Alors que la Russie a renforcé sa présence militaire dans la province de Lattaquié, en déployant au moins 28 avions de combat sur la base aérienne al-Assad, le ministère russe de la Défense a confirmé la tenue prochaine de manœuvres navales en Méditerranée orientale, précisément entre Chypre et le port de Tartous (Syrie), mis à la disposition de Moscou par Damas depuis 1971.

« En septembre et en octobre, les forces navales russes mèneront des exercices dans la partie orientale de la Méditerranée », a en effet indiqué le ministère russe de la Défense, dans un communiqué. Ce dernier précise que « 40 exercices de combat sont planifiés » et certains concerneront l’artillerie et la défense anti-aérienne.

« Ces exercices sont conformes au plan de formation de l’armée russe approuvé en 2014″, a encore précisé le texte, qui ne fait aucune référence à la situation en Syrie. Il s’agirait ainsi de manoeuvres de « routine ».

Parmi les navires russes qui participeront à ces exercices, l’on trouve le croiseur lance-missiles Moskva, qui vient de passer le détroit du Bosphore, le navire de débarquement Saratov et le destroyer Smetlivy.

Avec le renforcement des moyens militaires russes en Syrie, ces manoeuvres inquiètent les responsables occidentaux. « La situation est préoccupante et nous souhaitons que l’implication de la Russie dans la sécurisation du littoral syrien ne ruine pas les chances d’aboutir à un accord pour une transition politique », expliquait, la semaine dernière, Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense.

Cela étant, ce n’est pas le premier déploiement important de la marine russe en Méditerranée orientale depuis le début du conflit syrien. En novembre 2011, l’envoi d’un groupe aéronaval constitué autour du porte-avions « Amiral Kouznetsov » avait été annoncé.

Et, plus récemment, quand la tension montait au sujet d’un éventuelle intervention visant à « punir » Bachar el-Assad pour avoir utilisé des armes chimiques dans un faubourg de Damas, en août 2013, Moscou avait déployé une « armada » au large des côtes syriennes, en réponse à la présence accrue de destroyers de classe Arleigh Burke de l’US Navy.   

Source :  Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *