À la différence de leurs homologues mis en œuvre par l’armée de l’Air française dans la bande sahélo-saharienne, les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) MQ-9 Reaper de la Royal Air Force (RAF) sont armés…

Et l’un d’entre eux a effectué, dans le cadre de l’opération Shader, sa première frappe contre une position tenue par les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) près de la ville de Bayji, à un centaine de kilomètres au nord de Bagdad. Pour rappel, les drones MALE de la RAF sont pilotés depuis la base aérienne de Waddington, au Royaume-Uni, ce qui fait une autre différence avec ceux de l’armée de l’Air, laquelle envoie ses équipages sur le théâtre des opérations.

« Le drone Reaper, selon des modalités identiques à celles des avions pilotés, a attaqué avec succès les terroristes en utilisant un missile Hellfire », a souligné le ministère britannique de la Défense (MoD). « L’appareil a ensuite continué à fournir des renseignements (…) ce qui a permis à d’autres avions de la coalition de procéder à de nouvelles frappes », a-t-il ajouté.

Le MoD n’a pas précisé le nombre de Reaper qu’il a déployé pour des missions dans le nord de l’Irak. Ces appareils viennent d’Afghanistan où ils avaient précédemment servi pour soutenir les troupes britanniques. Ne pouvant pas voler au Royaume-Uni à cause de la réglementation, il était donc presque naturel de les engager au sein de la coalition anti-EI emmenée par les États-Unis.

Selon la BBC, et avant cette première frappe, les MQ-9 Reaper de la RAF avaient effectué une douzaine de missions dans le nord de l’Irak, « la plupart du temps dans un rôle de reconnaissance ».

Source : Zone Militaire


CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *