Serge Lazarevic a été libéré, mardi 9 décembre, par le groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique. "Notre otage Serge Lazarevic, notre dernier otage est libre. La France ne compte plus d'otages et ne doit plus compter d'otages", a déclaré le président de la République François Hollande, lors d'une visite à la garde nationale. "Aujourd'hui c'est la joie", a-t-il ajouté. "J'accueillerai Serge Lazarevic à son retour", a-t-il annoncé. L'ex-otage est actuellement en route vers Niamey, la capitale du Niger, a également indiqué le chef de l'Etat.

Serge Lazarevic était le dernier otage français détenu à l'étranger. Il avait été enlevé en novembre 2011 dans un hôtel du nord du Mali. Retour sur cette libération.

Que sait-on de la libération de Serge Lazarevic  ?

La libération de Serge Lazarevic a eu lieu près de Kidal, dans le nord du Mali, et il était mardi en route pour Niamey, capitale du Niger, a indiqué à l'AFP une source de sécurité malienne.

"Nous avons accueilli l'envoyé du Niger sur notre territoire. Il est allé dans la région de Kidal pour les derniers réglages", a-t-elle précisé. "La libération a eu lieu sur le territoire malien dans la région de Kidal", bastion de la rébellion, notamment touarègue, dans le nord du Mali. Cette source s'est refusé à "dire s'il y a eu paiement de rançon ou libération de prisonniers".

Quel est son état de santé ?

L'ex-otage, "enlevé à Hombori au Mali le 24 novembre 2011", "va rejoindre Niamey, puis la France. Il est en relativement bonne santé, en dépit des conditions très éprouvantes de sa longue captivité. Il sera rapidement rapatrié en France", a précisé l'Elysée dans un communiqué.

Serge Lazarevic avait lancé un appel au chef de l'Etat le 17 novembre dernier, lui demandant de tout faire pour obtenir sa libération. Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait en effet diffusé une vidéo de son otage. Barbe fournie, bonnet noir, tunique grise : dans cette séquence de moins de quatre minutes filmée dans l'habitacle d'un pick-up, Serge Lazarevic déclarait en français être malade et estimait que sa vie était en danger.

Aucune indication concernant la date à laquelle il a été filmé n'était fournie. L'Elysée avait toutefois confirmé "l'authenticité" de la vidéo, une "preuve de vie récente attendue depuis longtemps".

Quel rôle a joué le Niger ?

Cette libération est le résultat "d'efforts intenses" du Niger et du Mali, a indiqué mardi la présidence nigérienne. Le président nigérien a salué dans ce texte "l'engagement et le professionnalisme dont ont su faire preuve les services nigériens et maliens". Le président nigérien Mahamadou Issoufou s'était déclaré dimanche "optimiste" quant à la libération prochaine de Serge Lazarevic, à la veille du troisième anniversaire de son enlèvement.

"Je suis tout à fait optimiste. Vous savez que récemment on a eu la preuve de vie. On a eu la preuve que l'otage se porte bien", avait indiqué Mahamadou Issoufou lors d'une conversation avec des journalistes français, en marge de la visite du Premier ministre français Manuel Valls au Niger.

Les autorités nigériennes avaient déjà joué un rôle prépondérant dans la libération de quatre otages français en octobre 2013. Les quatre hommes, qui travaillaient pour Areva et une filiale de Vinci au Niger, avaient été relâchés après trois années de détention.

Quelles étaient les circonstances de son enlèvement ?

Colosse de 1,98 m et 120 kg, Serge Lazarevic, 50 ans, qui a la double nationalité française et serbe, avait été enlevé au Mali en compagnie de Philippe Verdon qu'il accompagnait en voyage d'affaires. Un groupe d'hommes armés s'était emparé d'eux dans leur hôtel, à Hombori, dans le nord du pays. Philippe Verdon avait été retrouvé mort d'une balle dans la tête en juillet 2013. Aqmi présentait les deux otages comme des agents du renseignement français.

Source : FranceTV.info - Photo AFP

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *