Alors que sa ville, Kobané était assaillie par des combattants de Daesh, Arin Mirkan, capitaine des Unités populaires de défense des femmes (YPJ) et mère de deux enfants a donné sa vie pour tenter de stopper ces soldats en se faisant exploser alors qu'elle était encerclée.

Dimanche 5 octobre 2016, la ville syrienne de Kobané a été le théâtre d'un combat sans merci entre ses habitants et les militants de l'Etat Islamique (EI) qui tentent depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, déjà de l'annexer. Son emplacement au nord du pays et le long de la frontière turque en fait en effet un point stratégique de choix pour l'organisation qui pourrait aisément contrôler les routes reliant les deux territoires et s'assurer un meilleur ravitaillement, en armes particulièrement.

Déjà lourdement équipés, ces soldats auraient facilement pu s'emparer de la cité mais c'était sans compter sur la résistance de sa population qui a mené une contre-attaque féroce pour empêcher Daesh de prendre le pouvoir chez eux.

Ces affrontements ont déjà fait de nombreuses victimes, des deux côtés, et parmi elles est née une véritable héroïne que la ville pleure depuis ce jour. Une jeune femme kurde désignée par le nom d'Arin Mirkan sur les réseaux sociaux (son nom de guerre d'après plusieurs sources) et dont l'âge est incertain a fait acte de bravoure en sacrifiant sa vie pour Kobané en lançant une attaque suicide au milieu de membres de l'EI.

Décrite comme capitaine de l'Unité de protection des femmes (qui compterait près de 10 000 membres), appartenant à l'Unité populaire de défense (YPJ), la branche armée du PYD (Parti de l’unité démocratique), elle se serait portée volontaire pour ralentir les forces ennemies en se faisant exploser dans l'espoir d'emporter avec elle un maximum de djihadistes. En se faisant exploser, elle aurait tué plus d'une dizaine de ces soldats, devenant un symbole de la liberté et laissant aussi derrière elle 2 enfants.

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *