Fusillade en Californie : 12 engins explosifs trouvés au domicile des suspects !

Douze engins explosifs artisanaux ont été retrouvés au domicile du couple qui a tué mercredi 14 personnes en Californie et fait 21 blessés, la pire tuerie aux Etats-Unis depuis trois ans, a indiqué ce jeudi la police. Trois autres engins explosifs artisanaux reliés entre eux et actionnables à distance avaient été retrouvés dans le bâtiment visé par les tueurs.
Mais ces engins n'avaient finalement pas explosé, a précisé le chef de la police locale, Jarrod Burguan.

L'officier a déclaré que les armes à feu utilisées par les tueurs avaient été achetées légalement. Il a ajouté lors de cette conférence de presse tenue à San Bernardino que l'identification des victimes étaient toujours en cours.  

"Ils menaient une mission"

Si les autorités restaient prudentes pour énoncer un motif, elles affirmaient dorénavant que le carnage de mercredi semblait prémédité, vu l'arsenal retrouvé. "Il serait irresponsable à ce stade de parler de terrorisme", mais "il semble qu'ils menaient une mission" dont l'objectif reste à déterminer, a commenté David Bowdich, l'un des responsables du FBI. 

Des témoignages mentionnés par la police laissent entendre que le motif pourrait être lié à une dispute sur le lieu de travail d'un des suspects, employé des services de santé de San Bernardino, la ville californienne où a eu lieu le carnage.

Source : Lexpress.fr

* * *

Après la tuerie de San Bernardino, l'Amérique face à la piste terroriste


Les auteurs de l'attaque qui a fait 14 morts mercredi en Californie auraient été en contact avec des groupes islamistes.

Briefé par le FBI et sortant tout juste d'un Conseil de sécurité nationale réuni en urgence, Barack Obama s'est exprimé ce jeudi avec beaucoup de prudence sur l'attaque qui a frappé San Bernardino mercredi, expliquant qu'à ce stade de l'enquête, les motivations du couple de tueurs restaient «inconnues». Il est possible qu'il s'agisse d'un «acte lié au terrorisme» mais aussi d'«un acte lié au travail» du mari, a-t-il dit, n'excluant pas «un mélange» - une hypothèse quelque peu étrange.

La police a parlé d'une attaque «préparée» comme si le couple qui a massacré 14 personnes et en a blessé 17 autres avait été «en mission». «Il s'agit au minimum d'un acte de terrorisme intérieur», a-t-elle dit. Plus tard, la police a révélé que douze engins explosifs artisanaux avaient été retrouvés au domicile du couple. Trois autres engins explosifs artisanaux reliés entre eux et actionnables à distance ont aussi été retrouvés dans le bâtiment visé par les tueurs. Mais ces engins n'ont finalement pas explosé. Les armes à feu utilisées ont été achetées légalement. Selon CNN, le tueur était en contact par téléphone et par Internet avec des entités liées au terrorisme.

L'organisation musulmane Cair de Californie a tenu mercredi soir une conférence de presse précipitée pour se désolidariser du massacre, en faisant parler le beau-frère des tueurs, qui a confié «son sentiment d'horreur». Il apparaît de plus en plus que ce qui s'est passé mercredi n'avait, au minimum, rien d'une de ces tueries orchestrées par des déséquilibrés qui se produisent à intervalles tragiquement rapprochés. Tout d'abord parce que les tueurs étaient deux. «Le fait qu'ils soient plusieurs, et qu'il s'agisse d'un couple me rend soupçonneux, il est très rare qu'une femme commette une tuerie», notait jeudi matin Lou Palumbo, un détective interviewé par la chaîne al-Jezirah. Surtout quand elle a un bébé de 6 mois !

Syed Rezwab Farook, un Américain d'origine pakistanaise de 28 ans, et sa femme Tashleen Malik, 27 ans, née au Pakistan, étaient-ils des «loups solitaires islamistes» radicalisés, mûs par la haine de l'Occident ? Agissaient-ils inspirés et/ou en lien avec une organisation terroriste extérieure? L'attentat était-il une vengeance liée à des frustrations personnelles? Ou un mélange des deux, comme le suggère le président ?

Ces questions se bousculaient ce jeudi sans réponses claires. Mais des détails commençaient d'émerger sur le profil du couple.

Source : LeFigaro.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *