L'espace temps est orphelin d'un génie que l'on compare à Einstein ou Newton

Connu dans le monde entier tant pour son génie scientifique que pour son handicap physique, le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking s'est éteint mercredi à l'âge de 76 ans à son domicile à Cambridge, au nord de Londres, ont annoncé ses enfants.

Stephen Hawking, qui avait publié en 1988 "Une brève histoire du temps", avait consacré sa vie à décrypter les secrets de l'univers. Il s'est éteint paisiblement dans les premières heures de mercredi.

"Cet Univers ne serait pas grand-chose s'il n'abritait pas les gens qu'on aime."

"Nous sommes profondément attristés par la mort aujourd'hui de notre père adoré", ont déclaré ses enfants, Lucy, Robert et Tim, dans un communiqué publié par l'agence britannique Press Association. "C'était un grand scientifique et un homme extraordinaire dont l'œuvre et l'héritage vivront encore de nombreuses années."

Il avait déjoué les prédictions de survie les plus pessimistes
Stephen Hawking avait défié les prédictions selon lesquelles il n'avait que quelques années à vivre après avoir développé très jeune, en 1964, une maladie neurodégénérative paralysante, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot. Toutefois, la maladie l'avait progressivement privé de mobilité et confiné à un fauteuil roulant, presque complètement paralysé et incapable de parler sauf à travers son emblématique synthétiseur vocal.

"Son courage et sa ténacité, son génie et son humour, ont inspiré des gens à travers le monde", ont souligné ses enfants.
"Il avait déclaré un jour -Cet Univers ne serait pas grand-chose s'il n'abritait pas les gens qu'on aime- Il nous manquera toujours."

Un géant des sciences

Né le 8 janvier 1942, Stephen William Hawking est l'un des scientifiques les plus renommés du monde, et on le compare à Albert Einstein ou à Isaac Newton. Son travail s'est concentré sur le rapprochement de la théorie de la relativité et de la théorie des quantas pour tenter d'expliquer la création de l'Univers et son fonctionnement.

En 1974, il est devenu, à l'âge de 32 ans, l'un des plus jeunes membres de la Royal Society, la plus prestigieuse institution scientifique de Grande-Bretagne.

En 1979, Hawking a été nommé professeur de mathématiques - un poste qu'avait occupé Newton - à l'Université de Cambridge, pour laquelle il avait quitté l'Université d'Oxford afin d'étudier l'astronomie théorique et la cosmologie.

Dans ce corps distordu par la maladie résidait un esprit extrêmement brillant, fasciné par l'essence de l'Univers, par son processus de formation et par la manière dont il pourrait finir. "Mon objectif est simple", a-t-il dit un jour. "C'est la compréhension totale de l'Univers", "comprendre pourquoi il est comme il est et pourquoi il existe".

Au cinéma, un biopic réalisé par James Marsh lui avait été consacré en 2015, "Une merveilleuse histoire du temps".

Les scientifiques lui rendent hommage

"Le professeur Hawking était un être unique, dont on se souviendra avec affection non seulement à Cambridge, mais dans le monde entier", a affirmé Stephen Toope, le vice-président de l'Université de Cambridge, où Stephen Hawking avait étudié et travaillait. "Son exceptionnelle contribution au savoir scientifique, aux mathématiques et à la vulgarisation laisse une contribution indélébile."

Sur Twitter, la Nasa a salué "un physicien de renom et un ambassadeur de la science". "Ses découvertes ont ouvert un univers de possibilités que nous et le monde continuons à explorer", a déclaré l'agence spatiale américaine.

L'astrophysicien américain Neil deGrasse Tyson a également salué sa mémoire. "Sa mort laisse un vide intellectuel. Mais ce n'est pas du vide, voyez-le plutôt comme une sorte d'énergie imprégnant l'espace-temps, qui défie la mesure."

Le secrétaire d'État britannique aux anciens combattants Tobias Ellwood a déclaré que Stephen Hawking était "une inspiration pour nous tous, quelle que soit notre situation, pour atteindre les étoiles".

"Il a tiré les rideaux pour nous donner un aperçu du tout: de l'Univers et du pouvoir de l'esprit humain", a commenté la secrétaire d'État au développement, Penny Mordaunt.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a estimé que le chercheur britannique avait "rendu le monde meilleur".

Source : FranceInfoTV.fr / AFP

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *