La semaine passée, l’on apprenait que le Pentagone suspendait partiellement son programme Train&Equip, qui, doté de 500 millions de dollars, avait l’objectif de former et d’équiper plus de 5.000 rebelles modérés syriens destinés à gonfler les rangs de l’Armée syrienne libre (ASL).

Cette annonce avait été faite après deux grosses déconvenues. Un premier groupe de 54 combattants formés par des instructeurs militaires américains fut en effet décimé l’été dernier. De l’aveu même du général Lloyd Austin, le chef de l’US CENTCOM, le commandement pour l’Asie centrale et le Moyen Orient, seulement 5 rebelles étaient encore en état de combattre.

Plus récemment, un second groupe, fort de plus de 70 rebelles, fut contraint de céder une partie de son équipement et de ses munitions au Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda.

« Je suis le premier à reconnaître que [ce programme] n’a pas fonctionné comme il aurait dû », a admis le président Obama, il y a quelques jours.

Du coup, le Pentagone a décidé de faire les choses autrement. C’est à dire que, comme l’a expliqué son porte-parole, Peter Cook, ce programme Train&Equip se concentrera désormais sur la livraison d’armes et d’équipements à des chefs de groupes rebelles triés sur le volet, « pour qu’avec le temps ils puissent mener des attaques concertées sur le territoire syrien », essentiellement contre l’État islamique (EI ou Daesh).

« Nous surveillerons la progression de ces groupes et nous leurs procurerons un soutien aérien pendant leur combat contre le groupe État islamique », a encore précisé Peter Cook.

A priori, selon le New York Times, une partie de cette aide serait destinée aux combattants kurdes syriens, lesquels sont au contact des jihadistes de l’EI. Le quotidien américain a également indiqué que le Pentagone ne conserverait, en Turquie, plus qu’un site destiné à la formation des rebelles, les autres, installés notamment en Jordanie, devant être fermés..

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *