Les causes de l’accident d’un avion de transport A400M Atlas, qui s’est produit le 9 mai 2015, à Séville, lors d’un vol d’essais, ne sont pas encore connues. Cela étant, et sans attendre, les forces aériennes allemandes et britanniques ont décidé d’immobilier les appareils de ce type qu’elles mettent en œuvre.

« Après l’accident de l’A400M près de Séville, il a été décidé samedi de suspendre jusqu’à nouvel ordre les vols d’entraînement de l’unique A400M des forces de défense allemande », a ainsi confié un officier de presse de la Luftwaffe auprès de l’AFP. « Nous attendons maintenant les résultats de l’enquête d’Airbus sur les raisons de l’accident de l’A400M à proximité de Séville », a-t-il ajouté, avant d’évoquer des contacts constants avec Airbus.

Outre-Manche, le porte-parole du ministère britannique de la Défense (MoD) a indiqué qu’une décision similaire avait été prise. « Par mesure de précaution, les avions A400M de la Royal Air Force sont temporairement immobilisés depuis samedi », a-t-il affirmé.

Que ce soit pour les aviateurs allemands et britanniques, cette décision – provisoire – n’aura pas un fort impact sur leurs opérations. La Luftwaffe n’a en effet reçu qu’un exemplaire de l’Atlas (et constaté, au passage, 875 défauts) tandis que la Royal Air Force n’en compte que deux. Et cette dernière peut encore s’appuyer sur ses C-17 Globemaster III et ses C-130 Hercules.

En revanche, si jamais une telle décision venait à être prise en France, une suspension des vols d’A400M serait un problème pour l’armée de l’Air, qui attend son 7e exemplaire. « Aujourd’hui, il représente déjà un atout pour nos missions logistiques », commentait récemment le général Denis Mercier, son chef d’état-major, lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

L’A400M qui s’est écrasé peu après son décollage à Séville était destiné aux forces aériennes turques. Quatre membres de l’équipage y ont laissé la vie et deux autres sont dans un état grave. Il s’agit du premier accident pour ce type d’appareil depuis son vol inaugural, le 11 décembre 2009.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a indiqué, le 10 mai, que seuls les vols extrêmement prioritaires en opération de l’Atlas seront autorisés. En outre, la Turquie a annoncé qu’elle maintiendrait ses 2 appareils au sol jusqu’aux résultats de l’enquête.

Source: Zone Militaire

* * *

L'appareil qui s'est écrasé le 9 Mai dans des circonstances encore mal connues est le nouvel avion de transport militaire Airbus A400M. Le premier exemplaire de ce nouvel avion européen a été livré à la France en 2013. Depuis, la Turquie et l'Allemagne en ont également pris livraison.

Le constructeur Airbus Defence and Space, filiale du groupe aéronautique européen qui assemble l'A400M dans son usine de Séville, en Andalousie, a indiqué dans un communiqué que cet avion était destiné à la Turquie.

Équipé de quatre turbopropulseurs, l'A400M peut transporter jusqu'à 37 tonnes sur 3.300 kilomètres, se poser sur des terrains non préparés comme le sable, avec à son bord des blindés ou des hélicoptères.

Airbus a de grands espoirs pour cet appareil qui arrive sur le marché quand ses concurrents américains sont en bout de course, notamment le C-130 conçu il y a plus de 50 ans.

Au total, 174 exemplaires ont été commandés à ce jour, dont 50 par la France, 53 par l'Allemagne, 27 par l'Espagne et 22 par le Royaume-Uni. 

Source : 20 Minutes.f


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *