FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - CCV Croix Combattant Volontaire

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 9 mai 2016

Jeannette Guyot : Un grande résistante, vient de nous quitter ...

Jeannette Guyot, résistante, un « héroïsme extraordinaire lors d’opérations militaires »...

Née le 26 février 1919 à Chalon-sur-Saône, Jeannette Guyot ne tarde pas à rejoindre les rangs de la Résistance alors que la moitié de la France est occupée par l’armée allemande.

Jusqu’en août 1941, Jeannette Guyot est ainsi membre du réseau Amarante, dirigé par Félix Svagrowsky et rattaché au BCRA (Bureau central de renseignements et d’action) de la France Libre. Grâce à un laisser-passer allemand (Ausweiss), elle s’occupe alors de faire passer des agents en zone sud, administrée par le régime de Vichy.

Par la suite, Jeannette Guyot rencontre le colonel Rémy (Gilbert Renault), le chef du réseau "Confrérie Notre-Dame" , basé à Paris. Elle devient alors agent de liaison et, à ce titre, est chargée de transmettre des renseignements en zone sud, tout en continuant ses activités de passeur.

Seulement, en février 1942, elle finit par être arrêtée et emprisonnée pendant trois mois à Chalon-sur-Saône, puis à Autun. Malgré la dureté des interrogatoires, elle restera muette. Ne pouvant retenir aucune charge contre elle, les Allemands la remettent en liberté, après lui avoir toutefois retiré son « Ausweiss ». Mais cela ne l’empêche nullement de reprendre ses activités au sein du réseau du colonel Rémy.
 
Mais ce dernier va connaître une déconvenue quelques mois plus tard, avec la trahison d’un certain Pierre Cartaud. Et Jeannette Guyot par se réfugier à Lyon. Là, elle rencontre Jacques Robert, qui est en train de créer le réseau « Phratrie », qui, également rattaché au BCRA, aura pour mission de collecter du renseignement, se livrer à des actions de sabotage et à aider les aviateurs alliés abattus à regagner le Royaume-Uni.

Cependant, avec l’invasion de la zone sud par les troupes allemandes, en novembre 1942, l’étau de la Gestapo se resserre autour de Jeannette Guyot. Décision est donc prise de l’exfiltrer en Angleterre. Ce qui sera fait dans la nuit du 13 mai 1943, grâce à un avion Lysander de la Royal Air Force.

Arrivée à Londres, Jeannette Guyot retrouve le colonel Rémy et prend le pseudonyme de « Jeannette Gauthier ». Toujours affectée au BCRA, elle se voit confier des tâches administratives qui ne lui conviennent guère.

Après avoir fait des pieds et des mains pour retrouver le terrain, elle est affectée à l’école de Praewood House, près de St-Albans (à 40 km de Londres), où 120 volontaires doivent être formés aux techniques du renseignement militaire par des instructeurs l’Intelligence Service (IS) de l’Office of Stratégique Service (OSS), en vue du plan « Sussex« , dont l’enjeu était alors de collecter le maximum d’informations possibles sur l’ordre de bataille allemand afin de préparer le débarquement allié en Normandie.

Le 8 février 1944, Jeannette Guyot, promue lieutenant, est parachutée près de Loches avec le commandant Marcel Saubestre, le capitaine Georges Lassale et le radio Pierre Binet, dans le cadre de l’opération Calanque. Leur mission est alors de trouver des caches sûres pour les agents « Sussex ». Une tâche rendue compliquée par la Gestapo et ses moyens de détection des émissions radio.

À Paris, le lieutenant Guyot cache l’opérateur radio de son équipe au « Café de l’Electricité », situé à Montmartre, à deux pas d’un bureau de la… Gestapo. « Je savais quel genre de travail elle venait faire et quand elle m’a demandé si j’étais prête à l’aider, j’ai répondu oui, sans la moindre hésitation», expliquera à la BBC, la propriétaire du bistro, qui sera rebaptisé « Café des Sussex » à la fin de la guerre.

Malgré les risques, Jeannette Guyot accomplit ainsi sa mission et envoie donc régulièrement des renseignements de la plus haute importance à Londres.

Après la libération de Paris, le 25 août 1944, sa mission prend fin. Et Jeannette Guyot retrouve un emploi de bureau à la nouvelle « Direction générale des études et recherches » (DGER). Elle apprend alors la déportation en Allemagne de ses parents. Malheureusement, son père n’en reviendra pas.

En juin 1945, Jeannette Guyot quitte le monde du renseignement et épouse Marcel Gauchet, un agent « Sussex ». Et, depuis, elle n’a apparemment jamais évoqué publiquement son action au sein de la France Libre… alors qu’elle était titulaire de la Légion d’Honneur, de la Croix de Guerre avec palmes, de British George Medal et qu’elle fut l’une des rares femmes à avoir reçu la Distinguished Service Cross américaine au titre de la Seconde Guerre Mondiale pour son « héroïsme extraordinaire lors d’opérations militaires. »

C’est par le plus grand des hasards – et grâce à la presse britannique! – que l’on a appris le décès, à l’âge de 97 ans, de Jeannette Guyot (épouse Gauchet), survenu le 10 avril 2016.

Source : Histoire Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *


vendredi 6 novembre 2015

Fonction publique : Armée française... Les militaires du rang sont tous en CDD

Parents pauvres de la fonction publique, les militaires du rang sont tous en CDD

Alors que le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a relancé le débat sur le statut de la fonction publique, et notamment sur la garantie de l'emploi à vie pour les fonctionnaires, il n'est pas inutile de rappeler la situation des militaires.

Selon le dernier rapport du Haut comité d'évaluation de la condition militaire (chiffres 2013), «hors gendarmerie, les militaires sous contrat représentent 63% des effectifs». «Les militaires sont, parmi les agents de l'Etat, ceux qui présentent proportionnellement le plus fort taux de personnel sous contrat», lit-on dans le rapport.  Soit 51% des effectifs globaux. La gendarmerie présente un profil particulier puisque 77% de son personnel y sert sous le statut de militaire de carrière. Dans l'armée de terre, les personnels sous contrat représentent 72% des effectifs, 63% dans la marine et 54% dans l'armée de l'air.

Cette spécificité militaire au sein de la fonction publique d'Etat s'explique par la nécessité opérationnelle de maintenir une pyramide d'âge particulière, avec plus de jeunes que d'anciens. Le régime spécifique des retraites est également lié à ce besoin.

Pour les personnels civils de la Défense (selon le bilan social du ministère de la Défense),  seuls 13,7% des effectifs sont non-titulaires de leur poste (donc sans garantie d'emploi) pour 56,6% de titulaires et 29,7% d'ouvriers d'Etat, un statut particulier mais très protecteur. Chez les civils, c'est dans la catégorie A (cadres) que les non-titulaires sont les plus nombreux (38%). 

Dans les armées, en revanche, les militaires du rang servent tous sous contrat à durée déterminée.

Source : Secret Defense - Jean Dominique Merchet

NDLR FNCV : Ces militaires sous contrat précaire méritent lorsqu'ils ont combattu, que l'Etat français leur reconnaisse la qualité de combattants volontaires. Cette justice doit leur être rendue, conformément au principe constitutionnel d'égalité avec les précédentes générations du feu.

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 25 octobre 2015

Décorations : Médailles non officielles, commerce et port... Engagés Volontaires !

Médaille des Engagés Volontaires : Une médaille associative, non officielle... Attention aux effets secondaires !

Après mise en demeure, le  Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, devant la recrudescence des  insignes et médailles non officielles créés par des personnes privées ou des associations (médaille des Engagés volontaires par exemple) par le décret n°81-1103 du 4 décembre 1981 (journal officiel du 17) a fait ajouter au Code de la Légion d’Honneur des dispositions pénales qui interdisent la création ou la collation par des personnes physiques ou morales privées ou par des personnes morales publiques autres que l’Etat de décorations ou insigne de distinctions honorifiques présentant une ressemblance avec des décorations ou insignes de distinctions honorifiques étrangers.

Est également interdit la création ou l’attribution de grades ou de dignités dont la dénomination présente une ressemblance avec les grades et dignités conférés par la France ou une puissance étrangère (article R171 du code).

L’article R172  interdit et sanctionne le port ou l’usage en public des insignes, rubans et rosettes ou décorations ressemblant à ceux conférés par l’Etat ou qui aura fait usage de grades ou de  dignités dont la dénomination présente une ressemblance avec des grades et dignités conférés par l’Etat.

Enfin l’article R 173 punit tout Français qui aura porté, sans avoir obtenu l’autorisation préalable (article R161), une décoration conférée par une puissance étrangère qui n’aurait pas été conféré par cette puissance étrangère.

Dans sa lettre n°6364/DEF/CAB/SDBC/DECO/E4 du 11 avril 1990 le ministère de la Défense confirmait que » la Médaille des engagés volontaires  ne fait pas partie des décorations officielles françaises. Il existe cependant une barrette en métal blanc portant les mots « Engagé volontaire » qui se porte sur le ruban de la Médaille commémorative  Française de la Guerre 1939 -1945 ».

C’est donc à tort et illégalement que certains décernent ou portent cette décoration.


Alain Clerc
Président de la Fédération nationale
des combattants volontaires


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 30 mars 2015

CCV : Nouveaux récipiendaires de la Croix du Combattant Volontaire

= La FNCV vous informe =

Le Journal Officiel - Bulletin Officiel des Décorations, Médailles et récompenses - en date du 19 Mars 2015, publie la liste des nouveaux récipiendaires de la Croix du Combattant Volontaire.

Entre novembre 2014 et février 2015:

-  139 CCV  avec barrette Missions extérieures ont été attribuées, ainsi que 9 au titre de la Guerre 1939/1945.  :

La FNCV adresse ses sincères félicitations et souhaite la bienvenue à nos 148 nouveaux compagnons, dont l'engagement, et les combats qu'ils ont livrés volontairement au péril de leur vie, ont été officiellement reconnus.

Source : FNCV

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 5 juin 2014

OPEX : Motion FNCV 2014 en faveur des engagés volontaires

= FNCV - MOTION 2014 =

La Fédération Nationale des Combattants Volontaires, réunie en congrès les 20 et 21 mai 2014 à la Grande-Garenne à Neuvy-sur-Barangeon (Cher), demande avec force :

- Qu’au nom de l’équité entre les différentes générations de volontaires, les décrets de 2007 et 2011, relatifs à l’attribution de la croix du combattant volontaire aux appelés et aux réservistes opérationnels, soient adaptés aux conditions actuelles de recrutement et d’emploi des militaires contractuels, afin que ceux qui quittent les armées sans avoir servi comme militaires de carrière puissent, s’ils remplissent les conditions habituelles, se voir décerner la croix du combattant volontaire avec barrette «missions extérieures».

- Que soit effectivement étendu le bénéfice des dispositions de la loi n° 83-605 du 8 juillet 1983 portant création de l’article L.72-1 du Code du service national aux appelés qui, durant leur temps de présence sous les drapeaux, ont souscrit des engagements de courte durée pour servir en missions ou opérations extérieures antérieurement à la parution de cette loi.

- Que les dispositions de l’arrêté n° 80066/DEF/DAJ/D2P/EGL du 10 décembre 2010, fixant la liste des actions de feu ou de combat définies à l'article R. 224 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre, soient applicables, pour l’attribution de la carte du combattant, aux opérations antérieures à la parution de ce texte.

Source : FNCV.COM


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

samedi 31 mai 2014

Communiqué de la FNCV

= Communiqué de la FNCV =
 
La FNCV, poursuit depuis plusieurs années des démarches pressantes auprès des plus hautes autorités de l'Etat, afin que les combattants de la quatrième génération du feu, ayant servi en Opérations Extérieures, en unités reconnues combattantes durant les périodes exigées, obtiennent la Croix du Combattant, et pour ceux qui remplissent le deuxième critère, celui du volontariat, soient enfin reconnus éligibles à la Croix du Combattant Volontaire.
 
La FNCV, après avoir de haute lutte obtenu satisfaction pour les appelés volontaires et les réservistes opérationnels, a demandé  à ce que les  engagés volontaires à contrat court,  injustement exclus du bénéfice de la CCV OPEX, ce qui constitue une inégalité de traitement inacceptable par rapport aux reservistes opérationnels  par exemple, puissent enfin être éligibles à cette décoration.
 
Les démarches de la FNCV ont, semble-t-il  enfin été entendues et bien comprises en haut lieu. Le dossier est sur le bureau du ministre de la Défense. La décision lui appartient.
Compte tenu du niveau de l'intervenant et de la qualité de l'intervention qui a été faite nous estimons pouvoir  espérer un aboutissement favorable de cette  légitime revendication dans un avenir que nous espérons  proche.
 
Que tous ceux qui sont susceptibles de remplir les conditions requises se fassent connaître au plus vite auprès du siège  de la FNCV, en joignant à leur dossier la fiche de renseignements, afin que leur demande puisse être prise en considération.
 
Cette fiche est téléchargeable sur le site de la FNCV au format PDF.
 
Rejoignez nous!

Le bureau fédéral

Source : FNCV.COM


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *


dimanche 10 novembre 2013

Proposition de loi : Les Anciens Combattants de la guerre 1939-1945 à l'honneur...

Le Député de Haute–Corse, Monsieur Sauveur Gandolfi-Scheit a déposé, le 6 novembre 2013, une proposition de loi tendant à honorer les anciens combattants de la guerre 1939–1945 de la Croix de Chevalier de la Légion d’honneur. Cette proposition de loi a été renvoyée à la commission de la défense nationale et des forces armées.

Dans cette proposition, le député demande qu’un quota  exceptionnel de Croix de chevalier de la Légion d’honneur , réservé aux anciens combattants titulaires de l’une des décorations ci–après :

  • croix du combattant,
  • croix du combattant volontaire de la Résistance,
  • croix de la Libération, croix de guerre  1939 -1945,
  • médaille de la Résistance,
  • médaille des évadés,
soit mis à la disposition du ministre délégué chargé des anciens combattants.

* * *

Constatant que la Croix du combattant volontaire (CCV) ne figurait pas parmi ces décorations, la FNCV a pris contact  le 8 novembre 2013  avec Monsieur Gandolfi –Scheidt pour lui signaler cette omission.

Monsieur Gandolfi-Scheit a donné son accord pour ajouter la Croix du combattant volontaire (CCV) parmi les décorations exigées et modifiera sa proposition de loi  en conséquence.

Les anciens combattants, titulaires de la carte du combattant au titre de la guerre de 1939 – 1945, sont encore actuellement plus de 146 000. Il est illusoire de croire  que tous pourront se voir attribuer la Légion d’honneur.

La FNCV a donc, par lettre en date du 9 novembre 2013, suggéré que cette proposition  de  loi concerne en priorité les anciens combattants qui, en plus de la croix du combattant, sont titulaires de la CCV ou des autres décorations précitées. 


Alain Clerc
Président de la Fédération nationale
des combattants volontaires


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

vendredi 15 mars 2013

CCV : La Croix du Combattant Volontaire pour tous les engagés volontaires...

= Communiqué =

La CCV pour tous les engagés volontaires... La FNCV ne désarme pas !

En 2007, la FNCV a obtenu après de nombreuses démarches, que les appelés du contingent, ayant fait acte de volontariat pour participer à des opérations militaires au titre des Opérations Extérieures, puissent être éligibles à la croix du combattant volontaire.

La FNCV, tirant toutes les conséquences de la suspension totale du service national depuis 1997, s’est donné comme objectif prioritaire de faire récompenser et honorer, par l’attribution de la croix du combattant volontaire (CCV) avec agrafe «missions extérieures», tous les combattants qui, venant de la société civile et non soumis aux obligations de la conscription ou d’un quelconque statut, ont souscrit un engagement volontaire pour servir dans les Armées, servi dans une unité reconnue combattante, sont titulaires de la carte du combattant et de la médaille commémorative ou de la médaille d’Outre-mer.

Sa pugnacité a été récompensée par la parution le 22 décembre 2011 du décret ouvrant la croix du combattant volontaire aux réservistes opérationnels remplissant les conditions.

Ce n’est qu’une deuxième étape.

Désormais, la FNCV  n’aura de cesse d’obtenir cette décoration prestigieuse pour tous les engagés volontaires.      

Alain Clerc
Président de la Fédération nationale
des combattants volontaires


* * *

dimanche 3 février 2013

Information FNCV pour les combattants des OPEX

Sont parues au Bulletin officiel des armées :

  • Les listes des unités combattantes et le relevé des actions de feu et de combat concernant :
    • L'opération BOALI (RCA du  3-12-2002 au 30-06-2008),
    • L'opération de soutien à l'ONU au CONGO,GABON et OUGANDA  (du 2-06-2003 au 31-12-2006 ),
    • L'opération Epervier(TCHAD et pays limitrophes du 1-1-2006 au 31-12-2009),
    • L'opération Trident (EX - YOUGOSLAVIE et KOSOVO du 31-3-1999 au 31-12-2004)
        


Source : FNCV

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

mardi 8 janvier 2013

Lettre ouverte à ceux qui feraient mieux de la fermer

... et adressée en particulier à Monsieur Fischer, sénateur communiste des Bouches du Rhône

* * *

Nous venons enfin de donner une sépulture décente au général Bigeard, l'un des plus grands soldats que l'Armée française s'honore d'avoir eu dans ses rangs.

J'ai servi en Algérie comme lieutenant sous les ordres de ce grand chef que nous sommes des millions de frères d'armes à admirer.

Je viens d'apprendre que vous vous étiez répandu en propos injurieux à l'encontre de ce chef prestigieux.
Qui êtes-vous donc pour vous permettre de telles vilenies sur une personne que vous n'avez probablement jamais rencontrée ... ?
Vous êtes sénateur ? et alors ? Communiste qui plus est !
On croit faire un mauvais rêve.

Malheureusement, il s'agit d'un cauchemar, que de vous voir ainsi paraître en moraliste innocent, vous qui avez soutenu et continuez de soutenir une idéologie qui, depuis 1917 et jusqu'à aujourd'hui, porte la responsabilité de cent millions de morts.

Au moment où éclate en 1957 ce qu'on appelle la "bataille d'Alger" vos séides se sont déjà tristement distingués.

En avril 1956, l'aspirant Maillot, membre du parti communiste algérien détourne un camion militaire et livre au F.L.N. 263 armes en tous genres et leurs munitions.
En août de la même année, Yveton, employé communiste de l'E.D.F.-G.D.F. locale, pose une bombe à l'usine à gaz d'Alger. Il est fort justement guillotiné au mois de février suivant.

Et pendant ce temps-là en Europe, les chars soviétiques dévastent Budapest et écrasent dans le sang l'appel à la liberté des Hongrois.

Vous souvenez-vous de l'été 1954 où l'Indochine nous rend des fantômes hagards, exsangues, décharnés qui, pour nous rejoindre, doivent enjamber les milliers de tombes des leurs assassinés dans les camps de "ré-éducation" par les commissaires politiques vietminh et français de vos amis... au motif de ce que vous appelez alors une guerre injuste.
Et les grèves de Berlin-Est et de Postdam qui laissent sur le pavé trois cents ouvriers hachés à la mitrailleuse des chars T 34 pour avoir osé demander une augmentation de salaire  ?
Oseriez-vous évoquer la mascarade des procès staliniens d'Europe Centrale (Lazlo Rajk en Hongrie, Mazaryck et Benes à Prague),  alors qu'au même moment plus de trois mille soldats de l'ONU, essentiellement américains, prisonniers des Nord-Coréens, disparaissent dans les camps sans avoir jamais laissé de traces ? Et les goulags en Sibérie devenus l'interminable cimetière de millions de prévenus politiques ? Et les purges de Staline où, les maires étaient tenus de fournir un pourcentage de leurs concitoyens à fusiller ; comme nous, vous avez lu ces pauvres listes de victimes expiatoires offertes à un holocauste idéologique.  Ne nous dites pas que vous ne le saviez pas !

Vous nous trouvez ringards de remonter ainsi dans le temps.  Alors revenons à l'Algérie et dites-nous ce que sont devenus nos harkis, ces braves volontaires qui avaient cru en la France et qui furent ébouillantés, empalés, déchiquetés.

Dîtes-nous ce que sont devenus les 2993 (chiffre officiel) Européens disparus sur leur terre algérienne entre 1954 et 1963 et dont les familles resteront à jamais sans nouvelle.

Et 1968 ? Vous souvenez de cette année où vous jouez facilement aux "héros" dans les rues de Paris pendant qu'en Tchécoslovaquie les chars russes écrasent le printemps de Prague et qu'en Chine la révolution culturelle élimine par centaines de milliers les "affreux bourgeois".

Faut-il évoquer ce 30 avril 1975 qui voit le départ du Vietnam du dernier Américain, ce qui fait titrer à l'un de vos journaux préférés "Saïgon libéré". Quelle libération, dites-nous !  En avez-vous parlé aux boat people ? Vous auriez eu du mal, la plupart d'entre eux ayant disparu en mer de Chine dans leur fuite éperdue vers la liberté pour échapper au communisme.

La même année, vous avez indécemment applaudi à l'entrée des Khmers rouges dans Phnom Penh.  Quatre ans plus tard, on ne vous a pas tellement entendus, lorsque le voile s'est levé sur une des pires abominations de l'humanité : un habitant sur six massacré parce qu'il savait lire, écrire et compter un peu plus que les autres.

Il est facile dans l'absolu de condamner la torture, cette "souffrance physique que l'on fait subir à quelqu'un" (Larousse).  Qui ne le ferait pas ?  Seulement il se trouve que la guerre ne se fait jamais en théorie et dans l'absolu ; elle est contingente, par essence ; les décisions et les actions qu'elle génère ont toujours des circonstances particulières, sans cesse renouvelées.

J'étais lieutenant au 3° R.P.C. du colonel Bigeard. Ce n'est pas de gaieté de cœur que nous quittions le djebel pour venir à Alger suppléer une police défaillante.

Qui nous lançait dans cette galère ?

Le général Massu dites-vous ? Que je sache, il ne s'est pas approprié les pleins pouvoirs de police. Un ministre les lui a donnés, le même, sans doute, qui avait suggéré l'engagement des forces armées dans les opérations de maintien de l'ordre, avant le rappel de nos réservistes en mai 1956 et le maintien pendant trente mois sous les drapeaux de ce brave contingent de la classe 54/2/b.

Cet été 1957, l'ambiance à Alger est éprouvante. Deux bombes viennent d'exploser, l'une en centre ville au bar-restaurant le Coq Hardi et l'autre sur la corniche, au Casino, déchiquetant des dizaines de jeunes pieds-noirs. Une psychose de terreur frappe les Algérois. Où et quand explosera la prochaine bombe ? Angoisse collective.

Par chance, une compagnie voisine met la main sur un suspect qui avoue appartenir au réseau des poseurs de bombes et révèle que le stock en réserve comprend 52 engins dont quatre viennent d'être posés quelque part dans la ville et activés. Puis-je en vouloir à mes camarades d'avoir bousculé cet assassin afin d'en obtenir des aveux précis ? Trois bombes ont pu être désamorcées, la quatrième explose au moment de l'arrivée des parachutistes tuant un caporal. Les 48 autres engins de mort peuvent être récupérés, ce qui donne l'occasion au ministre de féliciter notre chef de corps, le colonel Bigeard.

Comme dit le père Cordier " il est des cas où le mal est nécessaire dès lors qu'il évite le pire". Combien d'innocents les 51 bombes restantes auraient-elles tués ?

Personne n'a le droit de demander à ces soldats de se repentir pour avoir accompli une action salutaire, même si dans l'absolu elle était condamnable.

Personne, en tout cas pas vous, les communistes. Vous êtes disqualifiés depuis 1917, date de création de la Tcheka, la sinistre police politique de Lénine qui, de façon industrielle, torturait des gens, non pas parce qu'ils posaient des bombes, mais parce qu'ils ne pensaient pas comme eux.

L'un de vos inspirateurs, Jacques Duclos, pas très grand par la taille ni par l'esprit mais immense par la haine, a dit en 1947 : "Notre devoir est de combattre l'Armée française partout où elle se bat".  Il a tenu parole.

Et vous, aujourd'hui, vous déterrez la hache de guerre !
Nous en prenons acte !

J'ai pris, pour vous écrire, la tâche de président des Anciens du 8ième R.P.I.Ma dont 395 des leurs ne sont pas revenus des geôles communistes du Tonkin où vos «coreligionnaires» les avaient laissé mourir de faim et de manque de soins. La plupart de ces jeunes Français n'avaient pas vingt ans.

Veuillez agréer, Monsieur le Sénateur, l'assurance des sentiments  qui vous sont dus. Ceux du mépris.

Général F.CANN, Président de l'Amicale des Anciens du 8ème et du 7ème.
à Monsieur Fischer, sénateur des Bouches du Rhône


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

Fréjus : Le général Bigeard au Mémorial des Guerres en Indochine
Décès de Gaby, veuve du général Marcel Bigeard
Dien Bien Phu : L'une des dernières volontés du général Marcel Bigeard...
Hommage au général Bigeard, un para de France aux Invalides
Général Marcel Bigeard : Décès de « Bruno » Grand Combattant Volontaire
Marcel BIGEARD : Général "Par le poignard et par la poudre"
La seconde Guerre Mondiale de 1939 à 1945 sur FNCV.COM
La guerre d'Indochine - Dien Bien Phu La guerre d'Algérie sur FNCV.COM
Hommage d'une combattante à "Bruno"
Ô Saint Michel : Chant des parachutistes et commandos
La Légion d'Honneur : Médaille et décorations
La langue de bois et le militairement correct : Vous avez dit "gliériser", "bigeardiser" ?
Des chiens de guerre en Afghanistan ?
Témoignage : Les lieutenants de « Bruno » - Indicatif radio du colonel Bigeard

jeudi 3 janvier 2013

2013 : Les voeux du président Alain Clerc

C'est confirmé, nous avons échappé en 2012 à la fin du monde et il m'est donc possible de vous présenter, pour 2013, mes vœux très sincères de santé ,de bonheur  et de prospérité pour vous, vos familles et tous ceux qui vous sont chers ;-)


A tous les présidents de sections,
A tous les fidèles compagnons de la FNCV,
A tous nos frères d’armes en missions et opérations extérieures et à leurs familles,
A tous les amis de la FNCV, aux lecteurs de ce blog,

J’adresse, en mon nom personnel et en celui du conseil d’administration de notre fédération,
nos vœux très sincères et très chaleureux de santé, de bonheur et de réussite pour eux et leurs familles.

Que l’année 2013 soit pour tous douce et légère.

Alain Clerc
Président de la Fédération nationale
des combattants volontaires

* * *

dimanche 27 mai 2012

Augmentation de l' ADCS, l'aide différentielle au conjoint survivant

Le conseil d'administration de l' Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre - ONACVG -  en session plénière du 18 avril 2012, a décidé d'augmenter le plafond garanti par le dispositif d'Aide Différentielle au Conjoint Survivant - ADCS - à hauteur de 900 euros.

Cette mesure, qui ne concerne que les conjoints survivants, prend effet à compter du 1er avril 2012.

Nous nous rapprochons du seuil de pauvreté, qui est de 954 euros, sans toutefois l'atteindre... 

Source : AC - FNCV

* * *

 


 

mercredi 4 janvier 2012

2012 : Les voeux du président Alain Clerc

A tous les présidents de sections,
A tous les fidèles compagnons de la FNCV,
A tous nos frères d’armes en missions et opérations extérieures...

J’adresse, en mon nom personnel et en celui du conseil d’administration de notre fédération,
nos vœux très sincères et très chaleureux de santé, de bonheur et de
réussite dans tous les domaines pour eux et leurs familles.

Que l’année 2012 soit pour tous douce et légère.

Alain Clerc
Président de la Fédération nationale
des combattants volontaires

* * *

samedi 24 décembre 2011

Un beau cadeau de Noël 2011 pour les réservistes opérationnels !

A la suite des multiples démarches effectuées par la délégation de la FNCV conduite par son président fédéral Alain Clerc, auprès des autorités du Ministère de la Défense, nous vous avons informés, le 15 décembre dernier, que par courrier en date du 12 décembre 2011, le Cabinet du ministre de la Défense avait notifié officiellement au président Alain Clerc, le succès de notre action en ce qui concerne les réservistes opérationnels, et ce, dans les termes suivants :
 

" ...Quant à l'extension de cette décoration aux réservistes opérationnels, je vous informe que le décret modifiant en ce sens celui du 9 mai 2007, a été signé du ministre de la Défense et des anciens combattants et qu'il devrait être publié prochainement au journal officiel.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma considération distinguée.
L'Administratrice civile, chef du bureau des décorations, Florence Combe"

Mais encore fallait-il attendre la publication du texte au J.O. et en étudier la portée pratique. C'est aujourd'hui chose faite, et c'est un plein succès: les réservistes volontaires opérationnels accédent désormais aux mêmes droits que les appelés ayant combattu volontairement.
 
Voici le texte officiel du décret :

Décret n° 2011-1933 du 22 décembre 2011 modifiant le décret n° 2007-741 du 9 mai 2007 fixant les conditions d'attribution de la croix du combattant volontaire avec barrette « missions extérieures » paru au JORF n°0298 du 24 décembre 2011

Publics concernés : personnes ayant souscrit un contrat dans la réserve opérationnelle.
Objet : extension de la croix du combattant volontaire avec barrette « missions extérieures » aux membres de la réserve opérationnelle.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : la croix du combattant volontaire récompense les personnes qui ont souscrit un engagement au cours d'un conflit ou à l'occasion d'une opération extérieure alors qu'en raison de leur âge ou de leur situation personnelle elles n'étaient pas astreintes à y participer.

La croix du combattant volontaire avec barrette « missions extérieures » récompense les appelés du contingent qui se sont portés volontaires pour participer, au sein d'une unité combattante, à une opération extérieure.
Le présent décret étend, dans les mêmes conditions, cette décoration aux réservistes opérationnels.

Références : le texte modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance.

* * *

Le Premier ministre, sur le rapport du ministre de la défense et des anciens combattants,
Vu le code de la défense, notamment son article L. 4211-1 ;
Vu le décret n° 2007-741 du 9 mai 2007 fixant les conditions d'attribution de la croix du combattant volontaire avec barrette « missions extérieures », décrète :

Article 1
A l'article 1er du décret du 9 mai 2007 susvisé, après les mots : « les appelés » sont insérés les mots : « et les réservistes opérationnels ».

Article 2
Le ministre de la défense et des anciens combattants est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 22 décembre 2011. François Fillon - Par le Premier ministre :  Le ministre de la défense et des anciens combattants,Gérard Longuet.

* * *

NDLR FNCV :  La FNCV (Fédération nationale des combattants volontaires),9 rue de Mazagran, 75010 Paris) remercie Monsieur Gérard Longuet, ministre de la Défense, Monsieur Marc Laffineur, secrétaire d’Etat, Monsieur Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, la Fédération nationale André Maginot et les nombreux parlementaires et responsables qui se sont associés à son action et ont ainsi favorisé la parution au journal officiel  du 24 décembre 2011 du décret n° 2011-1933 du 22 décembre, qui rend les  réservistes opérationnels, sous certaines conditions, éligibles à l’obtention de la Croix du combattant volontaire avec barrette «missions extérieures»
 
La FNCV, avec l’aide de ses amis, poursuivra son action en 2012  pour que les décrets de 1981 et 1988 qui attribuaient cette décoration prestigieuse aux engagés de la Seconde guerre mondiale, d’Indochine, de Corée et d’Afrique du Nord,  puissent être étendus aux actuels engagés volontaires venant directement de la société civile qui, à l’issue d’un unique contrat non renouvelé, y retournent et remplissent les habituelles conditions cumulatives.  

Alain Clerc, président.

NB : Le secrétariat général de la FNCV se tient à la disposition de tous les combattants volontaires, quel que soir leur statut, pour leur apporter les compléments d'information dont ils auraient besoin pour la constitution de leurs dossiers.      

* * *

 

jeudi 15 décembre 2011

CCV avec agrafe Missions Extérieures et OPEX, Du nouveau !

=Communiqué de la FNCV=

La Croix du Combattant Volontaire pour les OPEX

Nous vous avons rendu compte régulièrement au cours des précédents mois, des multiples démarches effectuées par une délégation de la FNCV conduite par son président fédéral Alain Clerc, auprès des autorités du Ministère de la Défense.

Monsieur Laffineur, secrétaire d'Etat à la Défense,  un conseiller de Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la République, la commission de la Défense nationale, le rapporteur du budget et d'autres autorités ont bien voulu nous recevoir et se sont montrés très attentifs aux arguments que nous leur avons exposés, visant à faire étendre l'attribution de la croix du combattant volontaire (CCV) aux réservistes opérationnels volontaires et aux engagés volontaires à contrat court, qui ont accepté de servir en unités combattantes, au titre des Missions Extérieures et Opérations Extérieures. Notre action a été efficacement relayée par les responsables des sections de la FNCV, qui ont su sensibiliser un certain nombre d'élus dans leurs circonscriptions respectives.

Tous ont bien voulu admettre que cette reconnaissance du droit à la CCV de nos camarades de la quatrième génération du feu permet d'assurer l'égalité de traitement avec ceux qui les ont précédé, et aussi avec les appelés combattants volontaires des Missions Extérieures et OPEX qui ont déja été rendus éligibles à cette décoration, grâce à la décision prise par Madame Michèle Alliot-Marie en mai 2007.

Nos efforts n'ont pas été vains, et une nouvelle décision favorable va être rendue. En effet, par courrier en date du 12 décembre 2011, le Cabinet du ministre de la Défense a informé officiellement le président Alain Clerc, du succès de notre action en ce qui concerne les réservistes opérationnels, et ce, dans les termes suivants :
 

" ...Quant à l'extension de cette décoration aux réservistes opérationnels, je vous informe que le décret modifiant en ce sens celui du 9 mai 2007,
a été signé du ministre de la défense et des anciens combattants et qu'il devrait être publié prochainement au journal officiel.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma considération distinguée.
L'Administratrice civile - Chef du bureau des décorations - Florence Combe"


Bien entendu, avant de nous réjouir sans risque de déconvenue, il nous faut attendre la publication du texte au J.O. et en étudier la portée pratique.
Mais d'ores et déjà, nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont apporté leur concours et leur soutien dans notre requête. Nous tenons également à dire à nos camarades engagés volontaires à contrat court qui ont combattu en Missions et Opérations Extérieures, que nous ne les oublions pas.

Notre soutien leur demeure acquis, et les démarches relatives à l'attribution de la CCV à leur bénéfice seront inlassablement poursuivies par la FNCV. D'ores et déjà, nous avons appris que ce nouveau dossier devrait être mis à l'étude en haut lieu, après aboutissement de celui des réservistes.

Source : Le comité directeur de la FNCV


* * *

- page 1 de 3