FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 10 février 2017

Terrorisme : Quatre personnes suspectées de préparer un attentat à l’explosif arrêtées à Montpellier !

Quatre personnes soupçonnées de préparer un attentat ont été interpellées, vendredi 10 février à Montpellier (Hérault), rapportent des sources proches de l'enquête à franceinfo, confirmant une information de la chaîne M6. Il s'agit de trois hommes et une femme.

Parmi eux, trois étaient connus des services anti-terroristes : un homme de 20 ans, connu pour radicalisation et une tentative de départ en Syrie, fin 2015 ; un homme né en 1983 connu pour radicalisation ; une jeune fille âgée de 16 ans. Cette dernière était visiblement sur le point de se rendre en Syrie. Elle a été repérée sur les réseaux sociaux. La quatrième personne, un homme né en 1990, serait en périphérie du groupe.

Des explosifs découverts sur les lieux de l'interpellation

Les services de la Sous-direction anti-terroriste (Sdat) et de la DGSI ont intercepté des éléments de projet de passage à l'acte, ce qui a permis leur interpellation. Lors de l'arrestation, 71 grammes de peroxyde d'acétone (TATP), un litre d'acétone et un litre d'eau oxygénée ont été découverts. Ces composants interviennent dans la fabrication d'explosifs.

Source : FranceInfo.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 2 août 2010

Violences urbaines : Nicolas Sarkozy en guerre contre la criminalité... Mesures-choc annoncées à Grenoble !

30 ans incompressibles pour les assassins de policiers !

Le chef de l'Etat souhaite que les délinquants d'origine étrangère qui mettent en danger la vie d'un représentant des forces de l'ordre puissent perdre la nationalité française. En cas d'assassinat, il propose une peine incompressible de 30 ans de prison.
 
Il avait annoncé «une lutte implacable, une guerre contre la criminalité». Revenu à Grenoble, théâtre de violences mi-juillet 2010, pour installer le nouveau préfet de l'Isère, Nicolas Sarkozy a annoncé une série de mesures-choc contre la grande délinquance et les agressions de membres des forces de l'ordre. Le président souhaite déchoir de la nationalité française toute personne d'origine étrangère «qui porterait volontairement atteinte à la vie d'un policier, d'un gendarme, d'un militaire». «La nationalité française se mérite et il faut pouvoir s'en montrer digne», souligne le chef de l'Etat. «Quand on tire sur un agent chargé des forces de l'ordre, on n'en est plus digne».

Plus de nationalité française automatique pour les délinquants !

Lire la suite...

samedi 29 mai 2010

Prise d'otage à Châteauroux : L'Europe s'entraîne au contre-terrorisme avec le GIGN...

Prise d'otage à Châteauroux : L'Europe s'entraîne au contre-terrorisme avec le GIGN... Prise d'otages sur l'aéroport de Chateauroux... Intervention du GIGN

Exercice exceptionnel le 27 mai 2010 sur l'aéroport de Chateauroux-Déols (Indre) : 32 unités d'intervention contre-terroristes issues de 27 pays européens se sont entraînées en commun autour d'un scénario de prises d'otages à bord de deux avions de ligne. Fort de son expérience en la matière, le GIGN était la puissance invitante de ces groupes, qui se préparaient depuis mardi. Au total 370 hommes, dont 150 étrangers, ont participé à cet exercice.

Les groupes d'intervention européens, type GIGN, se connaissent bien. Depuis 2003, ils coopèrent discrètement au sein d'un réseau baptisé Atlas. Les 27 pays de l'UE, ainsi que la Suisse et la Norvège, en sont membres. Au total, 35 groupes, car certains pays possèdent plusieurs unités d'intervention à l'image de la France avec le GIGN et le RAID.

Ce réseau vise à faciliter la coopération, grâce à des séminaires, des échanges de retex (retour d'expériences), des rencontres, mais c'était la première fois qu'un scénario d'une telle ampleur était joué. Atlas est organisé en quatre groupes de travail : naval, bâtiment (building), tubes (train, métro...) et aérien, le GIGN étant leader de ce dernier groupe.

Lire la suite...

samedi 24 avril 2010

Voile Islamique - Burqa : Amende au volant pour une femme en niqab - Son mari est polygame

PV à une automobiliste de Nantes... Pour conduite en niqab...

Vêtue d'un niqab, elle a écopé d'une amende de 22 euros pour «circulation dans des conditions non aisées», à Nantes. Elle conteste cette sanction et affirme n'avoir commis aucune infraction.
 
Nul besoin d'attendre le projet de loi sur l'interdiction du voile intégral, qui devrait être examiné en urgence à l'Assemblée nationale. Les policiers disposent déjà d'une arme pour sanctionner les femmes portant le niqab : le code de la route. Le 2 avril 2010, une Française de 31 ans a reçu une amende de 22 euros pour «circulation dans des conditions non aisées», lors d'un contrôle routier à Nantes.

Selon le procès-verbal, le fonctionnaire de police a ainsi estimé que le champ de vision de la jeune femme était réduit par le port du niqab, ce voile intégral qui ne laisse voir que les yeux. Une référence à l'article 412-6 du Code de la route, qui stipule que «tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent». Le champ de vision, notamment, ne doit pas être réduit «par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l'apposition d'objets non transparents sur les vitres».

Mentionné par le policier, cet article du Code de la route ne fait pourtant jamais explicitement référence au port du voile intégral. «C'est laissé à la libre appréciation de l'agent verbalisateur», a défendu la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). «Cet agent a fait son travail. Il a estimé que dans ces circonstances, il y avait un risque pour la sécurité», a-t-on ajouté.

BURQA ou CONDUIRE... Il faut choisir...

Lire la suite...

jeudi 22 octobre 2009

Le GIGN neutralise un redoutable gang de braqueurs à Pithiviers

Le GIGN neutralise un redoutable gang de braqueurs à Pithiviers Soupçonnés d'avoir attaqué et pris en otages les employés d'au moins dix supermarchés, une bande de malfaiteurs ont été surpris en flagrant délit à Pithiviers. Avec un sang-froid déconcertant, des malfaiteurs chevronnés ont écumé le nord de la France et la région francilienne afin de dévaliser une série de grandes surfaces en séquestrant un personnel parfois nombreux.

Depuis octobre dernier, pas moins d'une quarantaine d'enseignes ont été attaquées. Après des semaines de traque menée par la gendarmerie, un gang a été identifié et démantelé avec l'appui des hommes d'élite du GIGN.

Soupçonnés d'une dizaine d'attaques, six voyous sont en garde à vue depuis samedi et devraient être déférés demain matin devant un magistrat du pôle criminel de Caen (Calvados) dans le cadre d'une commission rogatoire ouverte pour «vols en bande organisée, séquestrations de personnes et association de malfaiteurs».

Lire la suite...

mardi 3 mars 2009

Armée : Les forces spéciales françaises manquent de volontaires

Les unités du COS "peinent à recruter" pour les forces spéciales

Dans son dernier numéro, le magazine mensuel Raids* diagnostique "un sous-effectif croissant généralisé parmi les unités des forces spéciales françaises". Raids n'avance pas de chiffre précis, sauf pour le CPA-10 de l'armée de l'air.

En juillet 2008, le déficit en personnel de ce Commando Parachutiste de l'Air était de 20,9%, soit un effectif réel de 226 personnels pour un effectif théorique de 286 ( - 60 personnels) Dans le détail, les chiffres sont les suivants : officiers 15/17, sous-officiers 75/89, MDR 136/146. A cela il faut ajouter un manque de réservistes, puisqu'il n'y avait que 20 postes pourvus sur 47 ouverts.

Le CPA-10 ne semble pas être un cas isolé, constaste Raids. Si ce déficit de 20% s'applique à l'ensemble des forces spéciales (dont le nombre est estimé à 3374 + 300 réservistes), il faudrait alors compter avec un déficit de plus de 600 personnels. Ce n'est pas rien...

Les causes sont multiples : à la difficulté traditionnelle de la sélection, s'ajoute désormais le besoin en personnel très qualifié sur le plan technique, difficile à recruter. Par ailleurs, les sociétés militaires privées étrangères attirent de nombreux FS, en leur proposant des revenus bien plus considérables que leurs soldes.

Source : Jean Dominique Merchet - Liberation.fr


samedi 12 avril 2008

Otages du PONANT libérés

Les otages du PONANT ont été libérés sains et saufs par les forces françaises

Le PONANT, un voilier de croisière de luxe français, a été intercepté au large de la Somalie, par un groupe de pirates locaux, les "Somali Marines".
Les membres d'équipage du Ponant ayant été pris en otage par les pirates, des négociations se sont engagées avec l'armateur CMA-CGM, qui a accepté de verser une rançon de deux millions de dollars pour les faire libérer.

voilier ponant cma cgm otage somalie  ponant liberation otage somalie

Les otages du Ponant ont été libérés le 11 avril 2008, au large de la Somalie, au terme d'une négociation habilement menée par plusieurs membres du GIGN, le Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale.

Après que la rançon eut été versée, les otages libérés et embarqués à bord de la frégate Jean-Bart de la marine nationale, les commandos-marine du commando "Hubert", avec l'accord des autorités somaliennes, se sont aussitôt lancés à bord d'hélicoptères, à la poursuite des pirates qui avaient débarqué en Somalie et tentaient de rejoindre leur refuge terrestre dans une région désertique.

helicoptere marine commando hubertAyant retrouvé les fuyards, les hélicoptères français ont effectué des tirs de sommation et obtenu rapidement la reddition des fuyards. Une partie des sacs contenant la rançon a été récupérée. Les pirates arrêtés ont été conduits manu militari sur la frégate "Jean-Bart". Ils seront remis à la justice française devant laquelle ils devront répondre de leurs agissements criminels. Le voilier récupéré a mis le cap en direction de la base militaire française de Djibouti.

Cet épisode à l'heureux dénouement montre bien à quel point le monde dans lequel nous vivons est devenu dangereux.

otage ponant commando marine hubertQu'en aurait-il été des otages si la France ne disposait pas d'une base militaire puissante à Djibouti , proche de la Somalie, et de forces spéciales parfaitement entraînées à ce type d'opérations ?