Le torchon brûle entre Le Caire et Doha après les frappes égyptiennes en Libye

Quelques heures après la diffusion d’une vidéo montrant la décapitation de 21 coptes égyptiens par l’État islamique (EI) sur une plage libyenne, l’Égypte a bombardé la ville de Derna, connue pour être un bastion jihadiste, en représailles et a ensuite demandé une intervention miliaire internationale en Libye.

Seulement, le Qatar, qui soutient la milice islamiste Fajr Libya ainsi que le gouvernement «révolutionnaire» libyen, qui, installé à Tripoli, refuse d’admettre ou du moins minimise la présence de l’EI en Libye, a émis des réserves sur la réaction égyptienne, lors d’une réunion de la Ligue arabe. Pour Doha, Le Caire aurait dû consulter « avant toute action militaire unilatérale contre un autre Etat membre » de l’organisation.

La réponse du délégué égyptien, Tarek Adel, a été immédiate : « En émettant des réserves sur un projet de résolution arabe soutenant le droit de l’Egypte à la légitime autodéfense et à mener des raids contre des organisations terroristes, le Qatar a révélé son soutien au terrorisme », a-t-il affirmé.

Pour protester contre cette mise en cause, le Qatar a rappelé son ambassadeur en Égypte pour « consultations ». Les relations entre les deux pays étaient déjà tendues, notamment en raison de la destitution, en 2013, du président égyptien Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, soutenus par Doha, et de la répression de ses sympathisants qui a suivi.

Ce soutien du Qatar à la confrérie, classée comme mouvement terroriste en Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis, avait été la cause de sa brouille avec les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Mais cette fois, Doha a pu compter sur le soutien de cette organisation.

« Ces accusations sont infondées et erronées. Elles ignorent les efforts sincères déployés par le Qatar, avec les autres membres du CCG et les pays arabes, pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme », a réagi le bahreïni Abdellatif al-Zayani, son secrétaire général. « Les déclarations égyptiennes ne contribuent pas à renforcer la solidarité arabe au moment où nos pays sont confrontés à d’énormes défis qui menacent leur sécurité, leur stabilité et leur souveraineté », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le groupe arabe au Nations unies devait demander la levée de l’embargo sur les armes pour le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, installé à Tobrouk, afin de l’aider à lutter contre le terrorisme tout en le maintenant pour les milices libyennes. Cette option est non seulement défendue par l’Égypte mais aussi demandée par Mohammed al-Dairi, le ministre libyen des Affaires étrangères.

« La Libye a besoin que la communauté internationale fasse preuve de détermination pour nous aider à renforcer nos capacités militaires nationales et cela implique de lever l’embargo sur les armes pour que notre armée puisse recevoir des équipements et des armes pour lutter contre le terrorisme », a expliqué ce dernier lors d’une réunion du Conseil de sécurité dédiée à la situation libyenne.

Cependant, plusieurs membres du Conseil ne sont pas favorables à une telle option. Comme la Russie. « Vu ce à quoi ressemble le pays ces jours-ci, nous devons examiner de manière prudente la manière d’appliquer cette suggestion », a fait valoir Vitali Tchourkine, l’ambassadeur russe auprès des Nations unies.

Pour d’autres, comme les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, l’accent doit avant tout être mis sur une solution politique afin de pouvoir former un gouvernement d’unité nationale. Et cela alors que les islamistes et les libéraux se livrent à des combats meutriers.

« J’espère qu’un accord politique pourra être trouvé bientôt. Les divergences entre les parties ne sont pas insurmontables », a toutefois indiqué Bernardino Leon, le réprésentant de l’ONU en Libye. En attentant, le temps passe… Et les jihadistes étendent leur influence dans le pays.

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *