De retour de Wiesbaden, le chef des forces terrestres italiennes testé positif au coronavirus...

Selon les derniers chiffres de l’Organisation mondiale de la santé [OMS], l’Italie est devenue le second pays le plus touché par l’épidémie de coronavirus Covid-19 après la Chine, avec 366 morts [soit 133 de plus que la veille] et 7.357 cas constatés [dont 622 patients considérés comme guéris].

Face à cette situation, le gouvernement italien a pris des mesures drastiques, en décidant notamment de placer en quarantaine, jusqu’au 3 avril 2020, un quart de la population, soit plus de 16 millions de personnes habitant dans des régions représentant plus de 50% du PIB du pays.

Concrètement, le décret publié par Rome appelle ces 16 millions de personnes à « éviter absolument tout déplacement à l’intérieur et à l’extérieur des territoires concernés, sauf pour les déplacements motivés par des besoins professionnels ne pouvant être reportés ou des situations d’urgence liées à des raisons de santé.

« Les forces de l’ordre seront en droit de demander des justifications aux citoyens qui se déplacent sur les territoires concernés par les nouvelles règles de confinement du coronavirus » a prévenu Giuseppe Conte, le président du Conseil italien. Les contrevenants s’exposent désormais à une amende de 206 euros et jusqu’à 3 mois de prison.

Alors que ces mesures entraient en vigueur, le général Salvatore Farina, le chef d’état-major de l’Esercito Italiano, c’est à dire des forces terrestres italiennes, a indiqué qu’il venait d’être contrôlé positif au coronavirus Covid-19.

« Aujourd’hui, j’ai fait le test et il est revenu positif. Je vais bien. Je reste isolé dans la résidence, dans le respect des directives émises par les autorités gouvernementales et des protocoles sanitaires, sur lesquels nous procédons à la vérification des contacts que j’ai eus ces derniers jours », a fait savoir le général Farina, via un communiqué envoyé à l’agence de presse Ansa.

« Je continuerai à exercer mes fonctions et serai remplacé, pour les activités auxquelles je ne pourrai pas participer, par le général Bonato. Je salue chaleureusement et remercie du fond du cœur les hommes et les femmes de l’armée qui travaillent pour faire face à cette urgence dans les secteurs opérationnel, logistique et de la santé », a-t-il conclu.

Seulement, avant de subir ce test de contrôle, le général Farina avait participé à une réunion de l’Otan à Wiesbaden [Allemagne] pour évoquer les importantes manoeuvres Defender Europe 2020, dont la tenue paraît de plus en plus incertaine.

Or, l’état-major danois a fait savoir, ce 9 mars, que deux officiers ayant participé à cette réunion ont également été contrôlés positifs au Covid-19, dont le général Michael Anker Lollesgaard, le chef des forces terrestres et un officier du service des communications du commandement de la défense. Les deux hommes ont été mis en quarantaine.

« Ils ont participé à une réunion vendredi au quartier général américain à Wiesbaden, en Allemagne, où se trouvaient des représentants d’un grand nombre d’autres pays de l’Otan. Le commandant de l’armée italienne y a participé et a été par la suite testé positif au covid-19 », a expliqué l’état-major danois.

Selon l’US Army en Europe, « vingt-quatre hauts responsables de l’Otan » ont participé à cette réunion organisée à Wiesbaden. Pour le moment, seul l’état-major danois a évoqué la contamination de ses représentants.

Par ailleurs, le coronavirus Covid-19 complique les mouvements de troupes. Après que l’ONU a demandé à 9 pays de reporter les relèves de leurs Casques bleus, l’US Army a ordonner à ses soldats de ne pas se déplacer vers et depuis la Corée du Sud. Cela vaut aussi pour les familles.

« L’ordre, qui sera en vigueur jusqu’au 6 mai ou jusqu’à nouvel avis, s’applique actuellement uniquement aux soldats du 8e corps d’armée qui font l’objet d’une nouvelle affectation permanente ou suivent une formation militaire professionnelle aux États-Unis », ont précisé les Forces américaines en Corée du Sud [USFK].

En outre, invitée à participer à l’exercice norvégien Cold Response 2020, qui doit commencer, sur le terrain, le 12 mars prochain, la Finlande a finalement décidé de passer son tour.

« L’exercice [Cold Response 2020] a été adapté à la nouvelle situation et les forces armées norvégiennes évaluent en permanence les mesures à prendre pour éviter la propagation du virus à ses employés ainsi qu’à la population locale », a fait valoir l’état-major norvégien, qui a été obligé de mettre la caserne de Skjold en quarantaine, après qu’un soldat a été testé positif.

Source : ZONE MILITAIRE

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.