États-Unis : les armes en 3D au cœur d'une bataille judiciaire

Plusieurs États et la capitale fédérale ont obtenu d'un tribunal de Seattle la mise en ligne de plans numériques permettant de fabriquer des armes 3D.

Le débat sur les armes a rebondi ces dernières heures aux États-Unis, de manière spectaculaire et inattendue. Car les discussions concernent un type d'armes nouveau, les armes imprimées en 3D. L'affaire, dans lequel est intervenu Donald Trump mardi, pourrait aller jusqu'à la Cour suprême.

Cody Wilson, apôtre de "l'âge des armes téléchargeables"

"Des armes à feu imprimées en 3D". C'est sous ce titre mettant en avant la performance technologique qu'Europe1.fr a parlé pour la première fois, en mars 2013, de Cody Wilson. Cet ancien étudiant en droit, qui se définit comme un libertarien ou un "crypto-anarchiste", a été le premier à mettre au point une arme entièrement créée à partir d'une imprimante 3D, "le Liberator", une arme fonctionnant avec une seule balle. Ces schémas ont été téléchargés 100.000 fois avant que la police fédérale ne mette fin à leur libre accès.

Mais, fin juin, après une longue bataille judiciaire, le gouvernement fédéral a autorisé à nouveau Defense Distributed, la société créée par Cody Wilson, à mettre en ligne ces schémas numériques permettant de fabriquer chez soi une arme à partir d'une imprimante 3D. L'objet est en plastique mais fonctionne comme une arme bien réelle. Il est potentiellement intraçable et indétectable par les détecteurs de métaux. "L'âge des armes téléchargeables commence réellement", promet le site du groupe. La mise en ligne des programmes d'instruction pour construire ces armes 3D devait officiellement intervenir ce mercredi, mais elle a été retoquée par la justice.

Plusieurs États et la capitale fédérale saisissent la justice

Cette nouvelle façon de fabriquer des armes chez soi et sans aucun contrôle, grâce des imprimantes 3D disponibles dans le commerce, a ému une partie de la classe politique américaine et fait bondir les militants appelant à un contrôle plus strict du port d'armes. Les fusillades, notamment dans les écoles, endeuillent régulièrement les familles américaines. "Cela met des armes entre les mains de terroristes, criminels et d'autres qui ne devraient pas y avoir accès", s'est exclamé sur Twitter le mouvement "March For Our Lives" (Marchons pour nos vies), composé de lycéens de Parkland, en Floride, rescapés de la fusillade commise dans leur établissement le 14 février dernier.

Une dizaine de procureurs d'États américains démocrates, se faisant l'écho de l'indignation montant dans le pays, avaient saisi la justice lundi, en l'occurrence un tribunal de Seattle, dans l'État de Washington, pour empêcher la publication de ces manuels. "Il est simplement fou de donner aux criminels les outils pour imprimer en 3D des armes intraçables et indétectables rien qu'en appuyant sur un bouton", s'est ainsi insurgée Barbara Underwood, procureure de l'État de New York. Une vingtaine de procureurs d'État avaient également écrit lundi au ministre de la Justice, Jeff Sessions, et au secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, pour dénoncer l'accord passé entre l'administration Trump et Defense Distributed. Un accord "profondément dangereux qui pourrait avoir un impact sans précédent sur la sécurité publique", selon eux.

30.000 morts par an par armes à feu. Les États-Unis, où environ 30.000 personnes meurent par an à cause d'armes à feu, sont déjà profondément divisés sur la question du contrôle des armes personnelles, notamment à cause des nombreuses fusillades de masse, souvent perpétrées avec des armes achetées légalement.

Saisi lundi en urgence, le tribunal fédéral de Seattle a fait droit à la demande des procureurs de huit États américains en tout et de la capitale fédérale Washington, qui voulaient empêcher l'accès à ces plans. Le magistrat Robert Lasnik a indiqué qu'il examinerait le dossier sur le fond lors d'une nouvelle audience le 10 août. Le groupe visé par les procureurs, Defense Distributed, semble toutefois avoir pris tout le monde de court : Cody Wilson a en effet déclaré qu'il avait déjà publié les plans sur Internet dès le 27 juillet. Et, selon la revue Wired auquel le jeune entrepreneur, âgé de 30 ans, s'est confié, ils ont déjà été "téléchargés des milliers de fois"…

Donald Trump et la position délicate de la NRA

Dans un tweet publié mardi, Donald Trump lui-même a semblé s'opposer à ce nouveau moyen de s'armer. "Je me penche sur cette affaire d'armes en plastique en 3D vendues au grand public. J'ai déjà parlé à la NRA (National rifle association, ndlr), cela ne semble pas faire grand sens", a-t-il indiqué.

Surprenant ? Pas tellement, car s'il en réfère souvent au deuxième amendement, référence absolue des lobbys pro-armes, Trump est également très proche de la NRA qui, elle, ne s'était pas encore exprimée sur le sujet mercredi mais qui ne devrait pas voir d'un très bon œil l'arrivée d'un tel concurrent, anarchiste qui plus est…

"Interdits depuis 30 ans". Mardi, un porte-parole de la Maison-Blanche a affirmé qu'il était "actuellement illégal de posséder ou de fabriquer une arme à feu en plastique quelle qu'elle soit, y compris celles fabriquées par une imprimante 3D". "Nous allons continuer d'examiner toutes les options à notre disposition pour faire le nécessaire pour protéger les Américains tout en soutenant les premier et deuxième amendements" de la Constitution.

Chris W. Cox, un des dirigeants de la NRA, a rappelé que "les pistolets en plastique indétectables sont interdits depuis 30 ans" et que cette disposition avait le soutien de son organisation. Mais la position du lobby ultra-puissant à la pointe du combat contre toute régulation reste ambiguë. Dana Loesch, une de ses porte-parole, a tweeté son soutien à Cody Wilson et incité les internautes à financer la campagne lancée par Défense Distributed…

Cody Wilson prêt à aller jusqu'à la Cour suprême

Originaire de l'Arkansas et imprégné de la culture sudiste des armes, Cody Wilson entend faire de son projet Defense Distributed "un WikiLeaks des armes", a-t-il résumé au Washington Post. Mardi, il n'a pas accueilli la décision du tribunal de Seattle comme une défaite mais plutôt comme une nouvelle bataille à mener, lui qui se présente, à travers son projet, comme "un champion du deuxième amendement au 21ème siècle".

Source : Europe1.fr / Photo GETTY IMAGES

Ndlr : Encore peu efficaces et chères, certes... Mais demain ? La technologie avance très vite ! Qu'en sera-t-il de la détection par les portiques de sécurité actuel ?

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *