« Fulgurance et actions dans la profondeur » sont au menu de l’exercice annuel de l’Aviation légère de l’armée de Terre.

Depuis 2017, la 4e brigade d’aérocombat [BAC] de l’Aviation légère de l’armée de Terre [ALAT]organise un exercice annuel de synthèse du Groupe d’adaptation à l’aérocombat [GAAC], appelé « Baccarat ». Ces manoeuvres visent à valider les savoir-faire acquis par les unités interarmes à l’issue d’une année d’entraînement en commun.

S’il est donc interarmes, l’exercice Baccarat a aussi une dimension interalliés dans la mesure où des hélicoptères britanniques et espagnols y participent. Pour l’édition 2019, des AW-159 « Wildcat », AH-64 Apache et CH-47 Chinook évolueront dans un vaste quadrilatère englobant les camps militaires de Champagne et les plaines d’Alsace.

Cette année, et comme le montre le visuel diffusé à l’occasion de cet exercice, le scénario de « combat de haute intensité » mettra l’accent sur la « fulgurance », la « puissance » et les « actions dans la profondeur ». Il s’agira de faire manœuvrer trois Groupements tactiques interarmes [GTIA], formés autour des 1er, 3e et 5e Régiment d’hélicoptères de combat [RHC] ainsi qu’un bataillon multinational sous commandement espagnol. Ce qui sera une nouveauté.

L’ALAT et les Fuerzas Aeromóviles del Ejército de Tierra [FAMET] ont formalisé un programme de partenariat en 2016. Programme qui prévoit donc une participation espagnole à l’exercice Baccarat, ainsi que des activités bilatérales, des échanges et des visites mutuelles.

Cela étant, comme les FAMET participent à l’exercice Baccarat avec des CH-47 Chinook, leur confier la tête d’un bataillon multinational illustre l’importance des hélicoptères lourds de transport dans l’aérocombat… De tels appareils font actuellement défaut aux forces françaises, lesquelles sont contraintes de se tourner vers des partenaires européens pour y remédier, comme c’est le cas au Mali.

Outre les unités de l’ALAT, la 13e Demi Brigade de Légion étrangère [DBLE], les groupements de commandos de la 11e Brigade Parachutiste [BP] et de la 27e Brigade d’Infanterie de Montagne [BIM] participeront à l’édition 2019 de l’exercice Baccarat. De même qu’un groupement renseignement multicapteurs, des unités d’artillerie, de génie et un détachement du 132e régiment d’infanterie cynotechnique [132e RIC].

L’exercice comprendra deux phases. La première, qui se terminera le 22 septembre 2019, prévoit des « manœuvres aéroterrestres en Champagne-Ardenne et dans la Meuse pour fixer et neutraliser l’ennemi. » Puis, la seconde, qui se déroulera jusqu’au 24 septembre, fera la part belle aux « manœuvres aéroterrestres de relève sur position, d’attaque et de contre-attaque ennemi en Moselle Est. »

« Un tel exercice qui regroupera une quarantaine d’hélicoptères (français, espagnols et britanniques), plus de 1500 participants de 21 unités différentes, des manœuvres et des séquences de tir denses, une FORAD [force adverse, ndlr] et des incidents réalistes constitue une occasion unique au bénéfice direct de la préparation opérationnelle de la BAC ainsi que des nombreuses unités présentes », résume l’armée de Terre.

Et d’ajouter : Baccarat « illustre parfaitement les conditions du combat d’aujourd’hui qui se fonde sur la combinaison et la coordination étroite de très nombreux intervenants, parfois des trois armées. Il permet dans ce cadre à l’état-major de la brigade, de poursuivre son entraînement et d’affirmer sa maîtrise du combat interarmes dans un cadre interarmées, voire multinational. »

Source : ZONE MILITAIRE - Photos : COM ALAT


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *