Lors de son dernier passage devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, le Délégué général pour l’armement [DGA], Joël Barre, avait indiqué que le choix concernant le remplaçant   du Fusil à Répétition modèle F2 [FR-F2], actuellement en dotation au sein de l’armée de Terre, serait fait d’ici la fin de cette année.

« Le dépouillement des offres est en cours, avec les essais d’expérimentation nécessaires pour préparer les différentes offres. La phase d’évaluation se poursuit donc, notamment à Bourges », avait en effet déclaré M. Barre, en octobre 2019. Mais il n’en avait pas souhaité en dire plus. « La confidentialité de cette compétition ne me permet pas de vous répondre de manière trop précise », avait-il dit, alors qu’il était interrogé au sujet des prétendants à cet « appel public à la concurrence », lancé en août 2018.

Pour rappel, cette procédure doit permettre de doter l’armée de Terre de 2.600 « Fusils de précision semi-automatique » [FPSA], 1.800 lunettes de visée à intensification de lumière, 1.000 dispositifs d’imagerie thermique et 6,3 millions de munitions de 7,62×51 mm perforantes et de précision.

Peu après son lancement, cet appel d’offres n’avait pas échappé à la polémique, en raison des conditions qui avaient été imposées pour prétendre à y participer.

En effet, la Direction générale de l’armement [DGA] voulant s’assurer de la solidité financière des éventuels prétendants, il fallait avoir réalisé un chiffre d’affaires annuel égal ou supérieur à 50 millions d’euros pour espérer faire acte de candidature. Ce qui, au premier abord, excluait l’armurier français Verney-Carron, qui souhaitait proposer le fusil VDC-10, dérivé de l’AR-10 produit aux États-Unis. Toutefois, il n’était pas interdit de s’associer avec un autre opérateur économique pour participer à cette procédure.

Le fusil HK-417 de l’armurier allemand Heckler & Koch étant déjà en dotation dans certaines unités de l’armée de Terre, on pensait alors qu’il allait être le grand favori de cette compétition. Mais, a priori, le FPSA devrait être d’origine belge.

Depuis quelques semaines,  des bruits de coursive indiquent en effet que ce serait le belge FN Herstal qui aurait été choisi pour fournir ces fusils de précision à l’armée de Terre. Bruits qui n’ont, pour le moment, été ni démentis, ni confirmés par la DGA.

Reste que, selon des informations livrées par quotidien belge L’Echo, FN Herstal aurait bel et bien remporté ce marché, en association avec l’entreprise flamande OIP Sensor Systems, appelée à fournir les systèmes d’optique et de visée définis dans l’appel d’offres de la DGA.

« L’armurier wallon a proposé aux militaires français le SCAR-H PR [Precision Rifle], une version spécialisée et plus puissante [d’un calibre supérieur] du fusil d’assaut SCAR qui équipe notamment l’armée belge », indique en effet l’Echo. Si le montant d’un contrat n’a pas été communiqué, le quotidien belge précise qu’une telle arme coûte 5.000 à 6.000 euros.

Selon TR Équipement, le SCAR-H PR est muni d’un canon de 20 pouces de longueur ainsi qu’un rail Picatinny supérieur permettant d’installer une lunette de visée et une lunette thermique. D’une masse à vide de 4,5kg, cette arme « possède une détente à double bossette type match et des éléments de visée prévus pour tirer jusqu’à 600m. »

Pour FN Herstal, ce marché est le second remporté en France, après celui visant à fournir des tourelleaux T2 au programme Leclerc XLR. Sans doute que le rapprochement entre Paris et Bruxelles dans l’armement terrestre, via le Partenariat stratégique franco-belge CaMo, a joué dans cette décision.

Quoi qu’il en soit, le marché des FPSA sonne un peu comme une revanche pour FN Herstal, qui avait eu du mal à digérer le choix fait en faveur du HK-416 de l’allemand Heckler & Koch pour remplacer le FAMAS des militaires français.

Source : ZONE MILITAIRE - Photo : Le SCAR-H PR de HERSTAL


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.


* * *