Une représentante des Nations Unies a dévoilé la liste des prix auxquels sont vendues les personnes réduites en esclavage par l’Etat islamique.

150 euros pour les 1 à 9 ans, 110 pour les 10 à 19 ans, 70 pour les 20 à 29 ans, 50 pour les 30 à 40 ans puis une trentaine d’euros passé la quarantaine. Cette fourchette de prix ne concerne pas les transactions envers un quelconque bestiau mais les esclaves vendus par l’Etat islamique.

La liste de prix de cet écœurant trafic a été révélée par Zainab Bangura, une représentante des Nations Unies qui travaille sur les violences sexuelles perpétrées lors des conflits. Elle aurait récupéré ce document lors d’un voyage en Irak en avril 2015. Datant de novembre 2014, la liste a fait l’objet d’un travail d’authentification afin de pouvoir déterminer si elle provenait réellement du groupe terroriste avant d’en divulguer les informations. C'est chose faite.

Plus la personne réduite en esclavage –des chrétiens ou des Yézidis pour la plupart- est jeune, plus son « prix de vente » est élevé. «Les petites filles sont colportées comme des barils de pétrole. Une seule peut être vendue et achetée par cinq ou six hommes différents. Parfois, les combattants vendent les filles à leurs propres familles pour des milliers de dollars de rançon.» indique Zainab Bangura.

Selon la haut-fonctionnaire, les chefs de l’état islamique choisissent en premier les esclaves qui les intéressent. Vient ensuite le tour d’hommes riches de la région. Les esclaves restants sont ensuite vendus aux djihadistes pour des sommes moindres.

Les djihadistes de l’état islamique justifient leur recours à l’esclavage par la théologie : « Chacun doit se rappeler que réduire en esclavage les familles kuffars – infidèles – et prendre leurs femmes comme concubines, est un aspect fermement établi de la charia, et qu'en le niant ou le moquant, on nierait ou on moquerait les versets du Coran » expliquait le groupe terroriste dans un article d’octobre que révélait CNN. Le dernier numéro français du magazine de l’Etat islamique, Dar Al-Islam, paru le 20 juillet 2015, comportait également un dossier sur la justification religieuse de l’esclavage : «

Avant que Satan n’inspire des doutes au faible d’esprit et au cœur faible, ce dernier devrait se rappeler que l’asservissement de familles mécréantes et la prise de leurs femmes comme esclaves concubines est un aspect fermement établi de la charia, s' il le dénigre ou s’il s’en moque, alors il se moque et il dénigre les versets du Coran et les hadiths du Prophète (Que la paix et le salut soient sur lui), et de ce fait il apostasie et sort de l’Islam. »    

Source : Valeurs Actuelles

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *