Commandée par le maréchal Haftar et relevant du gouvernement de Tobrouk qui tire sa légitimité des élections législatives de juin 2014, l’Armée nationale libyenne [ANL] a été [et reste] à la pointe du combat contre les groupes jihadistes présents dans l’est et le sud de la Libye, avec le soutien de l’Égypte et des Émirats arabes unis.

Or, début avril 2019, l’ANL a lancé une offensive en direction de Tripoli, où est installé le gouvernement d’unité nationale [GNA] de Fayez el-Sarraj, formé sous l’égide des Nations unies et reconnu [officiellement] par la communauté internationale. Plus encore, ce dernier est soutenu par la Turquie et le Qatar, ce qui pose la question de l’influence de la confrérie des Frères musulmans sur les milices qui le soutiennent.

Ces milices « sont plus ‘anti-Haftar’ que ‘pro-Sarraj' » et cela « pose au passage la question de l’ambiguïté qu’entretiennent certains groupes liés l’islamisme politique avec des groupes jihadistes », a récemment souligné, à ce propos, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, dans un entretien donné au Figaro.

Seulement, les troupes du maréchal Haftar peinent à atteindre leur objectif. Pire : elles ont même subi un important revers, le 26 juin, en perdant le contrôle de la ville de Gharyan, située à une centaine de kilomètres au sud de Tripoli.

Située en bordure du djebel Nefoussa, cette ville est un verrou stratégique sur la voie menant vers la capitale libyenne. D’ailleurs, l’ANL y avait installé son centre de commandement pour son offensive en direction Tripoli et elle utilisait l’aérodrome pour son ravitaillement.

Selon un porte-parole du GNA, Moustafa al-Mejii, cette prise de Gharyan a été soutenue par « huit raids aériens » et aidée par « une rébellion interne ». C’est à dire des « cellules dormantes ».

Suite à ce revers, et considérant que l’appui d’Ankara aux milices pro-GNA, via des livraisons de matériels militaires, a permis à ces dernières de s’emparer de Gharyan, le maréchal Haftar a résolument durci le ton. Ainsi, il a ordonné à ses troupes de s’attaquer aux navires et aux intérêts turcs et d’interdire tous les vols depuis et vers la Turquie.

Des « ordres ont été donnés aux forces aériennes pour prendre pour cible les navires et embarcations turcs dans les eaux territoriales libyennes », a en effet déclaré le général Ahmad al-Mesmari, le porte-parole de l’ANL.

« Les sites stratégiques turcs, les compagnies et les projets appartenant à l’Etat turc [en Libye] sont considérés comme des cibles légitimes par les forces armées », a continué le général al-Mesmari. « Tout ressortissant turc sur les territoires libyens sera arrêté » et « tous les vols depuis et vers la Turquie seront interdits », a-t-il aussi prévenu.

Le porte-parole de l’ANL a même sous-entendu que la Turquie était impliquée militairement aux côtés des milices pro-GNA étant donné qu’il a accusé Ankara d’intervenir « dans la bataille de façon directe : avec ses soldats, ses avions et ses navires par la mer. »

Il est vrai que les milices pro-GNA ont récemment reçu des véhicules blindés de type Kirpi [produits par le constructeur turc BMC], a priori arrivés à bord du cargo Amazon Giurgiulesti qui, battant pavillon moldave, venait s’assurer une liaison entre le port de Samsun [Turquie] et la Libye. Et cela, en totale violation de l’embargo sur les armes décrété par les Nations unies.

Cela étant, l’ANL bénéficie aussi d’une aide militaire directe et indirecte, notamment de la part des Émirats arabes unis, lesquels lui ont fourni des capacités aériennes.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *