Le chef du gouvernement souhaite également «généraliser l'isolement en prison des détenus islamistes radicaux» et propose d'«améliorer» le système d'écoutes administratives et judiciaires afin de le rendre «plus performant».

Après l'émotion et le recueillement, les décisions. Le gouvernement annoncera dans les prochains jours les premières mesures destinées à mieux lutter contre le terrorisme. Manuel Valls, qui était lundi matin l'invité de RMC et BFMTV, a indiqué qu'il s'exprimera mardi après-midi à l'Assemblée nationale sur ce sujet, avant le débat sur l'intervention de la France en Irak.

Il a d'ores et déjà donné quelques pistes lundi matin. Le chef du gouvernement souhaite «généraliser l'isolement en prison des détenus islamistes radicaux». «On sépare ces détenus du reste» des autres détenus en prison. «Il faut, a-t-il poursuivi, généraliser» cette mesure mais «avec discernement et intelligence».

Le premier ministre propose également d'«améliorer» le système d'écoutes administratives et judiciaires afin de le rendre «plus performant». «Il faudra donner le plus vite possible encore davantage de moyens (aux) services. Il y a sans doute des problèmes juridiques pour effectivement améliorer encore la possibilité des systèmes d'interception, parce qu'entre les écoutes administratives et judiciaires, on peut encore être plus performant», a-t-il dit.

Des mesures attendues à l'école

Le gouvernement compte par ailleurs prendre des mesures à l'école où, la semaine dernière, les minutes de silence ont parfois été perturbées par certains élèves. «Dans mon pays, je ne veux pas que l'on puisse dire que l'ennemi, quand un élève répond à une question d'un enseignant, c'est le Juif. Je ne veux pas qu'il y ait des jeunes qui fassent le V de la victoire après ce qui s'est passé. Je ne veux pas qu'il y ait des jeunes qui se reconnaissent dans ces terroristes barbares qui ont assassiné des journalistes, des policiers, des Juifs français parce qu'ils étaient juifs», a insisté Valls ajoutant son souci d'«aller plus loin pour lutter contre l'antisémitisme, le racisme, l'apologie de l'extermination des Juifs». Avec la ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, il rencontrera mardi les recteurs.

«Attention à toutes ces mesures d'exception»

Ces mesures sont à l'ordre du jour de la réunion qui se tient ce lundi matin à l'Élysée autour du président de la République. Et Manuel Valls aimerait qu'il y ait, sur ces mesures, «concorde» entre la majorité et l'opposition. L'exécutif pourrait-il s'inspirer, comme l'ont demandé dimanche plusieurs membres de l'opposition, du Patriot Act mis en œuvre après les attentats du 11 septembre 2001 ? Le premier ministre n'y est pas favorable. «Si c'est cela qui doit nous amener à ce qui s'est passé quelques années après en Irak, je pense qu'il faut y réfléchir», a réagit Valls. «Attention à toutes ces mesures d'exception», a-t-il mis en garde.

Plus immédiatement, et alors que le risque d'attentat reste très important en France, le premier ministre a annoncé une augmentation sans précédent des moyens en hommes dans le cadre du plan Vigipirate relevé la semaine dernière au niveau «alerte attentat». Ainsi, ce sont au total 8500 militaires qui seront déployés en France dans les prochains jours. «Un niveau jamais atteint», selon le premier ministre. «Il y avait à peu près un millier de soldats dans le cadre du plan Vigipirate, nous en avons déployé 2000 supplémentaires et dans les jours qui viennent, nous allons en déployer 6000 en plus de l'engagement des forces de l'ordre, policiers et gendarmes, puisque 4100 gendarmes mobiles et CRS sont déjà déployés», a détaillé le premier ministre. Ces effectifs permettront de renforcer la sécurité des «synagogues», «écoles confessionnelles juives» mais aussi des «mosquées» parce que, a rappelé le premier ministre, il y a eu «ces derniers jours un certain nombre d'attaques contre les mosquées».

Sources : LeFigaro.fr / FranceInfo / BFM.TV

Ndlr :  Les pouvoirs publics estiment à plus de 1400 le nombre de djihadistes en France, revenus de Syrie. C'est sans compter tout ceux, locaux, qui se s'auto-radicalisent notamment via Internet, ou en prison au contact d'islamistes endurcis. Une des réponses proposées, par le Premier ministre : Isolement et surveillance téléphonique et judiciaire...
Concernant le déploiement de militaires, le ministre de la Défense parle lui d'une véritable Opération Intérieure, de la même ampleur que les OPEX en cours.

Une fois les mesures d'urgences prises et l'ambiance jour d’après "Je suis charlie" passée, les questions demeurent ...

«Nous avons un devoir de lucidité et d'analyse...» déclare Nicolas Sarkozy ce matin sur RTL.
Un débat de fond, une véritable remise à plat de nos politiques d'immigration, d'intégration et d'éducation est nécessaire selon lui.

* * *


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *