Attentats terroristes simultanés concertés à Paris !
Plus de 120 morts, 200 blessés !

Les six lieux des attaques

Bataclan (XIe) : 82 morts
Plusieurs hommes armés à visage découvert font irruption et ouvrent le feu, aux cris de "Allah Akbar", dans la salle de spectacle du Bataclan où se produit le goupe de blues américain Eagles of Death Metal. Une prise d'otages de près de trois heures a lieu. Au moins 82 personnes sont tuées.

Stade de France : 4 morts
Simultanément, une première explosion se produit à 21H20 aux abords du Stade de France. Le président français François Hollande, qui assistait à un match de football France-Allemagne, est immédiatement évacué, les entrées et sorties du stade sont bouclées. Trois explosions retentissent au total autour de l'enceinte sportive. Une personne est morte, ainsi que trois kamikazes.

Rue de Charonne (XIe) : 18 morts
Dans l'est de Paris, rue de Charonne, 18 personnes ont péri dans une scène de guerre. Un homme dit avoir entendu des tirs pendant "deux, trois minutes", "des rafales". "J'ai vu plusieurs corps à terre, ensanglantés", lâche-t-il. Selon lui, un café et un restaurant japonais ont été la cible des tirs, juste en face du foyer Palais de la femme.

Rue Alibert (Xe) : au moins 12 morts
Un peu plus au nord, une fusillade éclate à l'angle des rues Bichat et Alibert, sur la terrasse du restaurant Le Petit Cambodge. Bilan: au moins douze morts.

Rue de la Fontaine au roi (XIe) : au moins cinq morts
A quelques centaines de mètres du Bataclan, rue de la Fontaine au roi, la terrasse d'une pizzeria, La Casa Nostra, est visée. Cinq personnes sont abattues par plusieurs rafales d'une "mitrailleuse automatique", selon un témoin, Mathieu, 35 ans.

Boulevard Voltaire (XIe) : un mort
Une attaque a également eu lieu boulevard Voltaire, pas très loin du Bataclan. Le kamikaze est mort.


Voici le point sur la situation à 07 heures.
Nous relatons uniquement ici des informations données de sources officielles ou rapportées par nos journalistes présents sur le terrain.

• Au moins 126 morts, plus de 200 blessés. Le bilan, très lourd, est encore incertain. Le procureur de Paris a parlé de 18 morts rue de Charonne, 5 morts rue de la Fontaine au Roi, et au moins 12 morts rues Alibert/Bichat. Quatre personnes sont mortes dans le secteur du Stade de France, dont «sans doute trois terroristes», selon des sources policières. Il y a aussi des «dizaines de morts» au Bataclan. On dénombre aussi 83 blessés en urgence absolue et 132 blessés en urgence relative, selon les sources du Figaro.


• Des fusillades sont survenues sur cinq sites à Paris intra-muros vendredi soir dans les Xe et XIe arrondissements de la capitale. Plusieurs terrasses de bars et de restaurants ont été balayées par des rafales de balles. Ont été visés le bar La Belle équipe rue de Charonne, le bar Le Carillon et le restaurant Le Petit Cambodge à l'intersection des rues Bichat/Alibert, la terrasse de la pizzeria La Casa Nostra rue de la Fontaine au Roi. Une autre fusillade s'est produite boulevard Voltaire. Enfin, des terroristes ont pénétré dans la salle de concert du Bataclan.

Des explosions près du Stade de France. Il y a eu trois explosions vers 21h20 près du Stade de France à Saint-Denis, où se déroulait le match de foot France-Allemagne. Chacune de ces explosions a été causée par des individus qui se sont fait exploser, selon plusieurs sources policières. François Hollande, qui assistait au match, a été évacué.

• Une prise d'otages, puis un assaut donné au Bataclan. Il y avait 1500 personnes présentes à l'intérieur de la salle de spectacle, où se déroulait un concert de rock, lorsque quatre terroristes y ont fait irruption, tirant sur le public puis organisant une prise d'otages durant trois heures. L'assaut des forces de l'ordre a été donné peu avant 0h30 et s'est achevé vers 01 heure. Les quatre assaillants sont morts, dont trois en actionnant leurs ceintures d'explosifs. Un autre terroriste s'est fait exploser non loin, sur le boulevard Voltaire.

• Au moins 126 morts, plus de 200 blessés. Le bilan est très lourd, et encore incertain. Il y a 126 morts, selon un bilan provisoire communiqué au Figaro. Le procureur de Paris a parlé de 18 morts rue de Charonne, 5 morts rue de la Fontaine au Roi et au moins 12 morts rues Alibert/Bichat. Quatre personnes sont mortes dans le secteur du Stade de France, dont «sans doute trois terroristes, selon des sources policières. Il y a aussi des «dizaines de morts» au Bataclan. On dénombre aussi 83 blessés en urgence absolue et 132 blessés en urgence relative, selon les sources du Figaro.

Au total, le parquet parle de huit assaillants morts, dont sept en se faisant exploser. On ne sait pas pour l'heure si des assaillants sont actuellement en fuite ou non. Le déroulé précis des faits n'est pas encore connu.

* * *


L'État d'urgence est décrété en France, des contrôles aux frontières. François Hollande
a annoncé dans une intervention télévisée ces mesures, en réaction à des attaques terroristes «sans précédent». Le président de la République a demandé des «renforts militaires». «Nous allons mener le combat, il sera impitoyable», a-t-il dit. Ce samedi matin, toutes les lignes du métro parisien roulent, seules onze stations ne sont pas desservies. Un numéro vert d'information a été mis en place: 0800 40 60 05.

• Un conseil des ministres exceptionnel s'est tenu peu après minuit. Un Conseil des ministres exceptionnel a été convoqué à minuit. Une cellule de crise a été ouverte à Matignon. François Hollande, le premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et la ministre de la Justice Christiane Taubira se sont rendus sur place.

• Enquête ouverte. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour assassinats en relation avec une entreprise terroriste pour faire toute la lumière sur ces attaques, les plus meurtrières en Europe occidentale de ces quarante dernières années après les attentats de Madrid en mars 2004 (191 morts et près de 2000 blessés). L'enquête devra permettre de savoir s'il y a encore «des complices ou co-auteurs dans la nature», a dit le procureur de Paris François Molins.

• Aucune revendication. Il n'y a à cette heure aucune revendication. Plusieurs survivants de la prise d'otage du Bataclan racontent que l'attaque s'est faite sous les cris de «Allah Akbar». «Je les ai clairement entendus dire aux otages ‘c'est la faute de Hollande, c'est la faute de votre président, il n'a pas à intervenir en Syrie'. Ils ont aussi parlé de l'Irak», a rapporté à l'AFP un témoins. «Nous savons qui sont criminels, qui sont ces terroristes», a dit François Hollande.

Source : LeFigaro.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *