Les aviateurs engagés dans l’opération Chammal (nom de la participation française à la coalition anti-Daesh) ont été très actifs au cours de ces 7 derniers jours. Ainsi, selon le compte-rendu de l’État-major des armées (EMA), 22 missions aériennes ont été effectuées au-dessus du territoire irakien, dont 5 ont donné lieu à des frappes contre des positions tenues par les jihadistes.

Le 30 janvier 2015 au matin, au cours d’une reconnaissance armée dans le périmètre Mossoul-Kirkouk-Baiji, une patrouille française a repéré et identifié un rassemblement de 150 combattants de l’État islamique (EI ou Daesh) prêts à en découdre avec les forces peshmergas (kurdes) irakiennes. Les avions de l’armée de l’Air sont alors passés à l’action. Bilan, selon l’EMA : une cinquantaine de jihadistes ont été neutralisés.

Le même jour, et dans le même secteur, une autre frappe aérienne française a neutralisé une position de tir hostile qui faisait feu sur les forces irakiennes.

Trois jours plus tard, les avions français ont de nouveau été sollicités pour neutraliser un groupe de jihadistes dans la région de Tal Afar. Là, l’EMA n’a pas donné de bilan. Dans la soirée, la force Chammal a remis ça en participant à un raid de la coalition contre un centre de production d’engins explosifs improvisés dans le secteur de Mossoul.

En fin, le 4 février 2015, une patrouille française a effectué une « frappe d’opportunité » contre plusieurs véhicules appartenant à Daesh. Leurs occupants, assure l’EMA, ont été mis hors de combat.

Pour rappel, l’opération Chammal compte 6 Mirage 2000D qui opèrent depuis la Jordanie ainsi que 9 Rafale, 1 ravitailleur C-135FR et 1 Atlantique-2 fourni par la Marine nationale basés à al-Dhafra, aux Émirats arabes unis. 

Source: Forces aériennes, Moyen-Orient, Opérations par Laurent Lagneau

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *