FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 10 septembre 2012

Société : La Patrie trahie par la République

Une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » ...

J’ai tourné autour de ce thème comme un maître-chien mis en présence d’un colis piégé.
Difficile de l’aborder de front sans qu’il vous explose à la figure. Il y a péril de mort civile.

C’est pourtant l’interrogation capitale. J’ai hésité. D’autant plus qu’en 1973, en publiant « Le Camp des Saints » j’ai déjà à peu près tout dit là-dessus. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, sinon que je crois que les carottes sont cuites.

Car je suis persuadé que notre destin de Français est scellé, parce qu’« ils sont chez eux chez moi » (Mitterrand), au sein d’une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » (Jacques Chirac), parce que la situation est irréversible jusqu’au basculement définitif des années 2050 qui verra les « Français de souche » se compter seulement la moitié – la plus âgée – de la population du pays, le reste étant composé d’Africains, Maghrébins ou Noirs et d’Asiatiques de toutes provenances issus du réservoir inépuisable du tiers monde, avec forte dominante de l’islam, djihadistes et fondamentalistes compris, cette danse-là ne faisant que commencer.

La France n’est pas seule concernée. Toute l’Europe marche à la mort.

Les avertissements ne manquent pas – rapport de l’ONU (qui s’en réjouit), travaux incontournables de Jean-Claude Chesnais et Jacques Dupâquier, notamment -, mais ils sont systématiquement occultés et l’’INED pousse à la désinformation. Le silence quasi sépulcral des médias, des gouvernements et des institutions communautaires sur le krach démographique de l’Europe des Quinze est l’un des phénomènes les plus sidérants de notre époque. Quand il y a une naissance dans ma famille ou chez mes amis, je ne puis regarder ce bébé de chez nous sans songer à ce qui se prépare pour lui dans l’incurie des « gouvernances » et qu’il lui faudra affronter dans son âge d’homme…

Sans compter que les « Français de souche », matraqués par le tam-tam lancinant des droits de l’homme, de « l’accueil à l’autre », du « partage » cher à nos évêques, etc., encadrés par tout un arsenal répressif de lois dites « antiracistes »,conditionnés dès la petite enfance au « métissage » culturel et comportemental, aux impératifs de la « France plurielle » et à toutes les dérives de l’antique charité chrétienne, n’auront plus d’autre ressource que de baisser les bras et de se fondre sans moufeter dans le nouveau moule « citoyen » du Français de 2050.

Ne désespérons tout de même pas. Assurément, il subsistera ce qu’on appelle en ethnologie des isolats, de puissantes minorités, peut-être une quinzaine de millions de Français – et pas nécessairement tous de race blanche – qui parleront encore notre langue dans son intégrité à peu près sauvée et s’obstineront à rester imprégnés de notre culture et de notre histoire telles qu’elles nous ont été transmises de génération en génération. Cela ne leur sera pas facile.

Face aux différentes « communautés » qu’on voit se former dès aujourd’hui sur les ruines de l’intégration (ou plutôt sur son inversion progressive : c’est nous qu’on intègre à « l’autre », à présent, et plus le contraire) et qui en 2050 seront définitivement et sans doute institutionnellement installées, il s’agira en quelque sorte – je cherche un terme approprié – d’une communauté de la pérennité française. Celle-ci s’appuiera sur ses familles, sa natalité, son endogamie de survie, ses écoles, ses réseaux parallèles de solidarité, peut-être même ses zones géographiques, ses portions de territoire, ses quartiers, voire ses places de sûreté et, pourquoi pas, sa foi chrétienne, et catholique avec un peu de chance si ce ciment-là tient encore.

Cela ne plaira pas. Le clash surviendra un moment ou l’autre. Quelque chose comme l’élimination des koulaks par des moyens légaux appropriés. Et ensuite ?
Ensuite la France ne sera plus peuplée, toutes origines confondues, que par des bernard l'ermite qui vivront dans des coquilles abandonnées par les représentants d’une espèce à jamais disparue qui s’appelait l’espèce française et n’annonçait en rien, par on ne sait quelle métamorphose génétique, celle qui dans la seconde moitié de ce siècle se sera affublée de ce nom.

Ce processus est déjà amorcé. Il existe une seconde hypothèse que je ne saurais formuler autrement qu’en privé et qui nécessiterait auparavant que je consultasse mon avocat, c’est que les derniers isolats résistent jusqu’à s’engager dans une sorte de reconquista sans doute différente de l’espagnole mais s’inspirant des mêmes motifs. Il y aurait un roman périlleux à écrire là-dessus. Ce n’est pas moi qui m’en chargerai, j’ai déjà donné. Son auteur n’est probablement pas encore né, mais ce livre verra le jour à point nommé, j’en suis sûr…

Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France (évitons le qualificatif d’éternelle qui révulse les belles consciences) sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé. Je me pose la même question à propos de toutes ces associations omniprésentes de droits à ceci, de droits à cela, et toutes ces ligues, ces sociétés de pensée, ces officines subventionnées, ces réseaux de manipulateurs infiltrés dans tous les rouages de l’État (éducation, magistrature, partis politiques, syndicats, etc.), ces pétitionnaires innombrables, ces médias correctement consensuels et tous ces « intelligents » qui jour après jour et impunément inoculent leur substance anesthésiante dans l’organisme encore sain de la nation française.

Même si je peux, à la limite, les créditer d’une part de sincérité, il m’arrive d’avoir de la peine à admettre que ce sont mes compatriotes. Je sens poindre le mot renégat, mais il y a une autre explication : ils confondent la France avec la République. Les « valeurs républicaines » se déclinent à l’infini, on le sait jusqu’à la satiété, mais sans jamais de référence à la France. Or la France est d’abord une patrie charnelle. En revanche, la République, qui n’est qu’une forme de gouvernement, est synonyme pour eux d’idéologie, idéologie avec un grand « I », l’idéologie majeure. Il me semble, en quelque sorte, qu’ils trahissent la première pour la seconde.

Parmi le flot de références que j’accumule en épais dossiers à l’appui de ce bilan, en voici une qui sous des dehors bon enfant éclaire bien l’étendue des dégâts. Elle est extraite d’un discours de Laurent Fabius au congrès socialiste de Dijon, le 17 mai 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune Française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République… »

Puisque nous en sommes aux citations, en voici deux, pour conclure :
« Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie. » (Président Boumediene, mars 1974)

Et celle-là, tirée du XXe chant de l’Apocalypse :
« Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée. »

Source : Jean Raspail, écrivain et romancier

* * *

mercredi 14 mars 2012

Pierre Schoendoerffer : L'auteur et réalisateur du "Crabe-Tambour" est parti là-haut...

Le choix du bien...
On apprend la mort de Pierre Schoendoerffer, à l'âge de 83 ans, à l'hopital militaire de Percy. On le savait, depuis quelques jours, gravement malade.

« Jamais un homme n’est plus un homme que lorsqu’il se trouve devant un grand choix.
Pas entre le Bien et le Mal. Entre plusieurs biens qui s’offrent à lui
et dont seul l’avenir lui dira s’il a eu raison ou non. »

Suivre un cap...
Toute sa vie, Pierre Schoendoerffer, qui vient de mourir à l’âge de 83 ans, aura été fidèle à son projet de départ, raconter la guerre à hauteur d’homme, sans spectaculaire ni patriotisme.

Cet art du film de guerre, qui privilégie la morale pour explorer le mystère de la condition humaine, se révèle avec La 317e Section (1965), adapté de son propre roman et nourri de son expérience de reporter et prisonnier à Diên Biên Phu. On y suit la lente progression, dans la moiteur de la jungle, d’une escouade de soldats menée par un Jacques Perrin juvénile...

Grand admirateur de Joseph Conrad et Herman Melville, Pierre Schoendoerffer exaltera à nouveau, du Crabe tambour (1977) à Là-haut, un roi au-dessus des nuages (2004), un certain sens de l’honneur et du courage, qui en faisait un cinéaste exigeant et hors des modes.

Source : Jérémie Couston

Pierre Schoendoerffer en quelques dates...

  • 1928 : Naissance à Chamalières (Puy-de-Dôme).
  • 1951 : S'engage au Service cinématographique des armées.
  • 1954 : Saute sur Dien Bien Phu, où il sera fait prisonnier.
  • 1963-1964 : La 317e Section. Le livre, puis le film.
  • 1966 : La Section Anderson.
  • 1976 : Le Crabe Tambour. Le livre et le film.
  • 1981 : Là-haut, le livre.
  • 1992 : Dien Bien Phu. Le film.
  • 2004 : Un roi au-dessus des nuages. Le film

* * *

lundi 27 février 2012

Cinema : The Artist, Jean Dujardin, Michel Hazanavicius, triomphe aux Oscars !

Triomphe aux Oscars pour The Artist
avec Jean Dujardin, le film de Michel Hazanavicius

La consécration ! C'est une première pour un film français !

* * *

The Artist a remporté dimanche au Kodak Theater d'Hollywood, l'Oscar du meilleur film, devenant le premier long-métrage non anglo-saxon à décrocher cette récompense suprême. Jean Dujardin et Michel Hazanavicius, le réalisateur, repartent eux-aussi avec une statuette en or.

Cet hommage muet et en noir et blanc à l'histoire d'Hollywood, qui était donné favori, a été récompensé face aux huit autres films en compétition, parmi lesquels Hugo Cabret de Martin Scorsese, Minuit à Paris de Woody Allen ou encore Cheval de Guerre de Steven Spielberg.

Recevant la statuette dorée sous les acclamations du public, Michel Hazanavicius a remercié toute l'équipe du film et évoqué en plaisantant ses enfants en train de suivre la cérémonie des Oscars à la télévision: "il est six heures du matin à Paris, vous avez donc 30 secondes pour aller au lit!".

L'Oscar du meilleur film couronne une soirée riche en récompenses pour The Artist, qui a vu ainsi le trophée du meilleur acteur aller à Jean Dujardin pour son rôle de George Valentin, une star du muet dont la carrière est bouleversée par l'apparition du cinéma parlant: "J'aime votre pays !" s'est-il écrié en remerciant l'Academie.

Source : Lexpress.fr avec AFP

* * *

mercredi 18 janvier 2012

Culture et cuisine fine : La galette des rois

La galette des rois, une tradition qui remonte à l'époque romaine

Perdurant à travers les siècles, la galette des rois est devenue une sorte de tourte de feuilletage fourrée de frangipane, de compote, de chocolat. Il existe encore quelques pâtissiers qui font la galette à l'ancienne, un très bon feuilletage cuit et glacé au sucre.

L'important, c'est de trouver la bonne recette, celle qui fera briller les yeux du petit (ou du grand) qui tirera la fève...

Il y a 271 recettes pour préparer une galette des rois. En Provence, on prépare la Couronne des Rois, une délicieuse brioche garnie de fruits confits.

Malicieux, nous avons caché une petite fève dans cet article...
A vous de la découvrir, et régalez-vous !

* * *

~ Recette de la Galette des Rois à la frangipane ~

Préparation : 10 min
Cuisson : 20 à 30 min

Ingrédients (pour 6 personnes) :

  • 2 pâtes feuilletées
  • 140 g de poudre d'amandes
  • 100 g de sucre fin
  • 2 œufs
  • 75 g de beurre mou
  • 1 jaune d’œuf
  • 1 fève

* * *

Préparation :

Placer une pâte feuilletée dans un moule à tarte, piquer la pâte avec une fourchette.
Dans un saladier, mélanger la poudre d'amandes, le sucre, les 2 œufs et le beurre mou.
Placer la pâte obtenue dans le moule à tarte et y cacher une petite fève.
Recouvrir avec la 2ème pâte feuilletée, en collant bien les bords.
Faire des dessins sur le couvercle et badigeonner avec le jaune d’œuf.
Enfourner pendant 20 à 30 min à 200°C (thermostat 6-7) ; vérifier régulièrement la cuisson !

source : Le Marmiton


* * *

Quelques sujets apaisants, pour débattre sereinement...

jeudi 1 septembre 2011

Culture et cuisine fine : Recette du cassoulet de Castelnaudary

Le cassoulet de Castelnaudary a une origine très ancienne, familiale paysanne et populaire. Sa recette s'est stabilisée au fil du temps pour devenir ce grand mets qui fait la gloire de Castelnaudary et dont la réputation s'étend tous les jours davantage.

Bien sûr, il existe de nombreuses variantes de cette recette légendaire, mais celle que nous allons vous faire découvrir est celle préconisée et approuvée par la Grande Confrérie du Cassoulet de Castelnaudary.

* * *

Cassole, Cassolo, Cassoulet ...

Recette du Cassoulet pour 4 personnes

Ingrédients :

350 à 400 g de haricots secs de type lingot (du lauragais de préférence)
2 cuisses de canard ou d'oie confites, coupées en deux.
4 morceaux de 80g de saucisse pur porc dite "de Toulouse".
4 morceaux de 50g de viande de porc pris dans le jarret, l'épaule ou la poitrine
250 g de couenne de porc dont la moitié sera utilisée après cuisson pour le 
"montage" du cassoulet.
Un peu de lard salé
1 carcasse de volaille ou quelques os de porc des oignons et des carottes

La Recette :

La veille - Faire tremper les haricots secs une nuit dans l'eau froide.

Le lendemain - Vider cette eau, mettre les haricots dans une casserole avec trois litres d'eau froide et porter à ébullition pendant 5 minutes. Éteindre le feu, vider l’eau et réserver les haricots.

Procéder à la préparation du bouillon avec à nouveau 3 litres d'eau (non calcaire et de Castelnaudary si possible), les couennes coupées en larges lanières, une carcasse de volaille si on les a quelques os de porc et, selon votre goût, un peu d'oignons et de carottes. Saler et poivrer (généreusement). Cuire ce bouillon pendant une heure puis filtrer le bouillon et récupérer les couennes.
Dans ce bouillon filtré mettre les haricots à cuire jusqu'à ce que ceux ci soient souples mais restent bien entiers. Pour cela il faut environ une heure d'ébullition.

Pendant la cuisson des haricots :
Préparation des viandes : dans une grande poêle sauteuse faire dégraisser les morceaux de confit à feu doux puis les réserver.
Dans la graisse restante faire rissoler les saucisses de Toulouse puis les réserver. Faire rissoler les morceaux de porc qui doivent être bien dorés et les réserver avec les autres viandes.
Égoutter les haricots et conserver le bouillon au chaud. Ajouter aux haricots quelques gousses d'ail et le double en poids de lard salé broyés ensemble.


Montage du Cassoulet :

Pour cela on utilisera le plat creux en terre cuite qui s'appelait "cassolo" (aujourd'hui "la cassole") et qui a donné son nom au cassoulet, ou à défaut un plat assez creux en terre cuite allant au four.

Tapisser le fond de la cassole avec des morceaux de couenne, ajouter environ un tiers des haricots; disposer les viandes et par dessus verser le reste des haricots. Disposer les saucisses en les enfonçant dans les haricots le dessus des saucisses devant rester apparent. Compléter la cassole en versant le bouillon chaud qui doit juste couvrir les haricots. Poivrer au moulin en surface et ajouter une cuillère à soupe de la graisse de canard ayant servi à rissoler les viandes.

Cuisson :

Mettre au four à 150°/160° (Thermostat 5 ou 6) et laisser cuire deux à trois heures. Pendant la cuisson il se formera sur le dessus de la cassole une croûte marron dorée qu'il faudra enfoncer à plusieurs reprises (les anciens disaient 7 fois).

Quand le dessus des haricots commence à sécher on ajoutera quelques cuillères de bouillon.

Si vous préparez ce cassoulet la veille, il devra être réchauffé au four à 150° pendant une heure et demie avant de servir. Ne pas oublier de rajouter un peu de bouillon ou, à défaut, quelques cuillerées d'eau.

Très important !

Le cassoulet se sert bouillonnant dans sa cassole.
servez-le délicatement sans le remuer,
il n’en sera que meilleur et n’hésitez pas à en reprendre,
c’est un plat qui vous emportera au paradis de la gastronomie populaire !

Source : Ville de Castelnaudary

* * *

Quelques sujets apaisants, pour débattre sereinement...

jeudi 9 juin 2011

Crise du concombre tueur : Réhabilitons cette cucurbitacée, si injustement calomniée !

Le concombre d'Espagne a été, trop vite et injustement, accusé d'être pollué par la bactérie Echerichia Coli par les autorités allemandes.

Non ! Le concombre espagnol n'est pas un tueur farci à l' E.Coli !

Le concombre (Cucumis sativus) est une plante potagère rampante, de la famille des Cucurbitacées, comme le melon, la courge ou le cornichon. Le concombre est un légume originellement cultivé en altitude, mais cultivé maintenant un peu partout, et toute l'année. Il a l'aspect d'une courgette ou d'un grand cornichon, mesurant en moyenne une trentaine de centimètres.

Généralement le concombre se consomme cru, râpé et en salade. Contrairement aux usages, le concombre ne doit pas être pelé. C'est en effet sa peau qui regorge de toutes les vitamines. Cependant, certaines personnes la digèrent mal, car elle contient également des substances laxatives. Le concombre peut aussi s'apprécier cuit à l'étuvée, en gratin, ou farci. Dans les pays méditerranées, il est consommé en soupe, glacé, avec de la menthe. C'est un plat très rafraichissant en été. Le concombre peut aussi s'apprécier en bâtonnets lors d'un apéritif avec du fromage blanc.

* * *

Recette des concombres farcis :

  1. On épluche les concombres, on les découpe en deux dans la longueur et on les évide.
     
  2. On confectionne la farce américaine. (toute ressemblance avec un concombre français égaré dans les couloirs d'hôtel à New York est formellement exclue)

  3. On détaille les carottes et l'oignon en cubes après les avoir pelés, et on hache bien le persil. (quand je dis oignon, il s'agit d'un oignon et de rien d'autre!)
     
  4. On préchauffe le four à 225°C.
     
  5. On dépose les carottes et l'oignon dans un plat beurré, et on saupoudre de persil, on assaisonne, et on dépose la farce dans les concombres, que l'on place dans le plat.
    Puis on ajoute le bouillon pour qu'il arrive aux 2/3 du plat, on fait bouillir sur le feu puis on enfourne 35 minutes.
      
  6. Après quelques minutes de cuisson, quand la farce sèche un peu, on couvre avec de l'aluminium.
      
  7. On retire les concombres, on passe le jus de cuisson (pas de contrepèterie SVP) que l'on fait réduire ensuite d'1/3.
      
  8. On y ajoute du beurre manié, et on nappe les concombres avec cette sauce.
      
Bon appétit à tous ;-)

Source : Recettesdecuisine.com

* * *

Quelques sujets apaisants, pour débattre sereinement...

mardi 7 juin 2011

Une révélation scientifique sur l'origine des tremblements de terre

Sexe, Mensonges et... Religion *

L'augmentation des relations sexuelles illicites est la cause de l'accroissement des tremblements de terre, selon l'ayatollah Kazem Sedighi, imam de la prière du vendredi de Téhéran cité samedi par le quotidien Aftab.

"Les catastrophes naturelles sont le résultat de notre propre comportement", a déclaré M. Sedighi.

"Beaucoup de femmes mal habillées" (ne respectant pas la tenue islamique, ndlr) "corrompent les jeunes, et l'augmentation des relations sexuelles illicites fait accroître le nombre des tremblements de terre", a-t-il déclaré.

Les relations sexuelles hors mariage sont officiellement interdites en Iran.

Les religieux conservateurs dénoncent régulièrement le non respect du code vestimentaire islamique strict par une partie des jeunes iraniennes, en particulier à Téhéran et dans les grandes villes du pays.

"Nous n'avons pas d'autre choix que de nous conformer aux règles de l'islam", a affirmé l'ayatollah Sedighi, en rappelant les récents propos du président Mahmoud Ahmadinejad qui avait mis en garde contre les risques de séisme à Téhéran.

M. Sedighi a également affirmé qu'il "fallait un effort collectif" pour régler les problèmes de la société provoqués par "l'augmentation de l'âge du mariage et du nombre de divorces".

Source : Le Point.fr

* * *


* Le titre de cet article est une inspiration humoristique du célèbre film "Sexe Mensonges et vidéos" de Steven Soderbergh, Palme d'or au festival de Cannes 1989.
Comme quoi les affaires de sexe restent encore et toujours un tabou, marronnier des religions s'il en est ; que les intégristes de tout poil (surtout les barbus) exploitent avec délices et malice, depuis des siècles ;-)))

lundi 25 avril 2011

Culture et cuisine fine : Recette "Pieds de porc de Sainte Menehould"

Cuisine et culture : Les bonnes recettes de l'Oncle Pierre

Dans le cochon tout est bon !

En toute période, mangez du cochon...

Compte tenu de sa richesse calorique, le pied de porc de Sainte Ménéhould est à déguster plutôt en hiver, quand il fait bien froid et que l'on a besoin de "prendre des forces" !

Comme toujours, l'excellence de cette recette est le résultat d'un erreur, en l'occurrence un oubli sur le feu ; celui de la cuisinière du Soleil d'Or qui en 1730 oublia sa marmite au coin du feu...

Plat tellement apprécié qu'il aurait été servi à Louis XVI lors de sa fuite vers Varennes !

Cuits dans un court-bouillon, les pieds de porc sont ficelés, certaines recettes indiquent de les envelopper dans une mousseline...

Sur le temps de cuisson, il y a aussi des divergences, mais l'important est de savoir que tout se mange et doit donc fondre sous la dent...

Après cette longue cuisson variant de 2h à 40h, les pieds de porc sont roulés dans la chapelure puis passés au four très chaud pour les rendre croustillant... et le nec plus ultra, les servir avec une purée de pois cassés... et de la moutarde... Là, pour les inconditionnels, c'est un véritable festin !                                             

Source : jedecouvrelafrance.com

* * *

Une spécialité champenoise, déjà appréciée en 1435, par le bon Roy Charles VII de passage à Sainte-Menehould - située sur l'Aisne au pied de l'Argonne dans la Marne.  

Recette pour 6 personnes : Ingrédients
6 pieds de porc
50 centilitres de vin blanc de sec
150 grammes de beurre
3 oeufs
400 grammes de mie de chapelure
500 grammes de gros sel
Sel
Poivre
Pour le bouillon :
1 oignon piqué d'1 clou de girofle
1 oignon haché
3 carottes
3 gousses d'ail hachées
3 échalotes hachées
1 bouquet garni
1 bouquet de persil plat

Préparation
Deux heures avant : passez les pieds de porc à la flamme, puis nettoyez-les bien. Coupez-les en deux, déposez-les dans une grande bassine, recouvrez-les de gros sel et faites-les dégorger deux heures environ.
Pendant ce temps, préparez le bouillon : épluchez les carottes et coupez-les en rondelles. Pelez les oignons, les échalotes et l'ail. Piquez l'un des oignons du clou de girofle. Hachez l'autre oignon, les échalotes et l'ail. Ciselez le persil.

Rincez les pieds de porc sous l'eau froide rassemblez les moitiés deux par deux pour les reconstituer. Ficelez-les à l'aide de ficelle à rôti.

Dans une grande cocotte, rassemblez les pieds de cochon, l'oignon piqué du clou de girofle, l'oignon haché, l'ail et les échalotes hachés, les carottes en rondelles, le persil ciselé et le bouquet garni.
Versez le vin blanc, mouillez d'eau largement, salez et poivrez et portez à ébullition. Réduisez le feu et laissez mijoter à couvert pendant 2 heures environ.

Retirez les pieds de cochon, laissez-les refroidir et retirez la ficelle à rôti. Cassez les œufs et battez-les en omelette dans une assiette creuse. Versez la chapelure dans une deuxième assiette. Passez les pieds dans l’œuf battu, puis dans la chapelure. Disposez-les sur la grille du four disposez au dessus de la lèchefrite et faites passez-les quelques minutes sous le gril du four en arrosant de beurre fondu. Disposez-les sur un plat de service, quand ils sont bien dorés.

Dégustez avec de la moutarde à l'ancienne.

Source: recettespourtous.com

NDLR : C'est presque aussi bon que la dinde au whisky

* * *

Quelques sujets apaisants, pour débattre sereinement...

lundi 11 avril 2011

France : Le voile intégral, la burqa, le niqab... sont interdits en public !

La loi interdisant le port d'un voile intégral, niqab, burqa...
dans l’espace public, en France, entre en vigueur aujourd'hui

Les femmes portant le niqab ou la burka n’auront le droit de se promener dans la rue qu’aux abords immédiats des lieux de culte. Elles ont interdiction de conduire
   
C’est aujourd’hui, alors que le débat sur la laïcité marque un peu le pas, qu’entre en vigueur la loi anti-burqa adoptée en octobre 2010. La France fait exception dans le monde. Aux Etats-Unis, la question est jugée anecdotique. Plus près de chez nous, notamment aux Pays-Bas et en Belgique, le voile intégral fait polémique, mais aucun pays européen n’est allé jusqu’à légiférer.

Cinq questions pour comprendre comment et à qui elle va s’appliquer.

1 - Qu’est-ce qui est interdit sur le port du voile ?
La loi, adoptée le 11 octobre, porte officiellement sur l’interdiction de dissimuler son visage dans l’espace public. Le texte vise clairement le voile intégral que portent certaines femmes musulmanes : la burqa, telle qu’elle se voit surtout en Afghanistan, et surtout le niqab, qui ne laisse apparaître qu’une fente pour les yeux. Foulards, écharpes, lunettes et chapeaux sont acceptés, tant qu’ils n’empêchent pas d’identifier le visage. Ainsi que le casque intégral pour les usagers de deux-roues ou… le masque pour les escrimeurs!

2 - Combien de femmes sont concernées ?
Le rapport de la mission parlementaire qui a précédé le vote de la loi n’avait recensé aucune burqa et évaluait à 1900 le nombre de femmes portant le niqab en France. Un phénomène circonscrit aux zones très urbanisées : la moitié des femmes voilées de pied en cap, selon une coutume empruntée au Moyen-Orient et non pas au Maghreb, vivent en Ile-de-France. Selon le ministère de l’Intérieur, il s’agit aux deux tiers de femmes de nationalité française, à 90% âgées de moins de 40 ans. Et, pour un quart d’entre elles, de converties.

3 - Où le niqab est-il banni ?
Le voile intégral est interdit sur la voie publique et dans tous les lieux ouverts au public ou affectés à un service public, comme l’école (où le port de signes religieux ostentatoires est banni depuis 2004), les mairies, préfectures, tribunaux, hôpitaux, musées, bibliothèques, stades et transports collectifs. La loi inclut aussi les parcs, plages, commerces, restaurants, cinémas et théâtres. Rien n’interdit en revanche de porter le voile dans des lieux de culte, à leurs abords et évidemment à la maison. En voiture, il est permis sauf si l’on conduit.

4 - Que risquent les contrevenantes ?
La loi prévoit une amende de 150 € et/ou un stage de citoyenneté. Porter le niqab relève de la contravention. Forcer quelqu’un à le faire est en revanche un délit, passible d’un an d’emprisonnement et de 30.000 € d’amende. Si la personne voilée sous la contrainte ou la menace est mineure, ceux qui l’y forcent — même si c’est seulement à la maison — risquent jusqu’à deux ans de prison et 60.000 € d’amende.

5 - Quelles consignes ont été données à la police ?
Une note de service a été adressée jeudi aux directeurs départementaux de la sécurité publique et aux préfets. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henri Bradet, en résume l’esprit : « Il faut faire preuve de discernement, de pédagogie et privilégier l’écoute et le dialogue. » Le débat très tendu sur la laïcité explique en partie la volonté du gouvernement de calmer le jeu sur cette loi « délicate à mettre en œuvre ».
« Cette circulaire est faussement appelée circulaire niqab. En réalité, ce texte s’applique à bien d’autres situations comme les casseurs dans les manifestations ou les hooligans qui masquent leur visage dans les stades », insiste-t-il. Aucune consigne n’a donc été donnée pour « traquer » les femmes voilées. « Il faut s’interdire toute forme de provocation, éviter les attroupements éventuels, détaille un commissaire de banlieue. En cas de contrôle, il faut le cas échéant isoler dans un coin discret la personne pour vérifier son identité ou la conduire au commissariat. Mais il est hors de question d’arracher un voile ou de pratiquer un déshabillage forcé. C’est de toute façon interdit par la loi. » 

Source : Claudine Proust - Le Parisien.fr

NDLR : C'est, enfin, une bonne décision du gouvernement français. Mais il reste en chantier des lois encore plus urgentes.
  • Sur le problème extrêmement grave de l'immigration massive d'indésirables, qu'elle soit légale ou illégale", conséquence du regroupement familial, et des subsides trop généreusement accordés à des non-nationaux qui n'ont jamais travaillé, ni cotisé en France. C'est cela qui rend la France si attractive pour eux. Ils pullulent au détriment des travailleurs actifs ou retraités. Il faut agir très vite, car c'est tout notre système économique qui est en train de s'effondrer, inexorablement.
    CHANGEZ LES LOIS !
  • Sur la prière dans la rue: il serait bon que le gouvernement français fasse appliquer nos lois et soit aussi déterminé et courageux que le gouvernement tunisien, qui l'a interdite. Le prosélytisme musulman intégriste et la volonté de faire construire de nombreuses mosquées dans un pays chrétien (de moins en moins, hélas)  sont à l'évidence derrière cette soudaine frénésie de prière dans la rue. Ils ne s'en cachent même pas.
    FAITES APPLIQUER NOS LOIS !

Agissez ! Soyez fermes ! Vous avez été élus pour cela !

* * *

dimanche 5 décembre 2010

Benoît XVI : Le Pape, c'est qui celui-là... Le père Noël ?

France, terre d'accueil... France, bientôt terre d'Islam ?

L’archevêque d’Avignon : “On peut penser que la France sera à majorité musulmane dans vingt ou trente ans”

25 novembre 2010 : Mgr Jean-Pierre Cattenoz, l’archevêque d’Avignon, confie avoir également croisé de semblables jeunes. « Ma croix pectorale est parfois l’objet de moqueries de jeunes Français d’origine maghrébine. Quand je leur dis que c’est le pape Benoît XVI qui me l’a donnée, ils me répondent : “C’est qui celui-là ?” », raconte le prélat.

Nous sommes à un tournant de l’histoire religieuse de notre pays »

Avec son franc-parler, il s’interroge sur les conditions du « vivre ensemble » dans la France de demain. « Nous sommes à un tournant de l’histoire religieuse de notre pays », poursuit Mgr Cattenoz. L’ancien professeur de maths a fait ses calculs :

« Les familles gauloises, traditionnellement chrétiennes, ont en moyenne deux enfants. Dans les familles musulmanes vivant en France, on approche plus souvent quatre, cinq, voire six enfants. Partant de là, on peut penser que la France sera à majorité musulmane dans vingt ou trente ans », prédit l’évêque.
Il ajoute, avec un brin de provocation : « J’ai déjà vécu quinze ans en terre d’islam. Je suis donc prêt à vivre dans une France à majorité musulmane. Simplement, je m’interroge sur les conditions de notre cohabitation »....

Source : Famille Chrétienne

Noël... C'est qui celui là ?

Ndlr : Hélas, Noël, c'est devenu la fête des cadeaux, des vendeurs du Temple, et du commerce Roi...". Plus guère de références à l'origine chrétienne de cette fête pas comme les autres, ni à la Nativité. On vous l'a peut-être dit, mais c'est bientôt Noël, nous sommes à  J-20....

* * *

mercredi 15 septembre 2010

France : Prière musulmane rue Myrha à Paris... Il faut arrêter ça !

France et Islam : Prières musulmanes rue Myrha à Paris...

Au cœur de Paris !
Zone musulmane de prière... Zone de non droit ?

Comme chaque vendredi jour de prière, les islamistes ont bloqué la rue Myrha avec des barrières. Au fur et à mesure, les musulmans repoussent les barrières, et confisquent de plus en plus d’espace public.
 
En l'absence de toute réaction du maire de Paris et des autorités de la police municipale, les musulmans prosélytes font reculer peu à peu les limites de la zone confisquée pour la prière.
 
Ceci se passe à Paris, dans le 18e arrondissement, et non au Yemen ou en Afghanistan. Au début de la rue Léon, les miliciens islamistes ont placé une barrière pour la bloquer jusqu’à la rue Myrha et Palonceau. Ce sont eux qui assurent l'ordre islamique et interdisent l'accès aux voitures, aux chiens et aux non-musulmans. Ainsi, la rue Léon est devenue elle aussi une zone musulmane exclusive, interdite aux chrétiens et autres mécréants.
 
Depuis quelques années, plusieurs centaines de musulmans viennent y prier chaque vendredi. La rue est alors fermée par des barrières, empêchant la circulation des voitures et des piétons. Selon Daniel Vaillant, la situation est due à l'absence temporaire de lieux de culte suffisamment grands pour accueillir tous les fidèles. Le maire du 18e arrondissement déclare qu'il tolèrera cette situation jusqu'à ce que de nouveaux locaux soient construits. Plusieurs associations et des mouvements politiques contestent cette version, (car les musulmans peuvent très bien prier chez eux) et affirment qu'accepter ces prières revient à bafouer le principe de laïcité et à permettre l'islamisation du quartier.

Lire la suite...

mardi 31 août 2010

Histoire - Culture : Péril en la demeure !

Platon, philosophe grec, respect des lois - par Raphaël peintre

Sachons tirer les leçons de nos grands Anciens,
Il y va de notre démocratie et de notre civilisation...

~ Philosophie ~
Du respect de la loi, de l'autorité et du maître

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois,
parce qu'ils ne reconnaissent plus au dessus d'eux l'autorité de personne,
alors c'est là, en toute jeunesse et en toute beauté,
le début de la tyrannie."

Platon, philosophe grec
Quatre siècles avant Jésus Christ

mardi 20 juillet 2010

Bernard Giraudeau, marin, acteur et écrivain, nous a quittés...

Bernard Giraudeau, marin, acteur et écrivain, nous a quittés...

Bernard Giraudeau, Écrivain de marine

On apprend la mort, le 17 juillet 2010 au matin, de Bernard Giraudeau, à l'âge de 63 ans, des suites d'un cancer.

Né en 1947 à La Rochelle, fils d'un militaire de l'armée de terre, il entre à 16 ans à l'Ecole des apprentis mécaniciens de la Flotte dont il sort premier. De 1964 à 1966, il participe aux deux premières campagnes d'application du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, comme "bouchon gras" c'est-à-dire comme mécanicien. Après deux tours du monde, il embarque ensuite à bord de la frégate Dusquesne puis du porte-avions Clemenceau.

Intéressé par la carrière d'acteur, il entre en 1970 au Conservatoire d'art dramatique. On sait le succès qu'il rencontrera. Dans les années 2000, il se met à l'écriture et obtient là encore un grand succès auprès du public. Revenant à ses premières amours, il accepte le titre d'Ecrivain de marine, en 2004, dont il portait volontiers l'uniforme.

Il était le parrain de la première promotion de l'Ecole des mousses, qui vient d'être recréée.

"Marin de coeur et de raison, il était très loyal et fidèle à la Marine" confie le capitaine de vaisseau Loïc Finaz, lui aussi membre des Ecrivains de marine. "Au delà de l'amitié dont il me faisait l'honneur, je pense que Bernard Giraudeau était un très grand écrivain. Ses "Dames de nage" est un livre d'une grande humanité, incroyablement bien écrit. Il est possible que, demain, on se souvienne plus de lui comme écrivain que comme acteur".
 
Source : Jean Dominique Merchet - Libération.fr

À Dieu vat, Bernard !

* * *

mardi 13 juillet 2010

FNCV 500 : Vous avez écrit des pages de l'Histoire de France

En cette veille de14 juillet 2010...

500 articles d’actualité et de réflexion sur infos.fncv.com !

La FNCV, au moyen de son blog, vous a tenu au courant de l’évolution des tendances du monde combattant et des problèmes de société qui nous interpellent tous les jours.

Ce lieu de rendez-vous des vieux briscards et des jeunes OPEX (qui deviendront vieux…  Merci pour eux, Seigneur), au fil des interventions, est fait pour remplir le vide ou les oublis, parfois désolants, des informations officielles choisies par les rédacteurs en chef de nos chaînes de télévision. Les interventions des commentateurs, qu’elles soient musclées, diplomatiques ou farfelues, ont fait avancer la réflexion de tous sur des sujets importants, qui nous concernent au premier chef. Notre équipe, par le choix des sujets a cherché à « coller » à l’actualité, quelquefois la plus brûlante, et a dû user de divers moyens pour calmer les ardeurs épistolaires excessives de certains intervenants.

Vous avez écrit plusieurs pages de l'Histoire de notre pays

L’histoire de France et du monde actuel n’est que la conséquence de bien des péripéties, conquêtes, guerres et combats, qui se sont déroulés en d’autres temps et autres lieux. La FNCV se propose de vous faire partager les aventures des guerriers et soldats, de l’Antiquité à nos jours, grâce à notre nouvelle série « Les Grandes Batailles de l’Histoire ». Vous pourrez constater que l’Histoire ne fait que se répéter, et qu’en dépit des enseignements reçus, les hommes commettent toujours les mêmes erreurs.

Ce travail de bénédictins a reposé sur un trio de volontaires qui ont écrit, relu, corrigé, mis en page, en images, et enfin mis en forme cet ouvrage, dont une première partie est déjà en ligne sur le web, à votre disposition par Internet.

Les Grandes Batailles de l'Histoire

Soyez les bienvenus sur ce nouveau site de la FNCV. Nous vous remercions à l’avance pour vos observations et critiques constructives qui nous permettront en permanence d’en améliorer le contenu et la présentation. A l’issue de vos commentaires, un livre sera édité. Pour votre information, il comptera de 200 à 300 pages abondamment illustrées.

Merci pour votre fidélité…

A toutes et à tous, bonne fête nationale !

Nous vous proposons de visiter les coulisses du défilé du 14 juillet 2010,
placé cette année sous le signe de l’
Afrique subsaharienne, avec la présence de 14 pays africains.


LHG

* * *

mercredi 7 juillet 2010

Culture et cuisine fine : Recette "Comment accommoder les escargots petit gris..."

Recette : Tomates farcies aux escargots petit gris Les bonnes recettes FNCV : Afin de calmer certains esprits qui s'échauffent un peu trop sur ce blog en cette période estivale, nous vous proposons une recette de cuisine sur les gastéropodes de nos jardins.

Tomates farcies aux petits-gris

Le petit-gris est un des noms européens de l'escargot Helix aspersa aspersa. Parmi les différentes façons de l'accommoder, nous vous proposons:

Pour 4 personnes
Difficulté : Facile
Coût :Assez cher
Préparation : 20min
Cuisson : 40min

INGRÉDIENTS
500 g d'escargots petits-gris
6 belles tomates
1 bouquet de persil
2 cuillère à soupe d'huile d'olive
2 gousses d'ail
20 g de beurre
5 cuillère à soupe de chapelure
5 cl de pastis (important!)
5 cuillères à soupe de pastis
sel, poivre

RECETTE
D'abord, il faut attraper les petits gris : attention, ils se déplacent à la vitesse de 6 centimètres à la minute, soit 3,60m à l'heure, soit 86,4m par jour. Ça nous fait quand même plus de 30 kilomètres dans l'année s'ils ne s'arrêtent pas, alors ne perdez pas de temps !

Ensuite, égouttez les escargots. Hachez l'ail et le persil. Lavez, essuyez et retirez le pédoncule des tomates. Coupez à chacune un chapeau. A l'aide d'une cuillère, videz les tomates. Retournez-les sur du papier absorbant. Préchauffez le four à 180° (thermostat 6).

Poêlez les escargots égouttés dans le beurre fondu. Salez, poivrez. Arrosez de pastis. Puis, ajoutez l'ail et le persil hachés. Laissez refroidir.
Garnissez les tomates de la farce. Saupoudrez-les de chapelure. Couvrez-les chacune d'un chapeau.

Mettez les tomates dans un plat à gratin. Arrosez-les d'huile d'olive. Enfournez pendant 20 à 30 mn environ.

Astuce : Cette entrée peut être servie en plat avec des pâtes fraîches.

Source : Les bonnes recettes d'Oncle Pierre - FNCV

* * *

Quelques sujets apaisants, pour débattre sereinement...

- page 2 de 3 -