Plus de 2300 "migrants mis à l'abri" dans des centres d'accueil et d'orientation...

Mardi, des pelles mécaniques doivent entrer en action sur le camp, pour commencer à débarrasser déchets et abris de fortune.

Démantèlement
L'évacuation et le démantèlement de la "jungle" de Calais continuent, mardi 25 octobre. Avant le lever du jour déjà, de nombreux migrants attendaient aux portes du hangar qui sert de sas de répartition, avant le départ en bus pour les centres d'accueil et d'orientation (CAO), répartis sur le territoire français. Le démantèlement du camp doit prendre un tour éminemment symbolique, mardi, avec l'entrée des premières pelles mécaniques pour débarrasser déchets et abris de fortune de la zone. Mais "il ne faut pas s'attendre à voir des bulldozers", insiste la préfecture du Pas-de-Calais.

Mises à l'abri
Plus de 2 300 personnes "mises à l'abri" lundi. Un total de 2 318 migrants, dont 400 mineurs, ont été "mis à l'abri" au premier jour de l'évacuation de la "jungle" de Calais, qui s'est déroulé "dans le calme et la maîtrise" a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Sur ce total, "1 918 majeurs ont quitté Calais à bord de 45 bus pour rejoindre 80 centres d'accueil et d'orientation (CAO) situés dans onze régions de France", a affirmé le ministre. Quatre cents mineurs ont pour leur part été "orientés au centre d'accueil provisoire", situé sur le campement, dans l'attente de l'instruction de leur dossier.

Solidarité
Des rassemblements en faveur de l'accueil des migrants. Plusieurs rassemblements se sont déroulés lundi soir en soutien à l'accueil de migrants évacués depuis le matin. A Nantes, Rennes, Paris, quelques centaines de personnes ont manifesté en signe de solidarité avec les migrants.

Vandalisme
Des centres d'accueil visées par des attaques. Plusieurs centres d'accueil et d'orientation (CAO), destinés à accueillir les migrants évacués de Calais ont été visés ces derniers jours par des actes de vandalisme. Des centres situés à Loubeyrat (Puy-de-Dôme), Arès (Gironde) et Forges-les-Bains (Essonne) ont notamment été la cible d'incendies volontaires. A Saint-Brévin (Loire-Atlantique), des coups de feu ont été tirés sur les locaux.

Source : FranceInfo.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *