L’émirat va acheter 12 Rafale supplémentaires et négocie l’acquisition de près de 400 VBCI. Après la Belgique et les EAU, c’est le troisième succès de l’équipe Macron-Parly.

Joli succès pour les exportations françaises au Qatar, notamment dans l’armement. A l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron, l’émirat a confirmé son intention d’acheter 12 Rafale supplémentaires,après les 24 acquis en 2015. Le contrat serait supérieur à un milliard, alors que le Qatar a pris une nouvelle option pour 36 nouveaux appareils. Avec les précédents contrats égyptien et indien, l’avion de combat de Dassault s’est donc déjà exporté à 96 exemplaires.

Ce chiffre est à comparer avec la commande de 180 appareils par la France, dans l’attente d’une dernière tranche qui permettrait d’atteindre l’objectif affiché de 225. L’Egypte pourrait, elle aussi, lever prochainement son option sur 12 Rafale supplémentaires. Plusieurs autres prospects existent, notamment en Malaisie. La Suisse va relancer un appel d’offres pour un avion de combat. Enfin la Belgique est fortement courtisée par la France mais « ne sait pas comment dire non aux Américains », indique un proche du dossier.

Parallèlement au Rafale, le Qatar a signé une lettre d’intention pour l’achat de véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI), un engin construit par Nexter et qui n’avait, jusqu’à présent, pas trouvé de client à l’exportation. Le Qatar envisage d’en acquérir pas moins de 490 (à titre de comparaison, 630 ont été livrés à l’armée de terre française). Le VBCI, qui a été engagé en Afghanistan et au Mali, est un blindé à roues (8 X 8) d’une trentaine de tonnes. 

Avec le Qatar, les discussions restent ouvertes sur la tourelle qui doit équiper l’engin, qui sera différente du modèle français. La version qatarie (T40), plus lourde, aurait un canon de 40mm et pourrait tirer des missiles antichar américains Javelin.

Source : Secret Defense

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *