Malgré la présence de près de 13.000 Casques bleus de la MINUSCA [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafricaine, le contexte sécuritaire demeure tendu en Centrafrique.

Ainsi, le 10 avril 2018, et pour la première fois depuis 2016, une vingtaine de personnes ont été tuées lors d’affrontements entre une patrouille de la MINUSCA et une milice « d’autodéfense » autoproclamée au quartier musulman PK5 à Bangui.

Deux semaines plus tard, les Casques bleus ont été contraints d’intervenir pour arrêter la progression d’un nouveau groupe armé, appelé « Siriri », en direction de la localité de Gamboula, dans le sud-ouest du pays. Ce qui a donné lieu à de nouveaux combats ayant fait plusieurs morts parmi les rebelles.

Entre-temps, deux autres groupes armés issus de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, à savoir le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) et le Front Populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC, dirigé par Noureddine Adam), ont mis en place une « coordination militaire » n’excluant pas de « descendre sur Bangui » depuis Kaga-Bandoro, à 330 km au nord.

Une autre organisation, l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), pourrait se joindre à ce mouvement alors qu’il y a peu, son chef, Ali Darass, était encore en froid avec certains dirigeants de l’ex-Séléka. Ces différents groupes armés forment des alliances au gré de leurs intérêts et comptent mettre la main sur les ressources naturelles du pays, sur fond d’influences extérieures. Ainsi, le FPRC a été choisi par le groupe chinois Poly Technologies pour la protection des activités de prospection en hydrocarbures dans le nord-est de la République centrafricaine.

Mais un autre pays entend accroître son influence en Centrafrique. Alors que le président centrafricain, Faustin-Archange Touadera, a récemment réclamé un nouveau renforcement de la MINUSCA, il se murmure que la Russie serait prête à envoyer des Casques bleus à Bangui. Du moins, c’est qu’a assuré une source diplomatique à l’AFP, le 25 avril.

Cependant, cela fait déjà maintenant plusieurs semaines que la Russie a une présence « militaire » à Bangui… Tout a commencé en octobre 2017, lors d’une rencontre entre le président centrafricain et Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères. À l’issue, Moscou a demandé une dérogation à l’embargo sur les armes imposés à la Centrafrique auprès du Conseil de sécurité des Nations unies.

Et, après quelques tergiversations, dues à des réticences françaises [ex-puissance coloniale, la France avait lancé l’opération Sangaris en décembre 2013 pour éviter un massacre à Bangui], le feu vert a été donné à la Russie pour livrer aux forces armée centrafricaines (FACa) « 900 pistolets Makarov, 5.200 fusils d’assaut, 140 armes de précision, 840 fusils mitrailleurs, 270 lance-roquettes et 20 armes anti-aériennes ».

Ces armes ne sont pas arrivées seules à Bangui car elles ont été accompagnées par près de 200 instructeurs russes, dont on ignore exactement le statut officiel. Pour certains, ce seraient des mercenaires employés par les sociétés privées Sewa Security Services et Lobaye Ltd? Pour d’autres, ils feraient parties des Spetnasz, les forces spéciales russes. En tout cas, ces hommes à « l’allure militaire», ont pris possession du domaine de Bérengo (40 hectares), qui fut autrefois celui de l’empereur autoproclamé Bokassa.

Depuis la livraison de ces armes, les Russes ont accru leur influence à Bangui, au point que la sécurité rapprochée du président Touadera n’est plus assurée par des Casques bleus [rwandais] de la MINUSCA mais par une quarantaine d’hommes présentés comme étant des membres des forces spéciales russes.

« Nous avons jugé nécessaire de renforcer la sécurité autour du président et les Russes, avec qui nous entamons une coopération militaire, sont les mieux placés », a ainsi expliqué une source de la présidente centrafricaine à Jeune Afrique. En outre, le président Touadera aurait désormais un «conseiller-sécurité russe» auprès de lui, en la personne d’un certain Valeri Zakarov.

Et lors des heurts du 10 avril dernier, à Bangui, un « militaire russe » a été vu dans un véhicule de la gendarmerie centrafricaine au PK5. Ce qui a suscité des interrogations parmi les habitants. Aussi, il y a deux jours, sans doute pour s’attirer leurs bonnes grâces, des « ressortissants russes », en civil, ont distribué de l’aide alimentaire à 11 chefs de quartier.

La présence russe en Centrafrique n’est pas désintéressée : l’idée de Moscou est d’avoir un accès aux ressources naturelles du pays, dont l’uranium, des contrats de prospection minière ayant été conclus avec Bangui.

Reste à voir ce que fera la France dans ce jeu d’influence en Centrafrique, qui intéresse aussi les États-Unis, ces derniers ayant débloqué 10,4 millions d’euros pour équiper les FACa en véhicules et autres matériels de communication. L’Union européenne est aussi présente, via la mission EUFOR RCA, qui vise à former des bataillons centrafricains.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *