La France demande un mandat des Nations Unies pour détruire les navires des passeurs

Le sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne (UE) convoqué le 23 avril 2015 pour tenter de trouver une solution au problème des migrants en Méditerranée ne s’est pas traduit par des avancées majeures.

Ainsi, aucun accord n’a pu être trouvé entre les 28 pays membres pour aider l’Italie, la Grèce et Malte à prendre en charge les migrants venus de Libye dans la mesure où cela aurait pu remettre en cause le règlement de Dublin II, lequel précise que cela incombe avant toute chose aux États dans lesquels les réfugiés ont posé pied. «  Beaucoup se sont dits prêts à aider, mais personne ne peut obliger un État à le faire », a commenté Matteo Renzi, le président du Conseil italien.

En revanche, il a été décidé de renforcer les moyens alloués à l’opération de surveillance et de sauvetage en mer Triton, actuellement dotée d’un budget de 3 millions d’euros par mois. Plusieurs pays ont annoncé leur intention de mettre des navires à la disposition de cette mission gérée l’agence Frontex.

Ainsi, selon le président Hollande, il serait question d’un patrouilleur, d’un remorqueur et de 3 avions de surveillance maritime. L’Allemagne pourrait engager 2 bâtiments tandis que la Belgique, la Suède, la Norvège et le Danemark ont évoqué chacun l’envoi d’un navire.

Ne faisant pas partie de l’espace Schengen, le Royaume-Uni a cependant annoncé la participation aux opérations de surveillance en Méditerranée du navire amphibie HMS Bulwark, de 2 patrouilleurs et de 3 hélicoptères. Le tout à ses frais. Mais, a averti David Cameron, le Premier ministre britannique, « il n’est pas question que les migrants sauvés par la Royal Navy puissent demander l’asile en Grande-Bretagne.

Cependant, les États membres n’ont pas trouvé d’accord pour permettre aux navires engagés dans l’opération Triton de sortir des eaux territoriales afin d’aller au plus près des côtes libyennes. Or, l’une des solutions passerait par une opération militaire destinée à identifier et à détruire les navires utilisés par les passeurs.

Aussi, membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, la France et le Royaume-Uni vont y présenter un projet de résolution afin de pouvoir lancer une telle opération. Le président Hollande a assuré qu’il en parlera à son homologue russe, Vladimir Poutine, pour tenter de convaincre Moscou de ne pas faire usage de son droit de veto. Pour cela, il faut que nous soyons très clairs sur nos objectifs et les moyens utilisés, a-t-il dit.

Dans le même temps, il faudra aussi se mettre d’accord sur un concept des opérations(CONOPS) ainsi que sur les contributions des États membres à cette mission. 

Source : Défense Européenne

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *