« Le moment est venu d’étendre nos efforts » au centre du Mali, a récemment affirmé le général Frédéric Blachon, le commandant de la force Barkhane, pour expliquer l’implantation d’une base opérationnelle avancée tactique [BOAT] française à Gossi, dans la région du Gourma.

Et pour cause… Dans le dernier rapport qu’il a remis au Conseil de sécurité, fin mars, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, se dit « particulièrement préoccupé par les conditions de sécurité qui continuent de se détériorer dans le centre du Mali et par l’augmentation alarmante du nombre de civils tués. »

Et M. Guterres d’ajouter : « La présence croissante et les attaques de plus en plus nombreuses des groupes armés extrémistes, la montée de la violence de proximité et la multiplication des groupes d’autodéfense affiliés à différentes communautés créent une situation explosive dont les civils sont les principales victimes. »

En outre, a continué le secrétaire général de l’ONU, « la violence a atteint des niveaux sans précédent qui dépassent largement la capacité des mécanismes séculaires de règlement des différends. »

Ainsi, le rapport souligne que c’est dans le centre du Mali que « le nombre le plus élevé d’attaques asymétriques a été enregistré », avec 28 constatées dans la région de Mopti et 4 dans celle de Ségou. Et la « fréquence des incidents » liés à la pose d’engins explosifs improvisés [IED] a été multipliée par trois, « passant de 29 en 2017 à 97 en 2018. »

S’agissant des civils, le rapport note qu’ils ont "continué d’être victimes de violences ciblées et indirectes, en particulier dans le centre du pays, où les activités de groupes extrémistes violents et l’intensification des violences intercommunautaires constituent les deux principales menaces pesant sur les populations".

Or, les groupes jihadistes, comme, en particulier, la katiba Macina, attisent ces violences inter-ethniques entre les Peuls d’un côté et les Dogons et les Bambaras de l’autre. Fin mars, alors que M. Guterres remettait son rapport, près de 160 membres de la communauté Peule ont été massacrés à Ogossagou [région de Mopti] par des chasseurs traditionnels Dozos présumés. Aussi, la diplomatie américaine a rappelé que la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA] avait aussi « la responsabilité de la protection des civils dans tout le Mali et pas seulement dans le nord. » D’où sa demande d’options pour l’adapter à cette situation, dans le cadre du renouvellement de son mandat.

Ces tensions inter-ethniques servent les plans Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM], dont fait partie la katiba Macina. Ainsi, cette organisation s’est présentée comme le « rempart » des Peuls tout en les appelant au jihad, via un communiqué signalé par SITE, le centre américain qui surveille les sites jihadistes.

Qui plus est, rapporte Le Républicain, un quotidien publié à Bamako et cité dans le dernier numéro de Courrier International, « les jihadistes sont aujourd’hui les seuls maîtres dans le centre du Mali. Au-delà des attaques, des pillages systématiques, les terroristes ont imposé leur mode de gouvernance aux populations. Et d’ajouter, citant un habitant : « Les jihadistes ont commencé à prélever l’impôt dans le village de Sogué Mourani, dans le cercle de Djenné. […] C’est comme si l’État malien n’avait plus de représentants dans la région, laissant ainsi la population à leur propre sort. »

Signe de cette influence jihadiste : le nombre d’écoles qui n’accueillent plus d’enfants. Selon le rapport de M. Guterres, 827 sont en effet encore fermées, « dont 513 à Mopti, 77 à Tombouctou, 74 à Gao, 77 à Ménaka, 36 à Kidal, 30 à Ségou et 20 à Koulikoro. » Et cela, à cause de « l’insécurité » et des « menaces directes proférées par des groupes extrémistes armés qui imposent des pratiques religieuses, entraînant le retrait des enseignants et compromettant ainsi l’accès des enfants à l’éducation. »

Le fait que 20 écoles aient été fermées à Koulikoro, ville située à 1h/1h30 de route de Bamako, est inquiétant. D’ailleurs, le rapport indique également que la sécurité tend à s’y détériorer, avec, au cours du premier trimestre, quatre attaques menées par les groupes terroristes, dont une, « complexe », contre le camp qui abrite l’EUTM Mali, la mission européenne visant à former les soldats maliens.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *