Jusqu’en avril dernier, il fallait quatre ans pour former un pilote de chasse. Ainsi, à Salon de Provence, un jeune élève entamait son cursus par une Formation militaire initiale [FMI], suivie par une Formation militaire générale de l’officier [FMGO]. À l’issue, c’est à dire au bout d’environ un trimestre, il était initié aux rudiments de l’aéronautique au sein de l’Escadron d’instruction de vol à voile, pour un stage pouvant durer de 3 à 6 mois.

Puis, après un passage à l’Escadron d’instruction sol du personnel navigant [EISPN] pour acquérir les bases théoriques, l’élève pouvait commencer sa formation initiale en vol, à bord des Cirrus SR-20 des escadrons d’instruction en vol [EIV] 3/5 Comtat-Venaissin » et 2/93 « Cévennes ».

Ensuite, l’élève-pilote rejoignait l’École de pilotage de l’armée de l’Air implantée sur la base aérienne 709 de Cognac pour effectuer 45 missions [dont deux en solo] aux commandes d’un Grob 120. Cette phase permettait de déterminer son orientation, à savoir la chasse ou le transport.

En fonction du verdict, il poursuivait son parcours sur TB-30 Epsilon pendant 6 à 7 mois, avant de rejoindre l’École de l’Aviation de Chasse [EAC] à Tours où, il allait apprendre les rudiments de son futur métier sur un biréacteur, l’Alphajet en l’occurrence. Enfin, une fois « macaroné », il prenait la direction de Cazaux pour intégrer l’Escadron de transition opérationnelle [ETO], soit la dernière marche avant de rejoindre une unité opérationnelle.

Le projet FOMEDEC [Formation modernisée et entraînement différencié des équipages de chasse], pour lequel 17 turbopropulseurs de type Pilatus PC-21 ont été acquis, a revu ce cursus en fusionnant les phases de formation sur TB-30 Epsilon et Alphajet, l’objectif étant de gagner du temps [6 mois de formation] et de réaliser 100 millions d’euros d’économies par an. En outre, toute cette partie de l’instruction se fait une seule et même base, à savoir celle de Cognac.

C’est donc désormais ce cursus qui est en vigueur. Toutefois, l’aspirant pilote de chasse a encore à faire ses preuves aux commandes d’un Alphajet puisque la transition opérationnelle se fait toujours à Cazaux.

Lors de sa dernière audition à l’Assemblée nationale, le général Philippe Lavigne, le chef d’état-major de l’armée de l’Air [CEMAA] a rapidement évoqué le projet « MENTOR », dont l’objectif serait de réduire davantage le temps nécessaire pour former un pilote de chasse. Sans en donner le détail, il a indiqué aux députés que le cursus pourrait être réduit… d’un an.

Dans son rapport pour avis sur les crédits de l’armée de l’Air pour 2020, le députés Jean-Jacques Ferrara a livré quelques précisions sur ce projet « MENTOR ». Ainsi, l’École de transformation opérationnel de Cazaux s’effacerait au profit d’un renforcement de la base aérienne de Cognac. Et les Alphajet ne seraient pas remplacés.

Ce projet « consisterait à substituer à la phase 4, qui se déroule actuellement sur Alphajet à Cazaux, une phase complémentaire à Cognac. Une telle évolution suppose l’acquisition de huit PC-21 supplémentaires, déployés à Cognac, celle d’un simulateur complet supplémentaire et l’affectation d’un quatrième [escadron?] instructeur », indique le député.

Et d’ajouter : « Alors que la base aérienne de Cognac a déjà entrepris un vaste programme de travaux pour accompagner la montée en puissance de l’école de pilotage – le projet de loi de finances 2020 prévoit d’ailleurs les financements pour la construction d’un bâtiment supplémentaire – il sera essentiel de veiller à ce que les ressources suffisantes soient prévues pour poursuivre cette évolution. »

Par ailleurs, la phase élémentaire, qui se déroule actuellement à Salon-de-Provence, serait également revue en l’orientant « autour de trois axes de formation au pilotage : l’acquisition des bases, la voltige, le vol en formation », indique M. Ferrara. Cela permettrait de réduire sa durée, qui passerait de 33 mois avec 315 heures de vol à 24 mois, avec 275 heures de vol.

« Sa mise en œuvre passerait par le remplacement des Cirrus par un autre appareil plus moderne équipé d’un turbopropulseur », précise le député.

« Lors de son déplacement à Salon-de-Provence, le rapporteur pour avis a constaté que la base aérienne 701 était déjà en ‘ordre de bataille’ pour MENTOR. Il a aussi pu mesurer l’ampleur des travaux à conduire : hébergement des futurs élèves ou encore rénovation de l’infrastructure aéroportuaire », lit-on également dans le rapport du député.

Avec le projet « MENTOR », il n’y aura plus besoin que deux sites principaux pour la formation des pilotes de chasse : Salon-de-Provence pour la phase initiale et Cognac.

« Cette formation rénovée permettra de réduire de près de moitié le coût de formation d’un pilote de chasse, celui-ci passant de près de 700.000 euros à environ 400.000 euros. Surtout, elle permettrait de réduire d’un an la formation à l’horizon 2025 et de mieux répondre aux besoins des forces, les jeunes équipages étant formés sur un équipement présentant une avionique proche de celle de l’avion d’arme qu’ils auront à mettre en œuvre », fait valoir le rapporteur pour avis.

Une partie des économies viendrait du retrait des Alphajet, sachant que le coût d’une heure de vol effectuée avec cet appareil est de 7.800 euros… Soit 5 fois plus par rapport à un PC-21 [1.500 euros, ndlr].

Source : Zone Militaire - Opex360.com / Photo : © armée de l’Air

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *