Un Mirage F1 des forces aériennes marocaines s’est écrasé à 6 km de la base aérienne de Sidi Slimane (nord-ouest du Maroc), le 17 août 2015, au retour d’une mission d’entraînement.

Le pilote a pu s’éjecter à temps de l’appareil alors qu’il se préparait à atterrir. Le Mirage F1 étant tombé dans une zone éloignée de toute habitation, l’accident n’a pas fait de victime.

Selon un communiqué des Forces armées royales marocaines, cet accident aurait été causé par « une collision avec une bande d’oiseaux de grande taille », ce qui a provoqué « l’extinction » du moteur de l’avion.

Il s’agit du second avion de combat perdu, cette année, par l’aviation marocaine. Cette dernière a en effet endeuillée, en mai, par la mort d’un de ses pilotes, qui était aux commandes d’un F-16 engagé dans les opérations de la coalition emmenée par l’Arabie Saoudite au Yémen.

Les forces aériennes marocaines ont reçu 50 Mirage F1, un avion développé par Dassault Aviation et qui n’a été retiré du service actif par l’armée de l’Air qu’en juin 2014, avec la dissolution de l’escadron de reconnaissance 2/33 Savoie.

Récemment, 27 de ces Mirage F1 marocains ont été portés au standard « ASTRAC », consistant notamment à leur ajouter une nouvelle avionique, une centrale inertielle de navigation Sigma 95, un radar RDY-3 de Thales ainsi qu’un pod de désignation Damocles et leur permettre de mettre en oeuvre des kits AASM (Armement Air-Sol modulaire) et des missiles anti-navire AM-39 Exocet.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *