FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 9 décembre 2017

Marine d'Outre Mer : Etat des moyens... Un 3ème PLG pour les Antilles...

Voici l’état de la situation en matière navale, selon l’état-major de la Marine.

Comme l’expliquait l’amiral Christophe Prazuck aux députés, le 26 juillet 2017, depuis 1982, « le format minimum pour chaque département ou territoire d’outre-mer » était composé de quatre bateaux par théâtre, soit « deux patrouilleurs, d’un bâtiment logistique – ce que l’on appelait auparavant bâtiment de transport léger (BATRAL) et que l’on appelle maintenant B2M – et d’une frégate de surveillance ».

Aujourd’hui, la situation se présente ainsi :

  • Nouvelle Calédonie : 1 frégate de surveillance, 1 B2M, 2 vieux patrouilleurs P400
  • La Réunion : 2 frégates de surveillance, 1 B2M, 1 vieux patrouilleur
  • Antilles : 2 frégates de surveillance, le Batral a désarmé en juin dernier - après avoir été déjà prolongé de trois ans - et ne sera remplacé par un B2M qu’ à l’été 2019. Il y a bien un « trou capacitaire ».
  • Tahiti : 1 frégate de surveillance, 1 B2M, 1 vieux patrouilleur
  • Guyane : 2 nouveaux patrouilleurs légers guyanais (PLG) à faible tirant d’eau, qui ont remplacé les 2 P400. Avec ces conditions spécifiques (faible fonds, port en eaux peu profondes), la Guyane a des besoins spécifique et le retour d’expérience de ces nouveaux patrouilleurs est jugé «bon » par la Marine.

La ministre des armées a récemment annoncé la commande d’un troisième PLG pour les Antilles, où il arrivera en 2019.

A noter que, selon la Marine, « les B2M sont des bâtiments multi-missions avec une forte capacité logistique, très adaptés à des missions de ravitaillement. Ils remplacent les batral mais n’ont pas de capacité de plageage. C’est une série de quatre dont trois sont en service ».

La Marine rencontre des « difficultés » avec ses patrouilleurs : ils sont vieux et seront prochainement désarmés, alors que leurs successeurs, les Batsimar, se font attendre. « L’une de mes priorités est donc d’accélérer le programme « Bâtiment de surveillance et d’intervention », indiquait l’amiral Prazuck aux députés.

Source : Jean Dominique MERCHET - Secret Défense


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

      

jeudi 30 novembre 2017

Armement : Futurs drones tactiques de l’armée de Terre armés

Quand, en septembre 2017, il fut annoncé que la France allait se doter de drones armés, l’on pensait que cette décision ne concernerait que les MQ-9 Reaper de l’armée de l’Air. D’autant plus que la communication du ministère des Armées ne porta que sur ces derniers. Mais l’armée de Terre sera également concernée.

Actuellement, le 61e Régiment d’Artillerie met en oeuvre des systèmes de drones tactiques intérimaires (SDTI), lesquels, avec leurs capacités limitées, ont fait leur temps. D’où le choix, pour les remplacer, du drone Patroller, présenté par Sagem, aux dépens du Watchkeeper de Thales UK, longtemps favori.

Lors de cette annonce, il n’était nullement question d’armer ces futurs drones tactiques, dont les performances peuvent, par certains côtés, les classer dans la catégorie MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance), comme les Reaper de l’armée de l’Air.

À l’époque, c’est à dire en janvier 2016, le ministère de la Défense avait justifié la commande de 14 Patroller en soulignant leurs performances «accrues en termes d’endurance, de qualité des images produites et d’empreinte logistique.» En outre, leur capacité de recherche promettait d’être « plus efficace » grâce à une « une approche multi-capteurs. »

Le futur système de drones tactiques ( SDT) « aura une capacité d’emport simultané de deux charges utiles optique/infrarouge/laser et radar dans un premier temps, une charge utile de guerre électronique pouvant dans un second temps se substituer au radar) », précisait encore le ministère de la Défense, sans jamais évoquer une capacité d’emport d’armements.

De son côté, Sagem indiquait, lors de la signature de la commande, que la « conception modulaire » du Patroller lui permettait « l’emport et l’exploitation d’une charge de renseignement multi-capteurs de plus de 250 kg en cellule ou en nacelles (optronique, radar et guerre électronique) pour des vols de classe 20 heures et jusqu’à une altitude de 20 000 pieds. » Mais là encore, il n’ était pas question d'armement. Pas plus d’ailleurs que dans la fiche de présentation de cet appareil.

Pourtant, le Patroller aurait la capacité d’emporter deux Missiles Moyenne Portée (MMP), conçus par MBDA ainsi que des roquettes guidées laser. Étant donné que l’armée de l’Air pourra armer ses Reaper, pour l’armée de Terre: ne pourrait-elle pas en faire autant?

Lors de son audition par la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, Mme le ministre des Armées, Florence Parly, a répondu à cette question alors qu’elle était interrogée sur les Reaper.

« Vous m’avez […] interrogée sur les drones armés. Nous commanderons mi-2018 des Reaper. En préalable à cette commande, nous avons demandé début octobre 2017 aux États-Unis de pouvoir armer ces drones. Par ailleurs, j’ai rappelé à mon homologue, le général Mattis, la nécessité d’instruire rapidement cette demande afin que nous puissions en bénéficier le plus rapidement possible », a dit Mme Parly.

Et d’ajouter : « Même si aujourd’hui notre priorité reste le Reaper, nous avons également l’intention d’armer les drones Patroller. »

Pour rappel, le Patroller est le fruit d’une coopération franco-allemande puisqu’il a été conçu à partir de la cellule du motoplaneur allemand Stemme S-15. En outre, il disposera du radar PicoSAR AESA, fourni par l’italien Leonardo.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mardi 28 novembre 2017

Bundeswehr : Seulement 95 chars de combat opérationnels !

L’armée allemande ne dispose que de 95 chars de combat opérationnels !

Actuellement, l’armée allemande dispose officiellement de 244 chars lourds de type Leopard 2 en service. Mais si la situation internationale se dégrade subitement et qu’elle doit faire manœuvrer ses unités blindés, la Bundeswehr ne pourrait en aligner que 95 aptes au combat, soit l’équivalent de deux bataillons (et un taux de disponibilité de 38%).

Cette information, communiquée au comité de la Défense du Bundestag (Chambre basse du Parlement allemand), a fait les choux gras de la presse d’outre-Rhin, il y a quelques jours. Mais aussi provoqué des réactions indignées parmi les députés, dont Wolfgang Hellmich, pour qui cette « situation est catastrophique ».

« Comment nos troupes pourraient-elles s’entraîner, être prêtes à être déployées, alors qu’un tiers de la flotte [de Leopard 2 ne peut pas être réparé? », a demandé M. Hellmich.

Dans le détail, 53 chars sont indisponibles car ils sont en train d’être modernisés, 7 servent à des essais ou à des représentations commerciales et 89 sont inutilisables en l’état.

Le problème se situe au niveau du maintien en condition opérationnelle (MCO) des Leopard 2. Plus précisément, la cause est dû à une défaillance dans l’approvisionnement en pièces détachées. Une lacune « bien connue », qui fait que la plupart des chars se trouvent à l’atelier, dans l’attente d’être réparés, résume l’hebdomadaire Stern.

Cette situation a été aggravée par la multiplication des manœuvres depuis 2014, dans le cadre des mesures de réassurance prises par l’Otan au bénéfice des pays baltes de la Pologne, après l’annexion de la Crimée par la Russie. « Apparemment, on a oublié que le mouvement des chars entraîne également un besoin accru d’entretien », ironise Stern.

Pour rappel, la Bundeswehr va voir ses capacités augmenter au cours des prochaines années puisqu’il est prévu de la doter de 328 Leorpard 2 portés au standard 2A7V (V pour « Verbessert »).

La situation en France est meilleure pour les chars Leclerc, leur taux de disponibilité variant, selon le ministère des Armées, de 65 à 74% pour les années 2015 et 2016.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mercredi 22 novembre 2017

Argentine : L' Ara San Juan, sous-marin argentin, porté disparu depuis le 15 novembre...

Qu’est-il arrivé à l’ARA San Juan (S-42), l’un des deux sous-marins argentins de la classe TR-1700, livrés par le constructeur naval allemand ThyssenKrupp Marine Systems dans les années 1980?

Parti de la base navale de Mar del Plata (400 km au sud de Buenos Aires) pour rejoindre Ushuaia (3.200 km plus au sud), ce sous-marin n’a plus fait signe...

« Nous n’avons pas encore pu le trouver ni avoir un contact, visuel ou par radar, avec l’ARA San Juan », a en effet déclaré Enrique Balbi, le porte-parole de la marine argentine, lors d’une conférence de presse donnée ce 17 novembre 2017.

Le sous-marin, avec 44 membres d’équipage à bord, venait de reprendre la mer après une escale de trois jours à Ushuaia.

La dernière communication avec ce sous-marin remonte au matin du 15 novembre, alors qu’il se trouvait près de Puerto Madryn, à 15 milles au large des côtes. Des recherches ont été lancées par la suite, avec un avion, un destroyer et deux corvettes. Menées au large de la Péninsule de Valdez, elles n’ont pour le moment rien donné en raison de « mauvaises conditions météorologiques dans la zone des opérations », a expliqué Enrique Balbi, qui se veut toutefois rassurant. Il faut être « prudent » car « on ne sait pas ce qui s’est passé, je ne veux pas dramatiser cette affaire », a-t-il dit.

Il est vrai que des rumeurs, évoquant un incendie à bord, ont vite fait le tour des rédactions. Mais la marine argentine privilégie pour le moment un « problème de batteries, par manque d’alimentation électrique », ce qui aurait affecté ses communications. Mais normalement, a précisé son porte-parole, le sous-marin aurait dû faire surface, selon « le protocole prévu. »

La marine argentine compte trois sous-marins, dont deux appartenant à la classe TR-1700 et un autre, de type 209, de conception plus ancienne.

Entré en service en 1986, l’ARA San Juan avait été immobilisé en 2008 afin de subir de lourdes opérations de maintenance censées prolonger sa vie opérationnelle pendant au moins une vingtaine d’années.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 29 octobre 2017

Armement USA : La moto furtive hybride tout terrain SilentHawk

Le Pentagone commande deux autres prototypes de la moto « furtive » SilentHawk.

Le 14 septembre 2017, l’entreprise Logos Technologies a annoncé avoir obtenu, auprès de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), l’agence de recherche et de développement du Pentagone, un second contrat visant à développer deux nouveaux prototypes de la motocyclette tout terrain SilentHawk.

Pour ce projet, Logos Technologies s’est associé avec Alta Motors, le constructeur californien de la moto tout-terrain électrique RedShift MX.

La SilentHawk dispose d’une batterie lithium-ion d’une capacité de 5,8 kWh, ce qui lui donne une autonomie de 2 heures en mode silencieux.

Sa particularité est qu’elle est dotée d’un « range-extension genset », c’est à dire d’une sorte de groupe électrogène embarqué pouvant fonctionner avec tous les types de carburant (essence, gazole et même kérozène), afin de pouvoir recharger ses batteries et ainsi porter son autonomie à plus de 270 km.

D’une masse inférieure à 160 kg, la SilentHawk pourrait atteindre la vitesse de 130 km/h en pointe, tout en présentant d’excellentes capacités tout terrain. En outre, le bruit qu’elle émet en mode silencieux (donc électrique) serait de 55 décibels, soit le niveau qu’atteint une conversation de bureau. Quand son « range-extension genset » est en marche, elle produit autant de bruit qu’un aspirateur.

Le nouveau contrat attribué par la Darpa prévoit la mise au point d’un prototype avec un « range-extension genset » détachable. Quant au second, qui ne sera pas équipé du groupe électrogène auxiliaire, il doit permettre d’optimiser le système de traction avant de la moto.

« Notre objectif est de réaliser un prototype opérationnel avec une architecture modulaire, qui permettra à l’utilisateur de le configurer, avec ou sans le « range-extension genset », afin de répondre aux exigences spécifiques de chaque mission », a expliqué Dale Turner, le responsable du programme SilentHawk.

Outre cette moto silencieuse, l’armée américaine cherche également à mettre au point un pick-up « furtif », en transformant un Chevrolet Colorado en véhicule électrique.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 5 octobre 2017

Armement : La ministre des armées annonce le processus d'armement de nos drones Reaper

La ministre des armées Florence Parly a annoncé cette évolution attendue par les militaires, rappelant qu’un drone n’est pas « un robot tueur ».

Enfin ! La ministre des armées a pris une décision politiquement courageuse en annonçant, mardi à Toulon dans le cadre de l’Université d’été de la Défense, l’armement prochain des drones Reaper de l’armée de l’air. Cela pourrait se faire dès 2019.

« Non, un drone armé n’est pas un robot tueur »

Même si elle était convaincue de cette nécessité militaire, la précédente équipe avait reculé devant cette décision de crainte de susciter des polémiques à gauche. Au point de demander, jusqu’en décembre dernier pour les plus récentes livraisons, le « décâblage » des drones américains, comme le rappelle le sénateur Cédric Perrin (LR, T. de Belfort), auteur d’un rapport sur le sujet avec Gilbert Roger. La ministre a rappelé une évidence : « Non, un drone armé n’est pas un robot tueur ». En effet, il s’agit d’un engin piloté et dont les opérations restent sous contrôle humain, sauf que l’équipage est au sol et non à bord.

Rien à voir donc avec les futurs SALA, systèmes d’armes autonomes létaux, qui eux, marqueront une rupture posant de véritables questions éthiques, puisque grâce à des formes d’intelligence artificielle ils disposeront de la capacité de décider eux-mêmes d’ouvrir le feu et donc de tuer. Nous n’en sommes pas là et toute la question reste celle des règles d’engagement.

À cet égard, la ministre des armées a ainsi expliqué que « cette décision ne change rien aux règles d’usage de la force, au respect du droit des conflits armés (...). En effet, les règles d’engagement pour les drones armés seront strictement identiques à celles que nous appliquons déjà. Qu’il s’agisse d’un canon Caesar, d’un missile de croisière, d’un Rafale : comme pour les drones, si l’opérateur est physiquement éloigné de l’objectif, l’homme n’en est pas moins au cœur de l’engagement du feu ».

Devant la presse, le général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, a ensuite expliqué que les Reaper déployés au Sahel sont « déjà dans la boucle d’engagement du feu » au travers de leurs capacités de surveillance, d’observation et d’éclairage des cibles. Le choix des munitions qui devraient armer les drones aura lieu en 2018 et l’armée de l’air souhaite que celles-ci soient « complémentaires » de celles mises en œuvre par les autres aéronefs. Le ministère des armées indique que « le missile (américain) Hellfire est la seule arme disponible à ce jour » et que « la possibilité d’armer les drones avec des munitions européennes sera étudiée ».

On sait la grande dépendance de la France vis-à-vis des États-Unis en matière de drones, que ce soit pour leur mise en œuvre, leur maintenance, leur lieu de déploiement ou la formation des équipages. Cet armement ne pourra donc se faire que dans le cadre d’une très étroite coopération avec le partenaire américain. Le ministère indique que les Reaper de l’US air force sont armés de bombes de 250 kg avec différents types de guidage et du missile Hellfire (masse de l’ordre de 50 kg et portée de 8 à 10 km). « Pour permettre une mise à disposition au plus tôt de cette capacité, il faut faire l’acquisition d’une configuration strictement identique à celle mise en œuvre par les Américains » reconnait le ministère dans son dossier de présentation.

L’armée de l’air dispose actuellement de 6 drones, dont 5 basés à Niamey et un à Cognac. Les 6 derniers drones seront livrés en 2019.

Le ministère précise que « le Royaume-Uni met en œuvre 10 drones Reaper armés et a signé un contrat pour l’acquisition de 26 nouveaux drones armables Predator. L’Italie, qui possède 9 drones Predator et 6 drones Reaper, va également les armer. L’Allemagne, en janvier 2016, a annoncé la location à partir de 2018 de drones Heron (israéliens) armés ».

La ministre Florence Parly a également assuré qu’« à moyen terme, le futur drone européen, dont nous réalisons les études en coopération avec l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, sera également doté d’armements. »

La veille de son intervention devant l’Université d’été, la ministre avait assisté à Istres à un vol du démonstrateur de drone furtif Neuron (Dassault-Aviation) qui vient de débuter sa troisième campagne d’essais, cette fois-ci en franco-français. 20 vols sont prévus.

Source : Jean Dominique Merchet - Secret Defense


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 6 août 2017

Armement : Achat de 477 VBMR Griffon et EBRC Jaguar envisagé par le ministère de la Défense belge

La Belgique veut commander 477 véhicules blindés auprès de la France pour 1,1 milliard d’euros.

Le ministère belge de la Défense a annoncé, ce 22 juin 2017, son intention d’acquérir, auprès de la France, 417 Véhicule blindé multi-rôles (VBMR) « Griffon » et 60 Engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC) « Jaguar », dans le cadre de son programme « Camo » [capacité motorisée, ndlr]. Le montant de cette opération, qui passera par un accord de gouvernement à gouvernement, est évalué à 1,1 milliard d’euros.

En effet, les Griffon et les Jaguar sont actuellement développés par Nexter Systems, Renault Trucks Defense et Thales pour les besoins du programme SCORPION, lequel vise à renouveler une partie des blindés de l’armée de Terre. En avril, le ministère français de la Défense a commandé 319 VBMR (sur 1.722 attendus) et 20 EBRC (sur 248 prévus).

S’agissant de la composante terrestre de la Défense belge, ces véhicules remplaceront les Dingo II et les Piranha III actuellement utilisés par ses 5 bataillons de manœuvre. Les Griffon et les Jaguar entreront en service entre 2025 et 2030. Et « partenariat étroit avec la France » devrait bientôt prendre forme.

« L’objectif est d’établir un partenariat fondé sur des véhicules de combat français et belges identiques. La Belgique et la France auront, entre autres, une organisation commune et la formation, l’entraînement et le soutien logistique seront organisés conjointement », a expliqué le ministère belge de la Défense.

Et ce dernier d’ajouter : « Comme annoncé dans la vision stratégique, l’opérationnalité et l’efficacité des forces terrestres belges sont ainsi renforcées et, en même temps, la construction d’une défense plus européenne, de bas en haut. »

« Avec cet investissement, le gouvernement choisit explicitement de moderniser les forces terrestres motorisées existantes afin que celles-ci puissent continuer à rester le fer de lance de l’engagement belge dans le cadre de la sécurité collective. Les nouveaux véhicules de combat sont nécessaires pour continuer à jouer un rôle dans les opérations et pour assurer la sécurité individuelle des militaires », a fait valoir Steven Vandeput, le ministre belge de la Défense.

Cela étant, cette décision peut être vue comme étant un signal positif pour la candidature du Rafale F3R à l’appel d’offres lancé par Bruxelles pour remplacer ses F-16, dans le cadre du programme Air Combat Capability (ACCap), même si deux appareils européens – l’Eurofighter Typhoon et le Gripen E/F – sont en lice.

Enfin, ce choix dela Belgique en faveur du Griffon et du Jaguar pourrait influencer le choix du repreneur de Renault Trucks Defense, dans la mesure où le belge CMI Group s’est porté candidat.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 27 juillet 2017

Economie : Les industriels de l’armement dans le collimateur du président MACRON

Le budget alloué aux Armées pour l’année 2017 prévoyait une enveloppe de 17,3 milliards d’euros au titre de l’équipement des forces (programme 146). De quoi commander la rénovation de 45 Mirage 2000D, 15 pods de désignation laser de nouvelle génération, 20 engins blindés de reconnaissance et de combat Jaguar, 319 blindés Griffon, un premier lot de véhicules blindés légers (VBL) régénérés, 12.000 fusils HK-416, 23 véhicules lourds pour les forces spéciales et un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) de type Barracuda.

Seulement, les 850 millions d’euros d’économies demandés au ministère des Armées, dans le cadre des mesures prises pour la maîtrise des finances publiques (qui représentent 56% du PIB, faut-il le rappeler) seront prélevés sur le budget des équipements, ce qui se traduira par une baisse de 5% de ce dernier.

Pour autant, le président Macron assume pleinement cette décision. Et il l’a encore répété au Journal du Dimanche, ce 16 juillet, avant de revenir sur son « recadrage », deux jours plus tôt, du général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), qui a vivement protesté contre cette nouvelle ponction lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

« La République ne marche pas comme ça. Si quelque chose oppose le chef d’état-major des armées au président de la République, le chef d’état-major des armées change », a-t-il lancé.

Seulement, le général de Villiers n’a fait que son travail et son devoir, qui est de dire la vérité aux parlementaires. Pour rappel, selon ses attributions, il est le responsable de « l’expression du besoin en matière de ressources humaines civiles et militaires des armées », de la « définition du format d’ensemble des armées et de leur cohérence capacitaire » et de la « préparation et de la mise en condition d’emploi des armées. »

Aussi, au vu des engagements des forces actuellement (et ce n’est pas lui qui décide des opérations), le CEMA est parfaitement dans son rôle quand il défend le budget des armées afin de pouvoir exécuter au mieux les missions que lui confie l’exécutif.

« Il a donc toute ma confiance », a assuré M. Macron en parlant du général de Villiers. Mais à la condition de « savoir quelle est la chaîne hiérarchique et comment elle fonctionne, dans la République comme dans l’Armée », a-t-il ajouté.

Mais, selon le JDD, le président Macron a aussi visé les industriels de l’armement. Réfutant « l’idée selon laquelle la meilleure armée serait forcément la plus riche » [qu’il se rassure, il y a encore de la marge pour arriver à la hauteur de l’armée américaine, ndlr], M. Macron s’en est pris aux industriels de l’armement.

« Moi, j’ai des soldats sur des théâtres d’opération, des gens qui attendent beaucoup, je les respecte, je leur dois la protection : l’intérêt des armées doit primer sur les intérêts industriels », a en effet lancé le chef de l’État. Voilà un point qui aurait mérité quelques développements supplémentaires…

Cela étant, il est vrai que les industriels de l’armement s’inquiétent des coupes budgétaires annoncées. Le 12 juillet, Éric Trappier, le Pdg de Dassault Aviation, dont l’activité dépend en grande partie du secteur de l’aviation d’affaire, a appelé à ne pas relâcher « notre effort de défense».

« Si les investissements dans la préparation de l’avenir devaient encore être victimes d’arbitrages budgétaires, ce sont les capacités de notre filière industrielle de continuer à fournir les matériels les plus performants qui pourraient être hypothéquées à terme. De grandes ruptures technologiques sont devant nous (intelligence artificielle, numérique, connectivité, furtivité…). Si nous les ratons, le décrochage technologique et industriel sera inévitable, et notre liberté de décision et d’action, sans laquelle il n’y a pas de souveraineté, sera remise en cause. Comme seront également remises en cause nos capacités de nous adresser au marché export face à une concurrence qui aura, elle, relevé ces défis technologiques », a ainsi prévenu M. Trappier?

Pour rappel, au cours de ces deux dernières années, l’industrie la base industrielle et technologique de défense (BITD) française, qui compte 4.000 PME et une dizaine de grands groupes, a reçu plus de 30 milliards d’euros commandes à l’exportation. En France, elle représente 4% de l’emploi industriel, soit 165.000 emplois directs non délocalisables et de haute technicité. Ses bonnes performances à l’exportation laissent présager la création de 30.000 à 40.000 emplois supplémentaires dans les années à venir.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

lundi 24 juillet 2017

Budget des armées : Augmentation de 1,2 milliard... Va-t-on vers un apaisement de la polémique ?

La ministre des Armées dit avoir obtenu le dégel de 1,2 milliard d’euros de crédits. 

Se pencher sur le budget des armées n’est pas simple pour le néophyte, surtout en ce moment, avec l’avalanche de chiffres donnés par l’exécutif. Résumons : pour 2017, le Parlement a alloué 32,7 milliards d’euros (dont 300 millions de recettes exceptionnelles) de à la mission « Défense ».

Sur ce montant, il a été annoncé, puis confirmé, que 2,7 milliards avaient été gelés par la précédente équipe gouvernementale. Cette pratique n’a rien d’inhabituelle : on y a droit chaque année. Il revient au ministre des Armées d’obtenir qu’ils soient débloqués au plus vite alors que Bercy souhaite au contraire les « garder au chaud » le plus longtemps possible, voire carrément les annuler.

Déjà, la ministre des Armées, Florence Parly, a perdu une première manche : 850 millions d’euros ont été annulés par le ministère de l’Action et des Comptes publics. Cette somme correspond à celle qui manquera pour financer les opérations extérieures, pour lesquelles 450 millions d’euros avaient été initialement provisionnés dans le budget des Armées.

Normalement, si la Loi de programmation militaire avait été respectée à la lettre, ces 850 millions d’euros aurait dû faire l’objet d’un financement interministériel, comme le veut la pratique depuis une dizaine d’années. Mais ce ne sera donc pas le cas : ils seront donc prélevés sur le programme 146 « Équipement des Forces ». Cette annonce a été à l’origine de la première crise du quinquennat de M. Macron, marquée par la démission du général Pierre de Villiers, alors chef d’état-major des armées (CEMA).

Avec 850 millions annulés, restait donc à Mme Parly d’obtenir le dégel de 1,85 milliard. Et visiblement, d’après ce qu’elle a affirmé dans les colonnes du Journal du Dimanche, elle pu en arracher 1,2 milliard à Bercy.

« Je suis en discussion pour que des crédits gelés en 2017 soient dégelés. C’est déjà le cas depuis jeudi pour 1,2 milliard d’euros qui nous seront restitués par anticipation dès ce mois-ci », a expliqué la ministre. Le 20 juillet, Mme Parly a rencontré, tôt le matin, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, avant de s’envoler vers Istres avec le président Macron.

Si ce dégel devrait permettre à la Direction générale de l’armement (DGA) d’éviter une cessation de paiement, la coupe de 850 millions d’euros pourrait accroître le report de charges de cette dernière. Report qui a déjà atteint le niveau, préoccupant, de 3,1 milliards d’euros fin 2016.

Cela étant, cette annonce, qui vient fort à-propos après les tensions de ces derniers jours, peut donner le sentiment à l’observateur peu au fait des questions budgétaires que le budget des Armées a été augmenté. Or, il n’en est évidemment rien. Comme le rappelle le député (LR) François Cornut-Gentille, rapporteur spécial des crédits de la défense à la commission des Finances, ce dégel « ne constitue pas un cadeau fait aux armées mais le strict respect de la loi de finances initiale. »

« Je me suis engagée à ce que les annulations de crédits n’aient pas d’impact sur le fonctionnement des armées en 2017, notamment pour les militaires en opération. C’est donc sur les grands programmes d’équipement que les ajustements seront faits par lissage », a par ailleurs souligné Mme Parly, sans donner de précision sur les programmes affectés par les coupes.

« Pour 2018, le budget de la défense augmentera de 1,8 milliard, ce qui fait une croissance de 5 % par rapport à 2017. Et, dans cette augmentation confirmée par le Président à Istres pour 2018, il est prévu 200 millions d’euros qui seront affectés à de l’équipement de base pour les militaires », a également dit la ministre, qui s’est vantée d’avoir obtenu le « meilleur budget de la Défense depuis 10 ans. » Sur ce point, on jugera au moment de son exécution.

 Source : Zone Militaire


 
CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mercredi 12 juillet 2017

Armement : Modernisation de l'équipement individuel du soldat

S’il est beaucoup question du remplacement des véhicules de l’armée de Terre dans le cadre du programme Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’info-valorisation), l’équipement individuel du combattant est aussi en train d’évoluer progressivement sans faire de bruit, mis à part quand le choix du fusil allemand HK-416 a été annoncé…

Le 7 juillet 2017, l’armée de Terre a communiqué sur ce sujet, en rappelant qu’elle a défini une nouvelle politique d’habillement, qui distingue les équipements de combat, les vêtements de sport et les tenues régimentaires, dans le cadre de son projet « Combattant 2020 ».

« Les équipements jouent un rôle central dans la capacité opérationnelle d’un soldat. Être plus mobile, mieux protégé, évoluer dans des équipements confortables, pouvoir communiquer à tout moment avec les autres unités déployées sur un théâtre d’opération, etc, sont autant d’enjeux et de critères qui nécessitent » leur évolution régulière, explique le Sirpa Terre.

Cette évolution de l’équipement individuel des combattants passe donc par de nouvelles chaussures de combat conçues spécialement pour les milieux chauds (plus question d’avoir des semelles qui se décollent sous l’effet de la chaleur, comme cela avait été rapporté lors de l’opération Serval au Mali), des gants de combat « renforcés » tout en étant compatibles avec les écrans tactiques, et des lunettes balistiques améliorées. Même les sous-vêtements seront concernés, notamment pour lutter contre le froid. En outre, un nouveau casque composite est annoncé.

Il est également prévu de doter, en 2018, les combattant du nouveau treillis F3 « adapté aux nouvelles menaces » et évidemment compatible avec la version 1.3 du système FELIN (Fantassin à Equipements et Liaisons INtégrés), censée être plus légère (-10 kg) et modulaire. Cette dernière s’appuiera sur un nouveau gilet de protection balistique individuel qui, appelé « Structure modulaire balistique électronique » (SMBE), a été commandé à 31.600 exemplaires auprès de l’entreprise norvégienne NFM Group.

Concrètement, ce gilet offre une protection balistique de classe 4 contre les munitions perforantes. Il est doté de plaques blindées contre les munitions à « haute vélocité », d’un « matelas anti-traumatisme intégré dans le pack balistique souple » et d’une protection contre les armes blanches. Enfin, avec son ergonomie intégrale pour « optimiser la mobilité », il dispose du système d’attache rapide Tubes de First Spear. Modulable (jusqu’à 8 configurations possibles), il intègre les équipements électroniques du système FELIN.

« En ergonomie, en modularité et en confort », cette structure modulaire balistique (ou gilet pare-balles pour faire simple) « surpasse de loin tout ce que l’armée de Terre a pu porter jusqu’à présent », pouvait-on lire, l’an passé, dans Terre Information Magazine.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mardi 4 juillet 2017

Vol de lance-roquettes : Le pilleur de trains a été arrêté...

Un individu âgé de 23 ans a été interpellé pour avoir volé, quelques jours plus tôt, quatre lance-roquettes antichar (des AT4 CS) ainsi que 4 caisses d’obus flèches qui se trouvaient dans un wagon d’un train de marchandise parti du dépôt de munitions « Provence » de Miramas pour rejoindre l’Établissement principal des munitions de Brienne-le-Château.

Le procureur de la République d’Aix-en-Provence, Achille Kiriakides, a précisé que l’homme en question a été mis en examen, le 30 juin 2017, pour « vol aggravé », confirmant ainsi une information donnée par le quotidien « Le Parisien ». Les armes et les munitions dérobées ont toutes été retrouvées à son domicile.

Ce vol fut constaté par les contrôleurs de la SNCF, ces derniers s’étant aperçu que les scellés en plomb posés sur le wagon avaient été brisés. L’enquête fut ensuite confiée aux gendarmes de la section de recherches de Marseille, lesquels purent, grâce à des « investigations techniques», rapidement identifier le voleur présumé, qui était alors connu pour être un « pilleur de trains », porté d’habitude sur le vol et la revente de matériels électroniques.

Selon les premiers éléments de l’enquête, précise l’AFP, qui cite une source proche du dossier, les caisses qui contenaient les lance-roquettes et les munitions n’étaient « ni plombées, ni sécurisées ».

« L’armée utilise des trains tout à fait ordinaires pour faire circuler ses armes d’un point à un autre, souligne une source proche de l’affaire. C’est d’ailleurs un problème de sécurité majeur que de telles armes soient finalement à la portée de n’importe quel malfaiteur un peu astucieux», a par ailleurs souligné une autre source, cité par Le Parisien.

L’information judiciaire en cours va s’attacher à déterminer si le voleur présumé est tombé sur ces armes et munitions par hasard ou si s’il avait prémédité son coup.

Du côté du ministère des Armées, l’on a indiqué qu’une enquête de commandement venait d’être ordonnée par Mme Parly. Elle « devra revoir les conditions de transport de munitions par voie ferrée et proposer des mesures, susceptibles d’être mises en oeuvre avec la SNCF, pour en renforcer la sécurisation », a-t-on ajouté de même source.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

samedi 24 juin 2017

Indonésie : DCNS a signé un protocole d’accord pour moderniser la marine

Avec une croissance de son PIB de 5% en 2016, l’Indonésie est sans nul doute l’un des pays les plus dynamiques, sur le plan économique, d’Asie du Sud-Est. Dans le même temps, après des années d’embargo sur les armes imposé par les États-Unis entre 1991 et 2005 en raison de la situation au Timor, les besoins des forces armées indonésiennes sont importants. D’où d’ailleurs, l’objectif de Jakarta de porter ses dépenses militaires à 20 milliards de dollars d’ici la fin de la décennie. Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), elles ont déjà augmenté de 150% entre 2006 et 2015.

Aussi, le marché indonésien de la Défense a de quoi intéresser les industriels européens et français de l’armement. Récemment, Nexter a décroché un nouveau contrat pour livrer 18 CAESAR (camion équipé d’un système d’artillerie) supplémentaires, après une première commande portant sur 37 exemplaires. Et, il y a quelques jours, Jakarta a confirmé son intention d’acquérir des avions de transport A400M Atlas auprès d’Airbus.

Dans le secteur maritime, DCNS n’est pas en reste. En marge de la visite du président Hollande en Indonésie, le 30 mars 2017, l’industriel français a signé un protocole d’accord avec le constructeur naval PT PAL pour renforcer leur coopération dans les domaines des sous-marins et des navires de surface, dans le cadre du dialogue de défense franco-indonésien (IFDD, Indonesia France Defense Dialogue).

Cela fait maintenant quelques années que DCNS espère livrer des sous-marins Scorpène 1000 à Jakarta. Ce navire « est particulièrement adapté pour la marine indonésienne, compte-tenu du fait qu’il s’agit d’un archipel », expliquait le constructeur naval français, en octobre 2015. « Ce sous-marin a été conçu pour naviguer dans des eaux peu profondes et il est très difficile à détecter à cause de la faible profondeur des eaux littorales », avait-il aussi fait valoir.

Actuellement, la marine indonésienne dispose de deux sous-marins Type 209 d’origine allemande. Et trois autres, acquis auprès de la Corée du Sud, seront prochainement mis en service.

Dans son communiqué annonçant la signature de ce protocole d’accord, DCNS rappelle qu’il a déjà coopéré, ces dernières années, avec PT PAL pour « identifier la meilleure solution industrielle permettant aujourd’hui d’offrir un sous-marin à usages multiples de la dernière génération de la classe Scorpène ». Il s’agit désormais d’aller plus loin en étudiant de nouvelles possibilités concernant les corvettes et les frégates, c’est à dire les navires Gowind 2500, les FREMM, voire les frégates de taille intermédiaire (FTI).

« En tant que leader européen des systèmes de combat naval, concepteur de navire de guerre et constructeur, DCNS s’est engagé à établir des partenariats à long terme avec l’industrie indonésienne pour améliorer ses capacités et ses compétences sur des systèmes de haute technologie », a commenté Hervé Guillou, le PDG de DCNS.

Et d’ajouter : « Notre coopération avec le plus grand chantier naval indonésien PT PAL illustre parfaitement cette ambition et nous sommes impatients d’apporter notre solide expertise en matière de transferts de technologie sur des programmes navals complexes, afin de développer des projets industriels et la capacité opérationnelle de la marine indonésienne. »

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 18 juin 2017

Flyboard Air : Une invention marseillaise interdite de vol par les autorités françaises

A l’été 2016, la société américaine Implant Sciences Corporation (ISMC), alors spécialisée dans la détection d’explosifs, annonçait avoir signé une lettre d’intention (LoI) pour acquérir Zapata Industries, avec l’idée de trouver des applications militaires aux technologies développées par cette jeune pousse (start-up) marseillaise.

En effet, l’entreprise française, dirigée par Franky Zapata, un ancien champion de jet-ski, a mis au point le Flyboard Air, c’est à dire une sorte de planche de surf volante pouvant atteindre les 10.000 pieds d’altitude et la vitesse maximale de 150 km/h. Et cela grâce à 6 moteurs et surtout grâce à un algorithme qui ajuste en permanence l’inclinaison des 4 turbo-réacteurs ainsi que la vitesse des turbines latérales. Les résultats, abondamment diffusés sur les réseaux sociaux, sont spectaculaires.

De quoi remettre au goût du jour un le HZ-1 Aerocycle, un concept imaginé dans les années 1950 par la société américaine De Lackner pour des missions de reconnaissance… Cela étant, ISMC n’a, a priori, pas pu être en mesure de financer l’acquisition de Zapata Industries (pour 15 millions de dollars). En novembre 2016, d’après le site boursier Seeking Alpha, qui citait un document de la Securities and Exchange Commission [SEC, gendarme de la Bourse américaine, ndlr] l’entreprise a fait savoir qu’elle jetait l’éponge.

Mais visiblement, cet épisode a coïncidé avec le début des ennuis de Franky Zapata. L’entrepreneur a en effet été prié de mettre un terme aux vols du Flyboard Air. Convoqué, a-t-il dit, par la Gendarmerie de l’Air, il a été menacé d’être mis en examen et condamné à une peine de prison en cas de récidive.

« J’ai enfreint trois lois : la conduite d’un aéronef sans permis, la conduite d’un aéronef non homologué [ce qui est normal puisque le Flyboard Air n’a pas d’équivalent, ndlr], et le survol d’une agglomération avec un aéronef. Donc, toutes ces infractions, c’est des peines de prison assez conséquentes, ça peut aller jusqu’à dix ans », a-t-il témoigné auprès de France 3. En outre, il a précisé avoir eu des contacts avec les forces spéciales françaises, qui « ont besoin du produit [le Flyboard Air] pour travailler. »

En clair, la menace qui plane sur Franky Zapata va évidemment entraver le développement de son Flyboard et mettre en péril son entreprise, qui emploie 17 personnes. Ce dernier a d’ailleurs évoqué un départ de France, affirmant avoir « refusé des avances de l’armée américaine ». Au quotidien La Provence, cependant, il a confié qu’il lui a été proposé « d’effectuer ses essais dans une zone semi-militaire, hors de vue du public et des médias. »

Cela étant, l’on peut s’étonner de la réaction si tardive des autorités : les vidéos montrant le Flyboard Air en action sont disponibles depuis des mois sur les sites de partage, où elles ont été vues des millions de fois, et l’on ne compte plus les articles de presse à son sujet.

En attendant, la mésaventure de M. Zapata suscite l’indignation sur les réseaux sociaux, où son message relatant son « coup de gueule » a été relayé plus de 140.000 fois. Une pétition en ligne a même été lancée et elle a recueilli près de 13.000 signatures. Et plusieurs médias ont évoqué son cas. A priori, cette mobilisation a fait bouger les lignes : «Merci beaucoup les amis d’avoir partagé ! Ça bouge et c’est grâce à vous!», a fait savoir l’ex-champion de jet ski sur sa page Facebook.  

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

dimanche 14 mai 2017

Ration de combat : De nouvelles rasquettes pour les Forces Spéciales ?

Actuellement, la ration de combat individuelle réchauffable (RCIR, ou « rasquette ») se présente sous la forme d’une boîte rectangulaire pesant 1,5 à 1,8 kg, étanche grâce à un film de suremballage, rigide afin d’éviter qu’elle soit écrasée pendant le transport et « adaptée » au paquetage du combattant. Une autre contrainte est que les produits qu’elle contient puissent se conserver à des températures allant jusqu’à 55°c.

Au total, d’une valeur énergétique de 3.200 kcal (norme OTAN, ces rasquettes se déclinent selon 14 menus dont 7 sans porc et 4 pouvant être consommés froids. Un boîte doit en effet contenir un petit-déjeuner, un hors-d’oeuvre, une soupe et deux plats cuisinés. À cela, il faut ajouter des biscuits de campagne (salés et sucrés) des confiseries (chocolat, nougat ou pâte de fruit, caramels, chewing-gum) ainsi que des boissons (thé, café). 

Si ces rations de combat sont adaptées aux troupes dites « conventionnelles », elles ne le sont pas forcément pour les forces spéciales, qui ont des besoins particuliers. D’où l’étude actuellement menée par le Commissariat des Armées.

« Ces recherches visent à proposer un produit complémentaire aux rations actuellement distribuées, mieux adapté et plus modulable aux troupes en actions, en s’inspirant du concept américain des ‘First Strike Rations’ (haut pouvoir énergétique et consommation en situation de mobilité) », explique en effet le Commissariat des armées.

L’idée est donc de développer des « rasquettes » à la fois plus légères et plus rapides à préparer, tout en veillant à préserver ce qui en fait une singularité française (à en croire les armées étrangères), c’est à dire leurs qualités gustatives.

Un prototype est actuellement testé par des détachements de forces spéciales actuellement déployés sur un théâtre extérieur. D’une valeur énergétique de 3.900 kcal, il contient des barres énergétiques, des sachets de produits riches en protéines, des jus de fruits enrichis en vitamine C et des sandwiches longue conservation à base de pain complet. « Les premiers retours sont extrêmement positifs », assure le Commissariat des Armées.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

samedi 22 avril 2017

Armement Etats Unis versus Russie : MOAB et FOAB, la Mère et le Père de toutes les Bombes ...

Les forces américaines en Afghanistan ont largué la plus puissante arme américaine non-nucléaire sur les positions de Daesh à la frontière de l'Afghanistan et du Pakistan.
Qu’a-t-elle de particulier ?

Ce que nous apprend son nom

L’appellation officielle de l'arme est : «Bombe à effet de souffle d'artillerie lourde». L'acronyme MOAB a également été interprété comme "Mother off all Bombs", la «Mère de toutes les bombes». Ce surnom fait peut-être aussi référence à une menace du président irakien Saddam Hussein qui évoquait la «mère de toutes les batailles» au sujet du Koweït en 1991.

4 ans et descendante de la Daisy Cutter du Vietnam

L'arme a d'abord été testée en mars 2003, précisément avant l'invasion américaine de l'Irak. La MOAB est la descendante du BLU-82B «Daisy Cutter», une bombe de l'ère du Vietnam qui pesait 6 800 kg et était utilisée pour détruire jungles et champs de mines. Elle avait été utilisée avec un effet dévastateur contre les troupes irakiennes en 1991. Les derniers exemplaires des 225 BLU-82 ont été utilisés vers 2008 puis officiellement remplacés par la MOAB.

C'est énorme !

La MOB de GBU-43/B est le «monster truck d'artillerie américaine», a écrit en 2003 Gary Brecher, chroniqueur qui se qualifie de «nerf de guerre». La MOAB pèse un peu plus de 10 tonnes et est l’arme non-nucléaire la plus puissante dans l'arsenal des Etats-Unis.

Il est rempli d'explosif H6, environ 1,35 fois plus puissant que le TNT pur pour un rendement de 11 tonnes sur un rayon de 1,6 kilomètre. La bombe elle-même mesure près de dix mètres de long, fait plus d'un mètre de diamètre et peut être uniquement larguée depuis des avions de transport C-130 spécialement modifiés.

L'effroi

La fonction de la MOAB est principalement de provoquer «choc et stupeur» : il s'agit d'une arme explosive, créant une pression destinée à faire s'effondrer tunnels et bunkers et effacer tout membre du personnel ennemi se trouvant dans le rayon de l'explosion.

6 millions de dollars par pièce

La MOAB a été construite par la société Dynetics, basée en Alabama. Le Pentagone n'a commandé que 20 bombes, coûtant 16 millions de dollars chacune. L'ensemble du programme coûte quelque 314 millions de dollars.

... Et il y a un papa russe !

Après les tests de la MOAB par les Etats-Unis en 2003, la Russie a développé sa propre arme thermobarique, surnommée FOAB «Le père de toutes les bombes» et l'a testé en 2007. 

La bombe thermobarique, «Père de toutes les bombes» (FOAB), a été développée en Russie en 2007 et dépasse son adversaire américain, la bombe à effet de souffle d'artillerie lourde GBU-43/B («Mère de toutes les bombes»), en puissance et en efficacité.

L'explosion de la MOAB - «mère de toutes les bombes» - lors d'un essai L'usage limité de la «mère des bombes» américaine : quelle est la vraie force de la MOAB ? 

La puissance développée par l'explosion de la bombe russe est de 44 tonnes de TNT, en comparaison aux 11 tonnes de la bombe américaine. L'engin russe est en outre moins lourd que son rival américain, il pèse en effet 1 tonne de moins (7,1 contre 8,2).

Les plus importants dégâts que cette bombe génère sont causés par son onde expansive et des températures extrêmement hautes, qui brûlent tout ce qu’elles rencontrent. Les bombes thermobariques diffèrent des armes conventionnelles en utilisant l’oxygène présent dans l’air. Cela en fait des engins plus puissants mais aussi plus difficiles à contrôler.

Suite à son essai en 2007, dont l'endroit n’a pas été révélé, la zone de l'impact a été entièrement brûlée, la faisant ressembler à «la surface de la lune». L'adjoint au chef d'état-major général des forces armées russes, Alexandre Roukchine, avait déclaré à l’époque : «Son efficacité et sa capacité sont comparables à celles des armes nucléaires. En même temps, l’utilisation de cet arme n’endommage pas et ne pollue pas l’environnement comme le fait une arme nucléaire.»

Sources : REUTERS et AFP


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

- page 1 de 11