste : un attentat en France calqué sur celui survenu dans le centre commercial Westgate à Nairobi, en septembre 2013, qui avait fait 67 morts et près de 200 blessés en septembre 2013.

"S'ils s'enferment dans un grand magasin, c'est le cauchemar pour les trouver", a confirme le premier responsable antiterroriste.
Rien que pour savoir combien il y a de tireurs, puis pour les trouver, les neutraliser, il faut des heures. Le jour où on tombe sur deux bons vétérans des combats en Syrie, on est mal",

L'hypothèse de voir des centres commerciaux pris pour cible n'est pas nouvelle. Au mois de février déjà, l'organisation terroriste des shebabs, branche d'Al-Qaida en Somalie, appelait dans une vidéo à commettre des attentats dans des centres commerciaux européens, et notamment français, dans le quartier des Halles et de la Défense à Paris... en prenant exemple sur l'attaque du centre commercial  Westgate à Nairobi.

Source : L'Obs / AFP

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 28 septembre 2015

Justice : Laxisme... libération d'un tueur de policier - Colère du ministre de l'Intérieur !

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait part vendredi 18 septembre 2015 à Roubaix (Nord) de son "indignation" et de sa "colère" après la libération mercredi du meurtrier d'un policier en Seine-Saint-Denis, qui attend son procès en appel depuis quatre ans.

 "Je réagis mal, avec indignation et colère. Je viens d'avoir la mère de ce policier au téléphone pour lui dire ma solidarité et me détermination. Tous les jours, je reçois des notes qui rendent compte des agressions dont les forces de l'ordre sont l'objet, d'agressions gratuites, de la violence stupide de ceux qui ne respectent rien", a déclaré M. Cazeneuve en marge d'un déplacement consacré à la lutte contre le trafic de drogue dans le secteur Lille-Roubaix-Tourcoing.

"En République, il n'y a pas de complaisance à avoir avec ceux qui s'en prennent aux forces de l'ordre qui portent l'uniforme. Lorsque des policiers sont tués dans l'exercice de leur fonction, car ils incarnent l'ordre républicain, il faut avoir la plus grande sévérité à l'égard de ceux qui commettent de tels actes. Une enquête est engagée par la garde des Sceaux pour savoir ce qu'il s'est passé. Lorsque l'ordre républicain, incarné par les forces de l'ordre, est frappé de façon aussi brutale, jusqu'à la mort d'un policier, il faut que la République soit ferme, déterminée", a ajouté le ministre.

Taubira demande des explications

La libération du meurtrier d'un policier tué en Seine-Saint-Denis, qui attend son procès en appel depuis quatre ans, a suscité jeudi la polémique, des syndicats de police dénonçant une décision "ubuesque".

Selon l'avocat de Rajeswaran Paskaran, Thierry Benkimoun, "la chambre de l'instruction a estimé que le délai d'audiencement de son prochain procès, qui n'a pas encore de date, n'était pas raisonnable". Ce trentenaire incarcéré depuis le 24 février 2009 a fait appel en novembre 2011 de sa condamnation à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'un policier à La Courneuve.

Mme Taubira a demandé en urgence mercredi soir "un rapport circonstancié sur les raisons expliquant l'absence d'audiencement".

Source : Le Point.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 23 février 2015

Justice : La présidente du syndicat de la magistrature et du Mur des Cons sera jugée pour injure publique...

La présidente du Syndicat de la magistrature (SM, gauche) Françoise Martres a été renvoyée en procès jeudi pour injure publique dans l'affaire du "mur des cons".

La doyenne des juges d'instruction n'a pas suivi les réquisitions du parquet de Paris, qui concluait au non-lieu en estimant notamment que les faits étaient prescrits. Révélé en avril 2013 par le site Atlantico, ce panneau situé à l'intérieur des locaux du SM, sur lequel étaient collées les images de plusieurs personnalités, avait déclenché un tollé de protestations.

Des responsables du Front national et de l'UMP s'étaient emparés du sujet pour relancer la polémique sur l'indépendance des magistrats. Des magistrats et avocats avaient pour leur part dénoncé l'instrumentalisation de l'affaire pour jeter le discrédit sur les juges.

Comme Brice Hortefeux ou Nadine Morano, les responsables visés par le "mur des cons" étaient essentiellement des personnalités de droite. Figuraient aussi le magistrat Philippe Courroye, le criminologue Alain Bauer, les intellectuels Alain Minc ou Jacques Attali, (NDLR FNCV : sans oublier le général  Schmitt, père de la malheureuse Anne Lorraine).

Le SM s'était défendu, qualifiant le mur de "défouloir" et regrettant des images captées à son insu "dans un lieu privé [...] qui n'est pas accessible au public". Françoise Martres avait été mise en examen pour "injures publiques".

Visée par douze plaintes, elle a à ce stade été renvoyée en procès dans deux cas, où les victimes sont les élus UMP Jacques-Alain Bénisti et Valérie Debord, a précisé la source judiciaire. Le parquet a fait appel de la décision.

Source : Le Point.fr

NDLR FNCV : Nous rendons hommage à Madame la doyenne des Juges d'instruction qui a le courage d'agir selon sa conscience, et avec droiture, ce qui nous change beaucoup de  l'attitude inqualifiable de certains magistrats impliqués dans une affaire aussi nauséabonde. Continuez votre combat, Madame, la majorité des Français vous soutient.

Interview du général SCHMITT: Général, qu’attendez-vous de cette procédure ?
- Au mois de mai dernier, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, a qualifié ce mur de “faute insupportable”!
Je partage son analyse et comme il y a eu faute, je souhaite qu’il y ait sanction. Ces faits étaient d‘ailleurs susceptibles d’une action disciplinaire, notamment pour manquement à l’honneur, mais Mme Taubira, qui a traité cette affaire avec désinvolture-elle a déclaré que ce n’était qu’une “blague de potaches” – s’en est bien gardée.
A défaut, j’espère qu’il y aura condamnation. Quand on prétend rendre la justice au nom du peuple français, cela exige un peu d’éthique et beaucoup de dignité. Manifestement, les auteurs de ce “mur de la honte” n’ont ni l’une, ni l’autre. Pour le bien de l’institution judiciaire, tirons en donc les conséquences.


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 8 février 2015

Droits de l'homme : La justice a tranché... On a le droit d'uriner debout ;-)

Allemagne : La justice a tranché... Un locataire a le droit d'uriner debout

Le tribunal a estimé que c'est bien l'urine de l'individu qui avait attaqué la pierre du sol de l'appartement.

Un locataire a le droit d'uriner debout, a estimé un tribunal allemand saisi par un homme qui avait vu sa caution amputée par le propriétaire de son appartement à cause de taches sur le sol des toilettes.

Le tribunal d'instance de Düsseldorf (ouest) s'est prononcé mardi 20 janvier en faveur de ce locataire qui poursuivait le propriétaire afin de récupérer la totalité de la caution de l'appartement en question, soit 3000 euros, selon un jugement rendu public jeudi.

Le propriétaire souhaitait retenir 1900 euros de cette caution car il estimait que le sol en marbre des toilettes de l'appartement avait été endommagé par des éclaboussures d'urine.

«Une pratique répandue»

Le président du tribunal Stefan Hank a certes convenu, rapport d'expert à l'appui, que c'était bien l'acide urique qui avait attaqué la pierre du sol mais défendu le droit du requérant à uriner debout.

Selon M. Hank, le propriétaire aurait dû avertir le locataire de la vulnérabilité du matériau. «En dépit d'une domestication grandissante des hommes dans ce domaine, uriner debout est de fait une pratique encore répandue», écrit le juge dans la décision, dont l'AFP s'est procurée une copie.

«L'adepte de cette pratique qui était autrefois dominante doit certes compter sur des confrontations parfois non négligeables avec les personnes qui partagent le logement, notamment celles de sexe féminin, mais il n'est en revanche pas censé prendre en compte la corrosion du sol en marbre de la salle de bains ou des toilettes», a souligné le magistrat.

Stickers dans les toilettes

En Allemagne, il n'est pas rare de trouver un autocollant dans les toilettes, invitant les hommes à s'asseoir pour uriner.

Par ailleurs, la question des droits des locataires y est souvent un sujet de disputes juridiques. En juin, le même tribunal de Düsseldorf avait décidé qu'un locataire, fumeur impénitent, devait quitter son appartement après 40 ans d'occupation, après des plaintes de ses voisins.

Le tribunal avait considéré que le fumeur n'avait pas fait assez pour empêcher la fumée de ses cigarettes de se diffuser dans les parties communes et qu'il n'avait pas assez aéré son logement, ni suffisamment vidé les cendriers.

Source : AFP/Newsnet - LeMatin.ch

Ndlr : Au train ou vont les choses, si les bobocolos s'en mêlent, bientôt auront-nous encore le droit de pisser contre un arbre ? Faudra-t-il mettre des couches à nos amis les chiens ?
Et ne parlons pas des vaches qui abiment les si belles pelouses de nos campagnes :(

La justice a tranché...
On a (encore) le droit de pisser debout !

 

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 12 janvier 2015

Vigipirate : Déploiement de 10000 militaires sur les lieux sensibles

Le chef du gouvernement souhaite également «généraliser l'isolement en prison des détenus islamistes radicaux» et propose d'«améliorer» le système d'écoutes administratives et judiciaires afin de le rendre «plus performant».

Après l'émotion et le recueillement, les décisions. Le gouvernement annoncera dans les prochains jours les premières mesures destinées à mieux lutter contre le terrorisme. Manuel Valls, qui était lundi matin l'invité de RMC et BFMTV, a indiqué qu'il s'exprimera mardi après-midi à l'Assemblée nationale sur ce sujet, avant le débat sur l'intervention de la France en Irak.

Il a d'ores et déjà donné quelques pistes lundi matin. Le chef du gouvernement souhaite «généraliser l'isolement en prison des détenus islamistes radicaux». «On sépare ces détenus du reste» des autres détenus en prison. «Il faut, a-t-il poursuivi, généraliser» cette mesure mais «avec discernement et intelligence».

Le premier ministre propose également d'«améliorer» le système d'écoutes administratives et judiciaires afin de le rendre «plus performant». «Il faudra donner le plus vite possible encore davantage de moyens (aux) services. Il y a sans doute des problèmes juridiques pour effectivement améliorer encore la possibilité des systèmes d'interception, parce qu'entre les écoutes administratives et judiciaires, on peut encore être plus performant», a-t-il dit.

Des mesures attendues à l'école

Le gouvernement compte par ailleurs prendre des mesures à l'école où, la semaine dernière, les minutes de silence ont parfois été perturbées par certains élèves. «Dans mon pays, je ne veux pas que l'on puisse dire que l'ennemi, quand un élève répond à une question d'un enseignant, c'est le Juif. Je ne veux pas qu'il y ait des jeunes qui fassent le V de la victoire après ce qui s'est passé. Je ne veux pas qu'il y ait des jeunes qui se reconnaissent dans ces terroristes barbares qui ont assassiné des journalistes, des policiers, des Juifs français parce qu'ils étaient juifs», a insisté Valls ajoutant son souci d'«aller plus loin pour lutter contre l'antisémitisme, le racisme, l'apologie de l'extermination des Juifs». Avec la ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, il rencontrera mardi les recteurs.

«Attention à toutes ces mesures d'exception»

Ces mesures sont à l'ordre du jour de la réunion qui se tient ce lundi matin à l'Élysée autour du président de la République. Et Manuel Valls aimerait qu'il y ait, sur ces mesures, «concorde» entre la majorité et l'opposition. L'exécutif pourrait-il s'inspirer, comme l'ont demandé dimanche plusieurs membres de l'opposition, du Patriot Act mis en œuvre après les attentats du 11 septembre 2001 ? Le premier ministre n'y est pas favorable. «Si c'est cela qui doit nous amener à ce qui s'est passé quelques années après en Irak, je pense qu'il faut y réfléchir», a réagit Valls. «Attention à toutes ces mesures d'exception», a-t-il mis en garde.

Plus immédiatement, et alors que le risque d'attentat reste très important en France, le premier ministre a annoncé une augmentation sans précédent des moyens en hommes dans le cadre du plan Vigipirate relevé la semaine dernière au niveau «alerte attentat». Ainsi, ce sont au total 8500 militaires qui seront déployés en France dans les prochains jours. «Un niveau jamais atteint», selon le premier ministre. «Il y avait à peu près un millier de soldats dans le cadre du plan Vigipirate, nous en avons déployé 2000 supplémentaires et dans les jours qui viennent, nous allons en déployer 6000 en plus de l'engagement des forces de l'ordre, policiers et gendarmes, puisque 4100 gendarmes mobiles et CRS sont déjà déployés», a détaillé le premier ministre. Ces effectifs permettront de renforcer la sécurité des «synagogues», «écoles confessionnelles juives» mais aussi des «mosquées» parce que, a rappelé le premier ministre, il y a eu «ces derniers jours un certain nombre d'attaques contre les mosquées».

Sources : LeFigaro.fr / FranceInfo / BFM.TV

Ndlr :  Les pouvoirs publics estiment à plus de 1400 le nombre de djihadistes en France, revenus de Syrie. C'est sans compter tout ceux, locaux, qui se s'auto-radicalisent notamment via Internet, ou en prison au contact d'islamistes endurcis. Une des réponses proposées, par le Premier ministre : Isolement et surveillance téléphonique et judiciaire...
Concernant le déploiement de militaires, le ministre de la Défense parle lui d'une véritable Opération Intérieure, de la même ampleur que les OPEX en cours.

Une fois les mesures d'urgences prises et l'ambiance jour d’après "Je suis charlie" passée, les questions demeurent ...

«Nous avons un devoir de lucidité et d'analyse...» déclare Nicolas Sarkozy ce matin sur RTL.
Un débat de fond, une véritable remise à plat de nos politiques d'immigration, d'intégration et d'éducation est nécessaire selon lui.

* * *


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *