Devant se tenir le 16 décembre 2019 à Pau, à l’initiative du président Macron qui souhaitait obtenir des « clarifications » de la part de ses homologues du G5 Sahel [Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina-Faso] pour décider du maintien ou non des forces françaises dans la bande sahélo-saharienne [BSS], le sommet de Pau a finalement été reporté au début de l’année prochaine.

En effet, le chef de l’Élysée a pris cette décision en accord avec Mahamadou Issoufou, le président nigérien, après une nouvelle attaque jihadiste contre le camp militaire d’In-Atès [ou I-n-Atès], commise le 11 décembre 2019.

Situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Tongo Tongo, localité connue pour avoir le théâtre d’une embuscade ayant coûté la vie à quatre commandos des forces spéciales américaines en octobre 2017, le camp militaire d’In-Atès avait en effet déjà visé par une attaque « complexe » revendiquée par l’État islamique au grand Sahara [EIGS] en juillet dernier.

Selon le ministre nigérien de la Défense, cette attaque put être repoussée grâce à un appui aérien fourni par deux Mirage 2000 de la force Barkhane. Les assaillants s’étaient ensuite repliés vers le Mali voisin. Il avait ensuite été fait état de 18 tués et de 2 disparus parmi les forces armées nigériennes.

En septembre, Niamey avait accusé le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad [HCUA], une organisation malienne comptant d’anciens membres du groupe jihadiste Ansar Dine sans ses rangs, d’avoir été complice des assaillants d’In-Atès.

Plus de cinq mois après la première attaque, le camp d’In-Atès a donc été une nouvelle fois visé. Et, apparemment, l’assaut livré par les jihadistes a été d’une ampleur jusqu’alors jamais vue, le ministère nigérien de la Défense ayant estimé le nombre d’assaillants à « plusieurs centaines ».

Selon la même source, les combats, « d’une rare violence combinant des tirs d’artillerie et l’emploi de véhicules kamikazes par l’ennemi », ont duré trois heures. « Malheureusement, on déplore le bilan suivant : 71 militaires tués, 12 blessés, des portés disparus, et un nombre important de terroristes neutralisés », a-t-elle précisé. Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière subie par les forces nigériennes depuis 2015.

D’après une source sécuritaire, les jihadistes ont « pilonné le camp avec des obus » et beaucoup de soldats ont été tués « dans des explosions de dépôts de munitions et de carburant. »

Le camp aurait été encerclé par les terroristes. Puis ces derniers, visiblement très bien renseignés, ont d’abord visé l’armurerie et le centre de transmission, ce qui a privé les soldats nigériens de munitions et de communication vers l’extérieur pour demander des renforts. L’alerte a pu être donnée, explique RFI, par un véhicule de liaison ayant réussi à rejoindre le poste militaire d’Ayorou, situé à 80 km plus loin.

Le mode opératoire n’est pas sans rappeler celui qu’avait suivi l’État islamique [EI ou Daesh] pour s’emparer de bases de l’armée syrienne en 2014.

Au regard de l’importance des moyens mis en oeuvre par les assaillants, il est possible que cette attaque ait été menée par plusieurs organisations jihadistes. L’hypothèse d’une alliance de circonstance entre le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM] et l’EIGS n’est pas à écarter, d’autant que ces deux formations ont déjà uni leurs forces pour commettre au moins trois attaques par le passé.

Une autre hypothèse serait que l’EIGS a été renforcé par la « Province d’Afrique de l’Ouest de l’État islamique » [ISWAP], issu du groupe jihadiste nigérian Boko Haram. L’équipe d’appui analytique et de surveillance des sanctions des Nations unies sur la mouvance jihadiste avait évoqué l’éventualité d’un rapprochement opérationnel entre ces deux groupes dans son dernier rapport.

« Il est possible que l’État islamique du Grand Sahara et le groupe ‘Province d’Afrique de l’Ouest de l’État islamique’ aient coopéré dans l’attaque des forces nigériennes commise à Tongo Tongo en mai 2019 et qu’ils soient en train d’établir une base de soutien logistique dans la ville de Sokoto, au Nigéria », lit-on dans ce document, rendu public en juillet.

Qui plus est, au fil de ses attaques contre les forces nigérianes et camerounaises, l’ISWAP, qui compterait jusqu’à 5.000 combattants, s’est procuré un arsenal significatif, dont, par exemple, des pièces d’artillerie légères montées sur des pick-up.

Quoi qu’il en soit, ce n’est évidemment pas un hasard si le camp d’In-Atès a été une nouvelle fois attaqué… Situé près de la réserve d’Ansongo, où sont établis de nombreux jihadistes, et, surtout, de carrefours de routes empruntés pour les trafics.

Source : ZONE MILITAIRE

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *