Peu avant minuit, le 5 août 2017, un individu muni d’un couteau, a forcé l’un des contrôles de sécurité de la tour Eiffel en criant « Allah Akbar ». Fort heureusement, cet homme de 19 ans n’a pu aller bien loin.

Ainsi, a raconté une source proche de l’enquête à l’AFP, l’individu en question a franchi « un premier portique en bousculant un agent de sécurité d’un coup d’épaule », avant de brandir un couteau. C’est alors qu’une patrouille de l’opération Sentinelle est intervenue.

« Des militaires de l’opération Sentinelle lui ont alors ordonné de poser son couteau à terre. Il l’a posé sans opposer de résistance et a été immédiatement interpellé », a en effet rapporté cette source.

La Société d’exploitation de la tour Eiffel (SETE) a par la suite précisé que « les forces de police présentes sur place ont procédé à une vérification complète du site et ont demandé son évacuation vers 00H30 », soit 15 minutes avant la fermeture du monument au public.

Dans un premier temps, il n’a pas été question de qualifier cet incident d’acte terroriste, d’où l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris pour « apologie du terrorisme » et « tentative d’homicide ». L’individu interpellé, un français né en Mauritanie, serait connu pour avoir de graves « antécédents psychiatriques. »

Seulement, lors de sa garde à vue, le suspect a avoué qu’il voulait attaquer un militaire et qu’un contact au sein de l’État islamique (EI) « l’aurait encouragé à passer à l’acte », selon une source proche des enquêteurs, citée plus tard par l’AFP.

Aussi, une enquête pour « association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d’atteinte aux personnes » et « tentatives d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique » a été confiée à la section antiterroriste du parquet de Paris.

Évoquant, ce 6 août, dans les colonnes du Journal du Dimanche, le retour en France des jihadistes partis en Syrie et en Irak, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb a indiqué qu’il existe « d’autres menaces ».

« Des individus qui pourraient être téléguidés depuis l’étranger, notamment par al-Qaida [?]. Ou des personnes sans lien direct avec la Syrie, mais soumises à une propagande qui reste malheureusement très active. Des gens fragiles psychologiquement, qui peuvent passer subitement à l’acte… », a ainsi détaillé le ministre, qui a par ailleurs précisé que le « nombre de personnes inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste ne cesse d’ailleurs d’augmenter, avec aujourd’hui plus de 18.500 signalements.

Lors de sa dernière audition par les députés de la commission « Défense », l’ancien chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, avait tenu à souligner l’efficacité de l’opération Sentinelle.

« Depuis la création de la force Sentinelle, nos soldats ont ouvert le feu à cinq reprises; à chaque fois, de façon maîtrisée et efficace. Je note que cette opération extrêmement exigeante nécessite des professionnels de très haut niveau. Encore une fois, nos alliés nous observent avec admiration, et parfois quelque étonnement, tant il est vrai que ce dispositif est singulier. En somme, j’estime que notre dispositif, déployé en janvier 2015, est bon, mais qu’il faut le faire évoluer », avait-il dit.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *