Subvention de 1,3 million d'euros du ministère des Armées... Pour quoi faire ?

C’est un oiseau ? C’est un avion ? Non, c’est Franky Zapata ! 

La référence à cette mythique réplique de Superman saute aux yeux à la vision du Français volant dans le ciel, le corps vissé sur son fameux Flyboard Air. Il s'illustra pour la première fois en 2016 : un trajet de 2 km près d’un port du Sud qui impressionna les badauds. Et puis il y a surtout eu cette démonstration franchement perturbante lors du dernier défilé militaire de la fête nationale du 14 Juillet 2019. 

En face de la tribune officielle, Zapata, fusil factice dans la main gauche, fend l’air avec une aisance remarquable, laissant des millions de Français bouche bée devant leurs écrans. Ce 4 août, il est entré dans l'histoire en traversant la Manche sur sa planche, en seulement vingt-deux minutes, à une vitesse de 160 km/h. 

Au passage, le « jouet » de Zapata réjouit bien évidemment nos imaginaires en offrant un cadre bien réel à plus de 50 ans de fantasmes de geeks fans de SF sur la vision d'un individu filant dans le vide juché sur une mini-plateforme volante. Ou à l'aide d'une improbable mécanique dorsale lui assurant, quoi qu'il en soit, la possibilité de se mouvoir en solo. 

... Pour développer des turboréacteurs !

Sur l'utilité du Fly Board le plan militaire, Franky Zapata répond aux questions :

Votre entreprise bénéficie depuis décembre 2018 d'une subvention de 1,3 million d'euros du ministère des Armées. Est-ce que ça vous a aidé à développer votre machine ?

Il y a une grosse confusion avec tout ça depuis quelques semaines. La subvention n’a pas du tout été donnée pour développer le Flyboard ; la subvention de l’armée a été donnée pour développer des turboréacteurs. Évidemment que si l’armée nous a donné une subvention pour améliorer l’état des mini turbopropulseurs, c’est qu’ils ont un intérêt pour le type de technologie qu’on développe mais pas pour le Flyboard tel qu’il est.

Le Flyboard n’est pas un produit utilisable par l’armée et le commun des mortels. On est en train de travailler avec les forces spéciales pour un produit qui s’appelle le EZ-Fly, qui est un hybride entre un Flyboarder et un Segway, avec des poignées pour se tenir, comme ça c’est plus facile à utiliser. Ils sont intéressés par d’autres produits comme les plateformes volantes pour la logistique et les voitures volantes. 

Source : Le Point - Photo Denis Charlet. AFP

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *