FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Etats Unis - USA

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 6 décembre 2016

Libye : L'Etat islamique vaincu à Syrte après 6 mois de combats

« Au combat, le premier mort, c’est le plan », rappelait récemment le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées. Et il est vrai que rien ne se passe jamais comme prévu quand on planifie une opération militaire.

Ainsi en a-t-il été de l’offensive lancée en mai 2016 pour chasser la branche libyenne de l’État islamique de la ville de Syrte. Au début, ce n’était l’affaire que de quelques semaines. Or, il aura finalement fallu 6 mois aux milices de Misrata, loyales au gouvernement d’union national (GNA) libyen, pour venir à bout des jihadistes.

En effet, Tripoli a annoncé, ce 5 décembre, la reprise totale de Syrte. « Nos forces ont constaté aujourd’hui un effondrement total des djihadistes, et des dizaines d’entre eux se sont déjà livrés à nos forces », a indiqué Reda Issa, un porte-parole des forces loyales au GNA.

La première phase de l’opération, qui a consisté à encercler Syrte, s’est déroulée sans trop de problèmes, ce premier objectif ayant été atteint en juin dernier. Ce qui n’a pas été le cas de la seconde, c’est à dire quand il a fallu aux forces libyennes engager le combat à l’intérieur de la ville, face un adversaire rompu aux tactiques de la guérilla urbaine.

En août, Tripoli a donc demandé un appui aérien aux États-Unis. Appui fourni par les AV-8 Harrier II et les hélicoptères d’attaque AH-1W SuperCobra de l’US Marine Corps (USMC), engagés depuis le navire d’assaut amphibie USS Wasp. Le Pentagone pensait alors que ce ne serait l’affaire que de quelques semaines, tout au plus. En fait, cette campagne aérienne aura duré plus de trois mois, avec près de 400 frappes à la clé.

Le 1er décembre, un porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau Jeff Davis, expliquait que les jihadistes encore présents à Syrte s’étaient retranchés dans « deux derniers pâtés de maison ». Ils « sont très peu nombreux mais ils sont tenaces et ils combattent jusqu’à la mort », avait-il souligné.

Finalement, les forces du GNA ont eu enfin raison de ce dernier carré. Mais leurs pertes sont lourdes : les combats auraient fait plus de 700 tués et 3.000 blessés dans leurs rangs. Aucun bilan, côté jihadiste, n’a été avancé. L’on sait seulement que les effectifs de l’EI à Syrte avaient été évalués à 3.000 combattants environ avant le début de l’offensive.

Alors que l’EI est sur la défensive à Mossoul (Irak) et à Raqqa (Syrie), la perte de Syrte est un sérieux revers pour l’organisation jihadiste. Pour autant, elle ne signifie pas la fin de sa présence en Libye.

En juillet, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’inquiétait justement d’une possible « dissémination de l’EI » en Afrique du Nord. « À l’avenir, l’impact des combattants de l’EI éparpillés sur des groupes armés dans le sud pourrait devenir une source d’inquiétude « , avait-il estimé.

Quoi qu’il en soit, ce dénouement à Syrte peut évidemment jouer en faveur du gouvernement libyen d’union nationale, qui peine à asseoir son autorité (et sa légitimité) dans le pays. 

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

vendredi 18 novembre 2016

Etats unis : Problèmes de recrutement dans l'armée américaine. Les critères de sélection vont être assouplis...

Le Pentagone a invité les différentes branches des forces armées américaines à «revoir leurs normes de recrutement pour s’assurer qu’elles ne sont pas trop restrictives», en particulier celles concernant le surpoids, la forme physique, les tests de natation, l’usage passé de marijuana ou encore les tatouages. En outre, il serait aussi question d’ouvrir le recrutement aux parents célibataires.

Pour le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, cet assouplissement des critères de recrutement se justifie par "le risque de voir les forces armées s’isoler du reste de la population."

« Géographiquement, le recrutement se concentre de plus en plus sur ses viviers traditionnels : le monde rural, les Etats du Sud et il devient de plus en plus difficile dans les Etats du Nord-Est » a fait valoir M. Carter, à l’occasion d’un discours prononcé devant les étudiants d’une université new-yorkaise.

Qui plus est, a ajouté M. Carter, l’armée « commence à ressembler à une entreprise familiale » étant donné que les enfants de militaires ont « deux fois plus de chance » de s’engager que les autres. D’où la nécessité, selon lui, que l’armée soit « moins décourageante vis-à-vis de certaines catégories de personnes dont le nombre croît rapidement. »

Selon un responsable américain de la Défense, cité par l’AFP, il n’est guère pertinent de refuser un jeune en surpoids dans la mesure où il « aura toute sa formation pour atteindre les critères physiques nécessaires » une fois qu’il sera sous les drapeaux.

Théoriquement, l’argument est recevable. Sauf que, comme l’indiquait il y a quelques mois le général Daniel B. Allyn, le chef d’état-major adjoint de l’US Army, le nombre de soldats considérés comme « non déployables » pour des raisons médicales atteint déjà un niveau inquiétant. Qu’en sera-t-il si les normes sont assouplies?

En réalité, les forces américaines se heurtent à de gros problèmes de recrutement, l’US Air Force, par exemple, étant à la peine pour trouver des pilotes. En juin 2014, un article du Wall Street Journal indiquait que 71% des jeunes américains âgés de 17 à 24 ans n’étaient pas aptes à servir dans l’armée, à cause de leur état de santé, (obésité, hyperactivité, etc…), de leur consommation de drogues (8%), de leur passé judiciaire ou encore de leur niveau scolaire insuffisant.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mardi 8 novembre 2016

Syrie : Offensive des Forces Démocratiques Syriennes sur RAQQA, avec le soutien de la coalition

Alors que les jihadistes de l’État islamique opposent une forte résistance aux forces irakiennes et kurdes à Mossoul, ils vont devoir aussi s’employer à défendre leurs positions dans la ville de Raqqa, leur second bastion, situé en Syrie.

En effet, les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui réunissent les milices kurdes syriennes (YPG) et des groupes rebelles arabes, viennent de lancer une opération d’ampleur visant à chasser l’EI de Raqqa.

« La grande bataille pour la libération de Raqqa et de sa province a commencé », a en effet affirmé une porte-parole des FDS, depuis la localité d’Aïn Issa, située à une cinquantaine de kilométres du fief jihadiste.

Seules les FDS sont impliquées dans cette opération, qui, appelée « Colère de l’Euphrate », mobilise 30.000 combattants, appuyés par la coalition internationale anti-EI dirigée par les États-Unis.

« Raqqa sera libérée grâce à ses fils et ses factions arabes, kurdes et turkmènes, des héros combattant sous la bannière des FDS, avec la participation active des Unités de protection du peuple kurde (YPG) (…) en coordination avec la coalition internationale », explique un communiqué des FDS.

Ce 6 novembre 2016, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a estimé, sur les ondes d’Europe1, qu’il fallait impérativement mener la bataille de Raqqa après celle de Mossoul.

« Donc, il faut aussi aller jusqu’à Raqqa. On passe d’abord par Mossoul, mais la bataille de Raqqa doit avoir lieu », a affirmé le ministre. « Ça sera automatiquement des forces locales qui viendront libérer Raqqa, même si les forces françaises, les forces américaines, la coalition, contribuent par des frappes à ce que l’on puisse démanteler le dispositif de Daesh », a-t-il ajouté, en rappelant que c’est de cette ville que « sont venus les ordres et les orientations qui ont amenés le drame et la barbarie » des attentats du 13 novembre 2015.

Reste à voir la réaction de la Turquie, qui, alors qu’elle a lancé l’opération « Bouclier de l’Euphrate » dans le nord de la Syrie, a fait savoir à plusieurs reprises qu’elle était prête à prendre part à la libération de Raqqa étant donné son hostilité aux milices kurdes syriennes. Fin octobre, le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, avait affirmé que les forces turques seraient « bienvenues » pour participer à l’offensive contre le bastion syrien de Daesh.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 2 octobre 2016

Syrie : La Turquie va-t-elle s'associer à l'offensive contre l'EI à Raqqa ?

La semaine passée, le général Joseph Dunford, le chef d’état-major interarmées américain, a indiqué lors d’une audition au Congrès que si la coalition avait un plan pour chasser l’État islamique (EI ou Daesh) de son bastion syrien de Raqqa, elle ne disposait pas encore des «ressources » nécessaires.

Pour le moment, en Syrie, la coalition ne peut que s’appuyer sur les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance formée par les milices kurdes des YPG et de groupes arabes sunnites et chrétiens.

Aussi, pour préparer l’offensive contre l’EI à Raqqa, le général Dunford a suggéré de livrer des armes aux YPG. Une perspective « inacceptable » pour Mevlut Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères étant donné que les milices kurdes syriennes ont des liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), avec lequel Ankara à maille à partir depuis la fin des années 1970.

Alors que, justement, les YPG ont obtenu des succès notables contre les jihadistes, le chef de la diplomatie turque a usé d’arguments surprenants pour justifier sa position. « Les armer est très dangereux. Les armes données à ces forces (sont) ensuite vendues à Daesh et à d’autres organisations terroristes », a-t-il affirmé.

Du coup, selon les propos du président turc, Recep Tayyip Erdogan, tels qu’ils ont été rapportés par l’agence Reuters, Ankara voudrait « s’associer » à l’opération militaire qui sera menée contre l’EI à Raqqa.

« Notre ministre des Affaires étrangères et nos autorités militaires sont en discussion avec les États-Unis à propos de la question de Raqqa. Nous leur avons fait part de nos conditions », a déclaré M. Erdogan à des journalistes, le 25 septembre 2016.

« Prendre une initiative commune est important pour nous », a continué le président turc. « Si les États-Unis n’associent pas les Kurdes à leurs histoires, nous pouvons mener cette bataille avec les États-Unis », a-t-il ajouté, avant de faire valoir que la Turquie s’était « montrée la plus efficace dans la lutte contre l’État islamique, en dépit de la désinformation. »

Pour le moment, dans le cadre de l’opération Bouclier de l’Euphrate, lancée le 24 août, les forces turques, en appui de groupes rebelles soutenus par Ankara, ont chassé les jihadistes de la ville syrienne de Jarabulus. Mais leur mission vise tout autant Daesh que les miliciens kurdes syriens. Désormais, leur objectif serait d’établir une zone de sécurité de 5.000 km2, ce qui supposerait de lancer une offensive en direction d’Al-Bab, localité toujours aux mains par l’EI, en passant par Manbij, désormais sous le contrôle des FDS.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 19 septembre 2016

Equipement militaire : Casques défectueux vendus à l'armée US

La vie de soldats américains mise en danger à cause de casques défectueux.

En 2006, la société ArmorSource reçut une commande du Pentagone portant sur 102.000 casques en kevlar de type ACH (Advanced Combat Helmet) pour un montant de 30 millions de dollars. Le contrat fut honoré en 2009.

Seulement, un an plus tard, il s’avéra que ces équipements présentaient des défauts de conception, au point que 44.000 d’entre eux furent retirés de la circulation par l’US Army, ce qui coûta 19 millions de dollars…

Il aura fallu attendre la publication d’un rapport du bureau d’inspection du département américain de la Justice pour connaître les dessous de cette affaire.

Ainsi, le rapport confirme que les casques présentaient de « graves défaillances balistiques » et qu’ils avaient été fabriqués avec des « matériaux dégradés ou non autorisés ».

En outre, l’on y apprend qu’ArmorSource avait confié leur fabrication à la centrale pénitentiaire de Beaumont, au Texas, sans s’assurer un contrôle strict de la qualité.

Par ailleurs, continue le rapport, les détenus qui fabriquaient ces casques ont eu entre leurs mains des outils « susceptibles d’être utilisés comme armes dans la prison et par conséquent mettaient en danger la sécurité du personnel ».

Depuis, la ligne de production a été fermée et ArmorSource a accepté de payer 3 millions de dollars en vertu du « False Claims Act », qui est une loi censée protéger l’État fédéral contre la fraude d’entreprises ayant obtenu des contrats publics.

« Le gouvernement des États-Unis s’appuie sur des entreprises pour fabriquer des équipements essentiels pour la protection de nos hommes et femmes en uniforme. Si ces équipements ne respectent pas les normes de qualité, c’est une tromperie à l’égard du contribuable qui peut aussi mettre des vies en danger », a fait valoir Benjamin Mizer, un responsable du département de la Justice.

Cependant, l’enquête n’a reçu aucun indication sur des cas de militaires américains tués en Afghanistan ou en Irak à cause de ces casques défectueux. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas eu. Des recherches sont en cours pour le déterminer, d’après le Washington Post.

Visiblement, le Pentagone ne tient pas rigueur à ArmorSource pour cette affaire. L’entreprise, implantée à Hebron (Ohio), a en effet obtenu de nouveaux contrats de sa part, dont un d’un montant de 93 millions de dollars en 2013. Et, cette année, elle a reçu deux nouvelles commandes, dont une concernant 10.000 casques pour l’US Marine Corps (Lightweight Helmets).

« Inutile de dire que nous sommes fiers et enthousiastes à ce sujet et nous voyons dans ces commandes un signe clair de la confiance du gouvernement en ArmorSource, ses employés, et sa technologie de pointe », avait commenté Yoav Kapah, le Pdg de cette entreprise, en soulignant que les prochains casques seront fabriqués à Hebron.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 1 septembre 2016

Daesh : Mort d'Al-Adnani, leader de l'EI. La "décapitation" une stratégie efficace contre l'Etat islamique ?

Abou Mohammed al-Adnani est le troisième haut responsable djihadiste liquidé en cinq mois. Abou Bakr al-Baghdadi, introuvable chef de l'EI dont la tête est mise à prix par les Etats-Unis, se trouve plus isolé que jamais.

La stratégie dite de "décapitation" est-elle efficace ?

Abou Mohammed al-Adnani, stratège et architecte des opérations extérieures de l'Etat islamique (EI) et porte-parole de l'organisation terroriste, a été tué dans une frappe dont les Etats-Unis et la Russie se disputent la paternité. Sa tête était mise à prix à 5 millions de dollars. Comme des dizaines d'autres terroristes, ils faisaient partie de la liste officielle américaine antiterroriste des personnes recherchées, Rewards for Justice, où l'on trouve également le chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri (25 millions de dollars de récompense), le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi (10 millions) ou encore l'ancien chef de Boko Haram, Aboubakar Shekau (7 millions).

Al-Adnani, "ministre des attentats" et porte-parole de Daech

Comme au temps d'Oussama Ben Laden, les Américains ont fait de la "stratégie de la décapitation", méthode militaire qui consiste à éliminer physiquement des "cibles à hautes valeurs" pour affaiblir une organisation terroriste, un mode opératoire de plus en plus utilisé, surtout depuis l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche.

Mais cette tactique militaire compte autant de détracteurs que d'adeptes. Les premiers estiment qu'elle déstabilise certes un groupe, temporairement, mais qu'elle n'anéantit jamais l'organisation d'un réseau structuré. Les seconds pensent au contraire que supprimer ces cibles accroît les chances de victoire du contre-terrorisme et diminue la violence d'un conflit. Bruno Tertrais, politologue et maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, considère ce procédé "limité" mais indispensable.


La "stratégie de la décapitation", qui vise les "cibles à haute valeur", est-elle efficace pour affaiblir l'EI ?

- Rappelons d'abord que la "décapitation" n'est pas une stratégie spécifiquement américaine. Les Russes et les Israéliens ont largement utilisé cette technique, les uns contre la rébellion tchétchène, les autres contre des leaders du Hamas au début des années 2000.

Est-ce efficace ? L'historiographie des mouvements totalitaires et des Etats autoritaires a mis en exergue le rôle important des leaders.

Exemple : si Hitler avait été ciblé personnellement à la fin des années 30, il n'est pas certain qu'un autre leader aurait amené l'Europe, et l'Allemagne en particulier, à sa perte comme Hitler l'a fait. De même, plusieurs études, dont celle de l'université d'Harvard de 2012, montrent que la "stratégie de la décapitation" contre le terrorisme et la contre-insurrection est efficace, oui. 

D'autres chercheurs, au contraire, pensent que les groupes terroristes résistent à la mort de l'un de leurs leaders...

- Oui, avec deux arguments à l'appui -mais ça ne veut pas dire que ce n'est pas efficace. D'une part, ils estiment que la mort d'un chef en fait un martyr qui attirera de nouvelles recrues et qu'il sera dans tous les cas remplacé. Ce qui n'est pas tout à fait exact : on a démontré que l'effet martyr n'existe pas ou en tout cas qu'il est surévalué. Et la possibilité pour un leader d'être remplacé n'est pas une raison pour ne pas l'éliminer. Second argument : le réservoir des leaders charismatiques et efficaces n'est pas nécessairement inépuisable. Et de fait, le successeur d'Oussama Ben Laden à la tête d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, n'avait pas la même aura.

Ce qui a marché pour Al-Qaïda peut-il fonctionner pour l'EI ?

- L'élimination physique des principaux leaders opérationnels est certainement de nature à troubler ou à désorganiser la planification faite d’actions locales et à l'étranger. Mais ça n'élimine évidemment pas la menace.

D'ailleurs, personne ne peut prétendre que l'élimination du chef de l'EI, Al-Baghdadi, par exemple, aurait le même effet en 2016 qu'aurait eu l'élimination d'Hitler en 1940. L'EI est une mouvance particulière, bien structurée. Tuer ses leaders aura une efficacité limitée mais ce n'est pas une raison pour ne pas le faire.

Quelles sont les limites de cette stratégie ?

- Les leaders ne sont jamais seuls. Ce ne sont pas des mécanismes dont il y aurait une pièce maîtresse, une clé de voûte, sans laquelle tout s'effondre. Les organisations terroristes ne sont pas des Etats totalitaires, elles sont souvent décentralisées et fluides et leur influence est tout autant idéologique qu'opérationnelle. Personne ne pense qu'il suffit de "décapiter" pour que les mouvements terroristes disparaissent. L'efficacité ne veut pas dire suffisance.

Pourtant les Etats-Unis ont bâti un récit autour du "wanted dead or alive" en matière de lutte contre le terrorisme.

- Dans l'élimination des leaders terroristes, il y a aussi une dimension de morale et de justice, c'est une manière de montrer que les agressions ne restent pas impunies. L’expression 'Wanted : Dead or Alive' est effectivement américaine – Bush l'avait d’ailleurs utilisée à propos de Ben Laden – mais n’oublions pas que la promesse de récompense existe dans d’autres pays.

Mais il est vrai que contrairement à d'autres – je pense par exemple aux Israéliens – les Américains se réjouissent publiquement de leurs prises car c'est ce qui est le plus visible, cela crée des effets d'annonce. Mais cela ne veut pas dire que la "décapitation" soit centrale dans leur stratégie.

Est-ce que l'élimination d'Abou Bakr al-Baghdadi est activement souhaitée, recherchée et espérée comme quelque chose qui pourrait affecter le sort de l'EI ? Je ne connais pas la réponse à cette question. Quoi qu'il en soit, on cherche toujours à se débarrasser de l'ennemi. Il ne faut pas négliger la force symbolique de ce genre d'assassinat. L'élimination Abou Moussab al-Zarqaoui, premier leader de l'EI, avait contribué à ce que le mouvement s'éteigne presque. Cela avait été un vrai succès.

Source : NOUVELOBS.COM
Interview de Bruno Tertrais -Propos recueillis par Sarah Diffalah pour l'Obs

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mercredi 31 août 2016

Détroit d'Ormuz : Incidents navals entre marine US et pasdarans iraniens

Le 25 août 2016, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient a dénoncé le comportement « dangereux » et « non professionnel » de quatre navires appartenant aux Gardiens de la Révolution iraniens (Pasdarans) dans le détroit d’Ormuz. Ces derniers s’étaient en effet approchés à moins de 300 mètres du destroyer USS Nitze, lequel a dû, selon le communiqué « changer de cap pour éviter une éventuelle collision » alors que « ses possibilités de manœuvre étaient limitées » en raison de la présence de plateformes pétrolières dans le secteur.

Le lendemain, d’autres incidents du même genre se sont produits. Ainsi, un autre navire iranien des Pasdarans a manœuvré autour de des USS Squall et USS Tempest, deux patrouilleurs de l’US Navy, dans les eaux internationales du Golfe arabo-persique (GAP).

Malgré les avertissements lancés par radio et hauts-parleurs, le bateau iranien s’est approché jusqu’à environ 200 mètres des deux patrouilleurs américains. « Cette situation présentait un risque accru de collision et le navire iranien a refusé de manœuvrer conformément aux règles maritimes reconnues au niveau international, ignorant les messages radio ainsi que les avertissements visuels et sonores des deux navires américains », a expliqué le capitaine de frégate Bill Urban, un porte-parole de la 5e Flotte de l’US Navy.

« Finalement, le Squall s’est résolu à tirer trois coups de semonce avec son canon de calibre 50, ce qui a poussé le vaisseau iranien à faire demi-tour », a-t-il affirmé.

Plus tôt, trois autres bateaux iraniens avaient traversé le sillage de l’USS Tempest à au moins trois reprises, à une distance d’environ 600 mètres.

Enfin, le troisième incident de la journée a concerné le destroyer USS Stout. Ce dernier a aussi été obligé de changer de cap alors qu’un des navires iraniens impliqués dans les deux précédentes actions tentait de s’en approcher « d’assez près ».

Reste à voir les raisons qui ont conduit les Pasdarans à mener ces actions probablement coordonnées. Pour le moment, il faudra se contenter des explications fournies par Hossein Dehghan, le ministre iranien de la Défense. « Les unités navales (iraniennes) ont le devoir d’assurer la sécurité du pays en mer et dans le Golfe Persique » et « si un navire étranger entre dans nos eaux, nous lui donnons un avertissement », a-t-il dit.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

samedi 13 août 2016

Daesh : Le chef de l'EI en Afghanistan tué par un drone américain

Le chef de l'organisation Etat islamique (EI) pour l'Afghanistan et le Pakistan a été tué le 26 juillet par un tir de drone américain en territoire afghan, a déclaré un représentant du Pentagone.

L'ambassadeur afghan au Pakistan avait auparavant déclaré qu'un drone américain avait tué Hafiz Saeed Khan mais la coalition internationale stationnée à Kaboul avait refusé de confirmer l'information. La frappe a eu lieu dans le district de Kot, dans la province afghane de Nangarhar, a précisé la source américaine.

La mort d'Hafez Saïd, qui constitue un sérieux revers pour le groupe djihadiste qui tente de s'implanter au Pakistan et en Afghanistan, est intervenue pendant des opérations conjointes des forces spéciales américaines et afghanes contre l'EI dans le sud de la province en juillet, a expliqué vendredi Gordon Trowbridge, porte-parole adjoint du Pentagone.

"Les forces américaines ont mené une frappe visant Hafez Saïd (...) dans le district d'Achin, dans la province de Nangarhar le 26 juillet, entraînant sa mort", a-t-il détaillé. Ce chef de l'EI "était connu pour participer directement aux attaques contre les forces américaines et de la coalition, et les activités de son réseau terrorisaient les Afghans, particulièrement dans le Nangarhar", a estimé Gordon Trowbridge.

Hafiz Saeed Khan est le deuxième responsable d'un groupe armée islamiste tué par l'armée américaine dans la région en quelques mois: en mai, un drone américain avait en effet tué le chef de file des taliban afghans, le mollah Akhtar Mansour, au Pakistan.

Hafiz Saeed Khan, un ancien membre de la branche pakistanaise des taliban rallié à l'EI, avait déjà été donné pour mort l'an dernier mais son décès n'avait jamais été confirmé.

Source : Lefigaro.fr / Reuters

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

samedi 6 août 2016

Marine nationale : Le porte-avions Charles de Gaulle à l'honneur

L’action du porte-avions Charles de Gaulle est saluée par la marine américaine.

La Meritorious Unit Commendation est une distinction américaine rarement attribuée à des unités étrangères. Et elle a été remise le 23 juin 2016 au porte-avions Charles de Gaulle par le chef des opérations de l’US Navy, l’amiral John Richardson, lors d’une cérémonie organisée à Paris, en présence du capitaine de vaisseau Eric Malbrunot, le « pacha » de ce bâtiment, et de l’amiral Bernard Rogel, le chef d’état-major de la Marine nationale.

Dans le cadre de la mission Arromanches 2, le porte-avions Charles de Gaulle, accompagné de son escorte constituée de navires français et européens, a pris, pour la première fois, la tête de la Task Force 50 alors qu’il était déployé dans le golfe arabo-persique (GAP) de décembre 2015 à février 2016.

Étant donné que l’US Navy ne disposait pas de porte-avions disponible dans cette zone à ce moment-là, le groupe aéronaval français a ainsi assuré la permanence de la capacité aéronavale de la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) dirigée par les États-Unis.

« Atteindre ce niveau d’interopérabilité au point que le groupe aéronaval du Charles-de-Gaulle puisse prendre le commandement de la Task Force 50 – " c’était la toute première fois qu’un bâtiment non-américain prenait le commandement d’une de nos task-forces" – illustre notre partenariat et la capacité d’exécuter des missions du plus haut niveau », a souligné l’amiral Richardson.

La citation accompagnant cette Meritorious Unit Commendation donne des précisions sur l’activité du groupe aéronaval français pendant cette période.

Ainsi, l’on apprend que le groupe aérien embarqué (GAé) du Charles-de-Gaulle a effectué 271 sorties aériennes et 259 frappes de « précision », ce qui a « dégradé de façon importante les activités de l’EI en Irak ». À ce propos, l’amiral Richardson a précisé que les pilotes de la Marine nationale ont effectué des « missions d’attaque très difficiles, recueilli du renseignement, appuyé les forces armées et dissuadé les ennemis potentiels ».

Le texte, qui met en avant le « professionnalisme exceptionnel » des marins français, fait aussi état de rencontres, « en sécurité », avec 11 avions et 3 drones iraniens ainsi qu’avec 7 embarcations rapides des Gardiens de la Révolution. 

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mardi 5 juillet 2016

Irak : Les forces gouvernementales reprennent Falloujah à l’État islamique, Daesh

La semaine dernière, après avoir repris à l’État islamique (EI ou Daesh) la mairie de Falloujah, le Premier ministre Haider al-Abadi, avait proclamé la victoire des forces irakiennes contre les jihadistes. Seulement, il était encore trop tôt étant donné que ces derniers contrôlaient encore au moins 7 quartiers de la ville. Mais ce n’était alors qu’une question de temps.

Lancée le 23 mai 2016 avec l’appui aérien de la coalition dirigée par les États-Unis, l’offensive visant à chasser l’EI de Falloujah, bastion des jihadistes depuis janvier 2014, s’annonçait difficile. Et elle l’a effectivement été… Au terme de violents combats, le commandant des opérations, le général Abdelwahab al-Saadi, a annoncé la « libération » de la ville, après la prise de contrôle par les forces d’élite du contre-terrorisme du quartier Al-Jolan ».

« Al-Jolan, qui était le dernier bastion de Daesh dans la ville, est à présent à l’abri de ce groupe terroriste », a expliqué un porte-parole de l’armée irakienne. « Il n’a pas fallu plus de 2 heures aux ICTS [Iraqi Counter Terrorism Service, formé en partie par les militaires français de la TF Narvik, ndlr] pour s’emparer de ce quartier et Daesh n’a pas tiré une seule balle », ce qui démontre que les jihadistes avaient été « défaits avant même l’entrée des troupes dans le quartier », a-t-il ajouté.

La veille, et sans attendre la prise du quartier d’Al-Jolan, M. al-Abadi s’était rendu à Falloujah et appelé les "Irakiens (…) à sortir et célébrer [la victoire]" .

Il s’agit d’un revers majeur pour l’EI dans la mesure où Falloujah fut sa première conquête importante en Irak. En outre, cette défaite des jihadistes permettra, sans doute, d’améliorer la sécurité à Badgad étant donné que la ville servait de plateforme logistique aux jihadistes pour commettre des attentats dans la capitale irakienne.

Par ailleurs, si l’on sait que les combats ont été intenses, on ne dispose, à l’heure actuelle, d’un bilan des pertes humaines de cette bataille. Au plus sait-on que plus d’un millier de soldats irakiens ont été blessés (donc mis hors de combat).

Reste à voir maintenant ce que sera le comportement les milices chiites irakiennes des « Unités de mobilisation populaire » (Hachd al-Chaabi), même si leurs combattants n’ont pas participé directement à la libération de Falloujah, ville majoritairement sunnite.

En effet, les Hachd al-Chaabi ont été accusées d’exactions, d’exécutions sommaires et de pillages dans les villes libérées de la tutelle de l’État islamique. Le gouvernement irakien a d’ailleurs mis en place une commission des droits humains chargée d’enquêter sur ces crimes. Crimes qui sont susceptibles de pousser les civils sunnites dans les bras des jihadistes ou de tout autre mouvement contestant l’autorité du pouvoir central irakien.

Cela étant, après la reconquête de Falloujah, les regards se tournent désormais vers Mossoul, qui est l’un des deux objectifs (avec Raqqa, le fief de l’EI en Syrie) de la coalition internationale.

 Source : Zone militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 30 juin 2016

Turquie : Le triple attentat à l'aéroport d'Istanbul toujours pas revendiqué

Daech fortement soupçonné pour le triple attentat à l'aéroport Atatürk d'Istanbul

Le triple attentat suicide perpétré mardi soir à l'aéroport Atatürk d'Istanbul est l'une des pires attaques endurées par la Turquie. Le bilan terrible était hier de 41 morts et de 239 blessés dont, a priori, deux Français. Le président Erdogan pointe du doigt Daech qui n'a pas revendiqué l'attentat.

Le terrible attentat perpétré mardi soir à l'aéroport Atatürk d'Istanbul a saisi au cœur la Turquie, l'Europe et le monde. La Turquie parce que cette attaque est l'une des plus meurtrières qu'a connu le pays avec 41 morts et 239 blessés dont, a priori, deux Français. L'Europe, parce que cet aéroport international est un hub important par lequel transitent des milliers de passagers, de touristes chaque année et qu'Istanbul constitue depuis l'Antiquité un carrefour entre Orient et Occident. Le monde, enfin, parce que cette cité cosmopolite, cette Constantinople, représente tout ce que détestent les ismalistes radicaux.

Pas de revendication

Hier, l'État islamique justement était montré du doigt par la Turquie comme le commanditaire de la triple attaque-suicide. Mais Daech, souvent soupçonné dans d'autres attentats, n'en a jamais revendiqué aucun en Turquie. Et pour cause, le faire serait, en effet, assimilé à une déclaration de guerre contre un État puissant et exposerait Daech à des représailles. Cette particularité met aussi en lumières les relations mouvantes entre l'organisation terroriste et le président turc Recep Tayyip Erdogan qui, lors de l'installation de Daech en Syrie, y voyait une opportunité de contenir les revendications kurdes, en Syrie comme en Turquie. La position d'Erdogan ayant évolué avec désormais des arrestations pour démanteler les filières jihadistes liées à Daech, l'organisation terroriste a-t-elle voulu montrer sa force en organisant un attentat d'aussi grande ampleur que celui de Bruxelles le 22 mars ?

Poutine lève les sanctions contre la Turquie

En tout cas pour le pouvoir turc, le responsable est clairement identifié. Venu d'Ankara, la capitale, dans la nuit de mardi à mercredi, le Premier ministre Binali Yildirim a estimé que «les indices pointent Daech.» Le président turc a exhorté hier la communauté internationale à une «lutte commune» contre le terrorisme. «Cette attaque, qui s'est déroulée pendant le mois du ramadan, montre que le terrorisme frappe sans considération de foi ni de valeurs», a dit le chef de l'État, qui peut compter sur le soutien… de Vladimir Poutine avec lequel les relations diplomatiques étaient glaciales depuis qu'un bombardier russe avait été abattu par la Turquie au-dessus de la frontière syro-turque. Le président russe a ordonné hier la levée des sanctions contre la Turquie dans le domaine touristique et la «normalisation» des relations commerciales entre les deux pays.

Barack Obama a téléphoné à son homologue turc pour «condamner fermement les attentats d'Istanbul.» Enfin, François Hollande, tout comme le secrétaire de l'ONU Ban Ki-moon, ont appelé à un renforcement de la coopération internationale antiterroriste.

Source : LaDepechefr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mardi 21 juin 2016

Syrie : Des commandos français conseillers militaires des combattants kurdes et syriens

On sait que les forces spéciales américaines « conseillent » les rebelles arabo-kurdes des FDS (Forces démocratiques syriennes) dans l’offensive qu’ils mènent dans le nord de la province de Raqqa, fief de l’État islamique (EI ou Daesh).

Et sans doute qu’il en est de même pour la bataille de Manbij, lancée le 31 mai 2016 par les FDS, afin de priver les jihadistes de leur dernier point de passage avec la Turquie, et donc, par extension, l’Europe.

Mais, qu’en est-il des forces spéciales françaises ?

Lors de son passage à l’émission « Bibliothèque Médicis » de la chaîne Public Sénat, le 3 juin 2016, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait indiqué que des Français (« un certain nombre ») combattaient à Manbij… mais dans les rangs de l’EI. Interrogé sur ce que faisait la France pour aider les combattants kurdes, il s’était montré évasif. «On appuie par des apports d’armes, de la présence aérienne et du conseil», avait-il déclaré.

Mais, une source de l’entourage du ministre est allée encore plus loin en confiant, rapporte l’AFP, que « l’offensive de Manbij est clairement soutenue par un certain nombre d’États, dont la France ». Et d’ajouter : « Le soutien, c’est le même que d’habitude, c’est du conseil. »

« Les militaires français n’interviennent pas eux-mêmes et ne sont donc pas susceptibles de combattre directement contre les militants de l’EI, notamment les Français présents à Manbij », a-t-on précisé au ministère de la Défense.

Cela étant, qu’il y ait des Français dans les rangs de Daesh ou pas, ça ne change pas grand chose, comme l’a rappelé M. Le Drian lors de l’émission de Public Sénat. « On ne distingue » pas les combattants, a-t-il dit. « Il y a des Français, des Tunisiens, des Saoudiens, des Allemands, des Belges… Bref, ce sont des combattants de Daesh, ce sont nos ennemis », a-t-il poursuivi.

De source militaire, avance l’AFP, « environ 400 soldats des forces spéciales françaises sont engagés dans 17 pays, notamment au Sahel, sur un total de 2.500 hommes. » Certains de ces militaires sont aussi présents aux côtés des combattants kurdes irakiens (Peshmergas).

« L’accompagnement (…), c’est l’équipement, l’entraînement, la connaissance mutuelle et la capacité avec quelques hommes, une dizaine, d’aider à mener un combat, en conseillant, voire en apportant quelques capacités comme le guidage d’avions, la coordination et les liaisons satellites », a expliqué un officier du Commandement des opérations spéciales (COS) à l’AFP. Et cela permet aussi de faire du renseignement.

Quant à la bataille de Manbij, au 7 juin, les FDS, appuyées par 105 frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis, avaient pris le contrôle de 58 villages des environs et étaient à 5 km au nord de la ville, à 2 km au sud et à 7 km à l’est.

Cette offensive est politiquement sensible en raison de l’hostilité de la Turquie face à la présence des 500 combattants kurdes syriens mobilisés pour cette opération. Une fois Daesh que sera chassé de Manbij, il est prévu un retrait de ces derniers, la zone restant alors sous le contrôle des 3.000 combattants arabes des FDS, notamment ceux du groupe Jaysh al-Thuwar. Il s’agit également de rassurer la population, majoritairement composée d’arabes sunnites. 

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 12 juin 2016

Etats Unis : L'Etat islamique revendique la fusillade terroriste d'Orlando !

Terrorisme : Plus de 50 morts dans une boite de nuit d'Orlando en Floride !


"L'attaque perpétrée dans une discothèque gay d'Orlando a été menée à bien par un combattant de l'Etat islamique", indique le groupe terroriste (ndrlr. Daesh), dans un communiqué.


Le bilan est lourd. Cinquante personnes sont mortes après une fusillade survenue dans une discothèque d'Orlando, en Floride (Etats-Unis), dimanche 12 juin. Les autorités évoquent aussi 53 blessés, tous transportés à l'hôpital. Le tireur a été annoncé mort par les policiers. De son côté, le FBI a annoncé avoir ouvert une enquête pour "acte de terrorisme".

"L'attaque perpétrée dans une discothèque gay d'Orlando a été menée à bien par lun combattant de l'Etat islamique", indique le groupe terroriste, dans un communiqué. Des tirs dans un night-club. Vers 2 heures du matin (heure locale), une fusillade a éclaté dans une discothèque, fréquentée par la communauté homosexuelle d'Orlando (Floride).

De nombreuses personnes ont réussi à s'enfuir par l'arrière de l'établissement, comme le racontent de nombreux témoins. De nombreuses victimes. Lors d'une conférence de presse, la police locale a d'abord annoncé que la fusillade avait fait "plusieurs morts", dont le tireur lui-même. Elle a ensuite communiqué un premier bilan d'au moins 20 morts et 42 blessés. Mais quelques heures plus tard, ce bilan déjà très lourd s'est donc avéré encore plus dramatique : au moins 50 morts et 53 blessés. Le suspect identifié. Il s'agirait, selon plusieurs médias américains, d'Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane né en 1986. Il pourrait avoir "un penchant" pour le terrorisme islamiste. La police a ouvert une enquête pour "acte de terrorisme".

"Nous n'allons pas céder à la peur", a déclaré Barack Obama. "Aucun acte de terreur ou de haine ne peut changer qui nous sommes", a ajouté le président américain.

Source : FranceinfoTV.fr


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *


lundi 6 juin 2016

Syrie : Forces spéciales US appuient une offensive anti-jihadiste à Raqqa

Trois jours après la discrète visite du général Joe Votel, le chef du commandement américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient (US CENTCOM), dans le nord de la Syrie, les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui regroupent les milices kurdes des YPG et des groupes arabes armés, ont lancé une offensive au nord de Raqqa, fief des jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh), afin de sécuriser les villes de Chaddadé (province de Hassaké, nord-est), Tall Abyad (province de Raqqa) et de Kobané (province d’Alep, plus à l’ouest).

Depuis, avec l’appui aérien fourni par la coalition anti-EI dirigée par les États-Unis, les FDS ont progressé lentement depuis le sud de la ville d’Aïn Issa, située à 60 km au nord de Raqqa. Au moins cinq villages ont pu être « libérés », dont ceux de Fatsa, Namroudiya et Wasta », ont-elles annoncé dans un communiqué diffusé le 26 mai 2016.

Et, visiblement, les forces spéciales américaines sont aussi de la partie. Du moins, c’est ce que suggèrent des photographies et des vidéos de l’AFP prises près de la localité de Fatsa, à 55 km du fief de Daesh. 

En effet, on peut y voir des commandos américains, évidemment armés à bord de pick-up, aux côtés des combattants des FDS. Un commandant kurde a expliqué que leur mission est de guider les frappes de la coalition et d’apporter leur « expertise ».

Cela étant, Peter Cook, un porte-parole du Pentagone, a démenti une participation des forces spéciales américaines, qui comptent 300 opérateurs en Syrie – aux combats menés par les FDS. Leur « mission en Syrie et en Irak reste la même », a-t-il dit. « Ils ne sont pas sur la ligne de front », a-t-il continué. Et d’ajouter : « Mais ils [les commandos] sont capables de se défendre et doivent être en mesure de fournir les conseils et l’assistance nécessaire pour aider ces forces locales à réussir. »

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *


vendredi 3 juin 2016

Libye : Forces spéciales britanniques au combat contre l'EI

L’on sait que des commandos des forces spéciales américaines se trouvent actuellement en Libye, où les effectifs État islamique (EI ou Daesh) sont désormais évalués à 6.000 combattants (estimation haute). La France ne serait pas en reste mais il est difficile d’en parler : une enquête pour compromission du secret défense a été demandée par le ministre, Jean-Yves Le Drian, suite à des révélations du quotidien Le Monde sur la présence de militaires du COS [Commandement des opérations spéciales, ndlr] dans l’est libyen.

Mais il faut compter aussi sur les forces spéciales britanniques. En effet, selon Mohammed Durat, un commandant d’une milice implantée à Misrata qui s’est confié au quotidien The Times, elles auraient empêché, le 12 mai 2016, une attaque-suicide de l’EI.

Ainsi, des commandos britanniques, dont on ignore s’ils appartiennent au Special Air Service (SAS) ou au Special Boat Service (SBS), ont tiré un missile Javelin sur un camion-suicide qui s’apprêtait à emprunter un pont pour se diriger ensuite vers une position tenue par les hommes de Mohammed Durat, à environ 80 kilomètres au sud de Misrata.

« Ils ont fait sauter le camion-suicide. Il y a eu une énorme explosion, la plus grosse que nous n’avons jamais vue. Pas un seul de nos hommes n’a été tué », a raconté le chef de la milice libyenne.

A priori, ce genre d’action n’est pas une première, à en croire les propos de Mohammed Durat, qui a parlé de la destruction de deux véhicules - suicide détruits.

« Mon unité travaille uniquement avec des Britanniques. Je les ai rencontrés personnellement, et ils ont détruit deux véhicules qui étaient envoyés contre mes hommes », a-t-il en effet affirmé

Quoi qu’il en soit, d’après The Times, l’action du 12 mai a permis d’arrêter la marche des jihadistes vers Misrata. Sollicité par la presse, le ministère britannique de la Défense (MoD) a fait valoir qu’il ne commentait pas les opérations de ses forces spéciales.

Cependant, les opérations de ce type posent question outre-Manche.

Ainsi, Crispin Blunt, le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des communes, a ainsi affirmé que « la convention selon laquelle nous ne commentons pas les opérations des forces spéciales sera compromise si elles sont utilisées comme des forces conventionnelles ».

Par ailleurs, et alors que l’aviation américaine a effectué au moins trois raids aériens contre des chefs jihadistes en Libye et que Paris a reconnu avoir mené des vols de reconnaissance français au-dessus du territoire libyen, la Royal Air Force a aussi pris part à des opérations visant l’EI.

Ainsi, il a été rapporté, la semaine dernière, qu’un avion de renseignement et de guerre électronique RC-135W « Airseeker » britannique avait brouillé les communications des jihadistes dans la région de Syrte.

Officiellement, il n’est pas question, pour les puissances occidentales, de lancer une nouvelle intervention militaire en Libye pour détruire la menace que représente l’EI, la priorité étant mise sur l’équipement et le soutien des forces libyennes favorables au gouvernement d’union nationale conduit par Fayez el-Sarraj.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

- page 2 de 15 -