La crèche de Noël restera dans la mairie de Béziers !

Le tribunal administratif de Montpellier a rejeté, ce vendredi, la demande d'enlèvement de la crèche de Noël installée dans l'hôtel de ville de Béziers. Le préfet de l'Hérault avait demandé son retrait au nom de la laïcité.

La justice a tranché: la crèche de Noël restera dans le hall de la mairie de Béziers. Le tribunal administratif de Montpellier, saisi en référé, a rejeté ce vendredi en début d'après-midi la demande d'enlèvement de la crèche de Noël installée dans l'hôtel de ville de Béziers.

Pour justifier sa décision, le juge Marianne Hardy s'est basé sur deux fondements. Dans un premier temps, aucune atteinte à l'ordre public n'a été recensée. Le juge administratif a également considéré "que la décision d'installer une crèche dans le hall" n'était pas "de nature à porter" atteinte "aux principes de laïcité et de neutralité", a-t-elle écrit.

De son côté, Sophie Mazas, avocate des plaignants, a dénoncé dans la matinée "une atteinte à la laïcité", car la crèche de la Nativité "symbolise" la naissance du Christ, un événement "au cœur de la religion chrétienne". A ses yeux, cette crèche se pose comme une "violation de la liberté de conscience et de la neutralité du service public", affirmées par la Constitution ainsi que par la loi du 9 décembre 1905 consacrant la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Au nom du respect du principe de laïcité, le préfet de l'Hérault, avait demandé le retrait de la crèche de Noël installée dans l'enceinte de la mairie de Béziers. Le maire, Robert Ménard, soutenu par le FN, avait quant à lui refusé de la désinstaller, avançant que cette installation fait partie de la politique culturelle de la ville. Contacté par BFMTV, Robert Ménard a déclaré que cette décision était "une grande satisfaction".

A Nantes, début décembre, le tribunal administratif avait statué de manière différente un cas similaire. Le juge avait ordonné qu'une crèche de Noël soit retirée du hall du Conseil général de Vendée au nom du principe de séparation de l'Eglise et de l'Etat, prévu dans l'article 28 de la loi de 1905.

Source : Francesoir.fr

NDLR FNCV: Chacun se fera son opinion personnelle sur cette question affligeante. Mais en tant qu'administrateur de ce blog, je trouve que la bêtise officielle, qui va "créchendo"  ( si j'ose dire) n'a plus de limites. Je salue la sagesse et le bon sens du Maire de Béziers et du Tribunal administratif de Montpellier. 

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *