FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Economie, Crise

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 1 décembre 2014

Exportation : La France reporte la livraison du Vladivostok, premier navire BPC Mistral à la Russie

Un communiqué de l'Elysée annonce que «le président de la République considère que la situation actuelle dans l’est de l’Ukraine ne permet toujours pas la livraison du premier BPC (bâtiment de projection et de commandement).

Il a donc estimé qu’il convenait de surseoir, jusqu’à nouvel ordre, à l’examen de la demande d’autorisation nécessaire à l’exportation du premier BPC à la Fédération de Russie.» Cette décision n'est pas une surprise, notamment après le G20 de Brisbane (Australie), le 15 et 16 novembre, marqué par la tension entre les dirigeants occidentaux et Vladimir Poutine.

Le navire a pourtant déjà été payé par la Russie...

Le Vladivostok, navire de guerre de la classe Mistral construit à Saint-Nazaire par DCNS, aurait dû être livré le vendredi 14 novembre, comme le prévoyait l'invitation de l'entreprise française adressée à Moscou, suite au contrat signé en 2011. Toutefois, le bateau ne peut pas être remis à la Russie – qui l'a payé – sans un feu vert politique de l'Elysée.

Début septembre, juste avant le sommet de l'Otan, où il allait rencontrer des alliés très remontés sur ce dossier, François Hollande avait expliqué d'abord que «les conditions (d'une livraison) n'étaient pas à ce jour réunies» à cause de l'intervention russe en Ukraine, puis le lendemain que «dès lors que les conditions sont réunies – c’est tout à fait possible au mois d’octobre ou de novembre – les bateaux pourront être livrés». Ce n'est donc toujours pas le cas.

La Russie n'engage pas d'action judiciaire dans l'immédiat

La Russie a répondu qu'elle ne va pas «pour l'instant» poursuivre en justice la France, a déclaré un vice-ministre russe de la Défense, Iouri Borissov, à l'agence publique Ria Novosti. «Nous allons attendre avec patience. Pour l'instant, nous n'intentons aucune action» a-t-il ajouté.

A la mi-novembre, Moscou avait accepté d'accorder un nouveau mais très court délai à la France, un «haut responsable» russe confiant alors à l’agence Ria-Novosti que «nous attendrons jusqu'à la fin du mois et ensuite nous présenterons nos sérieuses réclamations» financières.

Ce non-respect des engagements contractuels pourrait coûter 1,5 milliards d'euros à la France

L'affaire peut durer des mois, voire des années. Depuis plusieurs semaines, le Kremlin a préparé le terrain sur le plan juridique et pourrait engager une procédure d'arbitrage international, sans doute à Stockholm. Elle pourrait déboucher sur une facture très lourde pour la France. Avec les éventuelles pénalités de retard, les dédommagements et le remboursement des sommes versées par la Russie, la note pourrait monter jusqu'à 1,5 milliard d'euros. Plus cher que le fiasco de l'écotaxe.

Dans ce contexte, la non-livraison du Mistral à la Russie pourrait coûter 200 millions d'euros à l'entreprise publique DCNS qui le construit. Le contrat portant sur deux bateaux est d'une valeur totale de 1,2 milliard d'euros, mais il est couvert par la Coface, qui garantit les contrats à l'exportation. Il y aurait toutefois une différence d'environ 200 millions, qui serait de la poche de DCNS. Cette question fait l'objet de discussions très discrètes entre l'Etat et DCNS – l'Etat devant prendre à sa charge cette somme. Pour DCNS, 200 millions, c'est l'équivalent de son résultat opérationnel courant annuel : 166  millions en 2013 et 209 millions en 2012.

Le deuxième BPC de la classe Mistral destiné à la Russie, le Sébastopol, a été mis à flot à Saint-Nazaire la semaine dernière. Il y a encore environ une année de travail pour en achever la construction.  

Source : Jean Dominique Merchet - Secret Défense

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 23 octobre 2014

Economie : Les états d'âme de Fernand Naudin de Montauban, sur le prix Nobel

Littérature et Économie : Deux prix Nobel 2014 français :-)

Bonjour,

Je discutais économie et politique, hier, et je disais que nous étions cernés, au mieux par des incompétents, au pire, par des malfaisants. Depuis, nous avons appris que le prix Nobel d'économie avait été attribué à un Français, après le prix Nobel de littérature. Cocorico !!!

Bon après, je m'avise que je n'ai jamais lu ni Modiano, ni Tirole. Qu'est ce que je fais, je me renseigne, et je lis un article sur les quatre mesures phares de Jean Tirole.

1ère mesure - Il propose un contrat unique pour mettre fin aux CDD et CDI. Cela part d'une bonne intention. Il se dit: les employeurs proposent des CDD car ils hésitent à embaucher en CDI. Donc supprimons les CDD et assouplissons le CDI et nous aurons des tas d'embauches.

C'est la proposition la plus stupide que j'aie jamais entendue. Et ça ne m'étonne pas d'un fonctionnaire, polytechnicien de formation. 

Ce n'est pas un problème juridique, ni même économique, c'est un problème psychologique.

Un employeur qui développe, embauche naturellement en CDI surtout si ses affaires sont florissantes. Car le CDI est plus facile à rompre que le CDD; le seul problème de la rupture c'est son coût. En plus, comme il développe, il se dit qu'il n'aura pas à licencier, sauf les connards et les fainéants et que là, ce sera avec soulagement. (Le patron qui lui, a une activité cyclique ou qui n'est pas sûr de son modèle économique, n'embauche pas.) Un patron ne souhaite pas licencier un gars qui fait bien son boulot, même pour des raisons économiques.

Donc il va embaucher des CDD, formule plus contraignante juridiquement (on ne peut les interrompre sans de grosses indemnités) mais qui sont limités dans le temps, ce qui lui permet de bien tester les capacités et la bonne volonté de l'impétrant, tout en surveillant l'évolution de son chiffre d'affaires entrantes. A la fin, si ça va mal, il peut dire au CDD, je ne vous avais rien promis, il n'y a plus de boulot, au revoir... Mais si son activité a continué à se développer, il embauche naturellement en CDI, le CDD.

Donc supprimons les CDD qui sont le seul élément de flexibilité du marché du travail, et les entreprises qui hésitaient à embaucher en CDI et prenaient des CDD, n'embaucheront plus personne.

Ouais !!! Super !!! Et ce mec propose ses services au gouvernement... Retenez-moi ou je fais un malheur...

Et je ne parle pas des trois autres idées qui sont tout aussi destructrices avec une mention spéciale pour la taxe de licenciement !

Trop fort ! L'assurance chômage ne sera payée que par ceux qui licencient. Voilà une idée qu'elle est bonne. J'en ai une aussi qui me vient. Pourquoi l'assurance maladie n'est-elle pas payée que par les malades ? Et ça s'appelle : pas de protection sociale du tout, pas de mutualisation, t'es malade, tu paies tes soins et tes médoc...

Si c'est tout ce que les génies du Nobel sont capables de nous trouver comme meilleur économiste du Monde, je vais embarquer dans la prochaine fusée pour une autre planète, parce que celle-là commence à être bien vérolée.

Et après on s'étonne que je m'énerve... Coluche, Desproges, Revenez ! Il y a des cons à castagner !!!

Je n'ose pas ouvrir un bouquin de Modiano, je crains la crise cardiaque. Allez, je retourne à Montauban.

On ne devrait jamais quitter Montauban. Bonne Journée quand même !!!

Une chronique de : Fernand Naudin de Montauban


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

dimanche 17 août 2014

Humour et Economie : Soutenons notre industrie textile... Mangeons du saucisson français !

D’après l’Insee, en France aujourd’hui :

Une entreprise industrielle sur treize travaille dans le domaine de la mode; le secteur emploie près de 130 000 personnes; le chiffre d’affaires du secteur est de 34 milliards d’euros, soit environ 5 % de celui de l’industrie manufacturière (hors industrie agroalimentaire et énergie).

L’industrie textile est une industrie très capitalistique, tandis que les besoins en main d’œuvre sont relativement limités. A l’inverse, l’habillement est très peu capitalistique mais la composante « recherche créative » est très forte dans le haut de gamme et le luxe.

En 2010, le textile en France, c'est plus de 70.000 emplois avec un chiffre d'affaires de 12 milliards d'euros et une progression des exportations de +7 %, cette tendance se confirmant pour l’année suivante.

Les produits textiles sont présents partout dans notre environnement.

Le textile est surtout connu du grand public pour les vêtements, bien sûr, et les textiles d'ameublement (linge de maison, rideaux, voilages, couettes, couvertures, plaids…). Mais il existe aussi les textiles techniques, avec une multitude d'applications, et qui sont utilisés dans la quasi-totalité des secteurs industriels: de l'automobile au médical, du génie civil au bâtiment, de l'électronique à l'aéronautique…

Sans oublier la charcuterie en string, comme le montre la photo ci-dessus ;-)

Avec Arnaud de Montebourg notre ministre du redressement productif, faisons d'une pierre trois coups: soutenons notre industrie textile et fortifions notre libido, en mangeant de la charcuterie française !

Source : FNCV


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

lundi 11 août 2014

Économie : Il faut sauver le cornichon français !

Appel solennel. Il ne reste plus qu'un bastion debout sur notre sol. Le cornichon français est en voie de disparition...

80% des cornichons sont indiens ;-)

Saviez-vous que plus de  80% des cornichons que nous consommons en Europe dans nos salades et « jambons beurre » viennent …de l’Inde, où ils sont produits à un coût inférieur et des contraintes de production moindres, donc plus intéressant pour les industriels comme le groupe Amora-Maille par exemple. Ils font ensuite plus de 7000 km avant de parvenir dans nos assiettes.

En moins de 25 ans, le département de l’Yonne qui se situait en tête de la production du cornichon français, avec quelque 130 hectares de culture, ne peut plus en aligner qu’une petite vingtaine. Faut-il donc donc dire adieu à notre noble cornichon français ? Non !

Florent Jeannequin résiste encore et toujours…et continue la production. Il fournit notamment une société autrichienne, spécialisée dans la commercialisation de gros cornichons aigre doux, appréciés des Allemands et des Autrichiens. Mais il a dû adapter sa production,  évoluant du cornichon extra fin (130 à 160 fruits au kilo) au gros (35 à 45 fruits/kg).

Néanmoins, il continue sa quête du marché français et produit toujours nos « petits » cornichons. Depuis cette saison il s’est rapproché d’une société de sa région, qui les conditionne comme nous les aimons, au vinaigre. Ah ! qu’il est croquant ce petit cornichon français. Et il est sollicité par la télé, Monsieur Jeannequin !! Capital sur M6 (juin 2012) et France 3 (Octobre 2012). Assistons nous à la résurrection de notre cornichon ?

Oui ! Florent Jeannequin a accepté de fournir la boutique ENFIN GOURMET ! pour charmer vos papilles et retrouver la saveur du vrai cornichon  bien de chez nous. Quatre variétés sont disponibles, extra-fin, fin, aigre-doux et « à la Russe ».

Mangez du cornichon français et soutenons les efforts de nos agriculteurs !

Source : enfingourmet.fr

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

samedi 14 juin 2014

Budget de la défense : Un milliard d'euros de réduction !

Bercy a amputé le budget de la défense de 1 milliard d'euros en six mois

1 milliard d'euros de crédits budgétaires en moins pour Jean-Yves Le Drian en six mois. C'est ce que Bercy a supprimé au budget de la Défense entre la fin 2013 et mi-2014. Sans réelle compensation à ce jour, sinon des promesses de recettes exceptionnelles. Bercy peut jubiler...

C'est à ne rien comprendre des arbitrages de François Hollande. Le président de la République avait pourtant réaffirmé le 2 juin "les engagements financiers de la loi de programmation militaire" 2014-2019. Il rappelait alors "le caractère primordial" de l'effort de défense, "afin de renforcer notre influence internationale, protéger nos intérêts vitaux et assurer la sécurité de la France".

Mais le projet de loi finances rectificatif de 2014, présenté mercredi en conseil des ministres par Michel Sapin, ne s'aligne pas vraiment sur cette tendance. Loin de là. Le ministère de la Défense perd 350 millions d'euros (annulations de crédits budgétaires), dont 198 millions au titre du programme 146 (budget équipement) et 132 millions sur la recherche duale (+ 20 millions enlevés aux anciens combattants).

Une compensation qui n'en est pas une...

Cette annulation de crédits serait compensée par une promesse de 250 millions d'euros de recettes exceptionnelles (REX) piochées à nouveau dans le Programme d'investissement d'avenir (PIA)... mais qui était initialement prévue pour compenser l'annulation de crédits de paiement de 650 millions d'euros décidée en fin de gestion 2013. Au total, le ministère de la Défense avait alors arraché fin 2013 à Bercy 500 millions d'euros de REX supplémentaires. Au ministère de la Défense, on précise que l'on discute également avec Bercy pour obtenir 250 millions supplémentaires (REX ou crédits budgétaires).

La promesse des 250 millions de REX supplémentaires déjà obtenus de Bercy iront compenser intégralement les crédits annulés pour la recherche duale (132 millions) et le reliquat (118 millions) vers le programme 146.

1 milliard d'euros de crédits budgétaires évaporés

Bercy peut finalement jubiler. Après avoir perdu la bataille médiatique face à l'Hôtel de Brienne, Michel Sapin a tranquillement gagné en coulisse. Entre la fin de gestion de l'exercice 2013 et le projet de LFR 2014, le ministère de l'Economie a supprimé 1 milliard d'euros de crédits budgétaires à la défense (650 millions fin 2013 et 350 millions en 2014). En revanche, Bercy s'est vaguement engagé sur des recettes exceptionnelles en guise de compensation. Pour le moment, de la monnaie de singe. Et si jamais Bercy jouait le jeu, il manquerait encore 500 millions d'euros.

Que vont faire les militaires et les parlementaires, eux qui s'étaient révoltés contre les coupes exigées par Bercy ? La balle est à nouveau dans leur camp. D'autant que Michel Sapin a appelé mercredi "la discipline" nécessaire au groupe socialiste dans les débats budgétaires, affirmant que si "le dialogue est ouvert", il n'est pas question de "négociation" entre le gouvernement et les députés PS. Et si les militaires rééditaient le coup des gendarmes de 2001... de guerre lasse.

Source : Michel Cabirol - LaTribune.fr

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

samedi 8 février 2014

Internet : Le pacte Cyber Défense en Bretagne

Un milliard d'euros pour lutter contre les cyberattaques sur fond de baisse du budget de l'armée

C'est environ 800 chefs d'entreprises et entrepreneurs qui se sont rassemblés à St-Cyr Coëtquidan aujourd'hui à l'occasion de l'Assemblée Générale de Produit en Bretagne.

L'endroit était cocasse, voire surréaliste pour certains... des centaines de chefs d'entreprises bretons dont certains proches des Bonnets Rouges, réunis dans l'enceinte des Écoles Militaires située sur ce qui est sans doute la plus vaste base militaire française. La concentration de généraux au m2 est sans doute la plus forte au monde après le Pentagone. Pour comble, l'amphithéâtre est nommé «Napoléon» et la statue équestre du dictateur trône d'ailleurs à l'extérieur en plein milieu du parking. La raison de ce choix ? le thème de cette année la cyber défense et comme l'invité d'honneur était le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ce dernier à pu faciliter l'organisation de l'AG dans un fief de son ministère. Le Drian était aussi venu lancer le Pacte Cyber Défense 2014-2016 à Rennes et visiter les laboratoires d'Orange, victime d'une cyber attaque il y a quelque jours seulement.

Nouveau cluster pour la Bretagne : la cyber défense

Si la NSA américaine a regroupé cyber défense, contre-terrorisme, surveillance des citoyens du monde et espionage, la France préfère séparer les domaines a expliqué le contre-amiral Arnaud Coustillère, qui a animé une conférence intitulée «Cyber defense: Quel impacte et quel avenir pour la Bretagne». Le groupe de cyber défense qu'a constitué Arnaud Coustillère reporte directement au chef d'état-major des armées.

En gros, le cyber cluster sera un vaste croissant qui ira de Rennes à Brest en passant par Vannes, Lorient et Quimper. Le centre de gravité sera situé en région rennaise autour du centre de recherche DGA-MI de Bruz . La «Direction Générale de l'Armement-Maîtrise de l'Information» accueillera dans quelques années jusqu'à 400 experts en cyber-sécurité. Bien évidemment, c'est l'armée qui va le plus en profiter (elle a été victime de 800 cyber attaques en 2013 a dévoilé le ministre) mais les retombées civiles seront de la partie comme c'est souvent le cas avec les innovations militaires (voir l'internet, développé en premier lieu par l'armée américaine pour l'armée américaine).

Profitant de l'opportunité, Jakez Bernard, président de Produit en Bretagne, a proposé une commission jointe civile-militaire pour faire profiter les entreprises bretonnes des techniques de défense contre les cyber attaques. Evidemment, pas un mot n' a été dit sur les exportations scandaleuses vers des dictatures arabes il y a quelques années, de systèmes d'écoutes de l'internet par des entreprises françaises, dont une basée à Rennes. Les systèmes étaient utilisés pour surveiller, voir arrêter et torturer, les opposants politiques avant le printemps arabe. Entre la cyber défense et les systèmes de surveillance des citoyens, il n'y a qu'un pas facilement franchi. Les technologies sont les mêmes ou basées sur les mêmes principes. Où est la commission parlementaire qui va chapeauter toutes ces activités ?

Décentralisation et régionalisation : réalité ou agitation fébrile avant les élections ?


Déclarant ne pas vouloir marcher sur les plates bandes de Mme Marylise Le Branchu, la Ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Jean-Yves Le Drian a toutefois promis que la régionalisation phase 3 allait bien avoir lieu et que ce serait pour la Bretagne une opportunité historique, une sorte de rendez vous avec l'histoire. «Une chance qu'il ne faudra pas manquer» a déclaré l'ancien président du Conseil régional de Rennes. Suggérant de repousser, le redécoupage territoriale pour après la régionalisation, car trop controversé, le Drian a dit croire dans une «république décentralisée et régionalisée» , allant jusqu'a blâmer le centralisme pour le nombre réduit de PME en France comparé à l'Allemagne Fédérale.

A noter que le ministre des Transports, Fréderic Cuvillier, était l'invité de BFMTV et RMC ce vendredi matin, questionné sur l'écotaxe, il a concédé croire à une régionalisation de l'écotaxe ! pas dans la collecte des fonds a t'il précisé, mais bien dans la redistribution. Les regions recevraient des fonds structurels pour le développement de transports alternatifs, proportionnels au montant de l'écotaxe perçue.

Source : AFP Bretagne

Ndlr : On lira avec intérêt cet interview du contre-amiral Arnaud Coustillière, Monsieur Cyberdéfense du ministère, par le NouvelObs : "Une attaque informatique est une agression comme une autre".


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

vendredi 7 février 2014

Économie : Effondrement des investissements étrangers en France

La CNUCED a constaté pour 2013 un nouveau recul des investissements directs étrangers en France qui se sont effondrés de 77 % à un peu moins de 6 milliards de dollars. Alors que l’Union européenne a enregistré une hausse de ces flux, et que les investisseurs se ruent sur les paradis fiscaux.

Les Iles vierges sont la 4ème destination mondiale pour les investissements directs 2013 - La France disparaît des écrans radar des investisseurs internationaux. Ce mercredi 29 janvier 2014, la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (Cnuced) dans son rapport préliminaire sur l’évolution des flux d’investissements dans le monde pour 2013 est venue le confirmer.

L’Hexagone n’a accueilli que 5,7 milliards de dollars d’investissements direct étrangers (IDE). Un recul de 77 % qui s’ajoute à celui constaté en 2012, car la France avait déjà enregistré une baisse de 35 % l’année dernière , à 25 milliards de dollars. Dans le classement 2013 des pays récipiendaires de ces IDE, la France a disparu de la liste des 20 premiers pays alors qu’elle était située en 16ième position l’année précédente.

Il est loin le temps où l’hexagone occupait la quatrième position (NDLR : 88 milliards en 2006 et 63 en 2005) du classement. Comme le souligne la Cnuced, parmi les pays de l’Union européenne, c’est la France qui a affiché l’an passé le plus fort recul de ses IDE entrant sur le territoire. 

Source : Les Echos.fr

NDLR FNCV : Nous ne devons pas nous leurrer, les conséquences de cet effondrement catastrophique des investissements dans notre pays seront lourdes de conséquences en termes d'emplois et de pouvoir d'achat des Français.
Les réalités économiques finissent toujours par s'imposer. Il est bien dommage que nos dirigeants ne relisent pas, de temps à autre, les fables de la Fontaine, et en particulier, La cigale et le fourmi.


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

lundi 30 décembre 2013

Ecologie : Notre ministre de la justice lutte contre la pollution ?

Madame Taubira, soucieuse de respecter les principes de la lutte anti-pollution chère aux Verts, qui constituent une fraction influente, à défaut d'être importante de notre gouvernement, prend fréquemment son vélo pour se rendre à son bureau du ministère de la Justice, place Vendôme, à Paris.

Il est évident que ce mode de transport, outre le fait qu'il est bon pour la santé, permet d'économiser du carburant, ce qui est excellent pour la balance commerciale de la France, et aussi, de réduire la pollution atmosphérique, ce qui ne l'est pas moins.

Cependant, certaines personnes ayant mauvais esprit, se sont permis de faire remarquer que lors de ses shows pédalisitiques, notre ministre est accompagnée:

  • de deux personnels de sécurité eux aussi à vélo,
  • d'un monospace Peugeot pour y loger le biclou et le casque quand madame la ministre a terminé sa  parade,
  • d'un équipage à moto,
  • d'un autre véhicule Peugeot en fermeture.

La photo ci dessus, qui n'est pas un montage, montre l'équipe en pleine action dans les rues de Paris. C'est absolument admirable, mais alors que nous voudrions pouvoir nous réjouir de ce bel exemple citoyen venu d'en haut, un horrible doute nous vient à l'esprit : 

Est ce vraiment écologique, si l' on fait le bilan de CO2 envoyé dans l'atmosphère, et est ce réellement économique, si l'on comptabilise la quantité de carburant consommée par le convoi à chaque tour de pédale ainsi que les coûts salariaux des six accompagnants, qui s'ajoutent aux émoluments de madame la ministre ? 

Source : un adhérent de la FNCV qui s'interroge...
D'après une info parue dans la presse en avril 2013


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

dimanche 15 décembre 2013

Economie : Leçon de bon sens par un professeur anglo-saxon, à l'usage des Nuls ;-)

Vous ne pouvez pas multiplier la richesse en la divisant *

Ce professeur est-il vraiment un génie, ou simplement un homme de bon sens qui connaît les gens et sait compter ?
   
Dans un collège anglo-saxon, un professeur d'économie a annoncé qu'aucun de ses étudiants n'avait jamais échoué à son cours mais que, récemment, ce fut le cas d'une classe entière: la classe avait insisté pour dire que le socialisme fonctionne et qu'en conséquence, personne ne serait ni pauvre ni riche. Cette doctrine était un "égaliseur" extraordinaire. 
   
Alors, le professeur annonça : "D'accord, nous allons tenter une petite expérience en classe : je vais retenir comme note la moyenne de toutes vos notes. Ainsi, vous aurez tous la même note et personne n'échouera ni n'aura un A ou un zéro .... (En remplaçant les dollars par des notes, on aura un résultat plus concret et mieux compris par tous).
   
Après le premier examen, tout le monde obtint un B. Ceux qui avaient étudié fort étaient déçus et ceux qui avaient étudié peu étaient ravis.

Lors du deuxième examen, ceux qui avaient étudié peu, étudièrent moins et ceux qui avaient étudié beaucoup décidèrent de lever le pied et étudièrent peu. La moyenne du deuxième examen fut un D ! Personne ne fut content.

Lors du troisième examen, la moyenne descendit à un très médiocre F. 
   
Lors des examens ultérieurs, les notes ne remontèrent jamais. Les pointages du doigt commencèrent, les jugements dominaient les conversations et tout le monde se sentait mal. Personne ne voulait plus étudier pour le bénéfice de l'autre.

À la  surprise générale, ils échouèrent tous. C'est alors que le professeur déclara que le socialisme ne pouvait aboutir qu'à la faillite car lorsque la récompense est grande, l'effort pour réussir est grand mais lorsque le gouvernement enlève toutes les récompenses, personne ne fournit plus d'effort ni ne cherche à réussir. Rien ne peut être plus logique comme conséquence.

Les cinq principes qui suivent sont les meilleures conclusions de cette expérience :

  1. Vous ne pouvez pas ordonner aux pauvres d'obtenir le succès en ordonnant aux riches de ne plus en avoir.  
  2. Ce qu'une personne reçoit sans avoir à travailler, une autre personne doit travailler sans en recevoir la récompense.  
  3. Le gouvernement ne peut donner quelque chose à quelqu'un sans l'avoir auparavant enlevé à quelqu'un d'autre.  
  4. Vous ne pouvez pas multiplier la richesse en la divisant !  
  5. Lorsque la moitié du peuple perçoit l'idée qu'elle n'a pas besoin de travailler car l'autre moitié va s'occuper d'elle, et que l'autre moitié comprend que ça ne vaut pas la peine de travailler car quelqu'un d'autre récoltera ce qu'elle mérite par ses efforts, c'est la fin de toute une nation.    


Source : Adrian Pierce Rogers - Pasteur évangéliste américain, Professeur, Dr en Théologie
* You cannot multiply wealth by dividing it !
Dr. Adrian Rogers from 1984 in a series titled : God’s Way to Health, Wealth and Wisdom


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

lundi 2 décembre 2013

Baisse de la TVA... Au 1er janvier 2014... sur les préservatifs !

Une nouvelle d'importance, que chacun attendait depuis si longtemps... Enfin, la ménopause 1 fiscale...

Baise 2 de la TVA, le préservatif va enfin diminuer !

Le gouvernement annonce une baisse de la TVA sur les préservatifs !

Le gouvernement veut baisser le prix des préservatifs, annonce la ministre de la santé Marisol Touraine dans une entretien au Journal du dimanche, publié à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre 2013.

En matière de lutte contre le sida, « le préservatif, c'est vraiment décisif », souligne la ministre. « A cet égard, le gouvernement veut donner un signal fort : leur prix va diminuer. Au lieu d'augmenter au 1er janvier 2014 comme cela était prévu, le taux de TVA qui leur est appliqué va baisser de 7 à 5,5 %. »

Mme Touraine « souhaite que les fabricants jouent le jeu en répercutant cette diminution. L'économie se chiffrera à dix ou vingt centimes d'euros par boîte. Cela devrait à la fois inciter les jeunes et les moins jeunes à mieux se protéger et favoriser la contraception, une autre de mes priorités ». « En faisant un effort sur le préservatif, on sécurise l'entrée de tous dans la vie sexuelle », ajoute la ministre, qui annonce le lancement dimanche d'une campagne de sensibilisation à destination notamment des jeunes.

Source : Le Monde et AFP

Ndlr : Et voila, à n'en pas douter douter, de quoi redonner du pouvoir d'achat aux Français ! C'est bien la ménopause 1 fiscale qui se confirme pour 2014 ;-)
Cela dit, même si l'intention est louable sur un plan sanitaire, ne sommes-nous pas en train de coller de molles rustines sur le ballon de baudruche de la crise économique, de la dette et du chômage ?
1. ou andropause, à chacun de choisir selon son sexe genre (pour ne pas stigmatiser). 
2. excusez la faute d'orthographe


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

vendredi 8 novembre 2013

Bretagne : La révolte des bonnets rouges contre l'écotaxe

Écotaxe, Leonarda, impôts, retraites... : la France au bord de l'explosion ?

La révolte des "bonnets rouges" préfigure le cauchemar de François Hollande : la "coagulation", soit l'union de tous les mécontentements.

La manifestation de Quimper samedi 2 novembre 2013 a réuni de 15 000 à 30 000 participants. La révolte bretonne contre l'écotaxe contient tous les ingrédients du cauchemar politique que François Hollande s'efforce de conjurer depuis son élection : une agrégation spontanée de multiples franges de la société contre son action. Le concept, au centre des préoccupations du président français depuis les grandes mobilisations contre le mariage homosexuel, porte un nom, celui de "coagulation". Il désigne le moment où des mouvements de contestation aux intérêts potentiellement opposés, comme ceux des salariés et des patrons bretons défilant sous le même bonnet rouge à Quimper, se muent en crise politique majeure que seules des initiatives politiques radicales parviennent à désamorcer.

"On n'est pas loin de la ligne rouge", estime un élu du Parti socialiste, où l'on intègre la possibilité que "la rue" puisse avoir raison d'un gouvernement discrédité. À l'Élysée, où l'on s'efforce de couper court aux spéculations sur un remaniement ministériel, on redoute depuis des mois une contestation qui surgirait d'un dossier dont la sensibilité aurait été sous-estimée. "Il y a toujours un risque, il y a toujours des choses que l'on ne voit pas venir et qui éclatent", disait François Hollande lui-même l'été dernier, avant une rentrée sociale attendue mouvementée pour cause de réforme des retraites.

La raison des reculades

"Il faut faire très attention à un pays qui vit depuis des années des sacrifices, des inégalités, des discriminations ou des sentiments de déclassement", jugeait-il, alerté par les révoltes populaires au Brésil, parties d'une simple augmentation du prix des transports en commun, ou celles de Turquie, nées de la contestation d'un projet d'urbanisme. La théorie de la "coagulation", qui peut provoquer un caillot fatal si elle n'est pas repérée et traitée à temps, explique les reculades à répétition du président.

De l'épisode des entrepreneurs Pigeons aux dernières reculades sur le front fiscal, en passant par son offre de laisser la collégienne kosovare Leonarda terminer seule sa scolarité en France, les mouvements tactiques du président témoignent de sa vigilance sur le front social. Ses conseillers notent que le terreau devient propice à une contestation généralisée et constatent l'échec de François Hollande à tenir sa promesse d'une présidence apaisée.

"Comment va-t-on s'en sortir ?"

"On sent une tension de plus en plus forte de certaines franges de la population sur l'immigration, la laïcité, la pauvreté (...), cela devient éprouvant", dit-on dans son entourage, un constat partagé au gouvernement. "Je ressens un grand désarroi de la part de ceux qui nous ont élus", note un ministre. "Au point où on en est, je me demande vraiment comment on va s'en sortir", note ce membre du gouvernement, pour qui un remaniement avant les élections municipales de mars serait "une façon de reprendre la main".  

Source : Le Point.fr


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

mardi 8 octobre 2013

Simulation : L'armée suisse se prépare à un conflit avec une France en faillite

Un exercice militaire suisse simule une attaque lancée par une France en déroute financière

Dans un entretien accordé au quotidien Le Temps, en août 2013, le président de la Confédération suisse, Ueli Maurer, qui assume aussi les fonctions de ministre de la Défense, avait insisté sur la nécessité de s’adapter aux nouvelles menaces, lesquelles restent difficile à cerner.

“Après les échecs en Irak et en Afghanistan, précisément malgré ces moyens lourds, nous ne croyons plus à ce type d’agression avec pluie d’obus en Europe. Les dégâts collatéraux seraient trop importants. Par contre, nous ne savons pas exactement quelles armes seraient utilisées et donc de quoi nous aurions besoin pour notre défense”, avait-il expliqué.

Toutefois, il n’avait pas écarté l’idée d’un conflit sur le Vieux Continent. “Je n’exclus pas complètement qu’un jour, l’Europe puisse être entraînée ou touchée par un conflit armé. Mais avec d’autres armes”, avait-il avancé. Mais la seule menace auquel la Suisse se prépare est liée à une éventuelle chute de la zone euro et ses conséquences. Le même Ueli Maurer avait ainsi estimé, l’an passé, que les armées européennes ne seraient plus en mesure de faire face à une situation pouvant dégénérer.

D’ailleurs, le scénario d’un éclatement de la zone euro préoccupe l’état-major suisse depuis maintenant 3 ans. Son chef, le général André Blattman, avait ainsi présenté devant la  Commission de la politique de sécurité (CPS) une carte des menaces selon laquelle il fallait accorder une attention toute particulière à la Grèce, au Portugal, à l’Espagne, à l’Italie – alors tous en difficultés financières – ainsi qu’à la France, qui, à l’époque, restait encore très bien notée (avec le fameux triple A) par les agences de notation. Et d’estimer que ces pays pouvaient connaître “des situations” marquées par des “troubles sociaux” susceptibles de provoquer un afflux de réfugiés en Suisse.

Ce scénario avait ainsi fait l’objet de l’exercice militaire Stabilo Due, en septembre 2012, avec la mobilisation de 2.000 soldats suisses, censés se préparer à des “troubles, des attentats et des actes de violence” causés par “l’instabilité d’une partie de l’Europe spécialement délimitée géographiquement pour l’occasion.”

Un an plus tard, d’autres manœuvres, appelées cette fois Duplex-Barbara, ont porté sur le même thème. Sauf que le scénario retenu concerne plus particulièrement la France… imaginée comme étant en déroute financière et désintégrée en plusieurs entités régionales.

Ainsi, du 26 au 28 août, révéle Le Matin Dimanche, les forces suisses – une brigade blindée, au moins, a été engagée – ont dû repousser une invasion lancée par la “Saônia”, un territoire correspondant au Jura français, pour aller récupérer l’argent que la Suisse lui avait “volé, en défendant trois points de passage proches de Neuchâtel, Lausanne et Genève.

Toujours selon ce scénario, la “Saônia” était appuyée par une organisation paramilitaire appelée BLD (Brigade Libre de Dijon). En gros, les planificateurs suisses ont puisé dans l’histoire et ont dû s’inspirer des batailles de Grandson et de Morat qui opposèrent la Confédération aux troupes de Charles Le Téméraire, le Duc de Bourgogne, en 1476…

Cela étant, le commandant de la brigade blindée suisse, Daniel Berger, s’est voulu rassurant. “L’exercice n’a strictement rien à voir avec la France que nous apprécions, il a été préparé en 2012, alors que les relations fiscales franco-suisses étaient moins tendues. Des villes françaises sont citées uniquement pour donner des échelles réelles aux soldats”, a-t-il expliqué.   

Source : Zone Militaire

NDLR FNCV : L’effectif de l’Armée suisse comptait environ 185.000 militaires au 1er mars 2013. Ces chiffres sont tirés du décompte des effectifs de l’armée en 2013, qui a été publié.


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

mercredi 11 septembre 2013

Etat de santé : Observatoire des Suicides, augmentation massive des impôts pour soigner la parasitose...

En cette période qui voit les Français écrasés d'impôts (pas tous, seulement ceux qui ne sont pas fonctionnaires), le gouvernement adopte une nouvelle mesure: la création d'un Observatoire National des Suicides.

Marisol Touraine ministre des Affaires sociales et de la Santé a annoncé ce mardi 10 septembre 2013, la création de cette instance d'évaluation, alors que le pays connaît un des taux de suicides les plus élevés en Europe.

Attendue depuis plusieurs années par les spécialistes et professionnels de la santé, la création d’un Observatoire national du suicide a été annoncée mardi matin par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Une naissance symbolique à l’occasion de la journée internationale de prévention du suicide.

Particulièrement touchée par ce drame, la France affiche un des taux les plus élevés de suicides en Europe avec plus de 10 000 morts et 200 000 tentatives de suicide chaque année. C’est dire que le sujet est devenu un enjeu de santé publique.

Rattaché au ministère de la Santé, l’observatoire aura pour mission de mieux coordonner les différentes données existantes sur le suicide et d’évaluer les politiques publiques dans ce domaine. Il réunira deux fois par an les représentants de sept ministères concernés, des acteurs institutionnels (opérateurs de l’Etat et caisses d’assurance maladie), des professionnels de la santé, des sociologues et des représentants des associations de prévention et de proche des malades.    

Source : AFP

NDLR FNCV : Le sujet est grave, assurément, et la mesure en question est sans doute inspirée par de louables intentions, pleines de compassion et de sollicitude. Mais encore faudrait-il ne pas confondre les causes et les effets de ce malheur national.

Une parasitose chronique ?

Le diagnostic est pourtant simple et il n'est point besoin de faire appel, à grands frais, aux plus hautes instances du corps médical pour chercher à savoir, à l'instar du docteur Knock, si "ça nous chatouille ou si ça nous gratouille":

Notre avenir est particulièrement sinistre, qui voit une submersion progressive du peuple français par une immigration comportant des parasites en nombre croissant (cet adjectif est employé à dessein) qui absorbent une part insupportable de nos ressources et bafouent impunément en public, nos valeurs et nos symboles les plus sacrés.

Il en résulte à l'évidence, que notre système économique va inévitablement imploser à court terme tandis que la violence va prendre des proportions jamais vues sans doute depuis les guerres de religion.

Assommés par des impôts délirants, conscients des sinistres perspectives qui sont les nôtres et celles de nos enfants, affligés par une gouvernance aveugle qui, fidèle à son dogme, prétend atténuer les effets, mais sans traiter les causes du mal profond qui nous atteint, certains de nos compatriotes s'expatrient, tandis que d'autres choisissent d'en finir avec la vie.

Voila notre diagnostic, et il ne coûte rien à l'Etat...


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

dimanche 25 août 2013

Avec la Kékette de Normandie, participons au Redressement Productif !

Deux amis normands ont imaginé cette bière brassée en Belgique.

Tout est parti d'une blague entre copains. Pierre et Ross, deux amis "trentenaires" normands, ont créé leur bière blonde lors d’une soirée, rapporte Ouest-France (lundi 12 août 2013).

«L’idée de Kékette, elle est partie d’un délire pendant une virée en Belgique», racontent Pierre, imprimeur à Lisieux et Ross, gérant de bar à Caen.

Bientôt, des soirées Kékette à Paris?

Les deux jeunes se sont depuis, lancés dans un vrai plan com’ pour développer leur Kékette, brassée en Belgique. A base de stickers, cartes postales vintage, badges, page Facebook, ils ne lésinent pas sur les moyens.

Vendue en Normandie, mais également en Bretagne, autour de Rennes, les deux compères espèrent faire adopter leur production aux Parisiens. La capitale - où ils souhaitent organiser des soirées Kékette- est effet leur prochain objectif.

Selon Ouest-France, la boisson aurait «des arômes de coriandre grillée et ne serait pas trop amère ni trop sucrée». Avis aux amateurs de Kékette qui souhaiteraient goûter le produit. A noter qu’une version de Noël devrait également sortir à la fin de l'année.

Source : D'après Ouest France

NDLR FNCV : Montebourg, Kronenbourg ou Kekette: il faut choisir. Soyons à la pointe du Redressement Productif...


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

mercredi 24 juillet 2013

France : Vente de deux satellites d'observation Helios aux Emirats Arabes Unis

Tout vient à point à qui sait attendre...

La France va vendre deux satellites d'observation aux Emirats Arabes Unis

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, était revenu bredouille d’Abou Dhabi, la semaine passée, alors qu’il comptait bien conclure une négociation portant sur la livraison aux Emirats arabes unis de deux satellites d’observation de type Helios conçus par Astrium et Thales Alenia Space.

A priori, la raison de cette déconvenue était qu’Abu Dhabi voulait réduire les délais de livraison des deux satellites. Une exigence qui cueillit alors à froid le ministre et la délégation française. D’où la question que l’on pouvait se poser : les Etats-Unis avaient-ils manoeuvré en coulisses pour imposer Lockheed-Martin, qui, ayant vu un contrat annulé par la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA), une agence de Pentagone, cherchait un nouveau débouché pour ses satellites ?

Finalement, il n’y avait rien de tout ça. Car selon La Tribune, qui suit ce dossier depuis des mois, il vient de produire un nouveau rebondissement, les Emirats étant désormais prêts à commander les deux satellites Helios auprès de leurs constructeurs, lesquels ont pour le coup été bien obligé de s’aligner sur l’offre américaine pour remporter le contrat.

“La France avait encore oublié que l’on n’impose pas un calendrier de signature aux Emiratis, qui n’aiment pas être mis sous la pression d’un Etat étranger dans une négociation” a expliqué au site d’informations économiques un “bon connaisseur du dossier.”

Quoi qu’il en soit, Jean-Yves Le Drian doit s’envoler à nouveau à destination des Emirats, le 22 juillet, afin de signer ce contrat de plus de 500 millions d’euros (certains sources parlent même de 700 millions), lequel est le plus important jamais conclu depuis le début du quinquennat de François Hollande.

Source : Zone Militaire


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

- page 1 de 2