Le jeune Egyptien de 29 ans qui s'est attaqué à des militaires hier dans le Carrousel du Louvre était arrivé en France depuis une semaine en provenance de Dubaï.

Hier, la France a une nouvelle fois été confrontée à un acte terroriste sur son sol. Une attaque perpétrée par un homme seul et symbolique à bien des égards. Par le lieu choisi d'abord : même s'il ne s'agit pas du musée en tant que tel, le Carrousel du Louvre évoque l'un des sites les plus emblématiques de la capitale. Par la cible ensuite : des militaires de l'opération Sentinelle, déployés dans l'Hexagone justement pour empêcher tout nouvel acte. de terreur. Très vite, la nature de l'acte n'a d'ailleurs fait guère de doute. Une heure et demie seulement après l'agression des quatre militaires de la patrouille par un homme armé de deux machettes et criant « Allahou akbar » (« Dieu est grand »), la section antiterroriste du parquet de Paris se saisissait de la conduite des investigations.

Selon les informations fournies hier soir par le procureur de la République de Paris, François Molins, à 9 h 50, l'assaillant, vêtu d'un tee-shirt noir avec une tête de mort, s'est précipité sur les militaires en tenant dans chaque main une machette, les bras levés pliés derrière la tête. Le jeune homme s'en est d'abord pris à un premier soldat qui a pu le repousser avant de s'en prendre à un de ses collègues qui a chuté au sol. Après avoir vainement tenté de l'écarter, ce dernier a d'abord fait feu dans le bas de l'abdomen avant de tirer à nouveau à trois reprises. Hier soir, le pronostic vital du terroriste était « très engagé ». Un militaire a de son côté été légèrement blessé au cuir chevelu. François Molins a tenu à souligner le professionnalisme des soldats.

Dans la journée, les enquêteurs ont pu collecter de nombreuses informations à même de mettre un nom sur cet assaillant qui ne portait aucun papier d'identité sur lui. Dans sa veste, les policiers ont notamment mis la main sur un téléphone portable qui leur a permis de remonter jusqu'à un Egyptien de 29 ans, Abdallah El H. Installé aux Emirats arabe unis où, si l'on en croit son profil Facebook, il occupait un poste de commercial dans une entreprise de développement environnemental. Le jeune homme a fait une demande de visa touristique au consulat de France de Dubaï le 30 octobre dernier. Requête acceptée une semaine plus tard. La photo enregistrée dans le fichier des visas correspond à celle du terroriste du Carrousel du Louvre.

Abdallah El H. a atterri à Roissy le 26 janvier d'où il devait repartir le 5 février. A Paris, le touriste égyptien s'était installé dans un hôtel de la rue de Ponthieu (Paris VIIIe), à deux pas des Champs-Elysées. En perquisition, les policiers ont retrouvé dans sa chambre plusieurs effets personnels mais aucun signe d'allégeance à une organisation terroriste. Samedi dernier, ce fils de bonne famille qui se présente sur les réseaux sociaux comme marié, fan du Bayern Munich et du film « Maman j'ai raté l'avion », a fait l'acquisition des deux machettes qui ont servi à l'attaque d'hier dans une armurerie du XIe arrondissement.

Dans les heures qui ont précédé son geste, Abdallah El H. a multiplié les publications sur Twitter, toutes orientés sur le domaine de la religion. Jusqu'à cet ultime message au ton prémonitoire : « Pas de négociation possible, pas de compromis, pas de pommade à passer, et certainement pas de retour possible. Il n'y a pas de paix dans la guerre. » L'enquête doit désormais déterminer s'il a agi seul, spontanément ou sur instruction. Hier soir, aucune revendication n'avait été formulée.
 
Source : LeParisien.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *