Un jeune Roubaisien de 27 ans a été tué dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 août 2014 après avoir demandé à deux individus d'arrêter de faire du bruit dans la rue.

Dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 août 2014, un Roubaisien de 27 ans a perdu la vie. Il ne demandait que du calme à deux individus en état d’ébriété faisant du tapage nocturne dans la rue depuis un moment déjà.

La victime, Ahmed Boudaoud, venait à peine de rentrer d’un séjour en Algérie avec son fils de 4 ans.

C’est du bruit rue Archimède, dans le quartier de l’Alma, faisant suite au gymkhana de voitures sur les jantes, ainsi qu’à l’incendie d’une voiture volée qui, est à l’origine d’un drame de la "délinquance ordinaire". « Un dérapage nocturne par une poignée d’irresponsables » pour une représentante de la Ville sur place, chargée de faire le lien avec la Police.

D’après les témoignages de voisins et de la famille accablée, il est 3 h 45 lorsque Ahmed Boudaoud, 27 ans, un jeune père de famille de 3 enfants, réputé « calme, très gentil, très respectueux » et pour son « bon cœur » dans ce quartier populaire et souvent agité, souhaite que ses enfants puissent dormir. Il se penche à la fenêtre de son immeuble, situé au 96 rue Archimède, afin de réclamer à deux individus, visiblement éméchés, de mettre fin au tapage nocturne.

Les deux hommes n’appréciant pas les remontrances, décident d’aller s’en prendre à celui qui leur ordonne de cesser de faire du bruit et de réveiller tout le voisinage. Hélas, ils parviennent à pénétrer dans l’immeuble LMH, la grille ne fermant plus depuis un moment, et montent « toquer à toutes les portes à l’étage », explique Jennifer, l’épouse d’Ahmed Boudaoud.

Le jeune homme supportant encore moins qu’ils fassent du bruit cette fois dans l’immeuble, ouvre sa porte et descend discuter avec eux dans la petite courette. Lui, connu pour son sang-froid et renommé dans le quartier pour avoir sauvé il y a quelques années une personne dans le canal de Roubaix, aurait tenté de les calmer, de leur faire entendre raison. En vain, l’un des deux hommes lui aurait asséné un violent coup de couteau à la gorge. Jennifer, la jeune épouse d’Ahmed Boudaoud, apeurée, entendant des cris, descend à la rencontre de son mari. Elle n’a que le temps de le voir s’écrouler ensanglanté dans l’escalier. Avant de prendre la fuite, les deux hommes qu’elle affirme ne pas connaître, lui auraient imposé de ne pas appeler la police. « Pas pour ça ! » lui auraient-ils lancé.

Arrivés sur les lieux, les secours tentent de réanimer sur place Ahmed Boudaoud qui a perdu connaissance. Transporté au CH de Lille, accompagné de son épouse, il décède hélas en route.

Trois enfants de 4 ans, 3 ans et 4 mois, aujourd’hui privés de leur père

L’enquête confiée à la Police judiciaire de Lille ne fait que commencer. Elle refuse pour le moment de communiquer, mais les auteurs présumés de cet homicide auraient été identifiés, et l’un des deux aurait été interpellé. Cette information n’a pas encore été confirmée par le parquet.

La voiture incendiée avait été emmenée le matin par la police scientifique et un périmètre de sécurité mis en place dans le quartier par la Police nationale et la Municipale.

Source : La Voix du Nord


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *