Ils sont monté dans le bus, et ont fait feu, indistinctement, abattant une par une au 9mm des douzaines de personnes. Six hommes armés montés sur des motos ont tué au moins 44 personnes dans une attaque terroriste mercredi à Karachi, la capitale économique du Pakistan. L'attaque a été revendiquée par le groupe jihadiste Etat Islamique.

Des chaînes de télévision ont diffusé des images montrant un bus rose criblé de balles et une longue file d'ambulances. «Il y avait six assaillants. Ils sont montés à bord du bus et ils ont ouvert le feu», a déclaré, à Reuters, le superintendant (commissaire divisionnaire) Najib Khan. Une des victimes a affirmé que les assaillants étaient vêtus d'uniformes de policiers, selon le média pakistanais Dawn.

«Le bus avait une capacité de 52 personnes mais il était surchargé avec des douzaines de personnes à bord. La plupart d'entre eux proviennent de la communauté des Ismaéliens», a indiqué le policier à l'AFP. Selon un autre policier, 13 personnes ont été blessées.

«Nous attaquerons les Ismaéliens, les Chiites et les Chrétiens»

Ahmed Marwat, le porte-parole de Jundullah, un groupe taliban dissident, a déclaré à Reuters qu'il revendiquait l'attaque. «Ces personnes tuées étaient des Ismaéliens, et nous les considérons comme non-musulmans. Nous avions quatre assaillants. Dans les jours prochains, nous attaquerons les Ismaéliens, les Chiites et les Chrétiens», a-t-il menacé. Cette organisation sunnite armée, affiliée au départ à al-Qaïda, s'est fait connaître pour ses attaques répétées contre des cibles iraniennes, ainsi que contre des minorités religieuses. En novembre dernier le groupe terroriste a fait allégeance à l'État islamique.

Le Pakistan a subi dernièrement un regain des violences sectaires envers les minorités notamment chiites, qui constituent près de 20 % de la population pakistanaise.

Le bus attaqué appartenait à la Al-Azhar Garden Colony, un centre communautaire ismaélite de Karachi. Les Ismaéliens sont un courant minoritaire de l'Islam chiite, pratiquée par environ 15 millions de personnes réparties en grande majorité en Inde, Pakistan, Syrie et Yémen. Les ismaélites croient que Ismaël, fils de Djafar es-Sâdiq, est le septième et dernier imam.

La pire attaque depuis janvier 2015

Au Pakistan, cette communauté pacifique et apolitique, travaille principalement dans les secteurs de la santé et de l'éducation. Sous l'égide de leur maître spirituel le prince Karim Aga Khan, magnat philanthrope, les ismaéliens pratiquent un islam moderne et progressiste, ce qui en fait la cible privilégiée des intégristes sunnites.

Cette attaque est la pire attaque contre les chiites depuis le 30 janvier dernier, où une bombe avait tué 61 personnes dans une mosquée du district de Shikarpur. Dans le cadre géopolitique global d'un regain des tensions entre sunnites et chiites (exacerbé par l'État islamique), les attaques anti-chiites ont beaucoup augmenté au Pakistan: ces deux dernières années, elles ont fait près de 1000 victimes.

En mars, des attentats suicides ont tué 14 personnes et blessé 80 autres à proximité de deux églises de Lahore. Quelques jours plus tard, une bombe explosait près d'une mosquée fréquentée par des musulmans du courant chiite Bohra, blessant 12 personnes. Le mois précédent, 20 personnes ont trouvé la mort dans l'attaque d'une mosquée chiite à Peshawar. 

Source : Le Figaro.fr

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *