Le porte-avions Charles de Gaulle a quitté le Golfe lundi 22 février 2016 et fait route vers la Méditerranée, où il devait arriver vers la fin de la semaine suivante. Son départ du Golfe, où il opérait depuis le 19 décembre 2014, ne signifie pas que sa mission est terminée. Le groupe aéronaval reste à la disposition de l’état-major des armées, pour recueillir du renseignement, depuis les airs ou la mer, en Libye. Après son départ de Toulon le 18 novembre, ses avions avaient déjà survolé la Libye à deux reprises, avait annoncé l’Élysée fin 2015, dans un dossier de presse un peu trop vite rédigé…

Les appareils du Groupe aérien embarqué participeront-ils à des frappes en Libye contre Daech ? La décision relève du président de la République, en coopération avec nos alliés. Pour l’heure et selon nos informations, aucune frappe (française) n’a encore eu lieu, mais l’hypothèse est envisagée très sérieusement.

Avant d’opérer au large de la Libye, le Charles de Gaulle et son escorte participeront à des exercices conjoints avec la marine égyptienne, un partenaire important qui vient d’acquérir des corvettes Gowind, une frégate Fremm et deux BPC en France.

On ignore combien de temps de porte-avions (PA) restera en Méditerranée : les déploiements durent généralement entre 4 et 5 mois. Il faut donc s’attendre à un retour du Charles de Gaulle à Toulon entre la fin mars et la mi-avril 2016, même si la mission peut être prolongée si besoin.

Selon l’état-major des armées, le groupe aérien du PA a effectué 80 frappes contre Daech, essentiellement en Irak, au cours de ses deux mois d’engagement dans l’opération Chammal (19 décembre/22 février). Il faut y ajouter 23 missions de renseignement, pour un total de 370 sorties - soit en moyenne 6 par jour. C’est finalement un rythme assez faible, au regard des 26 avions de combat embarqués (18 Rafale et 8 Super-Etendard).

Auparavant, lors de son déploiement en Méditerranée orientale, entre le 23 novembre et le 6 décembre, le groupe aérien avait réalisé 130 sorties aériennes (env. 10 par jour), 22 frappes et 9 missions ISR (renseignement) contre Daech.   

De retour à son port, le Charles de Gaulle sera remis en condition afin de pouvoir appareiller pour une nouvelle mission qui pourrait avoir lieu à l’automne prochain. Son arrêt technique majeur (ATM) doit débuter vers le mois de février 2017 et le bateau sera alors indisponible pendant 18 mois, jusqu’au mois de septembre 2018. Cet ATM est une « très grosse opération, prévue de longue date » confie un proche du dossier. Il devrait consister en 15 mois de travaux puis 3 autres mois d’essais à la mer. Le système de combat du PA sera rénové, avec l’installation de nouveaux capteurs. Le hangar sera reconfiguré avec le retrait des Super-Etendard. Les deux cœurs nucléaires seront rechargés, pour la deuxième fois. Cet ATM mobilisera entre 2 000 et 2 500 personnes.

Durant cette période d’indisponibilité, les flottilles embarquées de l’aéronavale vont devoir s’entraîner avec l’US Navy et ses porte-avions. La coopération entre les deux marines est désormais extrêmement étroite. Dans les milieux navals, on se réjouit de « l’interopérabilité » avec les Américains : le PA français a ainsi relevé un PA américain dans le Golfe et assuré le commandement d’une task force. « Nous sommes les seuls à savoir le faire » indique-t-on.

Au-delà de l’entraînement des pilotes, les flottilles de Rafale pourraient être sollicitées pour intervenir à partir de base terrestre, en complément des escadrons de l’armée de l’air. Des Super-Etendard avaient ainsi déployé sur la base de Kandahar en Afghanistan.

Source : Jean Dominique Merchet - Secret Defense


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *