Vingt-deux personnes ont été tuées et des dizaines blessées en moins de 48 heures dans une flambée de violences inter-communautaires dans la région de Ghardaïa, dans le sud de l'Algérie.

Les vols à partir d'Alger en direction de Ghardaïa auraient été temporairement annulés, a annoncé un employé de l'aéroport. La compagnie Air Algérie qui les assure n'a pas fourni d'explication. Les violences se sont concentrées à Guerrara (120 km au nord-est de Ghardaïa), l'une des principales villes mozabites, une minorité ethnico-religieuse berbère et ibadite. Dix-neuf personnes sont mortes rien que dans cette ville.

Selon un notable mozabite, «la situation est très grave, ce n'est plus des affrontements mais du terrorisme». Il affirme que «des armes de guerre et des fusils de chasse ont été utilisés à Guerrara». La ville serait d'ailleurs contrôlée à ses quatre entrées par des «hordes armées», assure le notable. Le bilan de 22 morts est le plus lourd enregistré dans cette région de la vallée du M'zab depuis deux ans et demie.

Les forces se sécurité mobilisées

Les heurts ont repris début juillet 2015, entraînant le déploiement de forces antiémeutes qui font régulièrement usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Les affrontements se sont poursuivis à Ghardaïa. Des heurts avaient aussi lieu à Guerarra (à 120 km au nord-est de Ghardaïa) et à Bériane (à 45 km de Ghardaïa).

Un imposant dispositif sécuritaire a été mobilisé, avec des renforts partis d'Alger, indique une source sécuritaire. Le commandant de la 4e région militaire, comprenant une large partie du Sahara, était sur place. Le ministre de l'Intérieur, Nourredine Bedoui, s'est aussi rendu sur les lieux, après une précédente visite vendredi où il avait tenté de réunir, en vain, les deux communautés en vue de rétablir le calme.

On ignore pour le moment la cause précise de cette nouvelle flambée de violences. De nombreux différends, en particulier d'ordre foncier, opposent Arabes et Berbères, qui cohabitent depuis des siècles.

Sans compter les 22 victimes de ces derniers jours, une dizaine de personnes avaient déjà été tuées depuis le début des affrontements en décembre 2013. En deux ans et demi, des centaines de maisons ont été incendiées dans les violences, et de nombreux usines, ateliers et locaux endommagés.

Source : Le Parisien.fr

* * *

Selon Kabylie News, une nouvelle victime tragique est venue grossir la liste des morts tombés dans les derniers affrontements meurtriers survenus à Ghardaïa entre la minorité mozabite (de rite ibadite) et la majorité chaâmbie (arabes malékites).

Aux dernières nouvelles, relayées par les confrères algériens dans leurs éditions actuelles, l’un des nombreux blessés enregistrés dans ces tueries a succombé à ses blessures, à l’hôpital Tirichine-Brahim de la région de Guerrara.

La victime, 53 ans, avait été grièvement atteinte par un projectile et transférée dans un état critique à l’hôpital de Gerrara, suite aux affrontements sanglants ayant opposé les deux communautés mozabite et arabe durant la semaine précédente..

Cette perte regrettable porte ainsi à vingt-trois le nombre des victimes tragiques des tueries interethniques de Ghardaïa.    

Source : Kabylie News

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *