Les Rafale français ont tiré 8 missiles SCALP contre les positions de l’EI à Raqqa.

L’opération Chammal, menée contre l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie, aura été marquée par un usage intensif des missiles de croisière SCALP (Système de croisière conventionnel autonome à longue portée).

Depuis le 15 décembre 2015, l’aviation française a effectué près de 10 raids aériens avec cette munition. Le dernier en date a été réalisé le 29 novembre par les Rafale du porte-avions Charles de Gaulle et ceux déployés par l’armée de l’Air en Jordanie contre « d’importantes installations militaires de Daesh au sud-ouest de la ville de Raqqa. »

En tout, 8 missiles SCALP, tirés par 4 Rafale de l’armée de l’Air et 2 Rafale M de l’aéronautique navale, ont détruit une installation de production et de stockage d’armes, notamment chimiques. Cette mission avait été planifiée par le commandement de la force interarmées (CJTF, Combined Joint Task Force), situé au Koweït, et conduite par le centre des opérations aériennes de la coalition (CAOC, combined air operations center) situé à Al Udeïd au Qatar.

Ce n’est pas la première fois que les aviateurs et les marins effectuent ensemble une « frappe dans la profondeur ». Un tel raid avait en effet été déjà mené dans la nuit du 15 au 16 octobre. Là aussi, 8 missiles SCALP furent tirés contre un entrepôt de l’EI, situé à une trentaine de kilomètres au sud de Mossoul.

Sur les 450 missiles SCALP livrés à l’armée de l’Air (et 50 à la Marine nationale), il était seulement prévu d’en moderniser une centaine dans le cadre de Loi de programme militaire (LPM) en cours. Aussi, autant puiser dans le stock, tant qu’ils ne sont pas encore « périmés ».

Cependant, l’État-major des armées (EMA) a donné une autre justification à cet emploi intense des missiles SCALP.

« Les raids Scalp font l’objet d’une planification précise et détaillée, afin d’optimiser les effets de cette arme aux spécificités uniques, sur des objectifs de haute valeur pour le groupe terroriste. À l’effet de surprise offert par l’arme, s’ajoute celui de la maîtrise des coups portés, limitant les dommages collatéraux, optimisant les effets contre Daesh. En choisissant précisément les points d’impact, après une phase de renseignement, ce type de frappe permet de détruire tous les endroits utilisés par le groupe terroriste quasi simultanément », explique-t-il.

Au cours de la semaine écoulée, l’aviation française a effectué 97 sorties au-dessus de l’Irak et de la Syrie, dont 5 de renseignement (ISR), 7 de commandement et de contrôle grâce aux E2C Hawkeye du porte-avions Charles de Gaulle et 85 de reconnaissance armée. En tout, elle a détruit 24 objectifs de l’EI. 

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *