Après François Andriot et Louis Bégot, un autre Français libre du Commando Kieffer, René Rossey, nous a quittés cette année. Résidant à Maurepas (Yvelines), il s’est éteint le 19 mai 2016.

Né le 30 août 1926, à Tunis, René Rossey n’a que 16 ans quand il s’engage au sein des Forces françaises libres, après avoir triché sur son âge. Il rejoint, par ses propres moyens, le Liban, où il reçoit une formation militaire élémentaire.

Puis, deux mois plus tard, il part au Royaume-Uni, où il est affecté au camp de Camberley, avant d’être affecté à la caserne « Bir Hakeim », à Londres. Il y rencontre le commandant Philippe Kieffer, qui le recrute pour le 1er Bataillon de Fusiliers Marins Commandos.

À l’issue de son stage commando, effectué au camp de Wrexham, René Rossey intègre la section des mitrailleuses K-Gun du commando « Kieffer ».

Le 6 juin 1944, il est le plus jeune des 177 Français qui débarquent sur la plage de Colleville-sur-Orne (ou Colleville-Montgomery). Il n’a que 17 ans et c’est la première fois de sa vie qu’il voit la France…

Après la Bataille de Normandie, le Commando Kieffer retourne en Angleterre pour une période de repos. Qui sera de courte durée puisque, en novembre 1944, il est à nouveau sollicité pour débarquer sur l’île de Walcheren, dans le but de s’emparer du port de Flessingue (Pays-Bas), alors fortement défendu par l’ennemi. Et René Rossey en sera.

L’opération sera un succès éclatant. Malgré une défense acharnée des troupes allemandes, trois fois plus nombreuses, le port de Flessingue est conquis en moins de 7 heures et le reste de l’île tombera  une semaine plus tard, après la reddition de la garnison allemande. Le haut commandement allié décrira ce fait d’armes comme « l’un des plus braves et des plus audacieux de la guerre. »

Après la capitulation de l’Allemagne nazie, René Rossey, qui s’était engagé pour la durée de la guerre, retrouve la vie civile. À Paris, sans diplôme et sans le sou, il bat le pavé sans trouver de situation (il est ce que l’on appelle aujourd’hui un SDF). Comme le dira Léon Gautier, un autre ancien du commando Kieffer, « rien n’était prévu pour nous et lui le Tunisien qui s’était engagé pour libérer la France, c’était pareil. » Il décide alors de retourner en Tunisie.

En 1954, marié, et de retour à Paris, il retrouve le commandant Kieffer, qui le recommande auprès de Total : René Rossey y restera 34 ans.

Très modeste sur ses faits d’armes et d’une extrême gentillesse d’après ceux qui l’ont connu, René Rossey avait été promu officier de la Légion d’Honneur en 2014. Après sa disparition, il ne reste plus que 6 survivants du commando Kieffer, dont Léon Gautier, Jean Masson, Yves Meudal, Paul Chouteau, Jean Morel et Hubert Faure.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *