Un hélicoptère de manœuvre de type Caracal s’est écrasé le 29 novembre 2014 vers 21 heures, au Burkina Faso, au cours d’un vol nocturne d’entraînement tactique.

Selon le ministère de la Défense, cet accident a coûté la vie à l’adjudant Samir Bajja. Deux autres membres de l’équipage ont été blessés. Évacués vers la structure chirurgicale militaire française de la base aérienne « Kosseï », à N’Djamena, leur pronostic vital n’est pas engagé

Mortellement blessé dans l’accident d’un hélicoptère EC725 Caracal, le 29 novembre 2014, au Burkina Faso, l’adjudant Samir Bajja avait rejoint ce pays seulement trois jours plus tôt, dans le cadre de l’opération Barkhane/Sabre.

Né le 14 janvier 1976, Samir Bajja a intégré l’armée de Terre en 1998, à l’occasion de son service national qu’il a effectué au sein du 21e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) de Fréjus. Volontaire pour un service long (VSL), il est désigné pour servir au 10e Bataillon de Commandement et de Soutien (BCS) à Djibouti. Au terme de son contrat, il prolonge à nouveau son VSL pour 4 mois supplémentaire et incorpore la la 13e Demi-Brigade de la Légion Etrangère (DBLE).

Après 20 mois de service, il retrouve la vie civile en juillet 1999. Pas pour longtemps puisque quelques mois plus tard, il signe un nouveau contrat d’engagement auprès de la Base Pétrolière Interarmée (BPIA) avec la distinction de soldat de 1ere classe. Après avoir obtenu les certificats techniques élémentaires propres à sa spécialité, il est promu brigadier-chef en octobre 2001.

Ensuite, le jeune militaire est admis à suivre les cours des sous-officiers à Saint-Maixent (recrutement semi-direct). Le 1er août 2002, il gagne ses galons de maréchal des logis (sergent). Il devient ensuite titulaire du brevet de spécialité de l’armée de Terre dans le domaine service des essences des armées (SEA) filière « Logistique Essence ».

En 2007, Samir Bajja est promu maréchal des logis-chef et rejoint le service des essences du  détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre des opérations spéciales (DAOS). L’année suivante, il décroche son brevet des troupes aéroportées puis son  brevet supérieur de technicien de l’armée de Terre (BSTAT) domaine « SEA » filière « logistique essences ». Il devient membre d’équipage opérations spéciales (MEOS).

Rigoureux et travailleur, il devient un atout précieux pour l’escadrille du 4e Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales (RHFS) au sein de laquelle il a été affecté. Il est alors promu adjudant (agent technique) en juillet 2012.

Au cours de ses 16 ans de carrière, l’adjudant Bajja a pris part à de nombreuses opérations extérieures, au cours desquelles « son dévouement, ses qualités humaines, et sa culture opérationnelle ont été remarquées » : Macédoine (2001), Tchad (2004 et 2013), Afghanistan (2006 et 2010), Côte d’Ivoire (2008 et 2010), Centrafrique (2013), Burkina Faso (2011, 2012, 2013 et 2014).

Âgé de 38 ans, l’adjudant Samir Bajja était titulaire de la croix de la valeur militaire avec étoile de bronze à l’ordre du régiment, de la médaille d’outre-mer avec agrafe vermeil «République de Côte d’Ivoire» et «Tchad»,  d’une citation avec attribution de la médaille d’or de la défense nationale et de la médaille d’or de la défense nationale avec agrafe «missions d’assistance extérieure». Il avait en outre reçu une lettre de félicitations en 2004 ainsi qu’un témoignage de satisfaction à l’ordre de la division en 2014.  

Source :  Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *