Selon une étude publiée par le Stockholm International Peace Research Institute [SIPRI] en avril 2019, les dépenses militaires à l’échelle de la planète avaient de nouveau augmenté en 2018, avec une hausse de de +2,3%, pour atteindre 1.822 milliards de dollars, soit 2,1% du produit intérieur brut [PIB] mondial.

Le Sipri n’a pas encore évalué le niveau de ces dépenses militaires mondiales pour l’année 2019. En revanche, ce 9 mars 2020, il a publié une étude sur les « transferts internationaux d’armes majeurs au cours de la période 2015-19 » [.pdf]. Et il apparaît que ces derniers ont progressé de 5,5% par rapport à 2010-14.

Pour l’institut suédois, comparer deux périodes de cinq ans permet d’établir de grandes tendances, sachant que les exportations de matériels militaires peuvent fluctuer d’une année sur l’autre. Et l’étude qu’il vient donc de diffuser montre que deux pays ont su, mieux que d’autres, répondre à la demande liée à la hausse des dépenses militaires mondiales constatée depuis quelque temps.

En effet, les États-Unis ont encore augmenté leurs parts de marché durant ces cinq dernières années, en les portant à 36%. Et de manière significative puisque leurs exportations d’armes majeures ont augmenté 23% entre 2010-14 et 2015-19.

« Sur la période 2015-19, les exportations d’armes des États-Unis sont supérieures de 76 % à celles du deuxième exportateur d’armes au monde, la Russie. Les États-Unis ont transféré des armes majeures à un total de 96 pays », note le SIPRI.

L’Arabie Saoudite, premier importateur mondial d’armes sur la période 2015-19, durant laquelle ses importations ont augmenté de 130%, est pour beaucoup dans ce résultat. « Au cours des cinq dernières années, la moitié des exportations d’armes américaines est destinée au Moyen-Orient, et la moitié de celles-ci à l’Arabie saoudite », souligne en effet Pieter D. Wezeman, chercheur principal au SIPRI. De même que les ventes de F-35 [voire de F-16] car, ajoute-t-il, « la demande en avions militaires avancés américains a augmenté, en particulier en Europe, en Australie, au Japon et à Taïwan. »

La France, et ce n’est pas une surprise au regard des contrats remportés par ses industriels de l’armement au cours de ces cinq dernières années, a vu ses exportations progresser de 72% par rapport à la période 2010-2014. Jamais elles n’avaient atteint un tel niveau depuis 1990, selon le SIPRI.

Les commandes passées par l’Égypte, le Qatar et l’Inde expliquent en partie cette évolution, qui permet à la France de rester le troisième exportateur mondial d’armement devant… l’Allemagne qui, pourtant, assure appliquer une politique très restrictive en la matière… au point de susciter des tensions avec ses partenaires européens. Avec 5,8% de parts de marché, l’industrie allemande de l’armement a vu ses ventes progresser de 17% sur la période 2015- 2019.

Si les exportations d’armes françaises ont fortement augmenté durant ces cinq dernières années, ce n’est rien comparé à celles de la Corée du Sud, qui a vu les siennes bondir de 143% [soit 2,1% de parts de marché]. Enfin, grâce en particulier à l’Inde, les exportations d’armes israéliennes ont aussi progressé significativement [+77%] pour atteindre, selon le SIPRI. « leur niveau le plus élevé jamais enregistré. »

En revanche, d’autres pays ont vu leurs exportations diminuer, parfois fortement sur la période 2015-2019. Tel est le cas de la Russie, qui, si elle reste le second exportateur mondial d’armes, avec 21% de parts de marché, a vu ses ventes diminuer de 18% par rapport à 2010-2014.

« La Russie a perdu de son influence en Inde – principal destinataire de longue date d’armes majeures russes – ce qui a entraîné une forte diminution des exportations d’armes. Cette baisse n’a pas été compensée par l’augmentation des exportations d’armes russes vers l’Égypte et l’Irak en 2015-19 », explique Alexandra Kuimova, chercheuse au SIPRI. Sans doute que les sanctions décidées à son endroit après l’annexion de la Crimée ont également eu une influence sur ce résultat.

À noter que, dans le même temps, les exportations ukrainiennes d’armes ont lourdement chuté [-63%], au point de reléguer l’Ukraine à la 12e place du classement établi par le Sipri, avec 1% de parts de marché [contre 2,8% sur la période 2010-2014]. L’industrie britannique de l’armement a aussi connu un passage à vide, ses ventes ayant baissé de 15%. Aussi, le Royaume-Uni se fait-il désormais distancer par la… Chine qui, au cours de ces cinq dernières années, a eu pour principaux clients le Pakistan, le Bangladesh et l’Algérie.

Pour rappel, selon une précédente étude du SIPRI, la Chine serait devenue le second producteur mondial d’armement. Mais sa production est prioritairement destinées à ses propres forces armées.

Source : ZONE MILITAIRE - Photo : Dassault Aviation - Une sélection PC

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.


* * *