Le 19 avril 1893, Ahmadou Tall, alors souverain de l’Empire Toucouleur, qui allait du Sénégal au Mali, fut défait à Bandiagara par les forces françaises alors commandées par le colonel Louis Archinard, qui, trois ans plus tard, sera promu général pour avoir conquis et pacifié le Soudan français.

À l’issue de cette bataille, ayant appartenu à Omar Saïdou Tall, dit El Hadji Omar, le père d’Ahmadou Tall, un sabre constitué d’une lame de fabrication française et d’un pommeau en forme de bec d’oiseau, fut saisi.

Calife de la confrérie Tijaniyya pour le Soudan, cet érudit musulman né au Sénégal avait décrété le « jihad » [guerre sainte] en 1850 et fondé l’Empire Toucouleur après avoir annexé le royaume Bambara du Kaarta ainsi que les territoires du Mandingue et du Bambouk. S’étant heurté aux troupes du général Louis Faidherbe, El Hadji Omar fut contraint de signer un traité de paix en 1860, avant de disparaître mystérieusement dans les montagnes de Bandiagara.

Depuis, le sabre d’El Hadji Omar fait partie des collections du Musée de l’Armée. Ou faisait partie… Car, le 17 novembre 2019, à l’occasion d’un déplacement au Sénégal pour un séminaire intergouvernemental et participer au Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, le premier ministre français, Édouard Philippe, l’a remis à Macky Sall, le président sénégalais.

« Nous sommes liés par l’histoire et ce lien prend un accent particulier aujourd’hui », a dit M. Phlippe, qui conserve dans son bureau, à Matignon, un sabre d’officier d’artillerie à cheval. « Le sabre qui nous réunit ici est infiniment plus prestigieux que celui que je possède, c’est celui d’un grand conquérant, celui d’un guide spirituel… le sabre d’un fondateur d’empire, l’empire Toucouleur qui comprenait la Guinée, le Mali, le Sénégal actuel, c’est le sabre d’un érudit », a-t-il continué. « C’est un amateur de sabres qui vous le dit : sa place est bel et bien ici, au cœur de l’ancien empire Toucouleur », a-t-il conclu.

Le sabre d’El Hadj Oumar Tall est un symbole de l’histoire du Sénégal et de ses pays voisins. Sa place est au Sénégal. Ce geste marque aussi la force de nos liens culturels et l’apport de l’Afrique à la culture universelle.

« Ce jour est historique. Voici que les descendants d’anciens belligérants se retrouvent et sympathisent comme pour signer définitivement la paix des braves », a répondu le président sénégalais.

Quoi qu’il en soit, cette visite à Dakar a également l’occasion de confirmer de signer des contrats. Dont un portant sur la commande de trois patrouilleurs hauturiers OPV58S proposés par Piriou, pour au moins 205 millions d’euros. Il est question également d’un achat de missiles anti-navires auprès de MBDA.

« Le Ministère des Forces Armées du Sénégal et le groupe PIRIOU, ont signé aujourd’hui, en présence du Président de la République du Sénégal et de la délégation ministérielle française, un contrat portant sur l’acquisition de trois patrouilleurs océaniques destinés à la Marine Nationale Sénégalaise. Dès la mise en vigueur de ce contrat, prévue début 2020, le groupe PIRIOU lancera le programme de construction de ces trois patrouilleurs, étalé sur une durée de 44 mois, suivi d’une période de soutien au Sénégal », a en effet annoncé le chantier naval installé à Concarneau.

Polyvalent, le patrouilleur hauturier OPV 58S affiche une longueur de 62 mètres. Présenté comme étant robuste et endurant, ce navire a été conçu pour des missions de surveillance, d’identification et d’intervention. « En complément de ses capacités de projection [embarcations commandos], il possède une capacité de dissuasion de premier rang grâce à ses systèmes d’armes de lutte anti-surface et de lutte anti-aérienne », explique Piriou.

Ces contrats s’inscrivent dans le cadre de l’effort que Dakar a lancé pour moderniser et renforcer ses forces armées, et en particulier sa marine militaire, qui doit désormais protéger les importants gisements gisements de gaz et de pétrole récemment découverts dans les eaux sénégalaises.

Et l’enjeu est de taille puisque les réserves sont estimée à trois milliards de barils de pétrole et à environ 450 milliards de mètres cubes pour le gaz. Leur exploitation devrait commencer entre 2021 et 2022.

Source : ZONE MILITAIRE


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *