En 1977, il fut décidé de regrouper le Centre d’instruction des formations vétérinaires de Compiègne, le 54e groupe vétérinaire de Tarbes et le 24e groupe vétérinaire de Suippes au sein d’une seule unité, en l’occurrence le 132e Groupement cynophile de l’armée de Terre [GCAT], par ailleurs héritier des traditions du 132e Régiment d’Infanterie [RI], qui s’illustra notamment durant les guerres de la Révolution et du Premier Empire ainsi que lors de la Première Guerre Mondiale.

Cette unité fut alors chargée de l’acquisition du « cheptel canin » au profit des trois forces armées et de la Gendarmerie. Mais, avec les besoins opérationnels allant crescendo, le 132e GCAT devint le 132e Bataillon cynophile de l’armée de Terre [BCAT]. Depuis, ce dernier est constamment sollicité pour les opérations extérieures  auxquelles il fournit des équipes spécialisées dans l’appui cynotechnique au combat débarqué, l’appui aux opérations spéciales [SCAOS], la sécurisation de sites et, enfin, la recherche et la détection d’explosifs, d’armement ou de stupéfiants.

ll en va de même pour les missions intérieures, comme Sentinelle. Là, le 132e BCAT déploie généralement des chiens détecteurs d’explosifs, afin de renforcer les dispositifs lors de grandes manifestations.

Actuellement,  implanté à Suippes, où il dispose du plus grand chenil d’Europe,  le 132e BCAT compte 600 militaires [et autant de chiens] répartis selon 5 compagnies [2 d’intervention, une de détection et recherche d’explosif, une de commandement et de logistique et une de réserve] et 40 équipes déployées hors du territoire métropolitain.

Or, le 1er juillet 2019, cette unité va à nouveau changer d’appellation pour devenir le 132e Régiment d’Infanterie Cynotechnique [RIC].

« Ce changement dans la continuité, qui ne modifie pas le fonctionnement de l’unité au quotidien, permet de donner au 132e RIC la reconnaissance qu’il mérite par son engagement opérationnel », explique en effet l’armée de Terre.

En outre, ajoute-t-elle, le 132e RIC « sera intégré dans le programme Scorpion avec l’arrivée du ‘SERVAL cyno’ un blindé dédié qui permettra au personnel d’être totalement intégré dans la manœuvre interarmes. »

Pour rappel, le « Serval » est un véhicule blindé multi-rôle léger [VMBR-L] de 15 tonnes dont la conception a été confiée à Nexter et à Texelis. Disposant des mêmes équipements que les autres véhicules du programme SCORPION [électronique, détecteurs de menaces, mitrailleuse télé-opérée et, évidemment le système d’information du combat – SICS], il pourra transporter jusqu’à 10 soldats dotés du système FELIN [Fantassin à Équipements et Liaisons Intégrés]. Selon la Loi de programmation militaire, 489 exemplaires – sur 978 – devront avoir été livrés à l’armée de Terre d’ici 2025.

Source : Zone Militaire - Photo : armée de Terre


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *