Invité sur TF1, l’ancien président s’est exprimé pour la première fois publiquement depuis sa garde à vue et sa mise en examen.

Mis en examen dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne en 2007, Nicolas Sarkozy était invité sur le plateau du 20 heures de TF1 ce jeudi pour s’expliquer.

L’ancien président de la République, qui a demandé en vain de bénéficier du statut de témoin assisté, a été mis en examen mercredi soir pour « corruption passive », « financement illégal de campagne électorale » et « recel de fonds publics libyens », et placé sous contrôle judiciaire.

Placé sous contrôle judiciaire, l’ancien chef de l’Etat a interdiction d’entrer en contact avec une dizaine de protagonistes du dossier et de se rendre dans quatre pays. Mais rien ne l’empêche de s’exprimer dans les médias pour se défendre. Ses arguments sont les suivants:

« Je suis accusé par des proches d'un dictateur » dont « nous avons détruit le régime de terreur » en 2011, a plaidé Nicolas Sarkozy pour qui « il n'y a pas le plus petit élément, il n'y a pas le moindre élément d'une preuve » contre lui dans ce dossier.

- Il attaque Mediapart. Nicolas Sarkozy affirme que le document produit par Mediapart est un faux. Sur Twitter, le journaliste Fabrice Arfi répond à l’ancien président sur la note « Moussa Koussa ». 

- « C’est une monstruosité ! ». Nicolas Sarkozy s’élève contre les reproches de proximité avec la dictature de Kadhafi, dont l’entourage est qualifié de «bande d’assassins ».

- « Il n’y a que la haine, la boue, la médiocrité, la calomnie » dans ce dossier, dit Nicolas Sarkozy.

- « Avez-vous reçu trois valises de liquide ? », interroge Gilles Bouleau. « C’est une ignominie ! », réplique l’ex-président. Il dénonce les « ignobles mensonges » de Ziad Takieddine, qualifié d’«escroc».

- « Kadhafi était un fou ».

- Il réfute les accusations de Takieddine. « Mes agendas ont été saisis par la justice au moment de l’affaire Bettencourt. On n’a retrouvé la moindre trace d’un rendez-vous avec ce M. Takieddine. » « Il dit avoir rencontré mon directeur de cabinet dans son bureau au 1er étage du ministère de l’Intérieur. Le bureau est au rez-de-chaussée. » « Il a menti plusieurs fois, j’ai des preuves. Il affirme m’avoir croisé le 27 janvier 2011 et m’avoir donné une valise. Il n’a pas de chance : j’ai la preuve que je n’étais pas à Paris ce jour-là, ni la veille, ni le lendemain. » 

- « La politique, c'est fini, mais la France, ce ne sera jamais fini. (...) Que chacun comprenne que je suis blessé, pas pour moi, mais pour notre pays. On n’a pas le droit de jeter des gens dans la boue parce que des assassins l’ont voulu. Je ne peux pas laisser faire ça ». Il répète que les accusations proviennent d’une « bande d’assassins, d’escrocs, de manipulateurs ». 

Source : Le Parisien - Image TF1

* * *

Un roman de politique fiction... Il n'y a que certains juges pour y croire... ?

L'affaire Sarkozy serait si grave pour notre démocratie qu'il n'y a que certains juges pour y croire. 

C'est juste un cauchemar démocratique. Une dictature méditerranéenne voulait rentrer dans le concert des nations après un long ostracisme. Pour cela, elle aurait acheté un candidat aux élections présidentielles; Ce candidat aurait, grâce à cet argent, financé sa campagne et gagné les élections. La Commission chargée de contrôler les comptes, faible en moyens et en pouvoirs n'y aurait vu que du feu. Une fois élu, le président aurait récompensé le dictateur en le recevant avec un faste inhabituel. Il a ordonné qu'on ferme les ponts de la Seine le temps d'une escapade en bateau-mouche. Il a organisé une chasse au faisan dans la forêt de Rambouillet. Et comme le dictateur affichait des coutumes nomades, notre président l'a invité à planter sa tente dans les jardins de l'hôtel Marigny, résidence des hôtes du pays.

 Selon une rumeur insistante, le président aurait aussi envisagé de vendre au dictateur une centrale nucléaire. Mais cela aurait été juste à des fins pacifiques, pour le dessalement de l'eau de mer. Quelques avions et chars ont aussi été vendus, mais en petit nombre et même pas des Rafale. La société Amesys a vendu au dictateur le fleuron des technologies françaises pour la surveillance des télécommunications et de ceux qui s'en servent. On dit que ce ne sont pas seulement les islamistes qui auraient été traqués, mais les opposants politiques, dont plusieurs dizaines seraient morts sous la torture. Mais Amesys est une société privée et l'Etat ne peut tout surveiller.

 Comme dans le 1984 d'Orwell, l'ami d'hier est devenu l'ennemi, moins de trois ans et demi après avoir été reçu à Paris. A partir du 31 mars 2011, la France, dans le cadre de l'OTAN, conduit des opérations militaires. Généreuse, elle offre 320 millions d'euros, pour être le plus important contributeur de la coalition. Les armes françaises, anglaises et américaines font merveille. Les belges, les grecs sont aussi de la partie, avec des moyens plus modestes. On s'interroge encore sur les vrais buts de guerre. En tous cas, l'objectif n'était pas de juger le dictateur, mort après avoir été capturé, poignardé par une baïonnette dans l'anus.

 Une autre preuve qu'il s'agit d'un cauchemar: on soupçonne une diplomatie parallèle, on subodore des accords secrets prévoyant des versements via des paradis fiscaux. Un ancien premier ministre du dictateur aurait d'après Médiapart parlé du déblocage de 50 millions d'euros. Son ancien directeur de cabinet aurait donné le nom de la banque. Un ambassadeur de France se serait souvenu de mouvements de fonds suspects. Un ancien ministre du pétrole a laissé dans un carnet le détail d'une série de versements. Mais il est mort, ainsi qu'un certain nombre de témoins, comme dans un mauvais film policier. Ce sont certainement de fausses nouvelles; des "fake news", comme on dit aujourd'hui, qui seront bientôt condamnées par la justice aussitôt parues.

  Car nous savons bien qu'un tel concentré de corruption et de cynisme est improbable dans une démocratie aussi avancée que la France. Les campagnes sont des débats d'idées et demandent peu d'argent, car la force de conviction ne coûte rien et les apparitions à la télévision sont gratuites. Notre pays n'est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non pourrait venir s'essuyer les pieds du sang des ses forfaits. La preuve, c'est qu'une ministre des droits de l'homme l'a dit. Et nous ne sommes pas le genre de pays où on tue pour s'assurer du silence de témoins gênants. Nos dirigeants aiment le pouvoir et cherchent légitimement à le conquérir pour le bien de tous. Mais ils savent aussi que la fin ne justifie pas les moyens. 

Des journalistes sérieux ont publié un ouvrage ("Avec les compliments du guide"!), qui semble très documenté, mais on se doute bien qu'il s'agit d'un roman de politique fiction. C'est normal que la justice ait pris tout son temps pour examiner les quelques indices qui pourraient rattacher ce cauchemar à la réalité. Mais c'est seulement par conscience professionnelle que les policiers interrogent notre ancien président. Ils savent bien, comme les juges qui ont donné commission rogatoire, qu'en France, le pouvoir présidentiel ne peut être ainsi usurpé. Ou alors il y aurait eu une éclipse de démocratie dans le pays des droits de l'homme.

Sources : HuffPost et AFP

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *