Durcissement en Extrême Orient : La Chine se lève à la vue des Nippons ;-)

En remettant en cause le principe d’une « Chine unique » en ayant une conversation téléphonique avec la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, Donald Trump a fâché Pékin, qui considère l’ancienne Formose comme l’une de ses provinces.

« La question de Taïwan touche à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine. Elle est liée aux intérêts fondamentaux de la Chine. Le respect du principe de la Chine unique est le socle du développement des relations sino-américaines », a fait en effet valoir la diplomatie chinoise.

Du coup, Pékin met la pression sur Taipeh. En envoyant d’abord des formation d’avions militaires (dont des bombardiers et des appareils de renseignement électronique) à proximité de l’espace aérien taïwanais, puis le porte-avions Liaoning (et son escorte) dans le détroit de Taïwan.

Aussi, Taipeh a, cette semaine, lancé des manoeuvres militaires simulant une attaque chinoise. « L’armée a pris des mesures pour gérer la situation dans le Détroit de Taïwan et en mer de Chine méridionale. [...] La population peut être rassurée « , a expliqué Chen Chung-chi, le porte-parole du ministère taïwanais de la Défense.

En octobre 2013, un rapport de la défense taïwanaise avait estimé que la Chine serait en mesure prendre l’île « par la force » et de dissuader toute intervention militaire américaine d’ici 2020. Pour cela, et selon Andrew Hsia, alors vice-ministre de la Défense, Pékin aurait trois options : « une opération amphibie, des tirs de missiles ou un blocus. » D’où l’élaboration d’une nouvelle doctrine militaire, afin de mettre l’accent sur la guerre asymétrique.

Est-ce à dire que Taipeh joue à se faire peur ? En tout cas, à Tokyo, le scénario d’un conflit entre Taïwan et la Chine paraît crédible. D’ailleurs, cette hypothèse sera au coeur d’un exercice que mèneront, la semaine prochaine, les forces d’autodéfense japonaises, avec la participation de l’armée américaine en qualité d’observateur.

« Aucun déploiement de troupe n’aura lieu et le scénario est celui d’une réponse des Etats-Unis et du Japon à un conflit militaire », a précisé l’agence de presse Kyodo.

Déjà que les relations entre Pékin et Tokyo ne sont pas au beau fixe, notamment en raison de contentieux territoriaux, la tenue de cet exercice a été critiquée par la diplomatie chinoise.

« Je pense que cela montre qu’un monde stable est la dernière chose que certains veulent au Japon », a commenté Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. « Je voudrais souligner que la question de Taïwan est une affaire interne de la Chine et nous espérons que le Japon sera très prudent dans ses paroles et ses actes (…) et ne fera rien qui compromettrait la paix régionale et la stabilité », a-t-elle ajouté.

Source : Zone Militaire 

NDLR : Tout lecteur qui trouverait une contrepèterie dans le titre de cet article serait un mal-pensant...

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *