FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 17 mars 2011

Libye : Les forces de Khadafi progressent vers Benghazi !

Les forces loyalistes de Kadhafi progressent... Incantations du monde politico-médiatique...

France et Royaume Uni affichent une très grande fermeté !

Les forces pro-Kadhafi semblaient reprendre, mardi 15 mars 2011 l'avantage sur le terrain. Des tirs de canons anti-aériens et d'artillerie lourde étaient entendus dans la soirée à Benghazi, deuxième ville de Libye et fief des insurgés, sur lequel l'armée libyenne avait annoncé un peu plus tôt une offensive imminente, ont constaté des journalistes de l'AFP. L'armée, dans un appel diffusé par la télévision nationale, a également exhorté les habitants de Benghazi à empêcher leurs enfants de rallier les rangs de l'insurrection "terroriste".

Dans la journée, les forces gouvernementales se seraient emparées à coups de violents bombardements de la localité d'Adjabiah, dernier verrou sur la route de Benghazi. Selon la télévision officielle libyenne, "la ville d'Ajdabiya est totalement contrôlée (par les forces loyalistes, NDLR) et elle est en train d'être purgée des gangs armés". Mais un peu plus tard, Khaled El-Sayeh, un porte-parole du Conseil national libyen, l'instance dirigeante des rebelles basée à Benghazi  affirmait qu'Ajdabiya était "toujours aux mains des révolutionnaires". "Ils ont bombardé la ville depuis une longue distance. Mais actuellement la situation est bonne. Des unités de l'armée ont tenté de rentrer dans la ville, mais nos forces les ont repoussées", a ajouté M. Sayeh.

Interrogé sur une avancée des troupes de Mouammar Kadhafi vers l'est, d'Ajdabiya vers Tobrouk, le porte-parole a démenti, soulignant que le leader libyen n'avait pas "les ressources humaines (militaires) pour faire cela". "Sa seule stratégie est de bombarder puis de reprendre le contrôle d'une ville", a-t-il dit. M. Sayeh a également démenti que des forces loyales au colonel Kadhafi soient déployées sur la route menant d'Ajdabiya à Benghazi, malgré les témoignages de journalistes occidentaux en ce sens. Des centaines de civils et d'insurgés ont fui Ajdabiya vers Benghazi à bord de voitures, camions et pick-up, a constaté un journaliste de l'AFP. 

"Le temps est compté"

Défense anti-aérienne acrobatique contre les avions de Kadhafi...

"Le temps est compté et dans les heures qui viennent, le moins que nous puissions faire ici est d'imposer une zone d'exclusion aérienne", a déclaré mardi l'ambassadeur français  à l'ONU Gérard Araud à la presse,  avant de mener des consultations au sein du Conseil de sécurité. Aucun vote n'est néanmoins attendu dans les 24 heures qui viennent. "Nous sommes profondément bouleversés de constater que la situation s'aggrave sur le terrain, que les forces pro-Kadhafi progressent très rapidement et que le Conseil n'a toujours pas réagi", a souligné le diplomate français. "L'objectif c'est d'abord d'empêcher Kadhafi de bombarder son propre peuple, vraiment c'est ça notre objectif", a-t-il insisté.

Le diplomate a aussi reconnu que les défenseurs d'une zone d'exclusion aérienne devaient accepter le fait que tout le monde ne soit pas de cet avis. "Cela veut dire que nous ne pouvons pas faire tout ce que nous voudrions. Nous essayons donc, la France et la Grande-Bretagne notamment, de faire tout notre possible pour que le Conseil réponde à la Ligue arabe" qui a demandé l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne. Le diplomate français a précisé que la France souhaitait qu'une résolution soit votée rapidement, "dans les jours qui viennent", a-t-il dit. Tant la Russie que la Chine, pays dotés d'un droit de veto au Conseil de sécurité, semblent hostiles à une telle mesure. La Maison Blanche a pour sa part défendu mardi la prudence de Barack Obama quant à l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne en Libye.

Lors d'une audition parlementaire, le ministre des Affaires étrangères français Alain Juppé a dit que les représentants de son pays à l'ONU étaient "en train de travailler, avec les Britanniques, les Allemands, les Libanais, à la rédaction d'un projet de résolution qui commence à circuler et qui comprendrait un ensemble de dispositions dont l'évocation, la possibilité d'une no-fly zone" (zone d'exclusion aérienne). Un peu plus tôt il avait cependant jugé devant la même commission que cette option était "dépassée" au vu de la progression sur le terrain des forces de Mouammar Kadhafi face aux insurgés.

Les grandes puissances réunies mardi au sein du G8 à Paris ont écarté, faute de consensus, l'option militaire pour ralentir les forces de Mouammar Kadhafi, se bornant à promettre pour cette semaine une nouvelle résolution à l'ONU sur des sanctions renforcées.

Source : TF1 News

Hymne National du Japon : Kimi Ga Yo - Votre Règne
Séisme et tsunami du 11 mars 2011 : Solidarité avec le Japon

* * *

mercredi 16 mars 2011

Chine : Budget militaire de la Défense chinoise encore en forte hausse

Les budgets militaires de la Chine sont en en forte hausse. Pourquoi ?

« Le défi posé par la montée en puissance de l’Armée populaire de libération » est « l’un des plus sérieux auxquels les planificateurs de la sécurité nationale de l’Australie ont été confrontés depuis la Seconde Guerre Mondiale » a récemment estimé le professeur Ross Babbage, qui a contribué à la rédaction du Livre blanc australien sur la défense et dont les propos ont été relevés par la dernière livraison du magazine spécialisé DSI.

Et les responsables militaires australiens auront du pain sur la planche pour relever le défi posé par Pékin. En effet, le prochain budget de la défense chinois devrait augmenter de 12,7% et s’élever ainsi à 65,6 milliards d’euros. Les dépenses militaires chinoises renouent avec une progression à deux chiffres, ce qui n’était pas le cas en 2010 puisque leur hausse avait été limitée à « seulement » 7,5%.

Et cet effort de défense, qui dépasse même la croissance du PIB chinois, a un effet sur les autres pays de la région, qui se sont lancés, à leur tour, dans une course aux armements, comme en témoignent les rapports de différents centres de recherche, tels que le Sipri en Suède et l’Institut international d’études stratégiques (IISS) et son rapport « Military Balance ».

Les capacités militaires chinoises suscitent l'inquiétude...

Si les sommes allouées par Pékin à ses forces armées sont encore bien loin d’atteindre les ressources du Pentagone, il n’en demeure pas moins que les capacités militaires chinoises inquiètent ses voisins. L’Inde suit d’ailleurs son exemple, avec un budget de la défense également en hausse de 12%. Pour New Delhi, il s’agit aussi et surtout de dissuader le Pakistan.

Mais ce que redoutent les pays situés dans l’environnement proche de l’Empire du Milieu, ce sont les prétentions territoriales chinoises, notamment en mer de Chine méridionale, avec les îles Spratleys et Paracel.

Le Japon a également exprimé sa préoccupation devant le potentiel militaire chinois, d’autant plus que Tokyo a un différend territorial avec Pékin au sujet des îles Senkaku, à proximité desquelles deux avions de la marine chinoise ont été repérés, le 3 mars 2011, avant de faire demi-tour à la vue d’avions de chasse japonais

Source : Zone Militaire

* * *

« Nous considérons la modernisation de la puissance militaire chinoise et ses activités croissantes comme des sources inquiétudes » a affirmé le porte-parole du gouvernement nippon. « Notre pays va continuer à suivre une grande attention les opérations de l’armée chinoise » a-t-il ajouté. C’est d’ailleurs ce que prévoit la nouvelle doctrine militaire japonaise, publiée en décembre dernier.

Quant aux Etats-Unis, alliés du Japon, de la Corée du Sud et de Taïwan, considérée comme une province rebelle par Pékin, l’on s’inquiète aussi de la montée en puissance des capacités militaires chinoises. Récemment, le chef d’état-major des armées américain, le général Mike Mullen, a estimé que les nouveaux programmes d’armement chinois semblent « dirigé » contre son pays.

Parmi ces projets en cours de réalisation, il y a bien évidemment l’avion furtif J-20, dont l’existence a été révélée à la fin de l’année dernière et dont le premier vol a eu lieu lors d’une visite à Pékin du secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, en janvier. Sans oublier la mise au point du missile anti-porte-avions Dongfeng-21, les progrès en matière de défense antimissile avec le système HQ-9, comparable au S-300 russe, la capacité de détruire des satellites en orbite ou encore la mise sur pied d’un groupe aéronaval, avec la rénovation du Varyag.

En décembre dernier, le ministre chinois de la Défense, le général Liang Guanglie, avait expliqué la raison de l’importance de l’effort fait par Pékin en matière de défense. »Ces cinq prochaines années, notre armée va persévérer dans sa préparation à un conflit militaire, dans tous les champs stratégiques possibles »,avait-il dit. « Nous allons nous appuyer sur nos ressources propres pour traiter cette question et développer nos équipements. La modernisation de l’armée chinoise ne saurait dépendre des autres et elle ne peut être achetée » avait-il ajouté.


Hymne National du Japon : Kimi Ga Yo - Votre Règne
Séisme et tsunami du 11 mars 2011 : Solidarité avec le Japon

* * *

lundi 7 mars 2011

Diplomate en Chine : Dans l'Empire du Milieu, les officiers français succomberaient... Sous l'empire des sens !

L’an passé, le journaliste Franck Renaud révélait dans son livre, « Derrière les façades des ambassades de France », une affaire pour le moins embarrassante pour la DGSE (Direction Générale de la Surveillance Extérieure) : un certain « monsieur Henri », officiellement diplomate en poste à Pékin mais en réalité officier de la « Piscine » aurait succombé aux charmes de son interprète chinoise, laquelle l’aurait ensuite « retourné » pour le bénéfice du Guoanbu, l’un des services de renseignement de l’Empire du Milieu.

Mais, visiblement, « monsieur Henri » n’est pas le seul à être sensible au charme asiatique. D’après la lettre d’information « Intelligence Online », la DPSD (Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense) aurait ouvert des enquêtes sur une dizaine d’officiers supérieurs français en raison de leurs liens intimes avec des ressortissantes chinoises, qui ont la particularité d’être en relation avec le Guoanbu.

« Ces officiers auraient fait preuve soit de négligence, soit de naïveté dans leurs relations avec des éléments féminins de délégations chinoises en France » écrit Intelligence Online.

Pour le moment, la DPSD a préféré évoquer ces affaires aux états-majors auxquels les officiers concernés appartiennent au lieu de transmettre les dossiers à la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur) et d’éviter ainsi d’éventuelles poursuites judiciaires.

Source : Zone Militaire

* * *

NDLR FNCV :   Palsambleu ! Foutrebleu ! Cornecul !
Voilà des p'tits gars qui savent payer de leur personne.
Ces officiers, ô combien français ! ne font pas mentir la fière devise que l'on prête à la DGSE : Ad augusta per angusta « À des résultats grandioses par des voies étroites »

Bon. Maintenant que le passage étroit est franchi, on attend les résultats grandioses...

* * *

mardi 23 novembre 2010

International : La Corée du Nord bombarde une île du Sud

Corée : Provocation du Nord sur le Sud

Plusieurs civils et militaires ont été blessés mardi 23 novembre 2010 par des tirs d'artillerie nord-coréens sur une île de Corée du Sud, dont beaucoup d'habitants ont été évacués vers des abris, rapporte une chaîne de télévision de Séoul.

Au moins 200 obus se sont abattus sur cette l'île, précise la chaîne YTN. Une réunion extraordinaire du cabinet de sécurité sud-coréen a été convoquée.

Selon un témoin cité par la chaîne d'information YTN, l'électricité serait coupée au moins ne partie sur cette île nommée Yeon Pyeong, qui se trouve près de la frontière nord-coréenne. Des images de télévision montrent quatre colonnes de fumée s'élevant de l'île.

La Russie a mis en garde contre une "escalade" de la situation sur la péninsule coréenne, après les tirs d'obus Nord-coréens contre une île de la Corée du Sud, dans des déclarations du ministère des Affaires étrangères citées par Interfax. "Il est important que cela ne mène pas à une escalade de la situation dans la péninsule", a déclaré à Interfax une source au ministère russe des Affaires étrangères.

"Bombe" nucléaire de la Corée du Nord...

Ces tirs interviennent alors que l'émissaire américain pour la Corée du Nord Stephen Bosworth a quitté Tokyo pour Pékin. Il doit y rencontrer des responsables chinois pour évoquer le dossier de la Corée du Nord, quelques jours après la révélation de l'existence d'un site d'enrichissement nucléaire dans ce pays.

Source : Reuters

Ndlr : L'examen du dossier nucléaire Nord-Coréen a certainement motivé cette provocation inadmissible. La Chine se dit "préoccupée". Le Conseil de Sécurité de l'ONU devrai se réunir urgence, en raison des risques désescalade de la violence et de la collusion sur l'enrichissement de l'uranium entre la Corée du Nord et l'Iran notamment.

* * *

dimanche 29 novembre 2009

Nucléaire iranien : Téhéran rejette le projet d'accord de l'AIEA sur le transfert d'uranium enrichi !

L'Iran refuse le transfert de son uranium enrichi

L'Iran a annoncé mercredi 18 novembre 2009 son refus de transférer à l'étranger son uranium faiblement enrichi et a appelé à une nouvelle réunion à Vienne avec les grandes puissances, signifiant ainsi son rejet du projet d'accord tel que proposé par l'AIEA il y a près d'un mois.

"Nous avons fait un examen technique et économique (...) Très certainement, nous ne transférerons pas à l'étranger notre uranium enrichi à 3,5%", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki, cité mercredi par l'agence Isna.

"Cela signifie que nous sommes prêts à examiner un échange simultané en Iran même", a-t-il ajouté.

Ces déclarations signifient que l'Iran refuse le projet d'accord tel que présenté par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) le 21 octobre 2009 après des négociations entre l'Iran, les Etats-Unis, la Russie et la France.

"Il y a une réponse très claire et négative des Iraniens", a commenté le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, tout en souhaitant "continuer à parler" avec Téhéran.

Lire la suite...

lundi 31 août 2009

Les relations militaires entre la France et l'Afrique seront redessinées en 2010

Relations militaires entre la France et l'Afrique - Le 1er Spahis (c) Armée de Terre Les accords de défense entre la France et plusieurs pays africains doivent être renégociés à la fin de l’année 2009.

La France n'est pas le gendarme de l’Afrique

Alors que la Chine y est de plus en plus présente, notamment pour assurer son approvisionnement en matières premières et que les Etats-Unis peinent à y installer leur commandement militaire, la France va rénover « profondément » ses relations avec le continent africain. Déjà, le 28 février 2008, lors d’un discours prononcé au Cap, en Afrique du Sud, le président Nicolas Sarkozy avait donné le ton en déclarant que Paris n’avait pas la vocation à être « le gendarme de l’Afrique ».

A ce titre, le chef de l’Etat a indiqué, le 26 août 2009, devant la conférence des ambassadeurs tenue à l’Elysée, que la renégociation actuelle des accords de défense passés entre la France et ses anciens territoires africains à l’époque de la décolonisation, serait terminée à la fin de cette année.

Lire la suite...

page 2 de 2 -